Archives de catégorie : marché de l’art

La Collection A. Alfred Taubman chez Sotheby’s

Valentin de Boulogne, Le couronnement d’épines, vers 1615, huile sur toile, 146,4 x 106,5 cm.

Valentin de Boulogne, Le couronnement d’épines, vers 1615, huile sur toile, 146,4 x 106,5 cm.

Le 27 janvier 2016, Sotheby’s mettra en vente à New York (18h) une partie de la collection d’Alfred Taubman (1924 – 2015). Cet homme d’affaires qui fit fortune dans les centres commerciaux, fut actionnaire de Sotheby’s de 1983 à 2005 en assurant ainsi son indépendance et son développement, mais aussi philanthrope (il a largement contribué au développement de l’université du Michigan) et grand collectionneur. Parmi les objets dispersés, on signalera Le couronnement d’épine de Valentin de Boulogne (Coulommiers-en-Brie, 1591 – 1632, Rome). Le tableau (lot 20 estimé entre 1 500 000 et 2 000 000 $) devrait faire partie des œuvres présentées au Metropolitan Museum, puis au Louvre pour une exposition monographique – la première réalisée sur l’artiste – qui débutera à New York en octobre 2016 et se terminera à Paris en janvier 2017. Le commissariat de l’exposition sera assuré par Keith Christiansen pour le Metropolitan Museum, Nicolas Milovanovic pour le Louvre, ainsi que par Annick Lemoine qui a publié en 2008 chez Arthena, la monographie d’un autre émule du Caravage, Nicolas Régnier (1588 – 1667).

Matthias Stomer, Dispute du christ avec les docteurs, huile sur toile, 136 x 181 cm.

Matthias Stomer, Dispute du Christ avec les docteurs, 1630 – 1640, huile sur toile, 136 x 181 cm.

Le lot 30 (estimé entre 1 000 000 et 1 500 000 $) présente une Dispute du Christ avec les Docteurs de Matthias Stomer (Amersfoort, 1600 – 1652, Sicile) peinte à Naples dans les années 1630, ainsi que son pendant, Jacob béni par Isaac qui se trouve aujourd’hui au Barber Institute of Fine Arts de l’université de Birmingham.

Thomas Gainsborough, Le page en bleu, 1770 – 1772, huile sur toile, 165,5 x 113 cm.

Thomas Gainsborough, Le page en bleu, 1770 – 1772, huile sur toile, 165,5 x 113 cm.

Enfin le XVIIIe siècle est représenté, entre autre, par un tableau (lot 62 estimé entre 3 000 000 et 4 000 000 $) de Thomas Gainsborough (Sudbury, 1727 – 1788, Londres), Le Page en bleu. L’œuvre est peinte par l’artiste au cours de son séjour à Bath (1759 – 1774) durant lequel sa réputation de portraitiste s’accroît rapidement grâce à la clientèle de la haute société. Son succès l’oblige à adopter une touche rapide qui ne s’attarde pas sur les détails du costume du page pour se concentrer sur le rendu des traits de son visage. Ce portrait entretient une certaine proximité avec celui du Garçon en bleu qui se trouve actuellement dans les Huntington Art Collections de San Marino en Californie. Gainsborough expose le Garçon en bleu au salon de la Royal Academy en 1770 où il souhaite se confronter à Joshua Reynolds (1723 – 1792). La réalisation du Page en bleu participe sans doute des réflexions que Gainsborough mène pour se différencier de son concurrent le plus direct.

Florence Fesneau

Ventes Christie’s de décembre 2015 : tableaux anciens

Charles-Antoine Coypel, La Destruction du Palace d’Armide, 1737, huile sur toile, 128 x 193 cm.

Charles-Antoine Coypel, La Destruction du Palace d’Armide, 1737, huile sur toile, 128 x 193 cm.

Pour sa vente du 8 décembre à Londres (King Street, 19 h), Christie’s propose La Destruction du Palace d’Armide (1737) de Charles-Antoine Coypel (Paris 1694 – 1752). Ce tableau (lot n° 36 estimé entre 250 000 et 300 000 £) est un original en petit de la troisième Entrée de Coypel pour la série connue sous le nom de Tenture des Fragments de l’Opéra destinée à orner les appartements privés de la reine Marie Leszczynska à Versailles. Cette série représente quatre scènes tirées du théâtre lyrique de Jean-Baptiste Lully (1632 – 1687) s’inspirant de La Jérusalem libérée du Tasse (1584). Il ne fallut pas moins d’une année aux ateliers des Gobelins pour transposer la composition de ce modello sur le carton à tapisserie qui se trouve aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Nancy. Les registres de l’Académie indiquent que Coypel fit cadeau de ce tableau au portraitiste Jean-Louis Tocqué (1696 – 1772) en l’honneur de sa présentation à l’Académie du portrait de Le Normant de Tournehem en 1750[1]. L’œuvre rejoint par la suite les collections d’Hippolyte Taine (1828-1893) et de ses descendants.

Claude Joseph Vernet, Port méditerranéen avec des personnages déchargeant des marchandises, 1773, huile sur toile, 52,6 x 70,6 cm.

Claude Joseph Vernet, Port méditerranéen avec des personnages déchargeant des marchandises, 1773, huile sur toile, 52,6 x 70,6 cm.

Le lot 35 (estimé entre 80 000 et 120 000 £) présente une marine de Claude Joseph Vernet (Paris 1714-1789).

Le bateau voguant sous pavillon ottoman marque l’importance des relations commerciales que la France entretenait alors avec la Sublime Porte, tandis que la forme de la fontaine à laquelle deux femmes viennent chercher de l’eau pourrait être une allusion au célèbre phare de Naples, la Lanterne du Môle, souvent présente dans les tableaux de Vernet.

Louis-Michel Van Loo, Portrait de Gabriel-Henri Bernard de Rieux, marquis de Boulainvilliers, 1758, huile sur toile, 144 x 112 cm.

Louis-Michel Van Loo, Portrait de Gabriel-Henri Bernard de Rieux, marquis de Boulainvilliers, 1758, huile sur toile, 144 x 112 cm.

Le lot 37 (évalué entre 120 000 et 180 000 €) permet de découvrir le portrait du marquis de Boulainvilliers (1724 – 1798) réalisé par Louis-Michel Vanloo (Toulon 1707-1771/5 Paris). Descendant d’une famille de banquier anoblie par Louis XIV, Gabriel-Henri Bernard de Rieux est conseiller du roi, président du Parlement et dernier prévôt de Paris en 1792, conservateur des privilèges de l’université de Paris, lecteur de la chambre du Roi, grand prévôt et maître des cérémonies de l’ordre de Saint-Louis, lieutenant du Roi et gouverneur de l’Île-de-France en 1775.

Le portrait de sa deuxième femme réalisé en pendant du sien, toujours par Louis-Michel Van Loo, est aujourd’hui perdu.

Giovanni Francesco Barbieri, dit Le Guercin, Portrait de Fra Bonaventura Bisi, vers 1658, huile sur toile, 94.4 x 76.4 cm.

Giovanni Francesco Barbieri, dit Le Guercin, Portrait de Fra Bonaventura Bisi, vers 1658, huile sur toile, 94.4 x 76.4 cm.

Dans la vente du 9 décembre à Londres (King Street, 10h30), on signalera ce portrait de Fra Bonaventura Bisi (1601-1659) par Le Guerchin (Cento 1591 – 1666 Bologne), lot n° 168 évalué entre 100 000 – 150 000 £. Le tableau a donné lieu à une abondante littérature concernant son auteur ; la paternité de l’œuvre a été successivement attribuée au Guerchin par Denis Mahon, puis à Bendetto Gennari par Nicosetta Roio, puis de nouveau au Guerchin par David Stone et Daniele Benati. L’identité du modèle n’est en revanche plus contestée depuis 1906 date à laquelle elle est attestée grâce à une gravure de Domenico Maria Muratori. A noter que la gravure montre le peintre miniaturiste tenant une feuille représentant une Vierge à l’enfant, tandis que le portrait dépeint Fra Bonaventura Bisi avec un dessin d’Alfonse IV, duc de Modène (1634 – 1662) pour lequel Le Guercin agissait comme agent dans l’acquisition de tableaux.

Edwaert Collier, Nature morte, 1662, huile sur toile, 166.1 x 137.2 cm.

Edwaert Collier, Nature morte, 1662, huile sur toile, 166.1 x 137.2 cm.

A signaler encore deux belles natures mortes. La première est d’Edwaert Collier (Breda vers 1640 – 1708 Londres).

Elle représente un globe, un coffret à bijoux, des livres, un calice en argent renversé, un roemer en équilibre dangereux au bord de la table (rappellant la fragilité la vie), un nautilus (qui remplace le crâne de mort, objet familier des Vanitas), un châle et une gravure représentant le portrait de l’artiste. Les instruments de musique (une vielle, un luth, un violon, une cornemuse) semblent retenir l’écho d’une musique qu’indique la partition : la mélodie Questa Dolce Sirena de Gastold. Le tableau engage ainsi le spectateur à réfléchir sur la fascination qu’il peut exercer sur lui. Ce lot, n° 149, est évalué entre 80 000 et 120 000 £.

La seconde nature morte à signaler (lot 127, évalué entre 50 000 et 80 000 €) est celle d’Ottmar Elliger I (Göteborg 1633 – 1679 Berlin) entre plaisirs des yeux et plaisirs de la bonne chair.

Ottmar Elliger I, Nature morte, 1671, huile sur bois, 98.4 x 78.4 cm.

Ottmar Elliger I, Nature morte, 1671, huile sur bois, 98.4 x 78.4 cm.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————-

[1] Voir la thèse à paraître d’Esther Bell.

Ventes Christie’s de décembre 2015 : dessins anciens

Guillaume-Thomas-Raphaël Taraval, Neptune vu de dos, grisaille, 57.5 x 50.2 cm.

Guillaume-Thomas-Raphaël Taraval, Neptune vu de dos, grisaille, 57.5 x 50.2 cm.

Pour sa vente du 9 décembre à Londres (South Kensington, 11 h), Christie’s met en vente une grisaille (lot 118 évalué entre 7 000 et 10 000 £) réalisée par Guillaume-Thomas-Raphaël Taraval (Paris 1701 – 1750 Stockholm), ainsi que deux dessins attribués à Jacques-Charles Oudry (Paris 1720 – 1778 Lausanne) représentant des paysages avec des oiseaux exotiques dans une mare (dessin, 33,7 x 47 cm chacun) qui sont évalués entre 4 000 et 6 000 £ (lot 123).

Jean Pillement, Figures sur un pont pendant l'orage, pastel, 42,7 x 53,5 cm.

Jean Pillement, Figures sur un pont pendant l’orage, 1805, pastel, 42,7 x 53,5 cm.

Les lots 131 et 132 (évalués chacun entre 4 000 et 6 000 £) présentent deux pastels de Jean Pillement (Lyon, 1728 – 1808) représentant des Figures sur un pont pendant l’orage (42,7 x 53,5 cm) et un Paysage d’hiver avec des paysans ramassant du bois (1805, 48 x 58,5 cm).

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Le Jeu de l’oye, 1746, gravure, 60 x 50 cm.

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Le Jeu de l’oye, 1746, gravure, 60 x 50 cm.

La vente du 9 décembre à Londres (King Street, 14 h) présente un grand choix de gravures d’Albrecht Dürer, ainsi que des gravures d’après Rembrandt, Pierre Bruegel l’Ancien, Goya et beaucoup d’autres. Parmi ces lots, on retiendra le n° 206 (évalué entre 20 000 – 30 000 £) qui propose une collection de 60 gravures d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin (1699 – 1779), réalisées entre 1740 et 1757 et incluant des épreuves avant et après texte, par Le Bas (L’oeconome et La bonne Education), par Flipart (Le dessinateurLa brodeuse), par Marcenay de Ghuy (Le château de cartes), par Cochin (Simple dans mes plaisirs, La blanchisseuse et La Récureuse), par Chevillet (Auto-portrait de Chardin), par Filloeul (Les bouteilles de savon et Dame prenant son thé), par Lépicié (La Gouvernante et Le Souffleur) et par Surugue (Les Tours de Cartes, Les amusements de la vie privée, Le jeu de l’oye et Le Peintre).

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Les Tours de Cartes, 1744, gravure, 60 x 50 cm.

Pierre-Louis Surugue d’après Jean-Baptiste-Siméon Chardin, Les Tours de Cartes, 1744, gravure, 60 x 50 cm.

Ventes Sotheby’s du mois de décembre

D’après un modèle de Gaspero Bruschi, Trois putti et un tigre sur une base à quatre pieds en forme de pattes et six masques de putti, vers 1747 – 1752, porcelaine de Doccia, 31 cm.

D’après un modèle de Gaspero Bruschi, Trois putti et un tigre sur une base à quatre pieds en forme de pattes et six masques de putti, vers 1747 – 1752, porcelaine de Doccia, 31 cm.

La vente Sotheby’s du 8 décembre à Londres (« An Italian Aristocratic Collection », 14h) compte, parmi les lots présentés, une remarquable pièce en porcelaine de Doccia représentant trois putti avec un tigre (lot 78 estimé entre 60 000 et 100 000 £). Le modèle est réalisé par Gaspero Brusci (actif entre 1737 et 1778). Elève du sculpteur Girolamo Ticciati, Brusci est associé à la Manufacture de Doccia de son établissement à son apogée, par le marquis Carlo Ginori (Florence, 1702 – Livourne, 1757) qui en fait son chef-modeleur dès 1737. Créée à cette date, la manufacture de Doccia acquiert rapidement une dimension industrielle. En 1741 elle obtient le monopole pour la production des porcelaines en Toscane et fournit les services de table destinés aux résidences grand-ducales. A la même époque, la Manufacture de Vincennes voit le jour, grâce au soutien de Louis XV et de Madame de Pompadour, afin de concurrencer les productions de Chantilly et de Meissen (où est fondée en 1710 la première manufacture de porcelaine d’Europe, grâce à la persévérance du prince électeur de Saxe Auguste le Fort). Transférée à Sèvres en 1756, puis rattachée à la Couronne en 1759, la Manufacture de Sèvres maîtrisera enfin – après de nombreux essais infructueux – la porcelaine dure grâce à la découverte d’un gisement de kaolin à Saint-Yrieix-la-Perche (près de Limoges) et en commencera la commercialisera à partir de 1770.

D’après un modèle de Massimiliano Soldani-Benzi (1656-1740), Apollon et Daphné, vers 1750, porcelaine de Doccia, 49,1 cm.

D’après un modèle de Massimiliano Soldani-Benzi (1656-1740), Apollon et Daphné, vers 1750, porcelaine de Doccia, 49,1 cm.

La vente Sotheby’s du 10 décembre (« Winter Collection », 10h30) comporte aussi une belle pièce de porcelaine de la Manufacture de Doccia (lot n° 65 estimé entre 100 000 et 125 000 £) d’après un modèle de Massimiliano Soldani-Benzi (Montevarchi, 1656 – 1740). Ce dernier fut employé durant toute sa carrière par les Médicis ; il devint directeur de l’hôtel des Monnaies avec un atelier aux Offices, où il produisit médailles, reliefs en bronze, figures et bustes d’après l’antique. A sa mort, ses héritiers vendirent les moules en cire au marquis Carlo Ginori permettant ainsi à Gaspero Brusci de les adapter pour la production de la Manufacture de Doccia.

Louis Carrogis dit Carmontelle, La Belle Laitière de Villers Cotterets, dessin, 31,8 x 20,3 cm.

Louis Carrogis dit Carmontelle, La Belle Laitière de Villers Cotterets, dessin, 31,8 x 20,3 cm.

Le lot n° 103 (évalué entre 40 000 et 60 000 £) présente un Belle Laitière de Carmontelle (Paris, 1717 – 1806) qui a la particularité de montrer la figure de trois quart et non de profil, comme le veut la pratique habituelle de l’artiste. Lecteur du Duc de Chartres dans la maison du Duc d’Orléans, Carmontelle réalisa plus de 750 portraits – comme celui de la laitière – qu’il réunit dans onze albums. Il gardait néanmoins les originaux pour en produire des répliques à la demande. La majorité de ces portraits sont aujourd’hui au Musée Condé de Chantilly, à l’exception de quelques feuilles – dont La Belle Laitière – qui sont restées aux mains de la famille et apparues sur le marché à partir des années 1990.

Florence Fesneau

Sotheby’s : belles ventes de décembre.

Sebastiano Ricci, Retour d'Egypte, huile sur toile, 61 x 81,6 cm.

Sebastiano Ricci, Retour d’Egypte, huile sur toile, 61 x 81,6 cm.

La Vente Sotheby’s du 9 décembre à Londres (19h) permet d’admirer plusieurs œuvres de grande qualité. Parmi celles-ci, Un Retour d’Egypte de Sebastiano Ricci (lot n° 21, estimé à 200 000 – 300 000 £) peut-être commanditée par Richard Boyle pour sa résidence de Chiswick lors du séjour du peintre en Angleterre de 1712 à 1716. De par sa composition ainsi que par la douceur du visage de la Vierge, cette oeuvre rappelle celle du Titien, La Vierge à l’Enfant avec sainte Catherine et Jean-Baptiste qui se trouve aujourd’hui à la National Gallery de Londres.

Anton van Dyck, Portrait de la Reine Henriette Marie de France, huile sur toile, 127 x 81,3 cm.

Anton van Dyck, Portrait de la Reine Henriette Marie de France, vers 1636 – 1637, huile sur toile, 127 x 81,3 cm.

Le Portrait de la Reine Henriette Marie de France (1609 – 1669) d’Anton van Dyck (1599 – 1641) est une copie autographe d’un portrait à mi-corps réalisé pour le Cardinal Francesco Barberini vers 1636 – 1637. Il a néanmoins été agrandi au format d’un portrait en pied au XVIIIe siècle. L’attitude de la Reine, d’une sereine élégance dans sa robe safran, témoigne des années heureuses du règne de Charles 1er d’Angleterre. Le positionnement des bras croisés sur le ventre ainsi que les paumes de main tournées vers le haut suggèrent l’arrivée imminente du sixième enfant du couple qu’Henriette Marie forme avec Charles. Le portrait est par la suite acquis par George Greville, 2nd  Duc de Warwick (1746 – 1816) qui fut un des plus grands collectionneurs du XVIIIe siècle, avec une prédilection marquée pour les portraits du XVIIe siècle. Ce lot (n°28) est estimé à 1 500 000 – 2 500 000 £.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Florence vue de la rive droite de l'Arno, vers 1700, huile sur toile, 71 x 170 cm.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Florence vue de la rive droite de l’Arno, vers 1700, huile sur toile, 71 x 170 cm.

Deux vedute Florence vue de la rive droite de l’Arno et Vue de la baie de Pozzuoli près de de Naples réalisées par Gaspar van Wittel dit Vanvitelli (1652 – 1736) sont respectivement évaluée à 1 000 000 – 1 500 000 £ (lot 39) et à 800 000 – 1 200 000 £ (lot 40). Elles ont été commanditées vers 1700 par le 9ème Duc de Medinaceli (1660 – 1711), Vice-Roi de Naples. Arrivé à Rome en 1674, Vanvitelli se fait rapidement une réputation d’excellence dans les vedute de par la vision panoramique et surplombante qu’il adopte, la méticulosité dont il fait preuve dans le rendu des différentes éléments de la composition ainsi que le choix de tonalités claires donnant une grande unité à l’ensemble. Il compte parmi ses commanditaires et protecteurs les plus riches familles établies à Rome, au nombre desquelles les Colonna (qui possédaient plus de 100 œuvres de l’artiste) et les Albani.

Cristofano Allori, Judith et Holopherne, 1613, huile sur toile, 142 x 107,1 cm.

Cristofano Allori, Judith et Holopherne, 1613, huile sur toile, 142 x 107,1 cm.

Outre deux Canaletto (lot 189 et 203), la vente du 10 décembre, toujours à Londres (10h30), propose une Judith et Holopherne de Cristofano Allori (1577 – 1621) évaluée à 80 000 – 120 000 £ (lot 173). Ce tableau est des plus connus de l’artiste et des plus admirés au XVIIe siècle florentin. Son succès est attesté par les nombreuses copies autographes et d’atelier qui existent à ce jour. Marino rend hommage à la composition dans un de ses poèmes et, grâce au biographe d’Allori, Filippo Baldinucci, on sait que la femme ayant posée pour Judith était la maîtresse de l’artiste lequel s’est représenté sous les traits Holopherne.

Giocchino Assereto, ecce Homo, 1640 - 1650, huile sur toile, 124,5 x 97 cm.

Giocchino Assereto, ecce Homo, 1640 – 1650, huile sur toile, 124,5 x 97 cm.

 

Le lot 174 propose la dernière version d’Ecce Homo réalisée par Giocchino Assereto (1600 – 1649). Le jeu des mains entremêlées est particulièrement réussi, de même que l’attitude préoccupée de la figure au premier plan à droit trahissant une conscience troublée.

Florence Fesneau

Vol de 17 tableaux au musée du Castelvecchio de Vérone.

Peter Paul Rubens, La Dame de Licnidi, huile sur toile, 76 × 60 cm, inv. 1779-1B0166.

Peter Paul Rubens, La Dame de Licnidi, XVIIe siècle, huile sur toile, 76 × 60 cm, inv. 1779-1B0166.

Le 19 novembre 2015, un commando armé s’est rendu au musée du Castelvecchio de Vérone où il a volé 17 peintures. L’ensemble des pièces dérobées est estimé entre 10 et 15 millions d’euro. Voici les liste des œuvres volées :

  • Antonio Pisano, dit Pisanello, Vierge et l’Enfant, appelée Notre-Dame de la
    caille, tempera sur panneau, 54 × 32 cm, inv. 164-1B0090.
  • Jacopo Bellini, Saint Jérôme pénitent, tempera sur panneau, 95 × 65 cm, inv. 876-
    1B0306.
  • Andrea Mantegna, Sainte Famille avec un saint, tempera sur toile, 55,5 x 76 cm,
    inv. 855-1B0087.
  • Giovanni Francesco Caroto, Portrait de jeune homme avec des dessins d’enfants, huile sur toile, 37 × 29 cm, inv. 5519-1B0130.
  • Giovanni Francesco Caroto, Portrait de jeune Monaco bénédictine, huile sur toile,
    43 × 33 cm, inv. 1407-1B0142.
  • Tintoret, Vierge à l’allaitement maternel, huile sur toile, 89 × 76 cm, inv. 1285-1B1623.
  • Tintoret, Le transport de l’Arche d’Alliance, huile sur toile, 28 × 80 cm, inv.
    263-1B0227.
  • Tintoret, Fête de Balthazar, huile sur toile, 26,5 x 79 cm, inv. 264-
    1B0229.
  • Tintoret, Samson, huile sur toile, 26,5 x 79 cm, inv. 265-1B0228.
  • Tintoret, Le Jugement de Salomon, huile sur panneau, 26,5 x 79,5 cm, inv. 266-
    1B0230.
  • Atelier de Tintoret, Portrait d’homme, huile sur toile, 54 × 44 cm, inv. 44381-
    1B4013.
  • Domenico Tintoretto, Portrait de Marco Pasqualigo, Huile sur toile, 48 × 40 cm, inv
    6707-1B0158.
  • Atelier de Domenico Tintoretto, Portrait d’un amiral vénitien, huile sur toile,
    110 x 89, inv. 1602-1B0710.
  • Peter Paul Rubens, La Dame de licnidi, huile sur toile, 76 × 60 cm, inv. 1779-1B0166.
  • Hans de Jode, Paysage, huile sur toile, 70 × 99 cm, inv. 6275-1B0685.
  • Hans de Jode, Port de mer, huile sur toile, 70 × 99 cm, inv. 6273-1B0680.
  • Giovanni Bellini, Portrait de Girolamo Pompei, huile sur toile, 85 × 63 cm, inv. 45793-
    1B4017.

Prochaine vente de peintures et arts graphiques chez Artcurial (Paris, 13 novembre 2015)

Parallèlement au salon Paris Tableau qui vient d’ouvrir ses portes, Artcurial expose un important ensemble de peintures des XVIIe et XVIIIe siècles en attendant la mise aux enchères qui se déroulera sous la direction du commissaire-priseur Matthieu Fournier le vendredi 13 novembre à 14h30 dans les locaux parisiens de la maison de vente. La centaine de lots en lien avec la période moderne n’a pas l’homogénéité et la qualité de la collection Grandchamp des Raux dispersée par ses soins le 26 mars dernier.  En outre, le catalogue peine à concilier une présentation thématique tout en préservant l’intégrité des collections particulières mises en vente[1]. En dépit de cet enchevêtrement – parfois nécessaire au marché de l’art -, le catalogue comprend un index appréciable. Surtout, quelques œuvres exceptionnelles sont à signaler, notamment dans le genre de la peinture d’histoire, des marines et de la nature morte. Bien que la cotation mercantile reflète, dès le XVIIIe siècle, un système de valeur fondé sur le goût du public, la présentation des lots remarquables s’organise ici d’après la hiérarchie des genres académiques établie au Grand Siècle par André Félibien (1619-1695).

Louis Finson, Madeleine en extase, 1613, hst, 112,50 x 88,50cm

Louis Finson, Madeleine en extase, 1613, hst, 112,50 x 88,50 cm

Continuer la lecture

Quand Coysevox rencontre Colbert

Antoine Coysevox, Buste de Jean-Baptiste Colbert, 1677, marbre, 71 x 70 x 34 cm.

Antoine Coysevox, Buste de Jean-Baptiste Colbert, 1677, marbre, 71 x 70 x 34 cm.

Avant sa mise en vente le 12 novembre à 18h (estimation 3 millions d’euros), la maison Leclere expose en ce moment à Drouot un remarquable buste de Colbert par Coysevox, classé au titre des monuments historiques en 1937. Ce buste fut offert par l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture à Jean-Baptiste Colbert en 1677 et est resté dans la descendance du principal ministre de Louis XIV jusqu’à aujourd’hui (collection de S.A.R. le prince Sixte-Henri de Bourbon de Parme).

Au cours de sa carrière Antoine Coysevox (1640 – 1720) réalisera trois portraits sculptés de Colbert (1619 – 1683) : celui qui est présenté à la vente est le seul réalisé ad vivum tandis que les deux autres sont des reprises post mortem (l’un est conservé au musée du Louvre et l’autre fait partie du monument funéraire en l’église Saint-Eustache de Paris).

La réalisation du buste de 1677 semble être due à une initiative personnelle de Coysevox qui y voit le moyen de s’assurer les faveurs d’un prestigieux protecteur pouvant lui ouvrir les portes des chantiers royaux. De fait, les qualités de l’œuvre sont à l’origine du processus de reconnaissance de Coysevox en tant que grand sculpteur et portraitiste de génie et permettront à ce dernier d’exercer ses talents aussi bien à Versailles qu’à Marly et à Sceaux.

A l’occasion de cette vente, la maison Leclere a édité un catalogue conséquent sous la direction Guillaume de Carbonnières avec des articles de Françoise de la Moureyre (« Sculpter le portrait en France au XVIIe siècle ») et de Michel Vergé-Franceschi (« Colbert : un homme d’état hors du commun ») que l’on peut consulter en ligne :

http://asp.zone-secure.net/v2/index.jsp?id=2637/4699/59758&lng=fr

Florence Fesneau

Prochaines ventes chez Sotheby’s et Christie’s

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 - 1715, 89 x 126 x 54 cm

André-Charles Boulle, commode ovale, 1705 – 1715, 89 x 126 x 54 cm

Chez Sotheby’s, les ventes du 4 et 5 novembre à Paris proposent une importante commode ovale ou en tambour arrondi par les deux bouts en marqueterie à fond de de cuivre, écaille brune et étain gravés, placage d’ébène d’époque Louis XIV, réalisée vers 1705-1715, attribuée à André-Charles Boulle, estampillée E. Levasseur et JME et évaluée entre 800 000 et 1 200 000 € (lot 305). Il s’agit d’un prototype de ce qui allait devenir le meuble emblématique du XVIIIe siècle : la commode. La forme dérive des bureaux à huit pieds munis de tiroirs sur la longueur de la façade pour les adapter à leur nouvelle fonction de meuble de rangement. Avec six pieds cette commode témoigne d’une phase intermédiaire dans les recherches de l’ébéniste, puisque, dans le modèle abouti, seuls quatre pieds subsisteront avec un avant-corps central contenant les tiroirs.

Simon Deverberie, pendule au char d'Apollo, vers 1800, 60 x 73x 25,5 cm.

Simon Deverberie, pendule au char d’Apollo, vers 1800, 60 x 73 x 25,5 cm.

A signaler aussi une importante pendule au char d’Apollon en bronze patiné et doré d’époque Consulat, vers 1800, attribuée à Simon Deverberie (1764 – 1824) et évaluée entre 50 000 et 80 000 € (lot 426). Apollon couronné de lauriers et tenant sa lyre, est assis sur son char. Il est précédé par Mercure enfant prenant appui sur une tête de satyre et retenant deux chevaux cabrés aux yeux émaillés. Le dessin de cette pendule est conservé à l’INHA, avec une importante série de modèles « au nègre » qui ont fait la renommée du fondeur-ciseleur Simon Deverberie.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d'Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Jean-Baptiste Perroneau, Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt, 1765, huile sur toile, 80 x 63,4 cm.

Chez Christie’s, la vente « Collection Marie-Antoinette » du 3 novembre à Paris propose un Portrait présumé de Barthélémy Augustin Blondel d’Azincourt (1719 – 1795) par Jean-Baptiste Perroneau (Paris 1715 – 1783 Amsterdam) évalué entre 50 000 et 70 000 € (lot 34) et un Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe (1696 – 1750) attribué à Maurice-Quentin de La Tour (Saint Quentin 1704 – 1788) évalué entre  50 000 et 70 000 € (lot 58).

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe,

Maurice-Quentin de La Tour, Portrait du comte Maurice de Saxe, Maréchal de Saxe, pastel, 60 x 48 cm.

Toujours chez Christie’s, la vente exceptionnelle du 4 novembre à Paris permettra d’admirer un bureau plat, son cartonnier et sa pendule de cartonnier d’époque Louis XVI avec estampille de Philippe-Claude Montigny (1734 – 1800) datant de 1760 – 1770, estimée à 2 000 000 – 3 000 000 € (lot 510) ainsi qu’une aiguière en or  réalisée par Henri Auguste (1759 – 1816) d’après un dessin attribué à Jean-Guillaume Moitte (1746 – 1810) en 1790 pour William Thomas Beckford (1760 – 1844) estimée à 1 200 000 – 1 800 000 € (lot 519). Dans ce qui devait être un des tout premier roman gothique, Vathek conte arabe, Beckford commence par décrire les cinq palais que le calife avait fait construire et qu’il destinait chacun «à la satisfaction d’un de ses sens[1] ». Parmi ceux-ci « Le palais nommé le Délice des yeux, ou le Support de la mémoire, était un enchantement continuel. Des raretés rassemblées de tous les coins du monde, s’y trouvaient en profusion & dans le plus bel ordre.[2] ». Nul doute que l’aiguière en or aurait pu y trouver une place de choix !

Henri Auguste d'après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Henri Auguste d’après un dessin de Jean-Guillaume Moitte, aiguière, 1790, 29 cm.

Florence Fesneau


 

[1] William Beckford, Vathek conte arabe, Paris, Poinçot, 1787 (1786), p. 4

[2] Id. p. 4 – 5.

Le Château de Versailles complète ses collections d’histoire

Nicolas-Bernard Lépicié, Louis-Philippe, duc de Valois, au berceau, 1774, huile sur bois, 54,5 x 41 cm.

Nicolas-Bernard Lépicié (1735 – 1784), Louis-Philippe, duc de Valois, au berceau, 1774, huile sur bois, 54,5 x 41 cm.

A l’occasion de la mise en vente de la collection du Comte de Paris (1908 – 1999) et de la Comtesse de Paris (1911 – 2003) chez Sotheby’s les 29 et 30 septembre, le Château de Versailles s’est porté acquéreur de trois lots. Le tableau de Lépicié  a été acheté pour 231 000 € : il montre le duc d’Orléans, futur Philippe Egalité (guillotiné le 6 novembre 1793) posant un regard admiratif sur son nouveau-né endormi, le futur Louis-Philippe 1er, qui deviendra le second roi des Français (après Louis XVI) en 1830. Témoin de cette scène familiale, le jeune serviteur noir, surnommé Scipion, retient d’une main le chat curieux qui s’est glissé jusqu’au berceau. Le Château de Versailles s’est aussi porté acquéreur du tableau d’Emile Vernet mettant en scène Louis-Philippe jouant au cerceau dans la cour du lycée Henri IV (1821) pour 77 400 € ainsi que de celui représentant Le roi Louis-Philippe entouré de sa famille, une huile sur toile de l’Ecole française du XIXe siècle pour 47 500 €.

Table d'enfant à la Tronchin en placage de ronce de thuya et monture de bronze doré d'époque Louis XVI, vers 1780, par David Roentgen (1743-1807), très probablement livrée pour les enfants de Louis-Philippe-Joseph d'Orléans (1747-1793), alors duc de Chartres.

Table d’enfant à la Tronchin en placage de ronce de thuya et monture de bronze doré d’époque Louis XVI, vers 1780, par David Roentgen (1743-1807).

En revanche, échappent au Château de Versailles la table de jeu réalisée par l’ébéniste Roentgen pour le jeune Louis-Philippe (285 000 €), ainsi que le dessein de Carmontelle, Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud – jusqu’alors connu au travers de la copie à l’huile de Philippoteaux au musée Nissim de Camondo – qui a été acquis pour 531 000 euros.

Louis Carrogis dit Carmontelle, Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud, dessin, 26,3 x 40,0 cm.

Louis Carrogis dit Carmontelle (1717 – 1806), Les Gentilshommes du duc d’Orléans dans l’habit de Saint-Cloud, dessin, 26,3 x 40,0 cm.

Florence Fesneau

Le couple Soolmans inséparable

Rembrandt Harmenszoon van Rijn , portrait de Marten Soolmans, 1634, huile sur toile, 210 x 135 cm.

Rembrandt Harmenszoon van Rijn , portrait de Marten Soolmans, 1634, huile sur toile, 210 x 135 cm.

La France et les Pays-Bas ont conclu l’acquisition conjointe de la paire de tableaux peints par Rembrandt, Portrait de Marten Soolmans et Portrait de Oopjen Coppit, épouse de Marten. Marié en 1633, le couple s’était fait portraiturer l’année suivante. Les tableaux sont restés dans la famille Soolmans jusqu’en 1877, date à laquelle ils ont été vendus à  Samuel de Rotschild. Eugène Fromentin  en donne une description très élogieuse dans Les Maîtres d’autrefois (1876). Les tableaux, mis en vente par Eric de Rothschild, vont rester unis. Ils seront visibles alternativement au Louvre et au Rijksmuseum, par période de trois ans. En France, l’opération a coûté 80 millions d’euros versés par la Banque de France au titre du mécénat.

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Portrait de Oopjen Coppit, 1634, huile sur toile, 210 x 135 cm.

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Portrait de Oopjen Coppit, 1634, huile sur toile, 210 x 135 cm.

Si les tableaux de Rembrandt ne sont pas rares sur le marché et restent d’un prix relativement raisonnable, les portraits des époux Soolmans doivent leur valeur élevée à l’importance de leur format. Dans un premier temps le ministère de la culture n’avait pas jugé bon d’attribuer à ces œuvres le caractère de trésor national, rendant ainsi possible leur exportation, ce que la Tribune de l’art révélait dans un article en date du 4 mars 2015. L’acquisition conjointe des tableaux par le Musée du Louvre et le Rijjksmuseum a finalement été rendue possible par le classement de ceux-ci comme « œuvre d’intérêt patrimonial majeur ».

 Florence Fesneau

Les Trésors nationaux du comte de Paris

 

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de la duchesse d'Orléans, née Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, 1789, huile sur panneau, 110 x 84 cm

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de la duchesse d’Orléans, née Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, 1789, huile sur panneau, 110 x 84 cm.

   Trente mois, c’est la durée dont dispose l’Etat français pour faire une offre d’achat sur ce tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun, classé « Trésor national ». Retiré de la vente des œuvres provenant des collections de Feu Monseigneur le comte de Paris (1908 – 1999), le portrait de la duchesse d’Orléans fait donc l’objet de tractations privées sous l’égide de Sotheby’s afin de lui trouver un ou des mécènes – la Banque de France se serait porter acquéreuse – pouvant lui permettre de rester sur le territoire français. Louise-Marie-Adélaïde de Bourbon (1753 – 1821), héritière d’une immense fortune, épouse Louis-Philippe d’Orléans (1747 – 1793) en 1769. La duchesse d’Orléans, souvent délaissée, doit s’accommoder de la présence de la maîtresse de son mari, la comtesse de Genlis, et supporter l’influence grandissante qu’elle aura sur les six enfants du couple. Le tableau d’Elisabeth Vigée Le Brun (1755 – 1843) montre la duchesse dans un de ses moments d’intimité, la tête mélancoliquement penchée, le regard doux mais , Sotheb’yvolontaire, la main droite abandonnée sur les plis de sa robe savamment disposée. Exposé au Salon de 1789, le tableau remporte les faveurs des critiques : «  Madame Le Brun a parfaitement saisi le caractère de cette Princesse, elle a peint à la fois cet air de bonté, & cette sensibilité profonde que porte son âme. Son modèle ne pouvait que l’inspirer ; aussi son tableau est-il frappant.[1] »

Philippe de Champaigne, Portrait de Louis XIII, vers 1639, huile sur toile.

Philippe de Champaigne, Portrait de Louis XIII, vers 1639, huile sur toile.

   Ont aussi été classés Trésors nationaux le livre de comptes du château d’Amboise (1495 – 1496) et le portrait de Louis XIII par Philippe de Champaigne (1602 – 1674). Le portrait est commandé en 1639 par le secrétaire d’Etat chargé des finances du royaume, Louis Phélypeaux, seigneur de La Vrillière, marquis de Châteauneuf et de Tanlay (1599 – 1681). Le marquis expose le tableau dans son hôtel particulier, l’hôtel de Toulouse, actuelle Banque de France, en pendant à un portrait de Richelieu aujourd’hui conservé au Louvre[2]. L’œuvre célèbre un roi guerrier, ceint de son armure, la main gauche posée sur un casque empanaché qui affirme les victoires militaires, mais aussi sa confiance dynastique suite à la naissance – tant attendue – du dauphin, futur Louis XIV en 1638.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————–

[1] Les élèves au salon : ou L’Amphigouri., A Paris, Chez Lecomte, Libraire, rue S. André-des-Arcs, coin de celle des Grands-Augustins. 1789, p. 22.

[2] Philippe de Champaigne, Le cardinal de Richelieu, 1635, huile sur toile, 222 x 155 cm, Paris, musée du Louvre.

Le XVIIIe siècle à l’honneur chez Christie’s : la vente de la collection de Jean-Louis Rémilleux.

 

Hubert Robert, Vue intérieure de la loggia de la Villa Médicis, huile sur toile, 77 x 112 cm

Hubert Robert, Vue intérieure de la loggia de la Villa Médicis, huile sur toile, 77 x 112 cm.

Les 28 et 29 septembre prochains seront mis aux enchères à Paris chez Christie’s une partie de la collection de meubles, d’objets et d’œuvres d’art du XVIIIe siècle patiemment constituée pendant ces trente dernières années par Jean-Louis Rémilleux en son château de Digoine. Parmi les quelques 1 000 lots présentés à la vente, on remarquera une Vue intérieure de la loggia de la Villa Médicis (huile sur toile, 77 x 112 cm) d’Hubert Robert (Paris, 1733 – 1808), lot 26 estimé à 150 000 – 200 000 €, une commode en cabinet d’époque Louis XVI en laque du Japon (96 x 116 x 52,5 cm) estampillée Martin Carlin, lot 137 estimé à 100 000 – 200 000 €,et La Citoyenne Tallien (1773 – 1835) dans un cachot à la Force, ayant dans les mains ses cheveux qui viennent d’être coupés (huile sur toile, 128,9 x 112,3 cm) de Jean-Louis Laneuville (Paris, 1756 – 1826), lot 277 estimé à 150 000 – 200 000 €. Ce tableau, emblématique de l’époque de la Terreur et de la chute imminente de Robespierre, fut exposé au Salon de 1796 où il fit scandale et dut être retiré car rappelant au public des événements trop douloureux.

Jean-Louis Laneuville, La Citoyenne Tallien dans un cachot à la Force, ayant dans les mains ses cheveux qui viennent d'être coupés, huile sur toile, 128,9 x 112,3 cm.

Jean-Louis Laneuville, La Citoyenne Tallien dans un cachot à la Force, ayant dans les mains ses cheveux qui viennent d’être coupés, 1796, huile sur toile, 128,9 x 112,3 cm.

Toutes ces œuvres, bientôt dispersées, étaient rassemblées au Château de Digoine (ouvert au public), situé en Saône-et-Loire près de Palinges. Ce château de 75 pièces, qui est considéré comme un fleuron de l’architecture classique en Bourgogne, a été remanié entre 1750 et 1770 par l’architecte Edme Verniquet (Châtillon-sur-Seine 1727 – Paris 1804).

Château de Digoine

Château de Digoine

Florence Fesneau

Vente Grandchamp des Raux : records battus par les académiciennes !

Le jeudi 26 mars 2015, les quarante-neuf coups du marteau de Matthieu Fournier ont dispersé la collection de peintures de Louis Grandchamp des Raux au cours d’une vente organisée par Sotheby’s et Artcurial à Paris.

Tous les lots ont été vendus, sans que les musées français n’aient fait valoir leur droit de préemption. Ce retrait s’explique probablement par le montant élevé des estimations, qui n’a cependant pas découragé les autres acheteurs. Ainsi, la majorité des lots a été adjugée dans la tranche prévue par les estimations, et près de 40% des lots ont même dépassé ces prévisions, portant le résultat global de la vente à plus de 7 630 000 € (8,7 millions avec les frais).

Louise Moillon (1610-1696), Nature morte de pêches sur un plat d’étain, boîte de copeau, 1634, peinture à l’huile sur panneau, 49 x 65 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

1. Louise Moillon (1610-1696), Nature morte de pêches sur un plat d’étain, boîte de copeau, 1634, peinture à l’huile sur panneau, 49 x 65 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

À l’exemple de Louise Moillon, dont l’une des deux natures mortes (ill. 1) a trouvé acquéreur pour 900 000 € (hors frais), d’autres artistes ont visiblement battu leur record sur le marché de l’art[1].

Tout comme les œuvres de Louise Moillon, celles d’Anne Vallayer-Coster ont remporté un franc succès commercial. Compte tenu du faible nombre de femmes reçues à l’Académie royale de peinture et de sculpture[2], la qualité esthétique de leurs tableaux se double d’une valeur sociale indéniable. Le développement des gender studies a sans doute aiguisé l’intérêt du public pour ce type de productions, a fortiori quand le modèle est également une artiste (ill. 2).

Anne Vallayer-Coster (1744-1818), Portrait d’une violoniste, 1773, peinture à l’huile sur toile, 116 x 96 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

2. Anne Vallayer-Coster (1744-1818), Portrait d’une violoniste, 1773, peinture à l’huile sur toile, 116 x 96 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Pourtant, c’est moins la musicienne -dont le violon est proprement désaccordé- que la psychologie de la demoiselle qui est mise en avant dans cette composition poétique mêlant les genres du portrait et de la nature morte. À l’écart des scènes moralisantes de son contemporain Greuze[3], Anne Vallayer-Coster semble ici renouer avec l’ancienne tradition du memento mori. Tenant un violon dont la première corde a déjà lâché, le jeune modèle apparaît dans la posture humble d’une Madeleine pénitente dont le regard semble s’évanouir au travers des  portées musicales. Le public pourra bientôt l’admirer dans un musée européen, qui l’a acquis pour la somme de 750 000 € (hors frais).

Le goût de Louis Grandchamp des Raux pour les assemblages harmonieux transparaît également dans la nature morte, qui est le genre pictural le plus représenté dans sa collection. Parmi les plus remarquées, la fascinante composition de Pierre-Antoine Lemoine est une des quatre œuvres actuellement référencée de l’artiste (ill. 3): elle a trouvé acquéreur pour 350 000 € (hors frais).

Pierre-Antoine Lemoine (1605-1665), Nature morte aux raisins, plat de pêches et potiche chinoise sur un entablement de pierre, peinture à l’huile sur toile, 50 x 61 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

3. Pierre-Antoine Lemoine (1605-1665), Nature morte aux raisins, plat de pêches et potiche chinoise sur un entablement de pierre, peinture à l’huile sur toile, 50 x 61 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

En lien avec ce genre, il convient aussi de signaler cinq œuvres de François Desportes (1661-1743), dont l’esquisse d’un tableau représentant les chiennes de Louis XV Bonne, Nonne et Ponne (Paris, Musée de la chasse et de la nature).

À signaler enfin, parmi des paysages de Boucher, Fragonard et Hubert Robert, Le lever du jour, départ des pêcheurs (ill. 4) de Joseph Vernet, qui s’est envolé (en France : le tableau, issu de l’ancienne collection du château de Ferney-Voltaire, est classé monument historique) pour 700 000 € (hors frais).

Joseph Vernet (1714-1789), Le lever du jour, départ des pêcheurs, 1747, peinture à l’huile sur toile, 98 x 134 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Joseph Vernet (1714-1789), Le lever du jour, départ des pêcheurs, 1747, peinture à l’huile sur toile, 98 x 134 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Dans un communiqué de presse commun, Sotheby’s et Artcurial se sont félicités d’avoir battu un record remontant à plus de vingt ans. En conséquence, la vente Grandchamp des Raux est révélatrice d’un regain d’intérêt pour la peinture française des XVIIe et XVIIIe siècles, dont la recherche en Histoire de l’art moderne ne peut que se flatter.

_______________________________________________________________________________________________

 [1] À en juger par les résultats de la base Artprice, c’est le cas du peintre de Pierre-Antoine Lemoine (Paris 1605-1665) et d’Anne Vallayer-Coster (Paris 1744-1818).
[2] Octave Fidiere, Les femmes artistes à l’Académie royale de peinture et de sculpture, Paris: Charavay frères, 1885.
[3] Justement, le Portrait de jeune femme au fichu blanc (lot 27) peint par Jean-Baptiste Greuze (1725-1805) a été vendu en deçà de son estimation (75 000 € hors frais).