Archives par étiquette : Dijon

Conférence du GRHAM : « Questions d’attribution » par Ambroise et Hubert Duchemin (Paris, 18 mai 2017).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 mai 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

A l’occasion de la dernière conférence de son cycle 2016-2017, le GRHAM invite la Galerie Hubert Duchemin pour une séance dédiée à un vaste débat sur l’attribution.

Ambroise Duchemin présentera une communication axée autour de la découverte d’un portrait de Fortuné Dufau (1770-1821). L’attribution à cet élève de Girodet d’un petit tableau longtemps resté anonyme a permis de redécouvrir un artiste oublié et de mettre un nom sur un des portraits les plus mystérieux du néo-classicisme français : La jeune fille au collier de jais du musée Magnin à Dijon.

Hubert Duchemin s’interrogera sur l’attribution de certaines œuvres célèbres présentées dans les musées. Il partagera avec le public son analyse sur des toiles de Caravage et Poussin mais aussi, plus brièvement, de Watteau et Chardin. Cette présentation sera l’occasion de mettre à l’épreuve de la discussion quelques-unes de ses interrogations. Partisan d’une approche singulière et transversale, Hubert Duchemin reviendra également sur sa méthode basée sur « la connaissance du langage des peintres » et la comparaison, le « paragone ».

Expert indépendant en tableaux et dessins, Hubert Duchemin exerce son regard depuis plus de trente ans au sein des collections privées, du marché de l’art mais également des musées. Il est notamment à l’origine de la redécouverte du Chat Mort de Géricault ainsi que des Esquisses de portraits de Fragonard (avec Lilas Sharifzadeh). Actuellement installé au 8 rue de Louvois à Paris, la Galerie Hubert Duchemin présente plusieurs expositions chaque année, basées sur ses récentes découvertes.

Diplômé de Sciences-Po Toulouse en 2013 (Master Culture et Production des savoirs), Ambroise Duchemin rejoint dans la foulée la galerie familiale puis créé en 2015 sa propre structure accompagnée d’un site internet. Passionné par l’art ancien et moderne, il a publié en mars 2017 son premier catalogue « Œuvres sur papier » qui couvre une période allant de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle.

Journée d’étude : Inventorier le patrimoine artistique sous la Révolution : méthodes et enjeux.

Jean-Lubin Vauzelle, La salle d'introduction du musée des Monuments français, 1804, huile sur toile, Paris, musée Carnavalet.

Jean-Lubin Vauzelle, La salle d’introduction du musée des Monuments français, 1804, huile sur toile, Paris, musée Carnavalet.

Type : Journée d’étude.
Date : 19-20 novembre 2015.
Lieu de la journée d’étude : salle 337, université de Bourgogne, Dijon.


Avant même la création du musée et le nouveau régime d’œuvre d’art qu’il entraine, la Révolution avait suscité un nouveau regard sur les œuvres par un immense travail de recensement des objets. Le 16 septembre 1792, l’Assemblée législative vote la conservation des « chefs-d’œuvre des arts » menacés. A coté de la commission chargée de mettre en place le Museum, en province et à Paris, des artistes ou des antiquaires, souvent liés aux académies ou aux écoles de dessin, s’affairent à décrire les peintures et les sculptures qui étaient devenues la propriété de l’Etat par la mise à la disposition de l’Etat des biens du clergé (2 novembre 1789) ou les saisies des biens d’émigrés. Il en résulte un nombre élevé d’inventaires recensant le patrimoine artistique des grandes villes, effectués dans des conditions très diverses, mais instaurant souvent déjà un processus de sélection, et procédant à des choix pour le destin de ces objets. Continuer la lecture

Publication : Les hôtels particuliers de Dijon au XVIIe siècle.

BOTTE Agnès, Les hôtels particuliers de Dijon au XVIIe siècle, Paris, Picard, octobre 2015, 360 p.

BOTTE Agnès, Les hôtels particuliers de Dijon au XVIIe siècle, Paris, Picard, octobre 2015, 360 p.

Présentation de l’éditeur :

Si à Paris, les hôtels particuliers ont fait l’objet de publications assez récentes, en province par contre, les études de synthèse sont encore rares. Cet ouvrage propose une étude inédite de l’architecture privée dijonnaise du XVIIe siècle : un patrimoine exceptionnel, en grande partie préservé.

Le dépouillement de nombreuses sources d’archives inédites a permis de reprendre l’histoire de ces hôtels : leur implantation, leurs commanditaires, les architectes et les entrepreneurs, ou encore la distribution des espaces intérieurs ou extérieurs.
Dans une société parlementaire où les apparences jouent un rôle primordial, l’hôtel est un véritable marqueur d’identité qui exprime le rang de chacun dans la hiérarchie sociale. Cinquante-quatre demeures historiques dijonnaises sont analysées en détail, pour mettre en évidence l’évolution de leur architecture.

L’auteur replace l’architecture patricienne provinciale dans la France du Grand Siècle : Paris, la première référence, mais aussi Aix-en-Provence, Bordeaux, Montpellier, Rouen ou encore Toulouse.
Cet ouvrage s’inscrit dans la redécouverte d’un très riche patrimoine et a bénéficié d’une campagne photographique dédiée qui révèle de nombreux édifices privés d’ordinaires peu accessibles.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.