Archives par étiquette : Appel à communication

Appel à communication : L’éventail : image, accessoire et outil gestuel du XVIIème au XVIIIème siècle

© Stéphane Piera / Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet

Type : Appel à communication
Date limite de l’appel : 30 juin 2017
Date de l’événement : 30 novembre et 1er décembre 2017
Lieu : Institut d’Histoire de l’art, Zurich

La conférence va interroger de façon interdisciplinaire l’importance artistique, historique et sociale des éventails européens du XVIIème au XVIIIème siècle. Le regard croisé permettra de discuter la diversité visuelle et matérielle croissante de ces objets multifonctionnels.

Au centre de l’attention sont les éventails pliés qui ont pris leur essor à partir du XVIIème siècle. La représentation picturale des éventails s’emparait des sujets connus de la peinture et de l’estampe contemporaine (incluant des évènements politiques et sociales actuelles) en les encadrant avec des motifs ornementaux. Nous allons donc discuter les éventails en tant que support d’informations mais aussi en tant qu’objet de souvenir et demémoire.

Il ne s’agit pas de traiter les éventails seulement comme support d’image rigide, mais aussi comme un objet en mouvement. Etant un élément important de la mode féminine codée, les éventails étaient un outil de communication non verbale omniprésent au XVIIIème siècle. Si Joseph Addison en 1711 a décrit de façon satirique le pouvoir de cette « modish machine », il manifeste déjà une attribution de fonction qui va s’établir par la suite dans la littérature et la peinture. L’éventail avec ses mouvements fluides d’ouverture et de fermeture obtient désormais la double fonction : dissimuler le visage de la porteuse et au même temps faire voir ses émotions. En outre, la feuille d’éventail pouvait présenter en quelques images passagères une grande diversité de thèmes sociales et des connaissances liés à sa propriétaire.

Nous allons discuter des éventails mais aussi des sources visuelles et littéraires pour démontrer les différents aspects communicatifs de ces objets gestuels. L’objectif est de reconstruire à l’intersection disciplinaire l’importance des éventails comme accessoires populaires et personnalisés du point de vue de la production et du point de vue des utilisateurs.

Des propositions pour les thèmes suivants (mais pas exclusivement) sont les bienvenues :

  • Les éventails peints et imprimés comme support d’informations (politiques et culturelles)
  • L’éventail comme objet de souvenir et/ou objet de mémoire
  • Les sujets de la peinture dans l’art de l’éventail
  • Les éventails dans l’ensemble des accessoires de mode et dans les normes vestimentaires (interrogeant la hiérarchie sociale et le genre masculin/féminin)
  • Le rôle des éventails dans la communication non verbale ; la conception culturelle et sociale des sentiments et des émotions au XVIIIème siècle
  • La représentation des éventails dans l’art (portraits, scènes de genre, caricatures, etc.) et dans la littérature
  • Les ateliers (lieux de production), la clientèle et la commercialisation (globale)
  • Des cas exemplaires de la conservation et restauration des éventails

Nous invitons des historiens/historiennes de l’art, des historiens/historiennes de la mode et des chercheurs/chercheuses des disciplines voisines à envoyer des propositions.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication de 20 minutes environ (300 mots maximum ; en allemand, en français, ou en anglais) sont à transmettre par courriel à Dr. Miriam Volmert (miriam.volmert@khist.uzh.ch) et à lic.phil. Danijela Bucher (danijela.bucher@uzh.ch) avant le 30 juin 2017. Les propositions devraient contenir une brève présentation de l’auteur et une liste de mots-clés (six mots env.). La sélection des intervenants va être communiquée le 7 juillet 2017.

Une prise en charge des frais de déplacement est envisagé à condition que la conférence obtient des fonds de tiers.

Appel à communication : « Tapisserie et arts textiles : Représentations des gestes et processus de création du XVIIIe au XXIe siècle »

La collation, 1690 - 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

La collation, 1690 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

Type : Appel à communication.
Date limite : 28 février 2017
Date de la manifestation : 16 novembre 2017
Lieu : Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé d’Aubusson (Creuse), France
Organisation : Céline Bricault (PRAG, CELIS) et Jean-François Luneau (MCF, CHEC), Université Clermont-Auvergne

Les historiens de l’art recherchent constamment les sources littéraires des tapisseries. De la période moderne jusqu’au XXIe siècle, la tapisserie occidentale relève en effet de la peinture d’histoire : ses sources littéraires se trouvent dans la mythologie, l’histoire sainte, l’histoire antique ou contemporaine, ou encore la Fable. À toutes les époques, les tapisseries permettent la représentation de mythes ou de récits, mais aussi de figures emblématiques de la création littéraire, comme le poète Orphée, ou de la création tapissière, comme Arachné.

Continuer la lecture

Appel à communication : « More than meets the page : Printing Text and Images in Italy, 1570s-1700s ».

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Abraham Bosse, L’atelier du graveur au burin et à l’eau-forte, 1643
. © The Trustees of the British Museum.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 4 mars 2017.
Lieu : Warwick, university of Warwick.
Date limite : 31 août 2016.

For Italy, the ‘long seventeenth century’ was a period of considerable financial challenges. This was especially evident on the book market. Nevertheless, thanks to new techniques and formats which mutually related text and images within the same publication, innovative genres were born that were marketed towards both ends of the audience spectrum, from the learned to the illiterate.

‘More than meets the page: Printing Text and Images in Italy, 1570s-1700s’ aims to investigate the ways in which the consolidation of the book and print trade influenced the development of such new book genres from the late sixteenth to the early eighteenth century. The products emerging in the wake of these processes reached consumers throughout distant countries, between Italy and the rest of Europe. Moreover, various professionals and skilled workers earned their living thanks to the print market, from the production to the distribution of printed items. For instance, workshops of woodcutters specialized exclusively in book illustrations, such as for scientific treatises, and publishers regularly sent participants to fairs throughout Europe. The new commercial items, moreover, contributed to the spread of cultural phenomena, for instance the Grand Tour through its souvenir prints that were sometimes incorporated in atlases. Continuer la lecture