Archives par étiquette : architecture

Appel à communication : European Architectural History Network (Tallinn, 13-16 June 18)

Jean-Jacques Lequeu, Elévation projettée [sic] de la porte de l’entrée d’une Ecole Vétérinnaire [sic]. Proposé aux éleves d’architecture, de l’Ecole de Rouen en 1777, 1777, gravure, 23,4 x 14 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 30 septembre 2017

Date de l’événement : 13 – 16 juin 2016

Lieu : Tallinn.

Abstracts are invited for the fifth European Architectural History Network International Meeting, in Tallinn, June 2018. Please submit your abstract by 30 September 2017 to one of the sessions and round tables listed on the webpage http://eahn2018conference.ee. Abstracts of no more than 300 words should be submitted straight to the session convenor(s). Include your name, affiliation, title of paper or position, a C.V. of no more than five pages, home and work addresses, e-mail addresses and telephone numbers. Continuer la lecture

Sessions at RSA (New Orleans, 22-24 Mar 18)

Façade de de l’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Paris

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 1er juin 2017

Date de l’événement : 22-24 Mars 2018

Lieu : Nouvelle Orléans

[1] The Glory of Inscriptions: epigraphic writing, classical architecture and monumental art in the Renaissance (15th-17th century)
[2] Architect/Craftsman: Professional Identity and Skill in the Early Modern Era
[3] Materiality of Early Modern Alchemy: Objects, Materials, and Art Practices Continuer la lecture

Journée d’études : « Architecture et arts décoratifs au temps de Percier et Fontaine ».

Type : Journée d’études.
Date et horaire :
mercredi 31 mai 2017 à partir de 9h15.
Lieu :
Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Programme :

9h15

Accueil des participants

9h30

Introduction

Charlotte Duvette (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne, centre André Chastel) et Saskia Wallig (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)

Session 1/ Du Directoire à l’Empire : collaborations et interprétations dans la production des arts décoratifs

Présidente de séance : Nina Stritzler-Levine (Bard Graduate Center, New-York)

9h45

Jean-François Belhoste (École Pratique des Hautes Etudes)

La participation des Jacob aux premiers chantiers de décoration de Charles Percier : de la salle de la Convention aux hôtels particuliers du Directoire (1793-1799).

10h15

Anne Dion-Tenenbaum (Musée du Louvre, département des objets d’art)

Biennais, parfait interprète du style Percier ?

10h45

Vincent Cochet (Château de Fontainebleau)

Siéger en majesté : Percier et Fontaine et la conception des trônes impériaux. Continuer la lecture

Journées d’étude : « Norwich and the Medieval Parish Church c.900-2017: the Making of a Fine City »

Anglican Cathedral of the Most Holy Trinity, Norwich, county of Norfolk, UK

Type : Journées d’étude
Date : 17, 18 et 19 juin 2017
Lieu : The Weston Room, Norwich Cathedral Hostry, Norwich, United Kingdom

A conference hosted by The Medieval Parish Churches of Norwich Research Project (undertaken at the University of East Anglia and funded by The Leverhulme Trust). All 58 churches, whether existing, ruined or lost, are included in the scope of the project, which seeks insight into how the medieval city developed topographically, architecturally and socially. The Project is intended to reveal the interdependent relationship between city, community and architecture showing how people and places shaped each other during the middle ages. The conference (supported by the Paul Mellon Centre for British Art and Purcell) will present the medieval parish churches of Norwich in their immediate local context and in the broader framework of urban churches in Britain and northern Europe. The subject range will include documentary history, the architectural fabric of the buildings themselves and their place in the topography of Norwich, the development of the churches’ architecture and furnishings, the representation of the churches and their post-Reformation history. Continuer la lecture

Appel à communication : Session at SAH 2018 : Causes for Admiration: Objective Beauty in Architecture

Claude Perrault

Type : Appel à communication

Date limite de l’appel : 15 juin 2017

Date de l’événement : 18 – 22 avril 2018

Lieu : Minnesota, Saint Paul.

Convenors:
Maarten Delbeke, ETH Zürich, maarten.delbeke@gta.arch.ethz.ch
Nele De Raedt, Ghent University, nele.deraedt@ugent.be

Causes for Admiration: Objective Beauty in Architecture

In the Preface to the “Ordonnance for the Five Kinds of Columns after the Method of the Ancients,” Claude Perrault famously distinguished objective from arbitrary causes of architectural beauty. The scholarly discussion of the Preface has focused on Perrault’s view of proportion as an arbitrary cause, and his emphasis on taste and authority as principles guiding aesthetic judgment. Less attention has been given to how the Preface defines and affirms the beauty of architecture rooted in objective causes, “bound to please everyone.” Amongst these causes Perrault classes rich material, size and magnificence, clean execution of the work, and symmetry. Continuer la lecture

Symposium : « Fantasy in Reality: Architecture, Representation, Reproduction »

Dirck van Delen, An Architectural Fantasy, 1634, 46.7 x 60.5 cm, Oil on mahogany, London, The National Gallery.

Type : Symposium.
Date : 15-16 juin 2017.
Lieu : Kenneth Clark Lecture Theatre, The Courtauld Institute of Art, Somerset House, Strand, London

From the capriccios of Piranesi and Canaletto to Vladimir Tatlin’s Monument to the Third International, Archigram’s drawings in the 1970s, and contemporary video game architecture, architectural fantasies have been produced and reproduced for centuries. On the one hand, architectural fantasies stir the imagination, represent future possibilities, and utopian dreams, on the other, they reflect and reproduce political ideologies, societal aspirations and anxieties. Though by definition, fantasy relates to that outside reality, or beyond possibility, the examples listed above engage directly with reality and they exist as realised projects in the form of architectural representations – on paper, as models, as reproductions or as digital files.

This symposium aims to consider the intersection of fantasy and reality by examining a broad range of architectural production from the Renaissance to the present day across different cultures and media. It includes papers that explore the blurred lines, or tensions, between fantasy and reality in architecture and its representation. Architectural fantasies created in drawings, paintings, computer renders, photographs and films, and three dimensional examples in built projects, exhibition pavilions, doll houses, interiors and garden features will be considered as vital forms of architectural production that both reflect and produce reality.

How does the production of architectural fantasies relate to reality and attempt to shape it? How do representations of architecture construct or perpetuate fantasies of the built environment? How have architects, city planners and/or politicians and rulers used architecture to reinforce fantastical notions of reality? What is the role of the mass media in the production and dissemination of architectural fantasies in popular culture? In what ways do representations of built or soon to be built projects contribute to the construction of fantasy? The conference seeks to address these questions and more. Continuer la lecture

Appel à communication : « Décor et architecture : entre union et séparation des arts (XVIe-XVIIe siècle) » (Lausanne, 16-17 novembre 2017)

Giulio Romano, La chambre des Géants (paroi nord), 1532-1535, Mantoue, Palais Te

Le décor à la période moderne est considéré comme l’une des parties constitutives de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Or dans l’historiographie, décor et architecture sont souvent étudiés de manière séparée, ce qui institue de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique.

Continuer la lecture

Colloque : « Early Modern Viewers and Buildings in Motion »

Fischer von Erlach, "Tour de Nankin", in Plan of Civil and Historical Architecture, 1721

Fischer von Erlach, « Tour de Nankin », in Plan of Civil and Historical Architecture, 1721.

Type : Colloque
Date : 25 février 2017.
Lieu : University of Cambridge, St. John’s College, Old Divinity School.

Movement, both literal and metaphorical, lies at the heart of early modern European architectural theory, design and experience. Architectural authors invoked the notion of progress as temporal motion, structured their books as tours of buildings, and followed the ancient Roman Vitruvius in explaining how to manipulate the motions of winds through building design.  Simultaneously, poets led their readers on tours of house and estate, and Aristotelian as well as mechanistic philosophers averred that motion was inherent to human perception from particle vibrations in one’s senses to neural vibrations in one’s brain.  Across a range of scales in actual lived experience, moreover, viewers and buildings were frequently in motion; people walked through built spaces, interiors contained portable furnishings, and travellers and prints circulated ideas of buildings internationally. Continuer la lecture

Appel à communication : « Jacques-François Blondel et l’enseignement de l’architecture : La dernière leçon de l’architecture « à la française » ».

Gabriel de Saint-Aubin, Blondel démontrant des machines dans l’académie d’architecture, 1770, Recueil de poésies de Sedaine, 1770, Chantilly, musée Condé.

Gabriel de Saint-Aubin, Blondel démontrant des machines dans l’académie d’architecture, 1770, Recueil de poésies de Sedaine, 1770, Chantilly, musée Condé.

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature : 31 mars 2017.
Date de la manifestation : 14 décembre 2017.
Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine, Paris.

La Cité de l’architecture et du patrimoine et la Ville de Metz se sont associées pour organiser une journée d’étude sur l’architecte Jacques-François Blondel (1708/9–1774). L’objectif de cette journée est d’interroger le rôle de cette gure majeure du siècle des Lumières dans l’enseignement de l’architecture. Cette rencontre annonce l’exposition monographique Blondel, architecte des Lumières, qui sera présentée à Metz en 2018, et l’exposition-dossier qui lui sera consacrée à la Cité de l’architecture et du patrimoine la même année.

Parmi les architectes ayant publié des traités ou des « cours » sur l’exercice de leur art, Jacques-Francois Blondel se distingue par la qualité de ses ouvrages. Auteur majeur de la théorie architecturale, ce collaborateur de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert a su, au cœur des Lumières, redonner une actualité à l’architecture classique, en s’opposant à l’art rocaille qui domine alors. Pour J.-F. Blondel, l’architecture possède une dimension encyclopédique — elle mobilise à la fois les savoirs techniques et les di érents arts — mais aussi sociale. Les écrits de J.-F. Blondel sont par ailleurs indissociables de son action pédagogique : avec la fondation de son École des Arts (1740), qui se propose de centraliser la diversité des compétences, il opère une véritable révolution pédagogique. Cette révolution, le professeur la mène jusque dans les salles de l’Académie royale d’architecture, où il est agréé académicien en 1755, puis nommé professeur o ciel en 1762. Au cours de sa longue carrière, il a l’occasion de former plusieurs générations d’architectes français et étranger, ainsi que d’in uencer des artisans, des amateurs, des commanditaires, des hommes de lettres… En ce qui concerne la pratique, J.-F. Blondel est surtout connu pour avoir aménagé le secteur de la cathédrale de Metz. On ne saurait cependant ignorer ses projets, rééls ou pédagogiques, tels l’aménagement du centre de Strasbourg, ou ses propositions d’architecture religieuse inspirées par les structures du gothique, mais respectant le répertoire classique des formes. Continuer la lecture

Publication : « François Mansart – Un architecte artiste au siècle de Louis XIII et de Louis XIV ».

MIGNOT Claude, François Mansart – Un architecte artiste au siècle de Louis XIII et de Louis XIV, Paris, Le Passage, novembre 2016, 240 p.

MIGNOT Claude, François Mansart – Un architecte artiste au siècle de Louis XIII et de Louis XIV, Paris, Le Passage, novembre 2016, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

Le nom de François Mansart (1598-1666) est connu de tous parce qu’on lui attribue, indûment, l’invention des mansardes, mais son œuvre est méconnue, et souvent confondue avec celle de son petit-neveu, Jules Hardouin-Mansart, l’architecte de Louis XIV, qu’on appelle aussi « Monsieur Mansart ».
Aujourd’hui on commence à replacer François au premier plan, pour son invention graphique et sa recherche passionnée de la forme parfaite. Ses dessins, dont l’étourdissant dossier constitué à la demande de Colbert pour achever le Louvre, permettent d’entrer, en quelque sorte, dans son atelier, et de voir naître ses projets sophistiqués qui plaisent aux précieuses de son temps.
À l’occasion de la commémoration du 350e anniversaire de sa mort, François Mansart, un architecte artiste au siècle de Louis XIII et de Louis XIV entend offrir au grand public la synthèse des connaissances renouvelées par les recherches récentes. Dans une enquête passionnée, Claude Mignot, l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire de l’architecture, suit les thèmes dominants de sa poétique spatiale et propose une lecture des édifices les plus célèbres de l’artiste : la ravissante chapelle « en rotonde » de la Visitation rue Saint-Antoine, le château neuf de Blois, le château de Maisons, son chef-d’œuvre, l’hôtel de Guénégaud des Brosses avec son spectaculaire escalier à volées suspendues, ou encore le Val-de-Grâce, dont l’achèvement lui échappe.
Un catalogue des œuvres de François Mansart, établi par Joëlle Barreau et Étienne Faisant, docteurs en histoire de l’art, complète cette relecture de l’œuvre de celui que ses contemporains considèrent comme le « plus galant et un des meilleurs de nos architectes ».

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Robert Adam’s London ».

SANDS Frances, Robert Adam’s, Londres, Oxford, Archaeopress, 2017, 142 p.

SANDS Frances, Robert Adam’s London, Oxford, Archaeopress, 2017, 142 p.

Présentation de l’éditeur :

The iconic eighteenth-century architect Robert Adam was based in London for more than half of his life and made more designs for this one city than anywhere else in the world. This book reviews a wide variety of his designs for London, highlighting lesser known buildings as well as familiar ones. Each of Adam’s projects explored in this book is plotted on Horwood’s map of London (1792–99), enabling readers to recognise Adam’s work as they move around the city, as well as to envisage London as if more of his ingenious designs had been executed or survived demolition.

Frances Sands is Curator of Drawings and Books at Sir John Soane’s Museum.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « L’enseignement à l’Académie royale d’architecture »

academie-grham

ROUSTEAU-CHAMBON, Hélène, L’Enseignement à l’Académie Royale d’Architecture, Rennes, P.U.R, 2016, 344 p.

Présentation de l’éditeur :

S’appuyant sur une étude de cours le plus souvent inédits et sur un examen de la personnalité des enseignants, cet ouvrage retrace l’histoire de l’enseignement à l’Académie royale d’architecture (1671-1793). Si dans un premier temps les cours portent sur des thèmes variés – hydraulique, optique, géométrie pour les mathématiques, principes et théorie des ordres pour l’architecture –, l’éducation des futurs architectes du roi est rapidement recentrée sur des connaissances plus précises dans le dessin et l’architecture.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Toits d’Europe, formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne »

CHATENET, Monique, GADY, Alexandre (dir.), Toits d'Europe Formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne (XVe-XVIIe siècles)

CHATENET, Monique, GADY, Alexandre (dir.), Toits d’Europe Formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne (XVe-XVIIe siècles).

Présentation de l’éditeur :

Partie constitutive de l’architecture tant savante que vernaculaire, le toit appartient aussi bien à la structure qu’à la silhouette d’un édifice. Lié à des problèmes techniques, il est aussi le lieu d’une démonstration formelle, d’un choix esthétique, ouvrant sur des questions décoratives, voire identitaires. La forme du comble en Europe à l’âge moderne a connu une grande variété : aux versants droits plus ou moins pentus et au toit en poivrière hérités du Moyen Âge, se sont en effet ajoutés combles brisés, toits en dôme, en bulbe, en carène de navire ou à pentes inversées, cachés ou non derrière une balustrade ou un attique, et enfin la terrasse, plus fréquente qu’on ne le croit loin de la Méditerranée.

Cette histoire des toits, dont le rapport de proportion avec les façades fournit de précieux éléments de lecture, permet de suivre les adaptations aux mutations de l’art de bâtir. Ils sont d’abord le produit d’une structure, la charpente, et de matériaux de couverture, qui interagissent avec elle tout en participant chromatiquement de la silhouette de l’édifice. Mais les toits sont aussi peuplés d’éléments décoratifs occupant la base, les pentes et le faîtage : tout ce « monde en l’air » mérite une attention propre, car il relève souvent du geste créateur. Certaines toitures ont même fini par acquérir une signification identitaire, comme le « Polish roof », le « toit à l’impériale » ou le « comble à la Mansart ».

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Colloque : « Liturgie et Architecture. Constructions, usages et aménagements des églises (XIIIe-XVIIIe siècles) »

liturgie-et-architecture

Type : colloque
Date de la manifestation : 24 et 25 novembre 2016
Lieu : Nancy – Campus Lettres & Sciences Humaines
23 Bd Albert 1er
salle A 104

Organisation :
L’ANR Lodocat, le CRULH et l’Université de Lorraine
Sous la direction de Pierre SESMAT et de Frédéric TIXIER

La liturgie et l’architecture paraissent entretenir un lien évident, qui peut s’expliciter de la façon suivante : « Dans ce domaine, la principale interrogation demeure celle de la création des formes architecturales déterminées par les pratiques liturgiques ou bien, à l’inverse, celle de l’influence du cadre architectural sur le déroulement de la liturgie » (Eric Palazzo, Liturgie et société au Moyen Âge, Paris, 2000). En termes plus récents, cette interrogation apparaît comme une variante du vaste débat entre « forme et fonction » qui irrigue encore de nos jours les milieux de l’architecture : à quelle donnée reviendrait la primauté ? Continuer la lecture

International Symposium : « Décor and Architecture in the 17th and 18th Centuries: Between Adherence and Autonomy »

Colloque international :

« Décor et architecture (XVIIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts »

Type : Colloque international.
Date : 24-25 novembre 2016.
Lieu : Université de Lausanne.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.coupe-archi

Continuer la lecture