Archives par étiquette : dessin

Symposium : « Graphic satire and the UK in the long nineteenth century », University of Nottingham

 

James Gillray (artist), Hannah Humphrey (publisher), A Hackney Meeting, 1796, etching, London, Victoria and Albert Museum
© Victoria and Albert Museum, London

Type : Conférence
Date : 5 septembre 2017, 9h-18h30
Lieu :  A30 Lecture Theatre, Lakeside Arts, University of Nottingham, UK.

A one-day symposium convened by Professor Fintan Cullen and Dr Richard A Gaunt, University of Nottingham. Keynote speaker: Professor Brian Maidment (Liverpool John Moores University).

This one-day international symposium seeks to interrogate the nature of the United Kingdom’s status as a global power in the long nineteenth century (c.1780-1920) by considering the varied ways in which it was viewed, and represented, in graphic satire during this period. The years from c.1780- 1920 encompassed events with widely-felt repercussions, generating interest and commentary well outside the countries in which they occurred. In turn, these events required the United Kingdom – which came into existence with the union between Great Britain and Ireland in 1801 – to consider its reach, role and reputation on a global scale. In the period up to 1815, for example, the American Wars of Independence (1775-83), the French Revolution of 1789, the wars against Revolutionary and Napoleonic France (1793-1815) and the Battle of Waterloo (1815), all made the United Kingdom think outside its purely domestic political situation. The establishment of peace terms in 1815 ushered in what historians once described as the ‘Pax Britannica’ or century of ‘British’ peace. Over the course of the next century, the United Kingdom became increasingly defined by the range of its global interests, both in terms of its formal and informal empire, its diplomatic activity and its continuing participation in naval and military conflict. By the end of the period, the United Kingdom’s global status was challenged by the repercussions of World War One (1914-18) and the impending dissolution of
the Union with Ireland (1922).

The symposium provides an opportunity to explore the United Kingdom’s global relationships in this period in graphic political and personal satires. It builds on a growing body of work which explores the subject from the perspective of individual satirists such as Gillray, Rowlandson, Cruikshank and Doyle, as well as studies of well-known satirical print titles like Punch and personifications of ‘Britishness’ such as John Bull. Papers which consider the United Kingdom’s global relationships from the perspective of the constituent parts of the United Kingdom (England, Scotland, Wales  and Ireland) and from overseas will be presented, as will papers which reflect upon issues of race, gender, nationhood and ethnicity across the period in question.

For more information on the speakers and programme, see: http://www.nottingham.ac.uk/conference/fac-arts/humanities/history/graphic-satire/graphic-satire.aspx

Conférence du GRHAM : « Questions d’attribution » par Ambroise et Hubert Duchemin (Paris, 18 mai 2017).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 mai 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

A l’occasion de la dernière conférence de son cycle 2016-2017, le GRHAM invite la Galerie Hubert Duchemin pour une séance dédiée à un vaste débat sur l’attribution.

Ambroise Duchemin présentera une communication axée autour de la découverte d’un portrait de Fortuné Dufau (1770-1821). L’attribution à cet élève de Girodet d’un petit tableau longtemps resté anonyme a permis de redécouvrir un artiste oublié et de mettre un nom sur un des portraits les plus mystérieux du néo-classicisme français : La jeune fille au collier de jais du musée Magnin à Dijon.

Hubert Duchemin s’interrogera sur l’attribution de certaines œuvres célèbres présentées dans les musées. Il partagera avec le public son analyse sur des toiles de Caravage et Poussin mais aussi, plus brièvement, de Watteau et Chardin. Cette présentation sera l’occasion de mettre à l’épreuve de la discussion quelques-unes de ses interrogations. Partisan d’une approche singulière et transversale, Hubert Duchemin reviendra également sur sa méthode basée sur « la connaissance du langage des peintres » et la comparaison, le « paragone ».

Expert indépendant en tableaux et dessins, Hubert Duchemin exerce son regard depuis plus de trente ans au sein des collections privées, du marché de l’art mais également des musées. Il est notamment à l’origine de la redécouverte du Chat Mort de Géricault ainsi que des Esquisses de portraits de Fragonard (avec Lilas Sharifzadeh). Actuellement installé au 8 rue de Louvois à Paris, la Galerie Hubert Duchemin présente plusieurs expositions chaque année, basées sur ses récentes découvertes.

Diplômé de Sciences-Po Toulouse en 2013 (Master Culture et Production des savoirs), Ambroise Duchemin rejoint dans la foulée la galerie familiale puis créé en 2015 sa propre structure accompagnée d’un site internet. Passionné par l’art ancien et moderne, il a publié en mars 2017 son premier catalogue « Œuvres sur papier » qui couvre une période allant de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle.

Appel à communication : « Beyond Reproductive Printmaking: Prints and the Canon of European Painting, ca. 1500–1810 »

le-baiser-a-la-derobee

Nicolas François Regnault d’après Jean-Honoré Fragonard, Le Baiser à la dérobée, XVIIIe siècle, estampe, 42,2 x 48,5 cm, Paris, musée du Louvre, collection Rothschild

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature: 15 février 2017.
Date de la manifestation : 18-19 septembre 2017.
Lieu : Dresde.

Conference for Ph.D. students, postgraduates and researchers at museums and universities in the Kupferstich-Kabinett (Museum of Prints, Drawings and Photographs) of the Staatliche Kunstsammlungen Dresden (Dresden State Art Collections) in collaboration with the TU Dresden Institute of Art and Music, Dresden, 18–19 September 2017.

Are paintings reproduced because they are famous, or have they become famous because they have been reproduced over and over again in the past centuries? The aim of this conference is to throw light on the status of reproductive prints in the process of the formation of (an) artistic canon(s). It aims at exploring artistic and technical aspects of the creative and innovative making process, including the printmakers’ ability to translate the original work into a new pictorial language and to the history of both reception and transmission of works of art.

The conference will cover the period running from the early 16th century to the introduction of the first lithographic press in the early 19th century. Geographically, the focus is on Europe. No restrictions are imposed concerning printing techniques—on the contrary, the characteristics of each technique as well as its ability and uses for reproducing original paintings constitute an important topic. We invite submissions of papers drawing from current research on specific prints or series of prints as well as on new theoretical approaches and methodologically promising developments in the study of interpretative prints, also exploring their potential as a source and as a subject matter of art history. Continuer la lecture

Publication : « The Learned Draftsman : Edme Bouchardon ».

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

KOPP Édouard, The Learned Draftsman : Edme Bouchardon, Los Angeles, J. Paul Getty Museum, 2017, 336 p.

Présentation de l’éditeur :

The celebrated French artist Edme Bouchardon (1698–1762) is primarily known as a sculptor today, but his contemporaries widely lauded him as a draftsman as well. Talented, highly innovative, and deeply invested in the medium, Bouchardon made an important contribution to the European art and culture of his time, and in particular to the history of drawing. Around two thousand of his drawings survive—most of which bear no relation, conceptual or practical, to his sculpture—yet, remarkably, little scholarly attention has been paid to this aspect of his oeuvre. This is the first book-length work devoted to the artist’s draftsmanship since 1910. Continuer la lecture

« Hubert Robert (1733-1808), un peintre visionnaire » : recension des essais du catalogue d’exposition

          L’exposition organisée au musée du Louvre, en association avec la National Gallery of Art de Washington, du 9 Mars 2016 au 30 Mai 2016 est la première manifestation consacrée à l’ensemble de la carrière d’Hubert Robert (1733-1808) depuis 1933[i]. Le commissaire de l’exposition, Guillaume Faroult, et ses collaborateurs, ont réuni dans le Hall Napoléon un ensemble exceptionnel de cent quarante œuvres (peintures, dessins, gravures, objets d’art), issues des plus grands fonds patrimoniaux français et étrangers. La muséographie suggère sans excès une architecture factice en rapport avec la qualité de « peintre d’architecture » d’Hubert Robert. Ses œuvres se répartissent dans quinze espaces consacrés à une thématique propre.

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

fig. 1. Hubert Robert, Projet pour la Transformation de la Grande Galerie, 1796, huile sur toile, 113 x 143 cm, Paris, musée du Louvre

Dans chaque espace, un grand cartel adossé au mur rappelle les ruines peintes par l’artiste, à moins qu’il ne fasse écho au détail d’un célèbre tableau où le peintre se représente en bas à droite face à sa toile posée de biais devant la Sainte Famille de Raphaël qu’il est entrain de copier dans la Grande galerie du Louvre (fig. 1). Dans un cas comme dans l’autre, la muséographie vient renforcer le lien entre les ruines, dont Hubert Robert est le plus célèbre interprète français du XVIIIe siècle, et le Louvre, dont il assure la conservation des œuvres d’art durant la transformation progressive du palais en musée des beaux-arts.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle ».

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.

Publication : Revue de l’Art – n° 190 – 2015-4 – « L’art au temps de Louis XIV ».

9782708014176-revue-de-l-art-n-190-2015-4-jelpb

Présentation de l’éditeur :

Editorial :

Marianne Cojannot-Le Blanc :
Apprécier les arts du règne de Louis XIV : une gageure pour notre temps ?

Etudes :

Marie Pauline Martin :
Le Cabinet des Beaux-arts de Charles Perrault : le monument d’un moderne.

Anne Le Pas de Sécheval :
Jules Hardouin-Mansart et le décor intérieur du Dôme des Invalides
L’architecte ordonnateur, le dessin et les relations entre les arts.

Koenraad Brosens :
Les manufactures royales et la loi du marché. La tapisserie à Paris et à Beauvais.

Notes et documents :

Stéphane Castelluccio :
Madeleine de Scudéry et VersaillesDes châteaux enchantés au château enchanteur.

Robert W. Berger :
Les bustes de Louis XIV par Le Bernin et Warin : marbres, bronzes et copies.

Benjamin Ringot :
Politique des arts et pratiques artistiques : le rôle de la surintendance des Bâtiments du roi.

Claire Mazel :
Le portrait d’Antoine Coysevox sous la plume de Fermel’huis
Un sculpteur en mouvement.

Hendrik Ziegler :
L’art français à l’épreuve du jugement allemand : le cas de l’hôtel d’Amelot de Bisseuil examiné par Leonhard Christophe Sturm.

Découvertes :

Alexandre Cojannot :
Le château de Châteauneuf-sur-Loire au XVIIe siècle : à propos de la maquette d’un projet de Pierre Bullet en 1679.

Etienne Faisant :
Une œuvre inédite de Jean-Baptiste Tuby d’après Charles Le Brun : le tombeur d’Henri de Matignon.

Bibliographie critique.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’éditeur.

Journée d’étude : Libertés du corps et du geste : la place de la spontanéité en France au XVIIIe siècle.

Jean-Honoré Fragonard, Céphale et Procris, 1755, huile sur toile, 79 x 173 cm, Angers, musée des Beaux-Arts.

Jean-Honoré Fragonard, Céphale et Procris, 1755, huile sur toile, 79 x 173 cm, Angers, musée des Beaux-Arts.

Type : journée d’étude.
Date : 08 décembre 2015.
Lieu : Palais du Luxembourg, 26 rue de Vaugirard, 75006 Paris.
Sous la direction du :
laboratoire IRHiS (Université Lille 3) et du musée du Luxembourg.
Sur inscription, par mail : joanne.snrech@museeduluxembourg.fr, avant le 10 novembre.

Programme :

9h00 : Accueil.
9h30 : Fragonard, le « peintre dynamique » ?. Entretien avec Pierre Rosenberg de l’Académie Française.
10h10 : « Je peindrais avec mon cul ». Peindre sur nature chez Fragonard. Guillaume Faroult, Conservateur en chef, en charge des peintures françaises du XVIIIe siècle et des peintures britanniques et américaines, Musée du Louvre ; Commissaire de l’exposition Fragonard amoureux.
11h00 : Pause.
11h20 : « Il y en a bien peu qui connoissent le fin ». Connoisseurs, demi-connoisseurs et goût pour le dessin en France au XVIIIe siècle. Delphine Chambon, doctorante en histoire de l’art, Université Lille 3 – IRHiS.
11h40 : « Finissez monsieur Robert ! » : la rapidité du geste d’Hubert Robert. Sarah Catala, doctorante en histoire de l’art, Université Lille 3 – IRHiS.
12h00 : discussion.
12h20-13h50 : Pause déjeuner.
14h00 : Brouillon, prélude, esquisse. Michel Delon, Professeur de Littérature française, Université Paris-Sorbonne.
14h40 : Les étapes d’une réflexion : étude de quelques séries d’esquisses de Gabriel-François Doyen (1726-1806). Benjamin Salama, doctorant en histoire de l’art, Université Paris-Sorbonne.
15h00 : Nocturnes libertins, ou la mise en scène de la spontanéité dans l’art d’aimer du siècle des Lumières. Marine Ganofsky, maître de conférences, Université de Saint-Andrews.
15h20 : Discussion.
15h40 : Pause.
16h00 : « Plus de grâce que les plus beaux ornements » : la quête de la spontanéité dans le portrait féminin du XVIIIe siècle. Elise Urbain, doctorante en histoire de l’art, Université Lille 3 – IRHiS, École du Louvre.
16h20 : Pétiller d’esprit : les sociabilités du bon mot au XVIIIe siècle. Jean-Alexandre Perras, assistant de recherche, Jesus College, Université d’Oxford.
16h40 : Discussion.
17h00 : Conclusion générale.
17h20 : Fin de la journée.