Archives par étiquette : Europe

Appel à communication : European Lacquer in Context (Brussels, 18-19 Jan 18)

Commode galbée, en laque européen, au vernis Martin. Attribuée à Mathieu Criaerd . Epoque Louis XV. Photo Thierry De Maigret

Type : appel à communication

Date limite de l’appel : 4 juin 2017

Date de l’événement : 18 – 19 janvier 2018

Lieu : Belgique, Bruxelles, Jubelpark

The Royal Institute for Cultural Heritage (KIK-IRPA, Brussels, Belgium), the University of Antwerp (UA, Antwerp, Belgium) and the Royal Museums of Art and History (KMKG-MRAH, Brussels, Belgium) invite you to participate in our two-day conference European Lacquer in Context.

The theme of this conference is European lacquers in a broad sense: theoretical and practical work concerning conservation and restoration, art historical, technological and chemical research will be highlighted. Continuer la lecture

Publication : Circulations savantes entre l’Europe et le monde XVIIe-XXe siècle

Thomas Preveraud (dir.), Les circulations savantes entre l’Europe et le monde, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Présentation de l’éditeur

L’étude de la construction de l’identité européenne doit être envisagée sous l’angle de la circulation des savoirs, idées et pratiques produits dans les champs scientifiques, techniques ou culturels et transférés entre espace européen et extra-européen. Cet ouvrage en offre un éclairage au moyen d’études de cas variés, avec une perspective temporelle volontairement longue : les techniques de raffinage du sucre au XVIIe siècle (M. Tanguy), la géométrie et l’astronomie transmis en pays d’Islam aux XVIIIe et XIXe siècles (P. Ageron), les pratiques des sciences expérimentales à la charnière du XIXe siècle (T. Bru), les procédés de synthèse de l’ammoniac le long de la vallée ligérienne dans les années 1950 (P. Martin), ou encore le développement au XXe siècle de champs disciplinaires incarnés institutionnellement (E. Plosceanu) ou par des pratiques militantes (A. Vrignon).

Puisque ces transferts agissent à l’interface de territoires en mutation, les auteurs du présent ouvrage proposent ainsi de redessiner ces frontières et questionnent la verticalité des transferts savants entre territoires récepteur et émetteur. Les six contributeurs insistent sur les processus de recomposition locale des connaissances et de leur redistribution à une échelle qui dépasse celles des territoires où sont produits et reçus les savoirs, mettant à jour le rôle des médiateurs, acteurs décisifs à l’interface entre l’Europe et le reste du monde.

Plus d’information sur http://www.pur-editions.fr/

Appel à communication : « Beyond Reproductive Printmaking: Prints and the Canon of European Painting, ca. 1500–1810 »

le-baiser-a-la-derobee

Nicolas François Regnault d’après Jean-Honoré Fragonard, Le Baiser à la dérobée, XVIIIe siècle, estampe, 42,2 x 48,5 cm, Paris, musée du Louvre, collection Rothschild

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature: 15 février 2017.
Date de la manifestation : 18-19 septembre 2017.
Lieu : Dresde.

Conference for Ph.D. students, postgraduates and researchers at museums and universities in the Kupferstich-Kabinett (Museum of Prints, Drawings and Photographs) of the Staatliche Kunstsammlungen Dresden (Dresden State Art Collections) in collaboration with the TU Dresden Institute of Art and Music, Dresden, 18–19 September 2017.

Are paintings reproduced because they are famous, or have they become famous because they have been reproduced over and over again in the past centuries? The aim of this conference is to throw light on the status of reproductive prints in the process of the formation of (an) artistic canon(s). It aims at exploring artistic and technical aspects of the creative and innovative making process, including the printmakers’ ability to translate the original work into a new pictorial language and to the history of both reception and transmission of works of art.

The conference will cover the period running from the early 16th century to the introduction of the first lithographic press in the early 19th century. Geographically, the focus is on Europe. No restrictions are imposed concerning printing techniques—on the contrary, the characteristics of each technique as well as its ability and uses for reproducing original paintings constitute an important topic. We invite submissions of papers drawing from current research on specific prints or series of prints as well as on new theoretical approaches and methodologically promising developments in the study of interpretative prints, also exploring their potential as a source and as a subject matter of art history. Continuer la lecture

Publication : « Toits d’Europe, formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne »

CHATENET, Monique, GADY, Alexandre (dir.), Toits d'Europe Formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne (XVe-XVIIe siècles)

CHATENET, Monique, GADY, Alexandre (dir.), Toits d’Europe Formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne (XVe-XVIIe siècles).

Présentation de l’éditeur :

Partie constitutive de l’architecture tant savante que vernaculaire, le toit appartient aussi bien à la structure qu’à la silhouette d’un édifice. Lié à des problèmes techniques, il est aussi le lieu d’une démonstration formelle, d’un choix esthétique, ouvrant sur des questions décoratives, voire identitaires. La forme du comble en Europe à l’âge moderne a connu une grande variété : aux versants droits plus ou moins pentus et au toit en poivrière hérités du Moyen Âge, se sont en effet ajoutés combles brisés, toits en dôme, en bulbe, en carène de navire ou à pentes inversées, cachés ou non derrière une balustrade ou un attique, et enfin la terrasse, plus fréquente qu’on ne le croit loin de la Méditerranée.

Cette histoire des toits, dont le rapport de proportion avec les façades fournit de précieux éléments de lecture, permet de suivre les adaptations aux mutations de l’art de bâtir. Ils sont d’abord le produit d’une structure, la charpente, et de matériaux de couverture, qui interagissent avec elle tout en participant chromatiquement de la silhouette de l’édifice. Mais les toits sont aussi peuplés d’éléments décoratifs occupant la base, les pentes et le faîtage : tout ce « monde en l’air » mérite une attention propre, car il relève souvent du geste créateur. Certaines toitures ont même fini par acquérir une signification identitaire, comme le « Polish roof », le « toit à l’impériale » ou le « comble à la Mansart ».

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture

Appel à communication : « Habitual behaviour in early modern Europe, 1500–1750 ».

Klaes Molenaer, Les Musiciens, s.d., huile sur toile, 19.7 x 20.3 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Klaes Molenaer, Les Musiciens, s.d., huile sur toile, 19.7 x 20.3 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 1er et 2 juin  2017.
Lieu : Sheffield, university of Sheffield.
Date limite : 16 novembre 2016.

What habits, practices, or routines, made up day-to-day life in Europe between 1500-1750? At what point was habitual behaviour, such as excessive drinking, considered problematic? And how did ideas about habitual practice fit into early modern concepts of body and self?

This two-day interdisciplinary conference aims to draw together scholars working on material culture, digital humanities, medicine, consumption, daily routine, practice, theory, and more, and invites them to consider their research under the heading of ‘habit’. We welcome papers on habitual behaviour, customs and practices, and daily routines, whether mealtimes or medicine, venery or vinosity. Continuer la lecture

Colloque : Image(ries) religieuses à l’ère industrielle en Europe (XVIIIe-XIXe siècle).

00z

Type : colloque.
Date de la manifestation : du 20 au 21 avril 2016.
Lieu : Mulhouse, université de Haute-Alsace, Campus Fonderie.

Les temps modernes, avec les développements techniques de la gravure et la multiplication des supports imprimés, décuplent la présence des images religieuses en Occident. Qu’elles accompagnent la diffusion des textes ou se retrouvent, isolées, dans les effets des particuliers, qu’elles soient le support de dévotions ou de simples illustrations ou décorations et bien que leur statut diverge suivant la religion professée, les images font partie de l’environnement religieux des croyants. Images du Christ ou de la Vierge, des saints ou des principaux personnages bibliques, elles se retrouvent également au sein de religions qui donnent, à les appréhender trop rapidement, l’impression de les rejeter. Le protestantisme ou le judaïsme, même si le texte biblique est déterminant dans la liturgie, ne négligent pas les images religieuses ; elles ne sont pas vénérées mais peuvent jouer un rôle pédagogique important pour le fidèle (souvenirs de communion, portrait de pasteurs, Mizra’h ou mappot…). Aux XVIIIe et XIXe siècles, l’essor industriel favorise leur production à grande échelle avec une circulation accrue qui entraîne la création de modèles et de représentations culturelles. L’imagerie religieuse se répand, les centres de productions se spécialisent et exportent dans toute l’Europe et au-delà, comme certaines entreprises alsaciennes qui ont produit en arabe des images à destination du marché musulman vers la fin du XIXe siècle. Les productions industrielles représentant des images religieuses participent alors à la diffusion de certains modèles et suscitent un véritable engouement. Ainsi, les estampes de tableaux, apparues à la Renaissance, restent largement diffusées, mais de nouveaux supports plus populaires s’emparent de l’iconographie religieuse telles les imageries diffusées par les colporteurs et les arts industriels (toiles imprimées, faïences, papiers peints). Cet intérêt pour l’imagerie religieuse et la vulgarisation, pourrait-on dire, qu’elle connaît dans la société européenne des XVIIIe et XIXe siècles posent de nombreuses questions. La première concerne la circulation des modèles diffusés : quelles voies sont utilisées et suivant quels réseaux ? Quel public vise-t-on et suivant quelles modalités de diffusion ? Cette première question croise celle de la représentation des modèles véhiculés par la fabrication et le commerce d’images religieuses. Cette interrogation paraît particulièrement déterminante en France, où ces dernières sont d’abord le reflet d’un catholicisme d’État jusqu’à la Révolution française. Le Concordat place le catholicisme comme religion de la majorité des Français mais, en reconnaissant certaines minorités religieuses (protestantisme, judaïsme), il permet également l’expression et la diffusion d’une imagerie des religions jusqu’alors difficilement acceptées. Ce pluralisme modifie-t-il le rapport aux images religieuses présentes dans les différentes confessions, les supports sont-ils les mêmes que dans la religion dominante ou répondent-ils à des spécificités confessionnelles? En posant la question des images et des imageries religieuses à l’ère industrielle, ce colloque entend s’interroger sur les conséquences d’une production à grande échelle sur les choix iconographiques, culturels et artistiques au sein des monothéismes en Europe.

Programme : Continuer la lecture

Publication: Les funérailles princières en Europe (XVIe-XVIIIe siècle). 3 : Le deuil, la mémoire, la politique

CHROSCOCKI Juliusz A., HENGERER Mark, SABATIER Gérard (dir.), Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. 3: Le deuil, la mémoire, la politique, Versailles: Centre de recherche du Château de Versailles, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2015, 439 p.

CHROSCOCKI Juliusz A., HENGERER Mark, SABATIER Gérard (dir.), Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. 3: Le deuil, la mémoire, la politique, Versailles: Centre de recherche du Château de Versailles, Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2015, 439 p.

Présentation de l’éditeur: 

Les funérailles princières à l’époque moderne sont médiatisées à travers des rapports d’ambassadeurs, des publications hagiographiques, des documents administratifs ou encore des articles de presse et des gravures à vocation commerciale. La pratique du deuil des souverains, très variable d’un pays à l’autre, est révélatrice de l’état des sociétés et du rapport entre le prince et ses sujets. Ce volume est le dernier d’une trilogie consacrée aux funérailles princières de l’Europe moderne.

Les textes sont issus de trois colloques internationaux organisés dans le cadre d’un programme du Centre de recherche du Château de Versailles: Cracovie, 14-16 octobre 2007; Madrid et l’Escorial, 27-29 novembre 2008; Versailles et Saint-Denis, 26-28 novembre 2009.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Publication : Images Take Flight. Feather Art in Mexico and Europe (1400–1700).

RUSSO Alessandra (dirs.), WOLF Gerhard (dirs.) et FANE Diana (dirs.), Images Take Flight. Feather Art in Mexico and Europe (1400–1700), Munich, Hirmer Verlag, 2015, 408 p.

RUSSO Alessandra (dirs.), WOLF Gerhard (dirs.) et FANE Diana (dirs.), Images Take Flight. Feather Art in Mexico and Europe (1400–1700), Munich, Hirmer Verlag, 2015, 408 p.

Présentation de l’éditeur :

This widely anticipated book offers the first systematic study of feather mosaics created in New Spain in the context of a broader creative exchange between Mesoamerican and European aesthetics and materials. Thirty-three scholars look at these unprecedented feather artworks that circulated all around the world in the 16th and 17th centuries from a range of vantage points including art history, anthropology, collecting and global history, natural history, archeology and conservation. Planned to complement a major international exhibition held at the National Museum of Art (MUNAL) in Mexico City in 2011, the book is organized thematically and includes ca. 300 color plates illustrating feather mosaics with their astonishing details, as well as relevant paintings, sculptures, drawings, engravings, books, European illuminated manuscripts, Mesoamerican codices, and studies of natural history.


Pour en savoir plus, rendez-vous sur le
site de l’éditeur.

Appel à communication : Art and Politics in Europe in the Modern Period

Hyacinthe Rigaud, Louis XV, roi de France, 1730, huile sur toile, 271 x 194 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Hyacinthe Rigaud, Louis XV, roi de France, 1730, huile sur toile, 271 x 194 cm, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Colloque.
Date limite pour envoyer une proposition : 15 janvier 2016.
Date et lieu de la manifestation : 29 juin-2 juillet – Faculty of Humanities and Social Sciences, Zagreb, Croatia.

The position and status of art and artist changed considerably in Europe in the modern period, primarily with the formulation of the concept of artistic genius and the new division of labour that separated artists from artisans. Those dealing with art were looked upon as individuals possessing an extraordinary talent that transcended mere skill. Regardless of this new individuality, artistic genius cannot be equated with complete autonomy. Although no longer dependent upon brotherhoods and gilds, artistic practice was nevertheless tied to a wider social context. Political circumstances have always influenced artistic production to a greater or lesser extent. However, in the modern period, an increased significance was given to political bodies and legislative frameworks which introduced changes to social structures bringing thereby the need for artists to adapt to new situations. In addition to newly formed bourgeoisie, aristocracy and the church(es) which remained influential in the course of the 19th century, various political elites, and political bodies on both national and local levels, gradually assumed an important role as investors of architectural projects or patrons of artists and artworks in general.

By stimulating or influencing cultural transfers, political structures greatly influenced the shaping of cultural circles in European countries. Changes of political borders, social systems, wars and economic instability are still continuously mirrored in the production of art, both formally and conceptually. Social organization of artistic life has also been determined by different spheres of political, cultural or economic interests. Professional associations, organisation and artist collectives, whose activities can range from utopian programmes to practical implementation of artistic ideas, either affirm or oppose political parties and/or systems. The same is the case with individual artists whose work can speak more or less openly about their personal position in relation to wider socio-political circumstances. Although rarely, they still manage to oppose regimes and enforced visual models in more or less subtle ways. Their personal criticism can be interpreted at least as an effort to undermine the power of oppressive ideologies.

What of all these mere efforts or accomplishments stays recorded and conveyed to other generations is largely determined by museums. As institutions which either specialize in art or collect art as part of more diverse collections, museums often help determine, reinforce or disregard the value of individual art works, artists or certain aspects of art production. Collection and communication of art in these institutions, understood in the widest possible sense of the word, establish a dialogue between art production and the notion of quality, value, tradition and identity. By collecting art, which can be seen as an act of collective remembering, museums designate collected works as representatives of the material world that are worth keeping and protecting. By exhibiting, they transmit messages which are fraught with ideological meanings developed in specific political, economic and socio-cultural contexts. Through their basic functions, museums therefore indicate or clearly point out to specific relationships between art and ideology with what is present in their collections and shown in exhibitions as well as with what is absent.

The goal of the conference is to stress the social contexts of artistic production and to question and interpret social and historical circumstances that conditioned and influenced the creation, meaning and perception of works of art. The contributions to the scientific conference Art and Politics in Europe in the Modern Period should deal with different aspects of complex relationships between visual art and political, economic, cultural, gender and other politics in Europe in the period from the late 15th century to the present day. This can be addressed through one of the topics in the three following topic areas :

  • Art in the Service of Politics
    • Politics of art patronage (by different social classes and political structures: aristocracy, bourgeoisie, state and local governments)
    •  Influence of political bodies on art, architecture and urban planning
    • Role of art, architecture and urban planning in representing regimes – totalitarian, democratic and other
    •  Shaping national styles and visual identities
    •  Role of art and art exhibitions in cultural policies and national representation
    •  Promoting dominant ideologies through different media (painting, sculpture, architecture, graphic art and design, photography, drawings, caricature etc)
    •    Influence of economic and social policies on art, architecture and urban planning
    •    Religious communities, politics and art
    •    Damnatio memorie – removal and destruction of artistic heritage
    •    Artistic heritage and military conflicts
    •    Politically motivated restoration of monuments
    •    Public sculpture and the creation of monument cult in the 19th and 20th century
    •    Traditionalism in art and political elites
    •    Art and revolution
  • Art and Artist in Opposition
    •    Caricature and politics
    •    Artistic production as reflection of opposition to dominant political structures
    •    Avant-garde art as a catalyst of change
    •    Socially engaged art
    •    Subversion in art and photography
    •    Gender and art (production and representation)
  • Works of Art in Museums
    • Museum functions and representation (collection, preservation, communication of art works and discursive practices)
    •  Museum displays and the production and reception of power narratives
    • Influence of market-oriented logic of production on collecting and displaying in art museums
    •  Wider social perception and reception of power narratives (in art
    museums/ museums exhibitions showing art works)

Paper proposals should contain author(s)’s name(s), title and the abstract, written in English, which should not exceed 500 words and a short author’s biography not longer than 250 words. Contributors will receive notification of acceptance by 15 February 2016. The official language of the conference is English.