Archives par étiquette : Berlin

Conférence : Transplanted Places (Berlin, 22-24 June 17)

Wörlitz Lake and Church St.Petri in Wörlitz near Dessau, Germany

Type : Conférence

Date : 22 – 24 juin 2017

Lieu : Berlin, Museum of Asian Art, Berlin-Dahlem, Small Lecture Hall

Kunsthistorisches Institut der Freien Universität Berlin

Workshop “TRANSPLANTED PLACES – Garden Design and Shifting Cultural Geographies 1650–1800 Transregional Perspectives”

Venue: Museum of Asian Art, Small Lecture Hall, Takustraße 40, 14195 Berlin-Dahlem

Organizers: Prof. Dr. Joachim Rees, Prof. Dr. Jeong-hee Lee-Kalisch Continuer la lecture

Appel à communication : Fluctuating alliances: art, politics, and diplomacy in the Modern Era (XVI-XVIIIth centuries)

Jan van Huchtenburg, La Bataille de Ramilies entre Français et Anglais le 23 mai 1706, 1706 – 1733, huile sur toile, 116 x 153 cm, Amsterdam, Rijksmuseum.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 20 mai 2017

Date de l’événement : 21 – 22 septembre 2017

Lieu : Berlin

Fluctuating alliances:  art, politics, and diplomacy in the Modern Era (XVI-XVIIIth centuries)

In January 1722 after a few days of heavy rain in Rome the ephemeral “macchina d’artificio” built to celebrate the wedding between the Prince of Asturias and Isabel d’Orleans was finally burnt before the palazzo di Spagna. The machine, designed by Domenico Paradisi, showcased a clear message of unity and power between the former enemies, France and Spain. At the summit, allegories of both countries shook hands before the representation of the Four Continents. This functioned as a gentle reminder to their enemies after the years of turmoil surrounding the War of Spanish Succession, which had deeply affected the balance of power in Europe. Continuer la lecture

Appel à communication : Visual Representations of Dress

Robert Peake the elder, Princess Elizabeth (Elizabeth of Bohemia, ‘The Winter Queen’), 1596–1662, aged seven, 1603, huile sur toile, Greenwich, National Maritime Museum.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 30 mai 2017

Date de la manifestation : 14 – 15 septembre 2017

Lieu : Berlin, Kunstgewerbemuseum

“All That Glitters…”:
Visual Representations of Dress in the Early Modern and the Boundaries
of Reliability

Since few garments survive from the early modern period, especially pre-1700, reliance on depictions of early modern dress in art is unavoidable. Dress and textile representations in paintings, drawings, prints, costume books, album amicorum and sculptures form some of the main visual sources, which in addition to possibilities have various limitations with regards to reliability and interpretation. From fantasy draperies and studio props to true to life portrayals of the sitter’s real garments, the implications of what pictorial representations can offer to dress historians are innumerable and complex.

While in some cases depictions of dress and textiles can act as tools for interpretations of paintings, in others, such as some depictions of dress and fabric worn in the overseas colonies are merely akin to fantasy dress in art. Portrayals of the elite largely survive providing information about the dress worn by the upper echelons in society. However, do such portrayals depict innovations in dress style and textile patterns accurately or do they merely portray a traditional form of dress that conforms to the specific genres of the various visual mediums? Furthermore, such portrayals are scarce in regard to clothing worn by other classes of society and in many cases the context in which they were depicted may have affected the representation. The conference aims to generate a discussion about the extent to which visual sources can be reliable in providing an accurate representation and understanding of the changes and innovations in dress, textiles, fur, haberdashery and jewellery with regards to the context in which they are depicted and used. Continuer la lecture

Christie’s en Novembre

Charles Amédée Philippe Van Loo, L’Artiste et sa mère ?, 1763, huile sur toile, 80 x 64 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, L’Artiste et sa mère ?, 1763, huile sur toile, 80 x 64 cm.

Parmi les œuvres proposées à la vente Christie’s du 2 novembre à Londres, on notera ce double portrait (lot n° 103, estimé entre 12 000 et 18 000 £) réalisé par Charles Amédée Philippe Van Loo (1719 – 1795). Fils de Jean-Baptiste Van Loo (1684 – 1745), lui-même frère aîné de Carle Van Loo (1705 – 1765), Charles Amédée obtient le prix de Rome en 1738 et est admis à l’Académie royale de peinture en 1747. Il devient le peintre attitré de Frédéric II de Prusse (1712 – 1786) auprès duquel il réside de 1748 à 1758 et de 1763 à 1769, ayant obtenu la permission de rentrer en France tant que la Guerre de Sept Ans durerait. Dans le portrait de L’Artiste et sa mère, Charles Amédée utilise un procédé similaire à celui qu’il retient pour peindre ses six enfants qui sont représentés trois par trois dans deux trompes-l’œil ovales, datés et signés de 1764, et tous les deux conservés dans les collections de la National Gallery of Art de Washington ; La lanterne magique et Les Bulles de savon. Ces tableaux ainsi que le portrait de L’Artiste et de sa mère témoignent de l’intérêt grandissant que Charles Amédée Van Loo porte à la peinture de genre hollandaise. Le peintre a, en effet, pu étudier les œuvres de Frans van Mieris l’aîné (1635 – 1681) et de Willem van Mieris le jeune (1662 – 1747) au cours de son long séjour à la cour de Frédéric le Grand. Christine Roland note aussi que l’on « détecte chez lui l’influence du vérisme de la peinture germanique : Dürer, Grünewald, Cranach, ainsi que des portraitistes allemands contemporains ….On trouve dans les portraits d’Amédée Van Loo, comme dans ceux de ses collègues allemands, une façon d’appliquer les couches de pigments qui utilise le jeu de lumière pour rendre le caractère de personnage, ce qui explique pourquoi les œuvres paraissent dures et maladroites en reproduction photographiques : l’intimité de la présence du personnage y est aplatie et perdue[1]. ». Du fait de son long séjour à la cour de Prusse, l’essentiel de l’œuvre de Charles Amédée Van Loo – qu’il s’agisse de plafonds allégoriques, de tableaux d’histoire ou mythologiques – se trouve principalement à Berlin et à Postdam. Lors de son retour définitif en France, le peintre est nommé adjoint à professeur en 1770, puis adjoint à recteur en 1790. Entre 1773 et 1775, il reçoit la commande les cartons de tapisserie pour la Tenture du costume turc qui reflètent l’engouement de l’époque pour l’Orient. Moins connu que son oncle Carle, l’artiste reste à redécouvrir.

Charles Amédée Philippe Van Loo, La Lanterne magique, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, La Lanterne magique, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, Les bulles de savons, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm

Charles Amédée Philippe Van Loo, Les bulles de savons, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————–

[1] Christine Rolland (dir.), Autour des Van Loo. Peinture, commerce des tissus et espionnage en Europe (1250 – 1830), Mont-Saint-Aignan, Publication des universités de Rouen et du Havre, 2012, p. 291.

Colloque : Aux origines d’un goût : la peinture baroque aux États-Unis.

Michelangelo Caravaggio, Les Musiciens, ca. 1595, huile sur toile, 92,1 x 118,4 cm, New York, The Metropolitan Museum of art.

Michelangelo Caravaggio, Les Musiciens, ca. 1595, huile sur toile, 92,1 x 118,4 cm, New York, The Metropolitan Museum of art.

Type : colloque.
Date : mercredi 11 novembre 2015.
Lieu : Paris, Palais Brongniart, Petit Auditorium.
Sous la direction de : Monsieur Keith Christiansen et de Madame Anna Ottani Cavina.

 « Je me retrouvai à froncer les sourcils impitoyablement devant les Guido et Domenichino », écrivait Henry James à la suite de sa visite à la Pinacothèque de Bologne en 1873. Le dégoût d’Henry James devant ces peintures baroques est typique de l’attitude des Américains durant la période où furent établis leurs grands musées. Comment dépassèrent-ils leurs préjugés, parvenant ainsi à la création de conséquentes collections muséales d’art baroque aux États-Unis ? À l’invitation de Paris Tableau, d’éminents conservateurs et universitaires examineront les stratégies et le succès de ceux qui défendirent la constitution de telles collections.

Ce colloque est ouvert à tous les visiteurs du Salon Paris Tableau dans la limite des places disponibles. Il est conseillé de s’inscrire au préalable par téléphone au 01 45 22 37 82 ou par email à contact@paristableau.com

Programme :

Anna Ottani Cavina
Honorary President of the Fondazione Federico Zeri – Emeritus Professor, University of Bologna
La redécouverte du Baroque au début du vingtième siècle.

Jean-Patrice Marandel
Chief Curator of European Art, Los Angeles County Museum of Art
De Berlin à Los Angeles : Wilhelm Valentiner et le concept de musée encyclopédique en Amérique.

Eric Zafran
Retired Hilles curator of European Art, Wadsworth Atheneum
Chick Austin et la construction du Baroque à Hartford et à Sarasota.

Keith Christiansen
Chairman, Department of European Paintings, The Metropolitan Museum of Art
La création tardive d’une collection de peintures baroques au Metropolitan Museum of Art.

Stephan Wolohojian
Curator, Department of European Paintings, The Metropolitan Museum of Art
Le Brun en Amérique.

Stéphane Loire
conservateur en chef, Département des Peintures, Musée du Louvre
Les collections de peinture baroque aux États-Unis : un point de vue européen.

Eve Straussman-Pflanzer
Assistant Director of Curatorial Affairs/Senior Curator of Collections, Davis Museum, Wellesley College
Le Baroque aujourd’hui : une réflexion personnelle.