Archives par étiquette : Canaletto

Vente Christie’s du 7 juillet 2016

Pierre-Paul Rubens, Loth et ses filles, vers 1613 – 1614, huile sur toile, 190 x 225 cm.

Pierre-Paul Rubens, Loth et ses filles, vers 1613 – 1614, huile sur toile, 190 x 225 cm.

La Vente “Old Masters and British Paintings Evening Sale” du 7 juillet (Londres, 19h00) propose nombre d’œuvres prestigieuses.

Le clou de la vente sera sans conteste le Loth et ses filles de Pierre-Paul Rubens (1577 – 1640) présenté au Lot n° 12. Connue grâce à une gravure de 1766 que Thomas Martyn (1735 – 1825) reproduit dans le 1er volume de The English Connoisseur, cette œuvre n’a jamais été montrée au grand public. Elle est en effet passée de la collection Marlborough au Palais de Bleinheim, où elle se trouvait au XVIIIe siècle, à celle du baron Maurice de Hirsch de Gereuth (puis celle de ses descendants) en 1880.

Pierre-Paul Rubens, Venus suppliant Jupiter, huile sur bois, 50.8 x 37.5 cm.

Pierre-Paul Rubens, Vénus suppliant Jupiter, début XVIIe siècle, huile sur bois, 50.8 x 37.5 cm.

Une autre œuvre de Rubens, Vénus suppliant Jupiter, est estimée à 1,2 -1,8 M£ (Lot n° 9). Le tableau illustre un passage du Chant I de l’Enéide dans lequel Vénus intervient auprès de Jupiter, afin de s’assurer de l’avenir des Troyens rescapés de la tempête déclenchée par Junon. Jupiter rassure Vénus quant à l’avenir d’Énée. Il lui prédit les guerres qu’Énée devra mener dans le Latium, la fondation d’Albe, l’histoire de Romulus et Remus, et l’accession au trône de l’empereur Auguste. Le tableau faisait partie de la collection de Joshua Reynolds et fut mis en vente pour la première fois chez Christie’s en 1795.

Matthias Stomer, Le Jugement de Salomon, huile sur toile, 157 x 222 cm.

Matthias Stomer, Le Jugement de Salomon, vers 1640, huile sur toile, 157 x 222 cm.

Le Lot n° 17 (estimé à 1,2 – 1,8 M£) présente un Jugement de Salomon peint à la période de maturité de Matthias Stomer (1600 – 1652) qui y fait preuve d’une grande expressivité dans le traitement des figures.

Luis Meléndez, Nature morte au pichet, huile sur toile, 40.3 x 35.3 cm.

Luis Meléndez, Nature morte au pichet, 1760 – 1775, huile sur toile, 40.3 x 35.3 cm.

Luis Meléndez (1716-1780) est considéré comme l’un des meilleurs peintres de natures mortes du XVIIIe siècle. Entre 1759 et 1774 il réalise pour le futur Charles IV d’Espagne – alors prince des Asturies – une grande série de natures mortes destinées au Musée d’histoire naturelle. Une partie importante de cette série est aujourd’hui conservée au musée du Prado, soit trente-neuf peintures qui représentent essentiellement des fruits et légumes produits dans l’Espagne d’alors. Ce lot n° 27 est estimé entre 600 000 et 800 000 £.

Giovanni Antoio Canal dit Canaletto, Vue d’une rivière, vers 1754, huile sur toile, 30,5 x 45 cm.

Giovanni Antoio Canal dit Canaletto, Vue d’une rivière, vers 1754, huile sur toile, 30,5 x 45 cm.

Le Lot n° 44 (estimé entre 700 000 et 1 M£) propose un tableau de Canaletto (1697-1768), Vue d’une rivière, qui serait une reprise avec plusieurs modifications d’un sujet plus vaste peint à Londres. Cette vue est généralement associée à la ville de Padoue, quoique le sujet fasse encore débat.

Claude Joseph Vernet, Port de Méditerranée, vers 1770, huile sur toile, 115,5 x 150,8 cm.

Claude Joseph Vernet, Port de Méditerranée, vers 1770, huile sur toile, 115,5 x 150,8 cm.

Quelques œuvres de peintres français du XVIIIe siècle méritent une mention spéciale. Le tableau Claude Joseph Vernet (1714 – 1789) est estimé à 300 000 – 500 000 £ (Lot n° 24). Cette œuvre méconnue – en dépit de sa taille importante – correspondrait peut-être à l’une des peintures perdues répertoriée dans le Catalogue Raisonné d’Ingersoll-Smouse : « Coucher de soleil : Au pied d’un énorme rocher, un turc fumer sa pipe et semble regarder un bâtiment qui s’approche. Plusieurs pécheurs stationnent. Au loin, une montagne et une tour » (Joseph Vernet: Peintre de Marine 1714-1789. Etude critique suivie d’un catalogue raisonné de son œuvre peint, Paris, 1926, II, p. 62, no. 1460).

François Boucher, Pan and Syrinx, Alphée et Arethuse, vers 1761, huile sur toile, 27.3 x 27 cm chacun.

François Boucher, Pan and Syrinx, Alphée et Arethuse, vers 1761, huile sur toile, 27.3 x 27 cm chacun.

Le Lot n° 25 (estimé à 200 00 – 300 000 £) présente deux tableaux en pendant de François Boucher (1703 – 1770), Pan et Syrinx et Alphée et Aréthuse. Ils sont considérés comme les premières pensées d’une série de quatre tableaux de dimensions similaires réalisées en 1761 pour le collectionneur Pierre-Louis-Paul Randon de Boisset. Ces deux études sont identifiées pour la première fois chez un autre collectionneur fervent de Boucher, Joseph François Varanchan de Geniès lors de la vente de 1777.

Jean-Baptiste Greuze, Fillette au bonnet noir, vers 1760, huile sur bois, 37.1 x 31.5 cm.

Jean-Baptiste Greuze, Fillette au bonnet noir, vers 1760, huile sur bois, 37.1 x 31.5 cm.

Au Lot n° 26 (estimé entre 100 000 – 150 000 £) on trouve un tableau de Jean-Baptiste Greuze (1725 – 1805), caractéristique des têtes d’expression produites par l’artiste à partir des années 1760.

Florence Fesneau

Vente Christie’s des 5 et 7 juillet 2016

Giovanni Battista Tiepolo, Tête de garçon regardant vers le haut, dessin, 24.9 x 20.2 cm

Giovanni Battista Tiepolo, Tête de garçon regardant vers le haut, dessin, 24.9 x 20.2 cm

La Vente “Old Masters & British Drawings” du 5 Juillet (Londres) présente au Lot n° 25 (estimé entre 200 000 – 300 000 £) un dessin de Giovanni Battista Tiepolo (1696 – 1770) représentant la tête d’un jeune garçon les yeux levés qui pourrait être celle de l’un des fils de l’artiste ; Giovanni Domenico (né en 1727) ou Lorenzo (né en 1736).

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, 1740 – 1741, Vue de Padoue, dessin, 18.5 x 27.7 cm.

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, 1740 – 1741, Vue de Padoue, dessin, 18.5 x 27.7 cm.

Le Lot n° 28 A (estimé entre 150 000 et 250 000 £) présente une Vue de Padoue, réalisée par Canaletto (1697-1768) vers 1740 – 1741, époque à laquelle il découvre la région avec son neveu Bernardo Bellotto (17420 – 1780) et se consacre quasi-exclusivement au dessin et à la gravure, délaissant momentanément la peinture. Ces dessins rendent compte d’une manière plus libre, Canaletto s’astreignant moins à l’exactitude topographique pour s’attacher d’avantage au rendu atmosphérique des lieux.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Eglise de la Trinité des Monts à Rome, dessin, 19.2 x 24.8 cm.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Eglise de la Trinité des Monts à Rome, dessin, 19.2 x 24.8 cm.

Le Lot n° 45 (estimé entre 100 000 – 150 000 £) propose un dessin de Claude Gellée dit Le Lorrain (1600 – 1682) représentant l’église de la Trinité des Monts. Il s’agit d’une étude préparatoire pour une Vue de Rome (1632) actuellement à la National Gallery de Londres.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Dans la Vente “The Exceptionnal Sale 2016” du 7 juillet (Londres), on notera deux tapisseries issues des séries Les Grotesques, sous les numéros 332 et 333 (estimée chacune entre 50 000 et 80 000 £). Elles ont été réalisées entre 1688 et 1732 à la manufacture royale de Beauvais sous la direction de Philippe Behagle (1648 – 1705) d’après des cartons de Jean-Baptiste Monnoyer (1636 – 1699) et Jean I Berain (1640 – 1711). La première représente des musiciens et des danseurs assis dans un pavillon surmonté d’un griffon, tandis que la seconde a pour sujet des dompteurs d’animaux. A gauche deux léopards combattent un buffle, au centre deux dompteurs s’occupent de trois lions, tandis qu’à droite on peut voir un figure et quatre chiens de chasse.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Florence Fesneau

Sotheby’s : belles ventes de décembre.

Sebastiano Ricci, Retour d'Egypte, huile sur toile, 61 x 81,6 cm.

Sebastiano Ricci, Retour d’Egypte, huile sur toile, 61 x 81,6 cm.

La Vente Sotheby’s du 9 décembre à Londres (19h) permet d’admirer plusieurs œuvres de grande qualité. Parmi celles-ci, Un Retour d’Egypte de Sebastiano Ricci (lot n° 21, estimé à 200 000 – 300 000 £) peut-être commanditée par Richard Boyle pour sa résidence de Chiswick lors du séjour du peintre en Angleterre de 1712 à 1716. De par sa composition ainsi que par la douceur du visage de la Vierge, cette oeuvre rappelle celle du Titien, La Vierge à l’Enfant avec sainte Catherine et Jean-Baptiste qui se trouve aujourd’hui à la National Gallery de Londres.

Anton van Dyck, Portrait de la Reine Henriette Marie de France, huile sur toile, 127 x 81,3 cm.

Anton van Dyck, Portrait de la Reine Henriette Marie de France, vers 1636 – 1637, huile sur toile, 127 x 81,3 cm.

Le Portrait de la Reine Henriette Marie de France (1609 – 1669) d’Anton van Dyck (1599 – 1641) est une copie autographe d’un portrait à mi-corps réalisé pour le Cardinal Francesco Barberini vers 1636 – 1637. Il a néanmoins été agrandi au format d’un portrait en pied au XVIIIe siècle. L’attitude de la Reine, d’une sereine élégance dans sa robe safran, témoigne des années heureuses du règne de Charles 1er d’Angleterre. Le positionnement des bras croisés sur le ventre ainsi que les paumes de main tournées vers le haut suggèrent l’arrivée imminente du sixième enfant du couple qu’Henriette Marie forme avec Charles. Le portrait est par la suite acquis par George Greville, 2nd  Duc de Warwick (1746 – 1816) qui fut un des plus grands collectionneurs du XVIIIe siècle, avec une prédilection marquée pour les portraits du XVIIe siècle. Ce lot (n°28) est estimé à 1 500 000 – 2 500 000 £.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Florence vue de la rive droite de l'Arno, vers 1700, huile sur toile, 71 x 170 cm.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Florence vue de la rive droite de l’Arno, vers 1700, huile sur toile, 71 x 170 cm.

Deux vedute Florence vue de la rive droite de l’Arno et Vue de la baie de Pozzuoli près de de Naples réalisées par Gaspar van Wittel dit Vanvitelli (1652 – 1736) sont respectivement évaluée à 1 000 000 – 1 500 000 £ (lot 39) et à 800 000 – 1 200 000 £ (lot 40). Elles ont été commanditées vers 1700 par le 9ème Duc de Medinaceli (1660 – 1711), Vice-Roi de Naples. Arrivé à Rome en 1674, Vanvitelli se fait rapidement une réputation d’excellence dans les vedute de par la vision panoramique et surplombante qu’il adopte, la méticulosité dont il fait preuve dans le rendu des différentes éléments de la composition ainsi que le choix de tonalités claires donnant une grande unité à l’ensemble. Il compte parmi ses commanditaires et protecteurs les plus riches familles établies à Rome, au nombre desquelles les Colonna (qui possédaient plus de 100 œuvres de l’artiste) et les Albani.

Cristofano Allori, Judith et Holopherne, 1613, huile sur toile, 142 x 107,1 cm.

Cristofano Allori, Judith et Holopherne, 1613, huile sur toile, 142 x 107,1 cm.

Outre deux Canaletto (lot 189 et 203), la vente du 10 décembre, toujours à Londres (10h30), propose une Judith et Holopherne de Cristofano Allori (1577 – 1621) évaluée à 80 000 – 120 000 £ (lot 173). Ce tableau est des plus connus de l’artiste et des plus admirés au XVIIe siècle florentin. Son succès est attesté par les nombreuses copies autographes et d’atelier qui existent à ce jour. Marino rend hommage à la composition dans un de ses poèmes et, grâce au biographe d’Allori, Filippo Baldinucci, on sait que la femme ayant posée pour Judith était la maîtresse de l’artiste lequel s’est représenté sous les traits Holopherne.

Giocchino Assereto, ecce Homo, 1640 - 1650, huile sur toile, 124,5 x 97 cm.

Giocchino Assereto, ecce Homo, 1640 – 1650, huile sur toile, 124,5 x 97 cm.

 

Le lot 174 propose la dernière version d’Ecce Homo réalisée par Giocchino Assereto (1600 – 1649). Le jeu des mains entremêlées est particulièrement réussi, de même que l’attitude préoccupée de la figure au premier plan à droit trahissant une conscience troublée.

Florence Fesneau