Archives par étiquette : Christie’s

Appel à communication : Female Agency in the Arts

Marie-Guillemine Benoist, Autoportrait, 1790, huile sur toile, collection particulière.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 15 juillet 2017

Date de la manifestation : 26 – 27 juin 2018

Lieu : New York, Christie’s Education New York

Celebrating Female Agency in the Arts – Call for Sessions

Following the success of the 250-anniversary conference held in London in July 2016, Christie’s Education is organizing its second academic conference on the theme of women in the arts. The Conference will take place at Christie’s, 20 Rockefeller Plaza in New York on Tuesday June 26th and Wednesday June 27th 2018. Continuer la lecture

Christie’s en Novembre

Charles Amédée Philippe Van Loo, L’Artiste et sa mère ?, 1763, huile sur toile, 80 x 64 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, L’Artiste et sa mère ?, 1763, huile sur toile, 80 x 64 cm.

Parmi les œuvres proposées à la vente Christie’s du 2 novembre à Londres, on notera ce double portrait (lot n° 103, estimé entre 12 000 et 18 000 £) réalisé par Charles Amédée Philippe Van Loo (1719 – 1795). Fils de Jean-Baptiste Van Loo (1684 – 1745), lui-même frère aîné de Carle Van Loo (1705 – 1765), Charles Amédée obtient le prix de Rome en 1738 et est admis à l’Académie royale de peinture en 1747. Il devient le peintre attitré de Frédéric II de Prusse (1712 – 1786) auprès duquel il réside de 1748 à 1758 et de 1763 à 1769, ayant obtenu la permission de rentrer en France tant que la Guerre de Sept Ans durerait. Dans le portrait de L’Artiste et sa mère, Charles Amédée utilise un procédé similaire à celui qu’il retient pour peindre ses six enfants qui sont représentés trois par trois dans deux trompes-l’œil ovales, datés et signés de 1764, et tous les deux conservés dans les collections de la National Gallery of Art de Washington ; La lanterne magique et Les Bulles de savon. Ces tableaux ainsi que le portrait de L’Artiste et de sa mère témoignent de l’intérêt grandissant que Charles Amédée Van Loo porte à la peinture de genre hollandaise. Le peintre a, en effet, pu étudier les œuvres de Frans van Mieris l’aîné (1635 – 1681) et de Willem van Mieris le jeune (1662 – 1747) au cours de son long séjour à la cour de Frédéric le Grand. Christine Roland note aussi que l’on « détecte chez lui l’influence du vérisme de la peinture germanique : Dürer, Grünewald, Cranach, ainsi que des portraitistes allemands contemporains ….On trouve dans les portraits d’Amédée Van Loo, comme dans ceux de ses collègues allemands, une façon d’appliquer les couches de pigments qui utilise le jeu de lumière pour rendre le caractère de personnage, ce qui explique pourquoi les œuvres paraissent dures et maladroites en reproduction photographiques : l’intimité de la présence du personnage y est aplatie et perdue[1]. ». Du fait de son long séjour à la cour de Prusse, l’essentiel de l’œuvre de Charles Amédée Van Loo – qu’il s’agisse de plafonds allégoriques, de tableaux d’histoire ou mythologiques – se trouve principalement à Berlin et à Postdam. Lors de son retour définitif en France, le peintre est nommé adjoint à professeur en 1770, puis adjoint à recteur en 1790. Entre 1773 et 1775, il reçoit la commande les cartons de tapisserie pour la Tenture du costume turc qui reflètent l’engouement de l’époque pour l’Orient. Moins connu que son oncle Carle, l’artiste reste à redécouvrir.

Charles Amédée Philippe Van Loo, La Lanterne magique, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, La Lanterne magique, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, Les bulles de savons, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm

Charles Amédée Philippe Van Loo, Les bulles de savons, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————–

[1] Christine Rolland (dir.), Autour des Van Loo. Peinture, commerce des tissus et espionnage en Europe (1250 – 1830), Mont-Saint-Aignan, Publication des universités de Rouen et du Havre, 2012, p. 291.

Christie’s en octobre

Antoine van Dyck, Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans, vers 1634, huile sur toile, 135,6 x 99,7 cm.

Antoine van Dyck, Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans, vers 1634, huile sur toile, 135,6 x 99,7 cm.

Pour sa vente du 26 octobre 2016, Christie’s propose un Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans (1615 – 1672). Ce tableau (lot n° 70 estimé entre 400 000 et 600 000 $) récemment redécouvert est une des deux versions autographes peintes par Antoine van Dyck (1599 – 1641), l’autre version faisant partie de la collection du Duc de Bedford à l’abbaye de Woburn.

Ferdinand Bol, Portrait d’un jeune homme, vers 1640, huile sur toile, 67 x 53,7 cm

Ferdinand Bol, Portrait d’un jeune homme, vers 1640, huile sur toile, 67 x 53,7 cm.

Le lot n° 74 (estimé entre 150 000 et 250 000 $) propose un Portrait de jeune homme inédit de Ferdinand Bol (1616 – 1680). Ce tableau date probablement des années 1640 qui marqueront la fin de l’apprentissage de Ferdinand Bol auprès de son maître Rembrandt (1606 – 1669) et le début d’une carrière indépendante couronnée de succès et de nombreuses commandes officielles.

Jean-Honoré Fragonard, Le Billet doux, vers 1770, huile sur toile, 16,4 x 12,4 cm.

Jean-Honoré Fragonard, Le Billet doux, vers 1770, huile sur toile, 16,4 x 12,4 cm.

Le Billet Doux (Lot n° 100 estimé entre 120 000 et 160 000 $) est un petit tableau de Jean-Honoré Fragonard (1732 – 1806) récemment redécouvert. Il fait partie d’un ensemble de scènes de genre, toutes peintes au cours des années 1770, montrant des demi-figures accoudées à un rebord de pierre ou à une fenêtre ouverte. Parmi celles-ci, on compte les célèbres Curieuses conservées aujourd’hui au musée du Louvre. Un autre tableau de Fragonard qui dépeint un jeune homme implorant une jeune fille à sa fenêtre, conservé dans la collection Veil-Picard, est probablement le pendant du Lot n° 100. Les deux œuvres se complètent sur le thème de la rencontre amoureuse.

Jean-Baptiste Pater, Soldats et vivandières se reposant autour d’un feu, huile sur toile, 46,3 x 55,8 cm.

Jean-Baptiste Pater, Soldats et vivandières se reposant autour d’un feu, huile sur toile, 46,3 x 55,8 cm.

Au Lot n° 101 (estimé entre 100 000 et 150 000 $) on trouve un tableau de Jean-Baptiste Pater (1695 – 1736) qui, comme son maître Antoine Watteau (1684 – 1721), s’attache à représenter la vie des soldats pendant la Guerre de Succession d’Espagne (1701 – 1713). Le morceau de réception de Pater à l’académie royale de peinture en décembre 1728 sera d’ailleurs un tableau sur le thème de la vie militaire ; Une fête champêtre. Réjouissance de soldats, actuellement conservé au musée du Louvre. Les Soldats et vivandières se reposant autour du feu reprend le modèle établi par Watteau qui montre soldats et officiers loin de l’agitation du champ de bataille. Ces derniers sont dépeints dans leur quotidien, alors qu’ils se reposent, jouent aux cartes ou conversent en compagnie des femmes et enfants qui accompagnent la garnison de campement en campement. Chaque figure, étudiée séparément, a fait l’objet de dessins préparatoires dont certains sont identifiés dans les collections du musée J. Paul Getty ou de la Fondation Custodia.

Jean Restout II, Portrait de Pierre Vigné de Vigny, vers 1720, huile sur toile, 81,6 x 65 cm.

Jean Restout II, Portrait de Pierre Vigné de Vigny, vers 1720, huile sur toile, 81,6 x 65 cm.

Le Portrait de Pierre Vigné de Vigny (1690 – 1772) proposé au Lot n° 96 (estimé entre 100 000 et 150 000 $) dépeint un ami de Jean Restout. L’architecte et le peintre semblent avoir été proches : tous les deux membres de l’Académie royale, ils bénéficient régulièrement des commandes de l’église, du Régent et du Duc de Luynes. De plus, de nombreuses peintures de Restout apparaissent sur l’inventaire après décès établi à la mort de Vigné de Vigny. Ce dernier, élève de Robert de Cotte, admirateur de Borromini et d’Oppenordt, réalise au début de sa carrière parisienne un ensemble de logements pour le banquier Antoine Crozat (la Cour du Dragon) ainsi que l’hôtel Chenizot, avant de travailler pour le clergé et la noblesse. Pour son élection à la Royal Society de Londres, il écrit, en 1740, une Dissertation sur l’architecture, publiée en 1752.

Florence Fesneau

Vente Christie’s du 7 juillet 2016

Pierre-Paul Rubens, Loth et ses filles, vers 1613 – 1614, huile sur toile, 190 x 225 cm.

Pierre-Paul Rubens, Loth et ses filles, vers 1613 – 1614, huile sur toile, 190 x 225 cm.

La Vente “Old Masters and British Paintings Evening Sale” du 7 juillet (Londres, 19h00) propose nombre d’œuvres prestigieuses.

Le clou de la vente sera sans conteste le Loth et ses filles de Pierre-Paul Rubens (1577 – 1640) présenté au Lot n° 12. Connue grâce à une gravure de 1766 que Thomas Martyn (1735 – 1825) reproduit dans le 1er volume de The English Connoisseur, cette œuvre n’a jamais été montrée au grand public. Elle est en effet passée de la collection Marlborough au Palais de Bleinheim, où elle se trouvait au XVIIIe siècle, à celle du baron Maurice de Hirsch de Gereuth (puis celle de ses descendants) en 1880.

Pierre-Paul Rubens, Venus suppliant Jupiter, huile sur bois, 50.8 x 37.5 cm.

Pierre-Paul Rubens, Vénus suppliant Jupiter, début XVIIe siècle, huile sur bois, 50.8 x 37.5 cm.

Une autre œuvre de Rubens, Vénus suppliant Jupiter, est estimée à 1,2 -1,8 M£ (Lot n° 9). Le tableau illustre un passage du Chant I de l’Enéide dans lequel Vénus intervient auprès de Jupiter, afin de s’assurer de l’avenir des Troyens rescapés de la tempête déclenchée par Junon. Jupiter rassure Vénus quant à l’avenir d’Énée. Il lui prédit les guerres qu’Énée devra mener dans le Latium, la fondation d’Albe, l’histoire de Romulus et Remus, et l’accession au trône de l’empereur Auguste. Le tableau faisait partie de la collection de Joshua Reynolds et fut mis en vente pour la première fois chez Christie’s en 1795.

Matthias Stomer, Le Jugement de Salomon, huile sur toile, 157 x 222 cm.

Matthias Stomer, Le Jugement de Salomon, vers 1640, huile sur toile, 157 x 222 cm.

Le Lot n° 17 (estimé à 1,2 – 1,8 M£) présente un Jugement de Salomon peint à la période de maturité de Matthias Stomer (1600 – 1652) qui y fait preuve d’une grande expressivité dans le traitement des figures.

Luis Meléndez, Nature morte au pichet, huile sur toile, 40.3 x 35.3 cm.

Luis Meléndez, Nature morte au pichet, 1760 – 1775, huile sur toile, 40.3 x 35.3 cm.

Luis Meléndez (1716-1780) est considéré comme l’un des meilleurs peintres de natures mortes du XVIIIe siècle. Entre 1759 et 1774 il réalise pour le futur Charles IV d’Espagne – alors prince des Asturies – une grande série de natures mortes destinées au Musée d’histoire naturelle. Une partie importante de cette série est aujourd’hui conservée au musée du Prado, soit trente-neuf peintures qui représentent essentiellement des fruits et légumes produits dans l’Espagne d’alors. Ce lot n° 27 est estimé entre 600 000 et 800 000 £.

Giovanni Antoio Canal dit Canaletto, Vue d’une rivière, vers 1754, huile sur toile, 30,5 x 45 cm.

Giovanni Antoio Canal dit Canaletto, Vue d’une rivière, vers 1754, huile sur toile, 30,5 x 45 cm.

Le Lot n° 44 (estimé entre 700 000 et 1 M£) propose un tableau de Canaletto (1697-1768), Vue d’une rivière, qui serait une reprise avec plusieurs modifications d’un sujet plus vaste peint à Londres. Cette vue est généralement associée à la ville de Padoue, quoique le sujet fasse encore débat.

Claude Joseph Vernet, Port de Méditerranée, vers 1770, huile sur toile, 115,5 x 150,8 cm.

Claude Joseph Vernet, Port de Méditerranée, vers 1770, huile sur toile, 115,5 x 150,8 cm.

Quelques œuvres de peintres français du XVIIIe siècle méritent une mention spéciale. Le tableau Claude Joseph Vernet (1714 – 1789) est estimé à 300 000 – 500 000 £ (Lot n° 24). Cette œuvre méconnue – en dépit de sa taille importante – correspondrait peut-être à l’une des peintures perdues répertoriée dans le Catalogue Raisonné d’Ingersoll-Smouse : « Coucher de soleil : Au pied d’un énorme rocher, un turc fumer sa pipe et semble regarder un bâtiment qui s’approche. Plusieurs pécheurs stationnent. Au loin, une montagne et une tour » (Joseph Vernet: Peintre de Marine 1714-1789. Etude critique suivie d’un catalogue raisonné de son œuvre peint, Paris, 1926, II, p. 62, no. 1460).

François Boucher, Pan and Syrinx, Alphée et Arethuse, vers 1761, huile sur toile, 27.3 x 27 cm chacun.

François Boucher, Pan and Syrinx, Alphée et Arethuse, vers 1761, huile sur toile, 27.3 x 27 cm chacun.

Le Lot n° 25 (estimé à 200 00 – 300 000 £) présente deux tableaux en pendant de François Boucher (1703 – 1770), Pan et Syrinx et Alphée et Aréthuse. Ils sont considérés comme les premières pensées d’une série de quatre tableaux de dimensions similaires réalisées en 1761 pour le collectionneur Pierre-Louis-Paul Randon de Boisset. Ces deux études sont identifiées pour la première fois chez un autre collectionneur fervent de Boucher, Joseph François Varanchan de Geniès lors de la vente de 1777.

Jean-Baptiste Greuze, Fillette au bonnet noir, vers 1760, huile sur bois, 37.1 x 31.5 cm.

Jean-Baptiste Greuze, Fillette au bonnet noir, vers 1760, huile sur bois, 37.1 x 31.5 cm.

Au Lot n° 26 (estimé entre 100 000 – 150 000 £) on trouve un tableau de Jean-Baptiste Greuze (1725 – 1805), caractéristique des têtes d’expression produites par l’artiste à partir des années 1760.

Florence Fesneau

Vente Christie’s des 5 et 7 juillet 2016

Giovanni Battista Tiepolo, Tête de garçon regardant vers le haut, dessin, 24.9 x 20.2 cm

Giovanni Battista Tiepolo, Tête de garçon regardant vers le haut, dessin, 24.9 x 20.2 cm

La Vente “Old Masters & British Drawings” du 5 Juillet (Londres) présente au Lot n° 25 (estimé entre 200 000 – 300 000 £) un dessin de Giovanni Battista Tiepolo (1696 – 1770) représentant la tête d’un jeune garçon les yeux levés qui pourrait être celle de l’un des fils de l’artiste ; Giovanni Domenico (né en 1727) ou Lorenzo (né en 1736).

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, 1740 – 1741, Vue de Padoue, dessin, 18.5 x 27.7 cm.

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, 1740 – 1741, Vue de Padoue, dessin, 18.5 x 27.7 cm.

Le Lot n° 28 A (estimé entre 150 000 et 250 000 £) présente une Vue de Padoue, réalisée par Canaletto (1697-1768) vers 1740 – 1741, époque à laquelle il découvre la région avec son neveu Bernardo Bellotto (17420 – 1780) et se consacre quasi-exclusivement au dessin et à la gravure, délaissant momentanément la peinture. Ces dessins rendent compte d’une manière plus libre, Canaletto s’astreignant moins à l’exactitude topographique pour s’attacher d’avantage au rendu atmosphérique des lieux.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Eglise de la Trinité des Monts à Rome, dessin, 19.2 x 24.8 cm.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Eglise de la Trinité des Monts à Rome, dessin, 19.2 x 24.8 cm.

Le Lot n° 45 (estimé entre 100 000 – 150 000 £) propose un dessin de Claude Gellée dit Le Lorrain (1600 – 1682) représentant l’église de la Trinité des Monts. Il s’agit d’une étude préparatoire pour une Vue de Rome (1632) actuellement à la National Gallery de Londres.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Dans la Vente “The Exceptionnal Sale 2016” du 7 juillet (Londres), on notera deux tapisseries issues des séries Les Grotesques, sous les numéros 332 et 333 (estimée chacune entre 50 000 et 80 000 £). Elles ont été réalisées entre 1688 et 1732 à la manufacture royale de Beauvais sous la direction de Philippe Behagle (1648 – 1705) d’après des cartons de Jean-Baptiste Monnoyer (1636 – 1699) et Jean I Berain (1640 – 1711). La première représente des musiciens et des danseurs assis dans un pavillon surmonté d’un griffon, tandis que la seconde a pour sujet des dompteurs d’animaux. A gauche deux léopards combattent un buffle, au centre deux dompteurs s’occupent de trois lions, tandis qu’à droite on peut voir un figure et quatre chiens de chasse.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Florence Fesneau

Vente Christie’s du 3 mai à Paris

Jean-Baptiste Charpentier, Portrait de Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, huile sur toile 227 x 137 cm.

Jean-Baptiste Charpentier, Portrait de Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, huile sur toile
227 x 137 cm.

Dans la vente « Le goût français » du 3 mai, le tableau de Jean-Baptiste Charpentier (1728 – 1806) représentant un Portrait du duc de Penthièvre (1725-1793) (Lot n° 11) a atteint la somme de 63 900 €. Ce tableau est connu par plusieurs versions, celle du musée des Beaux-Arts de Tours étant la plus célèbre. Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, petit-fils de Louis XIV et fils du comte de Toulouse, y est portraituré dans son rôle d’Amiral de France, titre auquel il est élevé en 1734. Il tient dans sa main droite son bâton d’amiral et porte en sautoir le cordon de l’ordre du Saint-Esprit et l’insigne de la Toison d’or, ordre dont il a été fait chevalier en 1740. Le portrait, donné par le duc à l’abbé de Clairvaux en 1787, est resté dans la famille de ce dernier jusqu’à ce jour. Jean-Baptiste Charpentier a exécuté un autre portrait du duc, entouré de sa famille, dans un tableau intitulé La tasse de chocolat, conservé au Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (1768, huile sur toile, 177 x 255 cm).

La collation, 1690 - 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

La collation, 1690 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

Le lot n° 29 (169 500 €) est une tapisserie faisant partie de la tenture de L’Histoire de l’Empereur de la Chine illustrant le quotidien des empereurs Shun Chih (règne : 1644-1661) et de Kang Hsi (règne 1661-1721). Ces tapisseries sont directement inspirées de l’œuvre de Johan Nieuhof, Legatio batavica ad magnum Tartatiae chamum sungteium, modernum sinae imperatorem (1665), parue à l’issue de la visite de la délégation en Chine de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales (1655-1657). La tenture comprend traditionnellement neuf sujets tissés par la manufacture de Beauvais alors dirigée par Philippe Behagle (mort en 1705) : Les Astronomes, Le Thé de l’Impératrice, Le Retour de la chasse, L’Embarquement de l’Empereur, L’Embarquement de l’Impératrice, La Collation (ici représentée), La Récolte des ananas, L’Empereur en voyage et L’Audience de l’Empereur. Les cartons ont été réalisés par quatre peintres : Guy Vernansal (mort en 1729), Jean-Baptiste Belin de Fontenay (mort en 1715) et Jean-Baptiste Monnoyer, le quatrième peintre restant non-identifié. La signature de Vernansal, présente sur de nombreux modèles, laisse présumer qu’il était le peintre principal de la série. La datation est, quant à elle , difficile à déterminer avec certitude. Il est très probable qu’elle se situe entre la prise de fonction de Behagle en 1684 et le départ de Monnoyer en 1690. La série est finalement abandonnée à Beauvais en 1732, lorsque les cartons deviennent hors d’usage.

La collation représente l’empereur et l’impératrice de Chine prenant une collation, les serviteurs se tenant à leurs côtés sous un riche dais de velours de soie et brocards, avec de grands plats en métal disposés sur un dressoir à gauche avec des vases montés en porcelaine bleu blanc, à droite une table dressée, l’arrière-plan arboré avec un palais. La bordure est manquante.

Florence Fesneau

Christie’s en avril

Jean-Baptiste Pigalle, tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

Jean-Baptiste Pigalle, Tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

La vente de sculptures du 13 avril à New York propose une Tête d’enfant réalisée par Jean-Baptiste Pigalle (Paris, 1714 – 1785), lot n° 10 estimé à 70 000 – 100 000 $, un Buste d’homme en terre cuite de 1783 (64,3 cm), lot n° 13, estimé entre 20 000 et 30 000 $, de Gaetano Merchi (1747 – 1823). Ce sculpteur, aujourd’hui méconnu, quitte l’Italie pour s’installer à Paris en 1773 où il réalise plusieurs bustes de danseuses de l’Opéra dont celui de Marie-Madeleine Guimard. Aussi à la vente une Tête en terre cuite (38,1 x 45,1 cm) de Milon de Crotone d’après le modèle de Pierre Puget (Marseille, 1620 – 1694), lot n° 113, estimé entre 20 000 et 30 000 $.

 

 

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

La vente des « Maîtres Anciens, 1ère Partie » du 14 avril à New York (10h00) comporte de nombreuses œuvres qui arrivent pour la première fois sur le marché de l’art. On signalera deux tableaux de Gaetano Gandolfi (San Matteo della Decima 1734 – 1802 Bologne) ; le lot 115 estimé entre 2 500 000 et 3 500 000 $ ayant pour sujet La Naissance de Vénus (huile sur toile, 147,3 x 169,7 cm) et le lot n° 140 (estimé entre 500 000 et 700 000 $) qui représente Sainte Cécile et daté de 1791  (huile sur toile, 41,3 x 31,5 cm). La peinture française est représentée par plusieurs œuvres, dont deux tableaux en paire de François Boucher (Paris 1703 – 1770), Cupidon en génie de la Paix et de la Guerre, (1759, huile sur toile, 41,9 x 33, 7 cm chacun) qui compose le lot n° 146 (estimé entre 400 000 et 600 000 $). Au lot n° 148 (estimé entre 300 000 et 500 000 $) se trouve un tableau de Jean-Marc Nattier (Paris 1685 – 1766), Portrait de la Marquise de Pleumartin née Le Laÿ de Villemaré, (1738, huile sur toile, 32 x 25,7 cm). Une paire de Scène de chasse de Charles-Joseph Natoire (Nîmes 1700 – 1777 Castel Gandolfo) compose le lot n° 149 (estimé entre 3 000 000 et 5 000 000 $). Cette paire a été commandée en 1737 suite à la rénovation des petits appartements de Louis XV au Château de Fontainebleau, supervisée par Philippe Orry, directeur-général des bâtiments. Le lot n° 157 (estimé entre 700 000 et 900 000 $) est une Nature morte à la marmite de cuivre et au mortier (huile sur toile, 38,1 x 46,7 cm) de Jean Siméon Chardin (Paris 1699 – 1779). Continuer la lecture

Ventes Christie’s de décembre 2015 : tableaux anciens

Charles-Antoine Coypel, La Destruction du Palace d’Armide, 1737, huile sur toile, 128 x 193 cm.

Charles-Antoine Coypel, La Destruction du Palace d’Armide, 1737, huile sur toile, 128 x 193 cm.

Pour sa vente du 8 décembre à Londres (King Street, 19 h), Christie’s propose La Destruction du Palace d’Armide (1737) de Charles-Antoine Coypel (Paris 1694 – 1752). Ce tableau (lot n° 36 estimé entre 250 000 et 300 000 £) est un original en petit de la troisième Entrée de Coypel pour la série connue sous le nom de Tenture des Fragments de l’Opéra destinée à orner les appartements privés de la reine Marie Leszczynska à Versailles. Cette série représente quatre scènes tirées du théâtre lyrique de Jean-Baptiste Lully (1632 – 1687) s’inspirant de La Jérusalem libérée du Tasse (1584). Il ne fallut pas moins d’une année aux ateliers des Gobelins pour transposer la composition de ce modello sur le carton à tapisserie qui se trouve aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Nancy. Les registres de l’Académie indiquent que Coypel fit cadeau de ce tableau au portraitiste Jean-Louis Tocqué (1696 – 1772) en l’honneur de sa présentation à l’Académie du portrait de Le Normant de Tournehem en 1750[1]. L’œuvre rejoint par la suite les collections d’Hippolyte Taine (1828-1893) et de ses descendants.

Claude Joseph Vernet, Port méditerranéen avec des personnages déchargeant des marchandises, 1773, huile sur toile, 52,6 x 70,6 cm.

Claude Joseph Vernet, Port méditerranéen avec des personnages déchargeant des marchandises, 1773, huile sur toile, 52,6 x 70,6 cm.

Le lot 35 (estimé entre 80 000 et 120 000 £) présente une marine de Claude Joseph Vernet (Paris 1714-1789).

Le bateau voguant sous pavillon ottoman marque l’importance des relations commerciales que la France entretenait alors avec la Sublime Porte, tandis que la forme de la fontaine à laquelle deux femmes viennent chercher de l’eau pourrait être une allusion au célèbre phare de Naples, la Lanterne du Môle, souvent présente dans les tableaux de Vernet.

Louis-Michel Van Loo, Portrait de Gabriel-Henri Bernard de Rieux, marquis de Boulainvilliers, 1758, huile sur toile, 144 x 112 cm.

Louis-Michel Van Loo, Portrait de Gabriel-Henri Bernard de Rieux, marquis de Boulainvilliers, 1758, huile sur toile, 144 x 112 cm.

Le lot 37 (évalué entre 120 000 et 180 000 €) permet de découvrir le portrait du marquis de Boulainvilliers (1724 – 1798) réalisé par Louis-Michel Vanloo (Toulon 1707-1771/5 Paris). Descendant d’une famille de banquier anoblie par Louis XIV, Gabriel-Henri Bernard de Rieux est conseiller du roi, président du Parlement et dernier prévôt de Paris en 1792, conservateur des privilèges de l’université de Paris, lecteur de la chambre du Roi, grand prévôt et maître des cérémonies de l’ordre de Saint-Louis, lieutenant du Roi et gouverneur de l’Île-de-France en 1775.

Le portrait de sa deuxième femme réalisé en pendant du sien, toujours par Louis-Michel Van Loo, est aujourd’hui perdu.

Giovanni Francesco Barbieri, dit Le Guercin, Portrait de Fra Bonaventura Bisi, vers 1658, huile sur toile, 94.4 x 76.4 cm.

Giovanni Francesco Barbieri, dit Le Guercin, Portrait de Fra Bonaventura Bisi, vers 1658, huile sur toile, 94.4 x 76.4 cm.

Dans la vente du 9 décembre à Londres (King Street, 10h30), on signalera ce portrait de Fra Bonaventura Bisi (1601-1659) par Le Guerchin (Cento 1591 – 1666 Bologne), lot n° 168 évalué entre 100 000 – 150 000 £. Le tableau a donné lieu à une abondante littérature concernant son auteur ; la paternité de l’œuvre a été successivement attribuée au Guerchin par Denis Mahon, puis à Bendetto Gennari par Nicosetta Roio, puis de nouveau au Guerchin par David Stone et Daniele Benati. L’identité du modèle n’est en revanche plus contestée depuis 1906 date à laquelle elle est attestée grâce à une gravure de Domenico Maria Muratori. A noter que la gravure montre le peintre miniaturiste tenant une feuille représentant une Vierge à l’enfant, tandis que le portrait dépeint Fra Bonaventura Bisi avec un dessin d’Alfonse IV, duc de Modène (1634 – 1662) pour lequel Le Guercin agissait comme agent dans l’acquisition de tableaux.

Edwaert Collier, Nature morte, 1662, huile sur toile, 166.1 x 137.2 cm.

Edwaert Collier, Nature morte, 1662, huile sur toile, 166.1 x 137.2 cm.

A signaler encore deux belles natures mortes. La première est d’Edwaert Collier (Breda vers 1640 – 1708 Londres).

Elle représente un globe, un coffret à bijoux, des livres, un calice en argent renversé, un roemer en équilibre dangereux au bord de la table (rappellant la fragilité la vie), un nautilus (qui remplace le crâne de mort, objet familier des Vanitas), un châle et une gravure représentant le portrait de l’artiste. Les instruments de musique (une vielle, un luth, un violon, une cornemuse) semblent retenir l’écho d’une musique qu’indique la partition : la mélodie Questa Dolce Sirena de Gastold. Le tableau engage ainsi le spectateur à réfléchir sur la fascination qu’il peut exercer sur lui. Ce lot, n° 149, est évalué entre 80 000 et 120 000 £.

La seconde nature morte à signaler (lot 127, évalué entre 50 000 et 80 000 €) est celle d’Ottmar Elliger I (Göteborg 1633 – 1679 Berlin) entre plaisirs des yeux et plaisirs de la bonne chair.

Ottmar Elliger I, Nature morte, 1671, huile sur bois, 98.4 x 78.4 cm.

Ottmar Elliger I, Nature morte, 1671, huile sur bois, 98.4 x 78.4 cm.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————-

[1] Voir la thèse à paraître d’Esther Bell.

Ventes Christie’s de décembre 2015 : dessins anciens

Guillaume-Thomas-Raphaël Taraval, Neptune vu de dos, grisaille, 57.5 x 50.2 cm.

Guillaume-Thomas-Raphaël Taraval, Neptune vu de dos, grisaille, 57.5 x 50.2 cm.

Pour sa vente du 9 décembre à Londres (South Kensington, 11 h), Christie’s met en vente une grisaille (lot 118 évalué entre 7 000 et 10 000 £) réalisée par Guillaume-Thomas-Raphaël Taraval (Paris 1701 – 1750 Stockholm), ainsi que deux dessins attribués à Jacques-Charles Oudry (Paris 1720 – 1778 Lausanne) représentant des paysages avec des oiseaux exotiques dans une mare (dessin, 33,7 x 47 cm chacun) qui sont évalués entre 4 000 et 6 000 £ (lot 123).

Jean Pillement, Figures sur un pont pendant l'orage, pastel, 42,7 x 53,5 cm.

Jean Pillement, Figures sur un pont pendant l’orage, 1805, pastel, 42,7 x 53,5 cm.

Les lots 131 et 132 (évalués chacun entre 4 000 et 6 000 £) présentent deux pastels de Jean Pillement (Lyon, 1728 – 1808) représentant des Figures sur un pont pendant l’orage (42,7 x 53,5 cm) et un Paysage d’hiver avec des paysans ramassant du bois (1805, 48 x 58,5 cm).

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Le Jeu de l’oye, 1746, gravure, 60 x 50 cm.

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Le Jeu de l’oye, 1746, gravure, 60 x 50 cm.

La vente du 9 décembre à Londres (King Street, 14 h) présente un grand choix de gravures d’Albrecht Dürer, ainsi que des gravures d’après Rembrandt, Pierre Bruegel l’Ancien, Goya et beaucoup d’autres. Parmi ces lots, on retiendra le n° 206 (évalué entre 20 000 – 30 000 £) qui propose une collection de 60 gravures d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin (1699 – 1779), réalisées entre 1740 et 1757 et incluant des épreuves avant et après texte, par Le Bas (L’oeconome et La bonne Education), par Flipart (Le dessinateurLa brodeuse), par Marcenay de Ghuy (Le château de cartes), par Cochin (Simple dans mes plaisirs, La blanchisseuse et La Récureuse), par Chevillet (Auto-portrait de Chardin), par Filloeul (Les bouteilles de savon et Dame prenant son thé), par Lépicié (La Gouvernante et Le Souffleur) et par Surugue (Les Tours de Cartes, Les amusements de la vie privée, Le jeu de l’oye et Le Peintre).

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Les Tours de Cartes, 1744, gravure, 60 x 50 cm.

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Les Tours de Cartes, 1744, gravure, 60 x 50 cm.

Prochaines ventes chez Sotheby’s et Christie’s

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 - 1715, 89 x 126 x 54 cm

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 – 1715, 89 x 126 x 54 cm

Chez Sotheby’s, les ventes du 4 et 5 novembre à Paris proposent une importante commode ovale ou en tambour arrondi par les deux bouts en marqueterie à fond de de cuivre, écaille brune et étain gravés, placage d’ébène d’époque Louis XIV, réalisée vers 1705-1715, attribuée à André-Charles Boulle, estampillée E. Levasseur et JME et évaluée entre 800 000 et 1 200 000 € (lot 305). Il s’agit d’un prototype de ce qui allait devenir le meuble emblématique du XVIIIe siècle : la commode. La forme dérive des bureaux à huit pieds munis de tiroirs sur la longueur de la façade pour les adapter à leur nouvelle fonction de meuble de rangement. Avec six pieds cette commode témoigne d’une phase intermédiaire dans les recherches de l’ébéniste, puisque, dans le modèle abouti, seuls quatre pieds subsisteront avec un avant-corps central contenant les tiroirs.

Simon Deverberie, pendule au char d'Apollo, vers 1800, 60 x 73x 25,5 cm.

Simon Deverberie, pendule au char d’Apollo, vers 1800, 60 x 73 x 25,5 cm.

A signaler aussi une importante pendule au char d’Apollon en bronze patiné et doré d’époque Consulat, vers 1800, attribuée à Simon Deverberie (1764 – 1824) et évaluée entre 50 000 et 80 000 € (lot 426). Apollon couronné de lauriers et tenant sa lyre, est assis sur son char. Il est précédé par Mercure enfant prenant appui sur une tête de satyre et retenant deux chevaux cabrés aux yeux émaillés. Le dessin de cette pendule est conservé à l’INHA, avec une importante série de modèles « au nègre » qui ont fait la renommée du fondeur-ciseleur Simon Deverberie.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d'Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Chez Christie’s, la vente « Collection Marie-Antoinette » du 3 novembre à Paris propose un Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt (1719 – 1795) par Jean-Baptiste Perroneau (Paris 1715 – 1783 Amsterdam) évalué entre 50 000 et 70 000 € (lot 34) et un Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe (1696 – 1750) attribué à Maurice-Quentin de La Tour (Saint Quentin 1704 – 1788) évalué entre  50 000 et 70 000 € (lot 58).

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe,

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe, pastel, 60 x 48 cm.

Toujours chez Christie’s, la vente exceptionnelle du 4 novembre à Paris permettra d’admirer un bureau plat, son cartonnier et sa pendule de cartonnier d’époque Louis XVI avec estampille de Philippe-Claude Montigny (1734 – 1800) datant de 1760 – 1770, estimée à 2 000 000 – 3 000 000 € (lot 510) ainsi qu’une aiguière en or  réalisée par Henri Auguste (1759 – 1816) d’après un dessin attribué à Jean-Guillaume Moitte (1746 – 1810) en 1790 pour William Thomas Beckford (1760 – 1844) estimée à 1 200 000 – 1 800 000 € (lot 519). Dans ce qui devait être un des tout premier roman gothique, Vathek conte arabe, Beckford commence par décrire les cinq palais que le calife avait fait construire et qu’il destinait chacun «à la satisfaction d’un de ses sens[1] ». Parmi ceux-ci « Le palais nommé le Délice des yeux, ou le Support de la mémoire, était un enchantement continuel. Des raretés rassemblées de tous les coins du monde, s’y trouvaient en profusion & dans le plus bel ordre.[2] ». Nul doute que l’aiguière en or aurait pu y trouver une place de choix !

Henri Auguste d'après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Henri Auguste d’après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Florence Fesneau


 

[1] William Beckford, Vathek conte arabe, Paris, Poinçot, 1787 (1786), p. 4

[2] Id. p. 4 – 5.

Le XVIIIe siècle à l’honneur chez Christie’s : la vente de la collection de Jean-Louis Rémilleux.

 

Hubert Robert, Vue intérieure de la loggia de la Villa Médicis, huile sur toile, 77 x 112 cm

Hubert Robert, Vue intérieure de la loggia de la Villa Médicis, huile sur toile, 77 x 112 cm.

Les 28 et 29 septembre prochains seront mis aux enchères à Paris chez Christie’s une partie de la collection de meubles, d’objets et d’œuvres d’art du XVIIIe siècle patiemment constituée pendant ces trente dernières années par Jean-Louis Rémilleux en son château de Digoine. Parmi les quelques 1 000 lots présentés à la vente, on remarquera une Vue intérieure de la loggia de la Villa Médicis (huile sur toile, 77 x 112 cm) d’Hubert Robert (Paris, 1733 – 1808), lot 26 estimé à 150 000 – 200 000 €, une commode en cabinet d’époque Louis XVI en laque du Japon (96 x 116 x 52,5 cm) estampillée Martin Carlin, lot 137 estimé à 100 000 – 200 000 €,et La Citoyenne Tallien (1773 – 1835) dans un cachot à la Force, ayant dans les mains ses cheveux qui viennent d’être coupés (huile sur toile, 128,9 x 112,3 cm) de Jean-Louis Laneuville (Paris, 1756 – 1826), lot 277 estimé à 150 000 – 200 000 €. Ce tableau, emblématique de l’époque de la Terreur et de la chute imminente de Robespierre, fut exposé au Salon de 1796 où il fit scandale et dut être retiré car rappelant au public des événements trop douloureux.

Jean-Louis Laneuville, La Citoyenne Tallien dans un cachot à la Force, ayant dans les mains ses cheveux qui viennent d'être coupés, huile sur toile, 128,9 x 112,3 cm.

Jean-Louis Laneuville, La Citoyenne Tallien dans un cachot à la Force, ayant dans les mains ses cheveux qui viennent d’être coupés, 1796, huile sur toile, 128,9 x 112,3 cm.

Toutes ces œuvres, bientôt dispersées, étaient rassemblées au Château de Digoine (ouvert au public), situé en Saône-et-Loire près de Palinges. Ce château de 75 pièces, qui est considéré comme un fleuron de l’architecture classique en Bourgogne, a été remanié entre 1750 et 1770 par l’architecte Edme Verniquet (Châtillon-sur-Seine 1727 – Paris 1804).

Château de Digoine

Château de Digoine

Florence Fesneau