Archives par étiquette : Christophe Leribault

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Triomphe de l’art républicain »

Antoine-François Callet, Tableau allégorique du 18 brumaire an VIII ou la France sauvée, 1800, huile sur toile, 101 x 125 cm, Vizille, musée de la Révolution française.

Type : Symposium (grand public)
Date : 5 juillet 2017.
Lieu : Paris, Mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : Christophe Henry et Cécilie Champy.

PROGRAMME Continuer la lecture

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Si Paris m’était conté. L’invention d’une capitale des arts (XIIIe – XXIe siècle) ».

Capture d’écran 2016-01-08 à 17.22.29

Type : symposium.
Date : 2 et 3 mars 2016.
Lieu : Paris, mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : 
Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour, Christophe Henry et avec la collaboration du Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM).

Comment les arts ont-il inventé la capitale de la France ? Comment les techniques de l’édification et de la représentation ont-elles fait du siège médiéval de la monarchie la première des métropoles modernes ? Comment Paris s’est-elle jouée de son passé pour mettre en scène cette modernité qui s’affiche aussi bien Place des Vosges vers 1610, rue de Rivoli vers 1810 ou dans la pyramide du Louvre en 1990 ? Comment la ville, malgré son histoire mouvementée, a-t-elle manipulé habilement son parcellaire pour faire surgir d’un dédale de rues destinées au logement et au commerce des visions urbaines qui devaient marquer la physionomie de toutes les capitales du monde ? Et comment cette physionomie urbaine sans cesse modifiée et renouvelée du XIIIe au XXIe siècle a-t-elle servi l’essor des industries et artisanats qui ont contribué à l’excellence de sa réputation mondiale ? Le destin artistique de Paris méritait qu’on lui consacre deux journées ouvertes à tous, les 2 et 3 mars prochains.A notre habitude, les intervenants auront pour mission de satisfaire la curiosité des amateurs et curieux sans lesquels la recherche historique resterait vaine.

Programme :

MERCREDI 2 MARS

9h30 : Café.

9h45 : Présentation générale, par Martine Debieuvre.

Petite géographie économique du Paris historique par Christophe Henry et Sébastien Chauffour.

Première session : Surgissement d’une capitale.

Présidence : Sébastien Chauffour (Bibliothèque de l’INHA).

10h15 : La matière d’un grand dessein ? Physionomies de Paris aux XIIIe et XIVe siècles par Léa d’Hommée-Kchouk (Université de Paris 1).

10h45 : Notre-Dame de Paris : archéologie d’un mythe cathédrale par Véronique Soulay (Université Paris-Sorbonne).

11h15 : Débat.

Deuxième session : Quelques agréments du grand Siècle.

Présidence : Marc Bayard (Mobilier national).

11h30 : L’eau et les bains dans l’habitat parisien des XVII-XVIIIe siècles par Ronan Bouttier (université Paris-Sorbonne).

12h : Tous acteurs : l’intérieur des salles de spectacles à Paris au XVIIIe siècle et sous la Révolution par Hadrien Volle (Université Paris 1).

12h30 : Débat.

12h45 : Déjeuner collégial.

Troisième session : La métropole artistique.

Présidence : Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art).

14h : Autour de Gabriel de Saint-Aubin : les artistes parisiens établis hors de l’Académie royale de peinture et de sculpture au XVIIIe siècle par Maël Tauziède-Espariat (Université de Bourgogne).

15h00 : Des dominos aux décors panoramiques : l’art du papier peint à Paris au XVIIIe siècle par Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne).

15h30 : Les ébénistes allemands à Paris au XVIIIe siècle par Miriam Schefzyk (Université de Münster).

16h00 : Débat.

16h30 : Pause café.

Quatrième session : L’architecture ou la mise en oeuvre des idées.

Présidence : Christophe Henry (Académie de Versailles).

16h45 : La maison parisienne des Lumières par Youri Carbonnier (Université d’Artois).

17h15 : Paris nouvelle Rome au XVIIIe siècle par Markus Castor (Centre allemand d’histoire de l’art)

17h14 : Débat.

18h00 : Fin de la première journée.

JEUDI 3 MARS

9h30 : Visite des ateliers de la COARC sous la direction de Marie Monfort (COARC).

12h : Déjeuner collégial.

Cinquième session : La quête des plaisirs et des jouissances.

Présidence : Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

14h : Dans les méandres de la prostitution close parisienne (1804-1946) par Alison Gorel-Le Pennec (Université Paris 1) et Juan Luque (Ecole du Louvre).

14h30 : Le commerce de mode parisien ou Watteau à l’exposition universelle de 1900 par Laetitia Pierre (Centre allemand d’histoire de l’art).

15h : Débat.

Sixième session : Sous l’oeil du baron Haussmann.

Présidence : Benjamin Couilleaux (Musée Cognacq-Jay).

15h30 : La fabrique de la Samaritaine par Charlotte Duvette (Université Paris1).

16h00 : Rhétorique du monument civil : la Défense de Paris de Louis-Ernest Barrias (1883) par Cécilie Champy (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

16h30 : Une demeure parisienne pour l’industrie textile : l’Hôtel Mezzara d’Hector Guimard par Olivier Pons et Nicolas Horiot (Paris, Association Le Cercle Guimard).

17h : Débat et pause café.

Septième session : Modernité ou vandalisme ?

Présidence : Christophe Leribault (Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris).

17h15 : De l’atelier des rois au chaudron de la révolte : les mutations exemplaires du quartier Saint-Antoine par Pauline Rossi (Université Paris-Sorbonne).

17h45 : Le Marais : destin du quartier qui inspira la loi Malraux par Alexandre Burtard (Atelier d’architecture et d’urbanisme Blanc-Duché, chargé d’études du secteur sauvegardé du Marais ).

18h15 : Discussion plénière.

Compte rendu de la conférence de Guillaume Kazerouni (3 novembre 2015) : « Les tableaux de l’abbé Desjardins, une exposition impossible ? »

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l'enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l’enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Dans le cadre d’une conférence qui s’est déroulée le 3 novembre 2015 à l’INHA, Guillaume Kazerouni a présenté le projet d’une exposition préparée par le Musée des Beaux-Arts de Rennes (MBAR), dont il est le responsable des collections anciennes, en partenariat avec le Musée National des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ). Placé dans la continuité de l’exposition qu’il a consacré aux peintures des églises de Paris au XVIIe siècle (Musée Carnavalet, 2012-2013) [1], ce nouveau volet a pour but de révéler l’histoire et la composition d’un ensemble important de peintures provenant des églises parisiennes, peu à peu oublié depuis son transfert au Québec sous la Restauration par l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins (1753-1833).

Continuer la lecture