Archives par étiquette : Alice Ottazzi

Editions du GRHAM : « Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles : actes journée d’étude, 27 octobre 2016, Paris, Institut national d’histoire de l’art. Paris, Éditions du GRHAM, 2017 »

Ill. : William Hogarth, Time Smoking a Picture, ca. 1761, New York The Metropolitan Museum of Art (Public Domain Dedication)

Type : Actes journée d’étude – Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles
Publication & Diffusion : à partir du 1er juin 2017, Bibliothèques spécialisées en Histoire de l’art
Editeur : Paris, Editions du GRHAM

Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles : actes journée d’étude, 27 octobre 2016, Paris, Institut national d’histoire de l’art. Paris, Éditions du GRHAM, 2017 / isbn 978-2-9559546-0-7

Non commercialisé, liste de diffusion prochainement disponible sur le site du GRHAM.

Le thème de la Réception critique de la restauration du XVIIIe au XXe siècle interroge, à travers des sources manuscrites ou imprimées, différents regards portés sur une discipline, la restauration, domaine en constante mutation depuis le XVIIIe siècle. Essais et textes d’experts, de journalistes, d’écrivains, d’artistes et de restaurateurs sont ici mis en perspective par des chercheurs afin de mettre en avant plusieurs points de vue quant à l’évolution des interventions et des pratiques sur les œuvres d’art.

Comment les restaurations sont-elles appréciées depuis le XVIIIe siècle et quelle est la notoriété de leurs praticiens ? Sont-elles les conséquences d’observations contemporaines ou sont-elles postérieures aux interventions pratiquées tant sur des peintures et des œuvres d’art graphiques que sur des édifices architecturaux ? Cette approche permet de se demander si les critiques, dans leur récurrence positive ou négative, portent plutôt sur les restaurations ou sur les restaurateurs eux-mêmes. Continuer la lecture

Appel à communication pour le séminaire doctoral commun Paris I/Paris IV : « L’Œuvre à l’épreuve du texte ».

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de "La Henriade", ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Voltaire tenant un exemplaire de « La Henriade », ca. 1736, huile sur toile, 61 x 51 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Appel à communication.
Date limite : 23 novembre 2016.
Date de la manifestation : du 8 décembre 2016 au 8 juin 2017.
Lieu : Salle Jullian, Galerie Colbert, 1er étage, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Pour sa huitième année consécutive, le séminaire doctoral commun aux universités Paris 1 et Paris IV envisage la perméabilité des liens entre les œuvres et les textes. « L’œuvre à l’épreuve du texte », le thème retenu cette année, propose de considérer le texte selon trois angles d’approche distincts, complémentaires et identifiables au travers des notions de médium, de forme et d’outil.

De nombreux artistes se sont intéressés à l’écriture ; leurs écrits théoriques ou littéraires et leurs bibliothèques en témoignent. Dans cette optique, il convient de distinguer la place de l’écriture dans l’œuvre : est-ce une occupation annexe à l’activité artistique ou bien intègre-t-elle pleinement le processus créatif ? Les traités, essais, correspondances et manifestes seront mis à contribution afin de discuter ces propositions.

Également entendu comme un objet plastique, pourvu de lettres, le texte peut prendre une part active à l’œuvre à laquelle il est intégré. Les rapprochements formels et stylistiques des textes et des œuvres, observables grâce aux lignes ou à l’insertion de l’écriture dans l’art (estampe, dessin, peinture, sculpture, etc.) nous intéressent particulièrement. Cette présence du texte, notamment par le biais du titre et de la signature, s’objective au point de créer de nouvelles disciplines, telle la génétique. La mise en image des textes participe enfin de cette dynamique : les lectures iconographiques, privilégiant une approche comparative, inscrivent le rapport de l’image au texte selon différentes modalités. Il convient dès lors de distinguer leurs statuts respectifs : doit-on parler d’une subordination de l’image ou texte ou, au contraire, d’une équivalence de l’écrit et du figuré ? Continuer la lecture