Archives par étiquette : architectes

Conférence : « Être architecte au XVIIIe siècle : Les profils de carrière de l’Ancien Régime à l’Empire ».

Jean-Charles DELAFOSSE, « Trophée de la Menuiserie », Nouvelle iconologie historique […], Livre X, pl. 107, Paris, chez l’auteur, 1768. Source gallica.bnf.fr/BnF

Type : Conférence
Date et heure : 6 février 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Marie-Luce Pujalte-Fraysse, Maître de conférences d’histoire de l’art moderne, Université de Poitiers.

Dans sa vaste entreprise éditoriale sur l’Art français, André Chastel déclarait qu’une globalisation de la réflexion sur l’avant et l’après-Révolution ne pouvait qu’être néfaste pour la connaissance des arts car celle-ci ne doit pas être assujettie à la grille que « les faits politiques ont tendance à imposer à tous les aspects de la vie historique »[1]. Il en concluait que la révolution politique et sociale ne pouvait pas tout expliquer même si « la vie artistique ne pouvait rester indemne » face à la crise sans précédent que la France avait connue. En effet, l’artiste du XVIIIe siècle n’est plus le même ni pendant les temps révolutionnaires ni après du fait de la nécessaire adaptabilité et réinvention que la création artistique réclama alors. Les positions idéologiques, les pratiques peuvent comporter des contradictions pour des hommes qui pour la plupart ont vécu sous l’Ancien Régime, qui ont déjà construit une carrière sous la monarchie et qui se trouvent désormais confrontés à un éventail de possibilités, souvent contraires à leur première vie.

Éminemment liés au pouvoir royal, les architectes du Roi forment une caste au sommet de la hiérarchie professionnelle et de l’échelle sociale dont la visibilité est particulièrement intéressante à étudier dans une des périodes de transition les plus marquantes de l’Histoire. Les grands noms tels que Chalgrin, Brongniart, Gondoin dont les chefs-d’œuvre ont marqué la culture architecturale ne sauraient cacher la diversité des positionnements que l’on découvre au gré des études de cas micro-historiques consacrés à des architectes méconnus de l’historiographie contemporaine.

[1] A. Chastel, L’Art français, Le temps de l’éloquence 1775-1825, vol. IV, 2000 (1ère éd. Posthume en 1996), p.7.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Appel à communication : « Jacques-François Blondel et l’enseignement de l’architecture : La dernière leçon de l’architecture « à la française » ».

Gabriel de Saint-Aubin, Blondel démontrant des machines dans l’académie d’architecture, 1770, Recueil de poésies de Sedaine, 1770, Chantilly, musée Condé.

Gabriel de Saint-Aubin, Blondel démontrant des machines dans l’académie d’architecture, 1770, Recueil de poésies de Sedaine, 1770, Chantilly, musée Condé.

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature : 31 mars 2017.
Date de la manifestation : 14 décembre 2017.
Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine, Paris.

La Cité de l’architecture et du patrimoine et la Ville de Metz se sont associées pour organiser une journée d’étude sur l’architecte Jacques-François Blondel (1708/9–1774). L’objectif de cette journée est d’interroger le rôle de cette gure majeure du siècle des Lumières dans l’enseignement de l’architecture. Cette rencontre annonce l’exposition monographique Blondel, architecte des Lumières, qui sera présentée à Metz en 2018, et l’exposition-dossier qui lui sera consacrée à la Cité de l’architecture et du patrimoine la même année.

Parmi les architectes ayant publié des traités ou des « cours » sur l’exercice de leur art, Jacques-Francois Blondel se distingue par la qualité de ses ouvrages. Auteur majeur de la théorie architecturale, ce collaborateur de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert a su, au cœur des Lumières, redonner une actualité à l’architecture classique, en s’opposant à l’art rocaille qui domine alors. Pour J.-F. Blondel, l’architecture possède une dimension encyclopédique — elle mobilise à la fois les savoirs techniques et les di érents arts — mais aussi sociale. Les écrits de J.-F. Blondel sont par ailleurs indissociables de son action pédagogique : avec la fondation de son École des Arts (1740), qui se propose de centraliser la diversité des compétences, il opère une véritable révolution pédagogique. Cette révolution, le professeur la mène jusque dans les salles de l’Académie royale d’architecture, où il est agréé académicien en 1755, puis nommé professeur o ciel en 1762. Au cours de sa longue carrière, il a l’occasion de former plusieurs générations d’architectes français et étranger, ainsi que d’in uencer des artisans, des amateurs, des commanditaires, des hommes de lettres… En ce qui concerne la pratique, J.-F. Blondel est surtout connu pour avoir aménagé le secteur de la cathédrale de Metz. On ne saurait cependant ignorer ses projets, rééls ou pédagogiques, tels l’aménagement du centre de Strasbourg, ou ses propositions d’architecture religieuse inspirées par les structures du gothique, mais respectant le répertoire classique des formes. Continuer la lecture

Appel à communication : « L’Architecture des ingénieurs, 1650-1850 — ornement et décor »

 

Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Vue de l’accident survenu en 1759 sur le chantier de l’Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine à Versailles, 1759, Versailles, BMV, ©Pierrick Daul.

Louis-Nicolas Van Blarenberghe, Vue de l’accident survenu en 1759 sur le chantier de l’Hôtel des Affaires étrangères et de la Marine à Versailles, 1759, Versailles, BMV, ©Pierrick Daul.

Type : Appel à communication
Date de la journée d’étude : 15 octobre 2016
Date limite d’envoi des propositions : 15 juillet 2016
Lieu : Bibliothèque municipale de Versailles

Les années 1980 furent propices à l’étude du travail des ingénieurs : en 1981, Anne Blanchard publiait un Dictionnaire des ingénieurs militaires actifs en France entre 1691 et 1791, témoignant par son volume de l’importance de leur activité, tandis qu’en 1988, Antoine Picon, dans son ouvrage Architectes et ingénieurs au siècle des Lumières, accordait enfin aux ingénieurs des Ponts l’attention qu’ils méritaient et examinait leur formation et leurs méthodes de travail au regard de celles des architectes de l’Académie royale d’architecture.

Continuer la lecture