Archives de catégorie : marché de l’art

Sotheby’s en Janvier 2017.

François-Pierre Peyron (1744 – 1814), Bélisaire recevant l’hospitalité d’un paysan, 1811, huile sur toile, 49,3 x 62,3 cm.

Plusieurs ventes ont eu lieu à New York du 25 au 27 janvier, dont nous relevons quelques objets qui ont trouvé preneur … ou pas.

Lors de la vente de 27 janvier à 10h00, le lot 445 n’a pas trouvé preneur. Il s’agit d’un tableau de Jean-François-Pierre Peyron (1744 – 1814), Bélisaire recevant l’hospitalité d’un paysan, qui est la répétition de la commande passée par l’abbé François de Bernis, qui deviendra par la suite archevêque de Rouen. Ce dernier, alors en poste à Rome, expose l’original au Palais Mancini avant de le ramener à Albi, avec son pendant, Cornélia, mère des Gracques. Le tableau original, daté de 1779, est aujourd’hui conservé au Musée des Augustins de Toulouse. Les copies autographes de ce tableau (outre celle présentée par Sotheby’s, une autre composition du même artiste est conservée à la National Gallery de Londres) témoignent du durable succès populaire que remporte la nouvelle de Marmontel écrite en 1767, Bélisaire. Peyron se pose ici en rival de Jacques-Louis David qui donne sa version du même sujet en 1780, Bélisaire demandant l’aumône, conservé au Palais des beaux-arts de Lille. Continuer la lecture

Christie’s en Novembre

Charles Amédée Philippe Van Loo, L’Artiste et sa mère ?, 1763, huile sur toile, 80 x 64 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, L’Artiste et sa mère ?, 1763, huile sur toile, 80 x 64 cm.

Parmi les œuvres proposées à la vente Christie’s du 2 novembre à Londres, on notera ce double portrait (lot n° 103, estimé entre 12 000 et 18 000 £) réalisé par Charles Amédée Philippe Van Loo (1719 – 1795). Fils de Jean-Baptiste Van Loo (1684 – 1745), lui-même frère aîné de Carle Van Loo (1705 – 1765), Charles Amédée obtient le prix de Rome en 1738 et est admis à l’Académie royale de peinture en 1747. Il devient le peintre attitré de Frédéric II de Prusse (1712 – 1786) auprès duquel il réside de 1748 à 1758 et de 1763 à 1769, ayant obtenu la permission de rentrer en France tant que la Guerre de Sept Ans durerait. Dans le portrait de L’Artiste et sa mère, Charles Amédée utilise un procédé similaire à celui qu’il retient pour peindre ses six enfants qui sont représentés trois par trois dans deux trompes-l’œil ovales, datés et signés de 1764, et tous les deux conservés dans les collections de la National Gallery of Art de Washington ; La lanterne magique et Les Bulles de savon. Ces tableaux ainsi que le portrait de L’Artiste et de sa mère témoignent de l’intérêt grandissant que Charles Amédée Van Loo porte à la peinture de genre hollandaise. Le peintre a, en effet, pu étudier les œuvres de Frans van Mieris l’aîné (1635 – 1681) et de Willem van Mieris le jeune (1662 – 1747) au cours de son long séjour à la cour de Frédéric le Grand. Christine Roland note aussi que l’on « détecte chez lui l’influence du vérisme de la peinture germanique : Dürer, Grünewald, Cranach, ainsi que des portraitistes allemands contemporains ….On trouve dans les portraits d’Amédée Van Loo, comme dans ceux de ses collègues allemands, une façon d’appliquer les couches de pigments qui utilise le jeu de lumière pour rendre le caractère de personnage, ce qui explique pourquoi les œuvres paraissent dures et maladroites en reproduction photographiques : l’intimité de la présence du personnage y est aplatie et perdue[1]. ». Du fait de son long séjour à la cour de Prusse, l’essentiel de l’œuvre de Charles Amédée Van Loo – qu’il s’agisse de plafonds allégoriques, de tableaux d’histoire ou mythologiques – se trouve principalement à Berlin et à Postdam. Lors de son retour définitif en France, le peintre est nommé adjoint à professeur en 1770, puis adjoint à recteur en 1790. Entre 1773 et 1775, il reçoit la commande les cartons de tapisserie pour la Tenture du costume turc qui reflètent l’engouement de l’époque pour l’Orient. Moins connu que son oncle Carle, l’artiste reste à redécouvrir.

Charles Amédée Philippe Van Loo, La Lanterne magique, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, La Lanterne magique, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm.

Charles Amédée Philippe Van Loo, Les bulles de savons, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm

Charles Amédée Philippe Van Loo, Les bulles de savons, 1764, huile sur toile, 88,6 x 88,5 cm

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————–

[1] Christine Rolland (dir.), Autour des Van Loo. Peinture, commerce des tissus et espionnage en Europe (1250 – 1830), Mont-Saint-Aignan, Publication des universités de Rouen et du Havre, 2012, p. 291.

Christie’s en octobre

Antoine van Dyck, Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans, vers 1634, huile sur toile, 135,6 x 99,7 cm.

Antoine van Dyck, Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans, vers 1634, huile sur toile, 135,6 x 99,7 cm.

Pour sa vente du 26 octobre 2016, Christie’s propose un Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans (1615 – 1672). Ce tableau (lot n° 70 estimé entre 400 000 et 600 000 $) récemment redécouvert est une des deux versions autographes peintes par Antoine van Dyck (1599 – 1641), l’autre version faisant partie de la collection du Duc de Bedford à l’abbaye de Woburn.

Ferdinand Bol, Portrait d’un jeune homme, vers 1640, huile sur toile, 67 x 53,7 cm

Ferdinand Bol, Portrait d’un jeune homme, vers 1640, huile sur toile, 67 x 53,7 cm.

Le lot n° 74 (estimé entre 150 000 et 250 000 $) propose un Portrait de jeune homme inédit de Ferdinand Bol (1616 – 1680). Ce tableau date probablement des années 1640 qui marqueront la fin de l’apprentissage de Ferdinand Bol auprès de son maître Rembrandt (1606 – 1669) et le début d’une carrière indépendante couronnée de succès et de nombreuses commandes officielles.

Jean-Honoré Fragonard, Le Billet doux, vers 1770, huile sur toile, 16,4 x 12,4 cm.

Jean-Honoré Fragonard, Le Billet doux, vers 1770, huile sur toile, 16,4 x 12,4 cm.

Le Billet Doux (Lot n° 100 estimé entre 120 000 et 160 000 $) est un petit tableau de Jean-Honoré Fragonard (1732 – 1806) récemment redécouvert. Il fait partie d’un ensemble de scènes de genre, toutes peintes au cours des années 1770, montrant des demi-figures accoudées à un rebord de pierre ou à une fenêtre ouverte. Parmi celles-ci, on compte les célèbres Curieuses conservées aujourd’hui au musée du Louvre. Un autre tableau de Fragonard qui dépeint un jeune homme implorant une jeune fille à sa fenêtre, conservé dans la collection Veil-Picard, est probablement le pendant du Lot n° 100. Les deux œuvres se complètent sur le thème de la rencontre amoureuse.

Jean-Baptiste Pater, Soldats et vivandières se reposant autour d’un feu, huile sur toile, 46,3 x 55,8 cm.

Jean-Baptiste Pater, Soldats et vivandières se reposant autour d’un feu, huile sur toile, 46,3 x 55,8 cm.

Au Lot n° 101 (estimé entre 100 000 et 150 000 $) on trouve un tableau de Jean-Baptiste Pater (1695 – 1736) qui, comme son maître Antoine Watteau (1684 – 1721), s’attache à représenter la vie des soldats pendant la Guerre de Succession d’Espagne (1701 – 1713). Le morceau de réception de Pater à l’académie royale de peinture en décembre 1728 sera d’ailleurs un tableau sur le thème de la vie militaire ; Une fête champêtre. Réjouissance de soldats, actuellement conservé au musée du Louvre. Les Soldats et vivandières se reposant autour du feu reprend le modèle établi par Watteau qui montre soldats et officiers loin de l’agitation du champ de bataille. Ces derniers sont dépeints dans leur quotidien, alors qu’ils se reposent, jouent aux cartes ou conversent en compagnie des femmes et enfants qui accompagnent la garnison de campement en campement. Chaque figure, étudiée séparément, a fait l’objet de dessins préparatoires dont certains sont identifiés dans les collections du musée J. Paul Getty ou de la Fondation Custodia.

Jean Restout II, Portrait de Pierre Vigné de Vigny, vers 1720, huile sur toile, 81,6 x 65 cm.

Jean Restout II, Portrait de Pierre Vigné de Vigny, vers 1720, huile sur toile, 81,6 x 65 cm.

Le Portrait de Pierre Vigné de Vigny (1690 – 1772) proposé au Lot n° 96 (estimé entre 100 000 et 150 000 $) dépeint un ami de Jean Restout. L’architecte et le peintre semblent avoir été proches : tous les deux membres de l’Académie royale, ils bénéficient régulièrement des commandes de l’église, du Régent et du Duc de Luynes. De plus, de nombreuses peintures de Restout apparaissent sur l’inventaire après décès établi à la mort de Vigné de Vigny. Ce dernier, élève de Robert de Cotte, admirateur de Borromini et d’Oppenordt, réalise au début de sa carrière parisienne un ensemble de logements pour le banquier Antoine Crozat (la Cour du Dragon) ainsi que l’hôtel Chenizot, avant de travailler pour le clergé et la noblesse. Pour son élection à la Royal Society de Londres, il écrit, en 1740, une Dissertation sur l’architecture, publiée en 1752.

Florence Fesneau

Vente Robert de Balkany chez Sotheby’s – Paris

Sotheby’s en association avec Leclère-mdv procédera le 20 septembre 2016 (à partir de 17h) à la vente de la collection de Robert Zellinger de Balkany (1931 – 2015). Cet homme d’affaires qui avait fortune dans la promotion immobilière en se lançant dans la conception – novatrice à l’époque – de grands centres commerciaux, avait patiemment constitué une exceptionnelle collection au sein de son hôtel particulier, l’hôtel de Feuquières, situé 62 rue de Varennes.

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Le Lot 15, estimé entre 40 000 et 60 000 €, est un tableau de Michel Hubert Descours (Bernay 1707 – 1775), Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm. Le peintre, qui représente ici sa femme, relate sa rencontre et son mariage avec celle-ci dans un petit texte de souvenirs Les Amours de M. Hubert – Descours avec Mademoiselle Marie Fabre écritte (sic) par luy même en 1737. Il s’inspire d’un tableau d’Hyacinthe Rigaud qui représente pour la première fois un modèle accompagné d’un petit serviteur noir en 1702 dans le Portrait de Catherine-Marie Le Gendre de Villedieu, aujourd’hui non localisé, mais connu par la gravure.

Le Lot 23, estimé entre 300 000 et 500 000 €, est une importante pendule au Jour et la Nuit en ébène, marqueterie d’écaille et de laiton, bronze patiné et doré d’époque Régence, par André-Charles Boulle (1642-1732), le cadran et le mouvement par Abraham Gilbert. Son appartenance a pu être établie dans l’inventaire après décès d’Etienne Perrinet de Jars en 1762. Au XVIIIe siècle plusieurs pendules similaires sont répertoriées, l’une livrée pour Machault d’Arnouville, une autre au prince de Condé, une troisième pour le duc de La Vrillère ; on en retrouve également un exemplaire chez le président de Nicolaÿ, ainsi que chez Jean de Julienne, le comte de Lauraguais et Randon de Boisset.

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l'époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

Le Lot 32, estimé entre 60 000 et 100 000 €, est une pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, le cadran et le mouvement signé Le Paute / Hger Du Roy, 65 x 40 x 22 cm. Cette pendule appartenait à Jean-Baptiste Magon de La Balue (1713 – 1794), fermier général et seul banquier de la Cour à la fin du règne de Louis XV, supplantant ainsi Jean-Joseph de Laborde lors de la disgrâce du duc de Choiseul. L’Ariane qui repose aujourd’hui sur la plateforme de l’horloge s’est substituée à « un chat d’ancien bleu posé sur un coussin de bronze doré avec frise d’ornements » (tel qu’indiqué dans inventaire après-décès dressé le 9 fructidor an III soit le 26 août 1795). Ceci explique la frise de souris qui orne de manière inattendue et cocasse le socle. Continuer la lecture

Vente Christie’s du 7 juillet 2016

Pierre-Paul Rubens, Loth et ses filles, vers 1613 – 1614, huile sur toile, 190 x 225 cm.

Pierre-Paul Rubens, Loth et ses filles, vers 1613 – 1614, huile sur toile, 190 x 225 cm.

La Vente “Old Masters and British Paintings Evening Sale” du 7 juillet (Londres, 19h00) propose nombre d’œuvres prestigieuses.

Le clou de la vente sera sans conteste le Loth et ses filles de Pierre-Paul Rubens (1577 – 1640) présenté au Lot n° 12. Connue grâce à une gravure de 1766 que Thomas Martyn (1735 – 1825) reproduit dans le 1er volume de The English Connoisseur, cette œuvre n’a jamais été montrée au grand public. Elle est en effet passée de la collection Marlborough au Palais de Bleinheim, où elle se trouvait au XVIIIe siècle, à celle du baron Maurice de Hirsch de Gereuth (puis celle de ses descendants) en 1880.

Pierre-Paul Rubens, Venus suppliant Jupiter, huile sur bois, 50.8 x 37.5 cm.

Pierre-Paul Rubens, Vénus suppliant Jupiter, début XVIIe siècle, huile sur bois, 50.8 x 37.5 cm.

Une autre œuvre de Rubens, Vénus suppliant Jupiter, est estimée à 1,2 -1,8 M£ (Lot n° 9). Le tableau illustre un passage du Chant I de l’Enéide dans lequel Vénus intervient auprès de Jupiter, afin de s’assurer de l’avenir des Troyens rescapés de la tempête déclenchée par Junon. Jupiter rassure Vénus quant à l’avenir d’Énée. Il lui prédit les guerres qu’Énée devra mener dans le Latium, la fondation d’Albe, l’histoire de Romulus et Remus, et l’accession au trône de l’empereur Auguste. Le tableau faisait partie de la collection de Joshua Reynolds et fut mis en vente pour la première fois chez Christie’s en 1795.

Matthias Stomer, Le Jugement de Salomon, huile sur toile, 157 x 222 cm.

Matthias Stomer, Le Jugement de Salomon, vers 1640, huile sur toile, 157 x 222 cm.

Le Lot n° 17 (estimé à 1,2 – 1,8 M£) présente un Jugement de Salomon peint à la période de maturité de Matthias Stomer (1600 – 1652) qui y fait preuve d’une grande expressivité dans le traitement des figures.

Luis Meléndez, Nature morte au pichet, huile sur toile, 40.3 x 35.3 cm.

Luis Meléndez, Nature morte au pichet, 1760 – 1775, huile sur toile, 40.3 x 35.3 cm.

Luis Meléndez (1716-1780) est considéré comme l’un des meilleurs peintres de natures mortes du XVIIIe siècle. Entre 1759 et 1774 il réalise pour le futur Charles IV d’Espagne – alors prince des Asturies – une grande série de natures mortes destinées au Musée d’histoire naturelle. Une partie importante de cette série est aujourd’hui conservée au musée du Prado, soit trente-neuf peintures qui représentent essentiellement des fruits et légumes produits dans l’Espagne d’alors. Ce lot n° 27 est estimé entre 600 000 et 800 000 £.

Giovanni Antoio Canal dit Canaletto, Vue d’une rivière, vers 1754, huile sur toile, 30,5 x 45 cm.

Giovanni Antoio Canal dit Canaletto, Vue d’une rivière, vers 1754, huile sur toile, 30,5 x 45 cm.

Le Lot n° 44 (estimé entre 700 000 et 1 M£) propose un tableau de Canaletto (1697-1768), Vue d’une rivière, qui serait une reprise avec plusieurs modifications d’un sujet plus vaste peint à Londres. Cette vue est généralement associée à la ville de Padoue, quoique le sujet fasse encore débat.

Claude Joseph Vernet, Port de Méditerranée, vers 1770, huile sur toile, 115,5 x 150,8 cm.

Claude Joseph Vernet, Port de Méditerranée, vers 1770, huile sur toile, 115,5 x 150,8 cm.

Quelques œuvres de peintres français du XVIIIe siècle méritent une mention spéciale. Le tableau Claude Joseph Vernet (1714 – 1789) est estimé à 300 000 – 500 000 £ (Lot n° 24). Cette œuvre méconnue – en dépit de sa taille importante – correspondrait peut-être à l’une des peintures perdues répertoriée dans le Catalogue Raisonné d’Ingersoll-Smouse : « Coucher de soleil : Au pied d’un énorme rocher, un turc fumer sa pipe et semble regarder un bâtiment qui s’approche. Plusieurs pécheurs stationnent. Au loin, une montagne et une tour » (Joseph Vernet: Peintre de Marine 1714-1789. Etude critique suivie d’un catalogue raisonné de son œuvre peint, Paris, 1926, II, p. 62, no. 1460).

François Boucher, Pan and Syrinx, Alphée et Arethuse, vers 1761, huile sur toile, 27.3 x 27 cm chacun.

François Boucher, Pan and Syrinx, Alphée et Arethuse, vers 1761, huile sur toile, 27.3 x 27 cm chacun.

Le Lot n° 25 (estimé à 200 00 – 300 000 £) présente deux tableaux en pendant de François Boucher (1703 – 1770), Pan et Syrinx et Alphée et Aréthuse. Ils sont considérés comme les premières pensées d’une série de quatre tableaux de dimensions similaires réalisées en 1761 pour le collectionneur Pierre-Louis-Paul Randon de Boisset. Ces deux études sont identifiées pour la première fois chez un autre collectionneur fervent de Boucher, Joseph François Varanchan de Geniès lors de la vente de 1777.

Jean-Baptiste Greuze, Fillette au bonnet noir, vers 1760, huile sur bois, 37.1 x 31.5 cm.

Jean-Baptiste Greuze, Fillette au bonnet noir, vers 1760, huile sur bois, 37.1 x 31.5 cm.

Au Lot n° 26 (estimé entre 100 000 – 150 000 £) on trouve un tableau de Jean-Baptiste Greuze (1725 – 1805), caractéristique des têtes d’expression produites par l’artiste à partir des années 1760.

Florence Fesneau

Vente Christie’s des 5 et 7 juillet 2016

Giovanni Battista Tiepolo, Tête de garçon regardant vers le haut, dessin, 24.9 x 20.2 cm

Giovanni Battista Tiepolo, Tête de garçon regardant vers le haut, dessin, 24.9 x 20.2 cm

La Vente “Old Masters & British Drawings” du 5 Juillet (Londres) présente au Lot n° 25 (estimé entre 200 000 – 300 000 £) un dessin de Giovanni Battista Tiepolo (1696 – 1770) représentant la tête d’un jeune garçon les yeux levés qui pourrait être celle de l’un des fils de l’artiste ; Giovanni Domenico (né en 1727) ou Lorenzo (né en 1736).

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, 1740 – 1741, Vue de Padoue, dessin, 18.5 x 27.7 cm.

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, 1740 – 1741, Vue de Padoue, dessin, 18.5 x 27.7 cm.

Le Lot n° 28 A (estimé entre 150 000 et 250 000 £) présente une Vue de Padoue, réalisée par Canaletto (1697-1768) vers 1740 – 1741, époque à laquelle il découvre la région avec son neveu Bernardo Bellotto (17420 – 1780) et se consacre quasi-exclusivement au dessin et à la gravure, délaissant momentanément la peinture. Ces dessins rendent compte d’une manière plus libre, Canaletto s’astreignant moins à l’exactitude topographique pour s’attacher d’avantage au rendu atmosphérique des lieux.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Eglise de la Trinité des Monts à Rome, dessin, 19.2 x 24.8 cm.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Eglise de la Trinité des Monts à Rome, dessin, 19.2 x 24.8 cm.

Le Lot n° 45 (estimé entre 100 000 – 150 000 £) propose un dessin de Claude Gellée dit Le Lorrain (1600 – 1682) représentant l’église de la Trinité des Monts. Il s’agit d’une étude préparatoire pour une Vue de Rome (1632) actuellement à la National Gallery de Londres.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Dans la Vente “The Exceptionnal Sale 2016” du 7 juillet (Londres), on notera deux tapisseries issues des séries Les Grotesques, sous les numéros 332 et 333 (estimée chacune entre 50 000 et 80 000 £). Elles ont été réalisées entre 1688 et 1732 à la manufacture royale de Beauvais sous la direction de Philippe Behagle (1648 – 1705) d’après des cartons de Jean-Baptiste Monnoyer (1636 – 1699) et Jean I Berain (1640 – 1711). La première représente des musiciens et des danseurs assis dans un pavillon surmonté d’un griffon, tandis que la seconde a pour sujet des dompteurs d’animaux. A gauche deux léopards combattent un buffle, au centre deux dompteurs s’occupent de trois lions, tandis qu’à droite on peut voir un figure et quatre chiens de chasse.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Florence Fesneau

Vente Christie’s du 3 mai à Paris

Jean-Baptiste Charpentier, Portrait de Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, huile sur toile 227 x 137 cm.

Jean-Baptiste Charpentier, Portrait de Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, huile sur toile
227 x 137 cm.

Dans la vente « Le goût français » du 3 mai, le tableau de Jean-Baptiste Charpentier (1728 – 1806) représentant un Portrait du duc de Penthièvre (1725-1793) (Lot n° 11) a atteint la somme de 63 900 €. Ce tableau est connu par plusieurs versions, celle du musée des Beaux-Arts de Tours étant la plus célèbre. Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, petit-fils de Louis XIV et fils du comte de Toulouse, y est portraituré dans son rôle d’Amiral de France, titre auquel il est élevé en 1734. Il tient dans sa main droite son bâton d’amiral et porte en sautoir le cordon de l’ordre du Saint-Esprit et l’insigne de la Toison d’or, ordre dont il a été fait chevalier en 1740. Le portrait, donné par le duc à l’abbé de Clairvaux en 1787, est resté dans la famille de ce dernier jusqu’à ce jour. Jean-Baptiste Charpentier a exécuté un autre portrait du duc, entouré de sa famille, dans un tableau intitulé La tasse de chocolat, conservé au Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (1768, huile sur toile, 177 x 255 cm).

La collation, 1690 - 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

La collation, 1690 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais en laine et soie, 324 x 384 cm.

Le lot n° 29 (169 500 €) est une tapisserie faisant partie de la tenture de L’Histoire de l’Empereur de la Chine illustrant le quotidien des empereurs Shun Chih (règne : 1644-1661) et de Kang Hsi (règne 1661-1721). Ces tapisseries sont directement inspirées de l’œuvre de Johan Nieuhof, Legatio batavica ad magnum Tartatiae chamum sungteium, modernum sinae imperatorem (1665), parue à l’issue de la visite de la délégation en Chine de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales (1655-1657). La tenture comprend traditionnellement neuf sujets tissés par la manufacture de Beauvais alors dirigée par Philippe Behagle (mort en 1705) : Les Astronomes, Le Thé de l’Impératrice, Le Retour de la chasse, L’Embarquement de l’Empereur, L’Embarquement de l’Impératrice, La Collation (ici représentée), La Récolte des ananas, L’Empereur en voyage et L’Audience de l’Empereur. Les cartons ont été réalisés par quatre peintres : Guy Vernansal (mort en 1729), Jean-Baptiste Belin de Fontenay (mort en 1715) et Jean-Baptiste Monnoyer, le quatrième peintre restant non-identifié. La signature de Vernansal, présente sur de nombreux modèles, laisse présumer qu’il était le peintre principal de la série. La datation est, quant à elle , difficile à déterminer avec certitude. Il est très probable qu’elle se situe entre la prise de fonction de Behagle en 1684 et le départ de Monnoyer en 1690. La série est finalement abandonnée à Beauvais en 1732, lorsque les cartons deviennent hors d’usage.

La collation représente l’empereur et l’impératrice de Chine prenant une collation, les serviteurs se tenant à leurs côtés sous un riche dais de velours de soie et brocards, avec de grands plats en métal disposés sur un dressoir à gauche avec des vases montés en porcelaine bleu blanc, à droite une table dressée, l’arrière-plan arboré avec un palais. La bordure est manquante.

Florence Fesneau

Ventes Sotheby’s de mai et de juin 2016.

 

Louyse Moillon, Panier de quetsches, 1629, huile sur bois, 40,5 x 52,5 cm

Louyse Moillon, Panier de quetsches, 1629, huile sur bois, 40,5 x 52,5 cm

Au cours de la vente de tableaux et dessins anciens du 16 juin (Paris, 14h30), le Panier de quetsches de Louyse Moillon (1610 – 1696) a atteint la somme de 1 143 000 € (Lot 24). Louyse Moillon est une des rares femmes peintres du XVIIe siècle qui ait réussi à s’imposer dans le milieu artistique de l’époque, à l’instar d’Artemisia Gentileschi en Italie. Agée de seulement 19 ans, l’artiste révèle déjà toute sa virtuosité dans cette nature morte, un genre qui commence tout juste d’être apprécié par les érudits de la France de Louis XIII. La coupe de raisins sur entablement (1631, huile sur bois, 47,5 x 62,2 cm) de Jacques Linard (1597 – 1645), contemporain de Louyse Moillon, est partie à un prix plus raisonnable (Lot 25, 113 100 €).

Jean Restout, Abraham et les trois anges, huile sur toile, 130 x 97 cm

Jean Restout, Abraham et les trois anges, huile sur toile, 130 x 97 cm

L’Abraham et les trois anges de Jean Restout (1692 – 1768) relate l’épisode au cours duquel trois anges reçus par Abraham lui annonce la grossesse prochaine de sa femme Sarah (Genèse 18, 1-16). Tandis qu’Abraham s’est agenouillé pour laver les pieds d’un des anges, les deux autres se regardent d’un air entendu (retenant encore la bonne nouvelle) et Sarah observe la scène à moitié cachée derrière un pan de la tente. Cette peinture méconnue de l’artiste faisait partie de la collection du peintre Noël Hallé (1711-1781) et était restée depuis chez ses descendants. Elle a atteint la somme de 87 000€ (Lot 27).

Jean-Baptiste Marie Pierre, Paysage avec personnages jouant de la musique et dansant, huile sur toile, 61,3 x 76,5 cm.

Jean-Baptiste Marie Pierre, Paysage avec personnages jouant de la musique et dansant, huile sur toile, 61,3 x 76,5 cm.

Le Paysage avec personnages jouant de la musique et dansant de Jean-Baptiste Marie Pierre (1714 – 1789) est une œuvre précoce de l’artiste. Elle fut très certainement peinte durant le séjour de Pierre à l’Académie de France à Rome (1735 – 1740) où, après avoir gagné le Prix de Rome en 1735, il travailla sous la direction de Nicolas Vleughels et Jean-François de Troy. Ce Lot 39 a atteint la somme de 363 000 €. Signalons encore Le cheval blanc (huile sur toile, 37,5 x 46 cm) de Louis-Léopold Boilly (1761 – 1845) dépeignant le départ d’une jeune fille sur un cheval blanc à qui un couple, qui semble être celui de ses parents, dit au revoir (Lot 55, 45 000 €).

François Ladatte, Vénus et Cupidon, 1759, marbre, 89 x 35 cm.

François Ladatte, Vénus et Cupidon, 1759, marbre, 89 x 35 cm.

Dans la vente de Sculptures et Objets d’Art Européens du 16 juin (Paris, 10h30) on peut signaler une Venus désarmant l’Amour datant de 1730 (44 cm). Ce bronze à la belle patine brune et à la surface finement ciselée a séduit par la qualité de sa fonte et la complexité de sa composition (Lot 50, 129 000 €). La Vénus et Cupidon de François Ladatte (1706 – 1787) a atteint la somme de 96 600 € (Lot 54). C’est en 1737 que Ladatte expose au Salon la version en terre cuite de ce marbre sous le titre de Flore, en même temps que le modèle en plâtre de sa statue de Louis XV en pied destinée à la ville de Rouen. La Danaé recevant Jupiter en pluie d’or  (vers 1762, 35 x 58 x 23,5 cm) d’Augustin Bocciardi (1719 – 1797) a été vendue au prix de 111 000€ (Lot 58). En 1762, une paire de figures en marbre par Bocciardi, représentant La Volupté couchée sur un matelas et Danaé recevant Jupiter en pluie d’or, sont mentionnées à l’exposition de l’Académie de Saint-Luc sous le n° 126. Le livret les décrit comme « Deux Figures de Femmes en marbre blanc, de 22 pouces de proportion; l’une représente la Volupté couchée sur un matelas, l’autre Danaé qui reçoit Jupiter en pluie d’or ». Ces deux figures faisaient partie de la collection de Denis Pierre Jean Papillon de La Ferté (1727-1794), intendant des Menus-Plaisirs de la Maison du roi. s’étant vu imposé l’emploi de Bocciardi par le duc d’Aumont (1709 – 1782) alors qu’il estimait ne rien avoir à lui confier comme travail, Papillon de La Ferté, grand collectionneur de Vernet (il lui commande une série de sept grands panneaux décoratifs pour son hôtel particulier) s’est visiblement laissé séduire par les talents du sculpteur.

Rosalba Carriera, Portrait d’une dame à mi-figure, pastel, 60 x 40 cm.

Rosalba Carriera, Portrait d’une dame à mi-figure, pastel, 60 x 40 cm.

Au cours la vente d’une collection milanaise le 13 juin (Milan, 18h00) sont passés deux portraits de Rosalba Carriera (1675 – 1757) : le Portrait d’une dame à mi-figure (lot 78, 68 750 €) et le Portait d’un gentilhomme à mi-figure (pastel, 57 x 43 cm) (lot 79, 62 500 €).

Valentin de Boulogne, David avec la tête de Goliath, 1627, huile sur toile, 139 x 103 cm.

Valentin de Boulogne, David avec la tête de Goliath, 1627, huile sur toile, 139 x 103 cm.

La vente « Master Paintings » du 26 mai (New York, 10h00) a notamment permis d’admirer un David avec la tête de Goliath de Valentin de Boulogne (1591 – 1632), commandé en 1627 par la Cardinal Francesco Barberini (1597 – 1679), neveu du Pape Urbain VIII (Lot 64, vendu à 490 000 $). Son pendant présumé est le Samson qui se trouve au musée d’art de Cleveland.

Louis Gauffier, Portrait de Lady Holland, 1795, huile sur toile, 51 x 67,6 cm.

Louis Gauffier, Portrait de Lady Holland, 1795, huile sur toile, 51 x 67,6 cm.

On signalera également le Portrait de Lady Holland réalisé par Louis Gauffier (1762 – 1801). Ce Lot 83, évalué entre 300 000 et 600 000 $ n’a pas trouvé acquéreur. En revanche, une Nature morte au violon peinte vers 1725 (huile sur toile, 60,3 x 76,8 cm) par Jean-Baptiste Oudry est partie à 610 000 € (Lot 88).

Dans la vente « Travel, Atlases, Maps and Natural History » du 28 avril  (Londres 14h30), on notera l’Altas Major de Johannes Blaeu (1596 – 1673) en 9 volumes (Lot 41, vendu 389 000 £) ainsi que la première édition en 8 volumes de l’Hortus Romanus de Giorgio Bonelli illustrée de 800 planches gravées et coloriées à la main (55 x 38 cm par folio) datant de 1772 – 1793 (Lot 23, vendu 118 750 £).

Florence Fesneau

Entre Caravage et Finson, Judith et Holopherne

En attente d’attribution à Caravage ou à Finson ou à Anonyme, Judith et Holopherne, huile sur toile, 144 x 173,5 cm, Paris.

En attente d’attribution à Caravage ou à Finson ou à Anonyme, Judith et Holopherne, huile sur toile, 144 x 173,5 cm, Paris.

En 2014, a été découvert, dans un grenier toulousain, une Judith tranchant le cou d’Holopherne. L’œuvre[1] fait, à l’heure actuelle, l’objet de débats agités entre experts afin de déterminer si elle peut être attribuée à Caravage (1571 – 1610) ou s’il s’agit – éventuellement – d’une copie réalisée par Louis Finson ou encore par un autre artiste inconnu. En attendant, le ministère de la Culture a interdit la sortie du territoire du tableau[2], ce qui laisse aux experts un délai de trente mois pour se prononcer sur l’identité de l’auteur de ce tableau.

Michelangelo Merisi da Caravaggio dit Le Caravage, Judith et Holopherne, 1599, huile sur toile, 145 x 195 cm, Rome, Palazzo Barberini, Galleria nazionale di arte antica.

Michelangelo Merisi da Caravaggio dit Le Caravage, Judith et Holopherne, 1599, huile sur toile, 145 x 195 cm, Rome, Palazzo Barberini, Galleria nazionale di arte antica.

Ces débats permettent de redécouvrir le peintre méconnu Louis Finson, né à Bruges en 1580 et mort à Amsterdam en 1617. Ce dernier séjourne à Rome et à Naples où il se familiarise avec l’œuvre de Caravage, avant d’entreprendre un tour de France. Il réalise deux Madeleine en extase[3] qui seraient des copies du tableau disparu peint par Le Caravage en 1606 à Naples, ainsi qu’une copie d’un Caravage disparu, Judith et Holopherne, propriété de la Banca Intesa San Paolo, aujourd’hui exposée à Naples au palais Zevallos.

Louis Finson d’après Caravage, Judith et Holopherne, vers 1607, huile sur toile, 140 x 160 cm, Naples, Palais Zevallos, collection Intesa San Paolo.

Louis Finson d’après Caravage, Judith et Holopherne, vers 1607, huile sur toile, 140 x 160 cm, Naples, Palais Zevallos, collection Intesa San Paolo.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————–

[1] Estimée à 120 millions d’euros.

[2] Arrêté du 25 mars 2016 publié au Journal officiel : « Cette œuvre récemment redécouverte et d’une grande valeur artistique, qui pourrait être identifiée comme une composition disparue du Caravage, connue jusqu’à présent par des éléments indirects, [mérite] d’être retenue sur le territoire comme un jalon très important du caravagisme, dont le parcours et l’attribution restent encore à approfondir »

[3] Louis Finson d’après Caravage, Marie Madeleine en extase, vers 1609 – 1613, huile sur toile, 109 x 93 cm, Bordeaux, musée des Beaux-Arts, et Louis Finson d’après Caravage, Marie Madeleine en extase, vers 1609 – 1613, huile sur toile, 123 x 101 cm, Marseille, musée des Beaux-Arts

Très cher Hyacinthe Rigaud

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Henri-Oswald de la Tour d’Auvergne, 1735, huile sur toile, 146 x 112 cm.

Hyacinthe Rigaud, Portrait de Henri-Oswald de la Tour d’Auvergne, 1735, huile sur toile, 146 x 112 cm.

Ce portait de Henri-Oswald de la Tour d’Auvergne peint par Hyacinthe Rigaud en 1735 a été vendu 812 500 € chez Drouot le 4 avril 2016, prix encore jamais atteint pour une œuvre de cet artiste. Dans le Dictionnaire des Artistes[1] (1776), on peut lire dans la biographie de Rigaud, le commentaire suivant : « Rigaud savait donner à ses portraits une vraisemblance parfaite : on peut dire qu’ils laissent plus de choses à penser, qu’ils n’en expriment. Il s’était fait sur la physionomie des règles si certaines & si bien établies par l’usage, que rarement il manquait une ressemblance. Comme il ne pouvait pas suffire à tous ceux qui s’empressaient d’être peints de sa main, il mit à ses portraits un prix assez haut : &, quoiqu’il l’eût doublé dans la suite, il n’en fut pas moins employé »… et, pourrait-on dire aujourd’hui, collectionné !

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————

[1] Fontenai (abbé de), Dictionnaire des artistes ou Notice historique et raisonnée des Architectes, Peintres, Graveurs, Sculpteurs, Musiciens, Acteurs & Danseurs ; Imprimeurs, Horlogers & Méchaniciens, Paris, Vincent, 1776, t. II, p. 453.

 

Christie’s en avril

Jean-Baptiste Pigalle, tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

Jean-Baptiste Pigalle, Tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

La vente de sculptures du 13 avril à New York propose une Tête d’enfant réalisée par Jean-Baptiste Pigalle (Paris, 1714 – 1785), lot n° 10 estimé à 70 000 – 100 000 $, un Buste d’homme en terre cuite de 1783 (64,3 cm), lot n° 13, estimé entre 20 000 et 30 000 $, de Gaetano Merchi (1747 – 1823). Ce sculpteur, aujourd’hui méconnu, quitte l’Italie pour s’installer à Paris en 1773 où il réalise plusieurs bustes de danseuses de l’Opéra dont celui de Marie-Madeleine Guimard. Aussi à la vente une Tête en terre cuite (38,1 x 45,1 cm) de Milon de Crotone d’après le modèle de Pierre Puget (Marseille, 1620 – 1694), lot n° 113, estimé entre 20 000 et 30 000 $.

 

 

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

La vente des « Maîtres Anciens, 1ère Partie » du 14 avril à New York (10h00) comporte de nombreuses œuvres qui arrivent pour la première fois sur le marché de l’art. On signalera deux tableaux de Gaetano Gandolfi (San Matteo della Decima 1734 – 1802 Bologne) ; le lot 115 estimé entre 2 500 000 et 3 500 000 $ ayant pour sujet La Naissance de Vénus (huile sur toile, 147,3 x 169,7 cm) et le lot n° 140 (estimé entre 500 000 et 700 000 $) qui représente Sainte Cécile et daté de 1791  (huile sur toile, 41,3 x 31,5 cm). La peinture française est représentée par plusieurs œuvres, dont deux tableaux en paire de François Boucher (Paris 1703 – 1770), Cupidon en génie de la Paix et de la Guerre, (1759, huile sur toile, 41,9 x 33, 7 cm chacun) qui compose le lot n° 146 (estimé entre 400 000 et 600 000 $). Au lot n° 148 (estimé entre 300 000 et 500 000 $) se trouve un tableau de Jean-Marc Nattier (Paris 1685 – 1766), Portrait de la Marquise de Pleumartin née Le Laÿ de Villemaré, (1738, huile sur toile, 32 x 25,7 cm). Une paire de Scène de chasse de Charles-Joseph Natoire (Nîmes 1700 – 1777 Castel Gandolfo) compose le lot n° 149 (estimé entre 3 000 000 et 5 000 000 $). Cette paire a été commandée en 1737 suite à la rénovation des petits appartements de Louis XV au Château de Fontainebleau, supervisée par Philippe Orry, directeur-général des bâtiments. Le lot n° 157 (estimé entre 700 000 et 900 000 $) est une Nature morte à la marmite de cuivre et au mortier (huile sur toile, 38,1 x 46,7 cm) de Jean Siméon Chardin (Paris 1699 – 1779). Continuer la lecture

Sotheby’s en avril

 

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d'amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d’amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

La vente du 19 avril qui se tient à Paris (10h30) propose un bureau plat (80 x 182 x 89 cm) en marqueterie de cuivre et ébène et ornementation de bronze doré d’époque Régence, attribué à André-Charles Boulle (1642 – 1732), vers 1710-1720 (lot n° 139, entre 200 000 et 300 000 €), une paire de bergères (98 x 77 cm) en hêtre sculpté relaqué crème et rechampi bleu d’époque Louis XV, vers 1750, estampillée I.AVISSE (lot n° 212, entre 120 000 et 180 000 €). Le maître menuisier Jean Avisse (1723 – 1796) travailla essentiellement pour des marchands tapissiers et son estampille se trouve aussi bien sur des sièges rocaille que Louis XV ou Louis XVI. A noter aussi un secrétaire en laque du Japon (122 x 64 x 32 cm), placage de bois de rose et d’amarante et montures de bronze doré d’époque Louis XV, estampillé I.F. DUBUT, vers 1750 (lot n° 216, estimé entre 80 000 et 120 000 €). Il constitue l’exemple le plus abouti d’un ensemble de quatre secrétaires de dimensions similaires qui ont pour particularité de présenter une façade de forme violonnée combinée à un décor de panneaux de laque du Japon. L’un d’entre eux est conservé au musée des Arts Décoratifs à Paris (il porte l’estampille de Leleu probablement intervenu comme restaurateur).

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

La vente du 27 avril à Londres (10h30) compte parmi les œuvres proposées un tableau d’Isaak van Nickelen (Haarlem 1632 – 1703 Kassel) représentant l’intérieur de St Bavo à Haarlem (lot n° 728 estimé entre 20 000 et 30 000 £) ainsi qu’un tableau de Pietro della Vecchia (Venise, 1603 – 1678) représentant Titien (lot n° 766, estimé entre 20 000 et 30 000 £). Longtemps considéré comme un autoportrait de Titien, il a été réattribué à della Vecchia qui a pu se servir soit d’une gravure de Giovanni Britto datant de 1550, soit d’un autoportrait de Titien (dont l’authenticité n’est néanmoins pas prouvée) aujourd’hui disparu, décrit par Marco Boschini dans une lettre de 1675 adressée au cardinal Léopold de Médicis. Continuer la lecture

La Chioné de Poussin retrouve Lyon

Nicolas Poussin, La Mort de Chioné, vers 1622, huile sur toile, 109,5 x 159,5 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Nicolas Poussin, La Mort de Chioné, vers 1622, huile sur toile, 109,5 x 159,5 cm, Lyon, Musée des Beaux-Arts.

Le Musée des Beaux-Arts de Lyon[1] vient de se porter acquéreur du tableau de Poussin représentant La Mort de Chioné. Le sujet est résumé par Renouard dans sa traduction des Métamorphoses d’Ovide de la manière suivante : « Ceyx avoit une nièce nommée Chioné, fille de Dédalion son frère, laquelle pour avoir été aimée d’Apollon & de Mercure, de qui même elle avoit eu des enfants, présuma tant de foy qu’elle osa se vanter d’être plus belle que Diane. Cette Déesse chasseresse offensée de tant d’outrecuidance, lui perça la langue d’une flèche, & du même coup la fit mourir, dont Dédalion fut si cruellement tourmenté, que de regret il se précipita des sommets du mont Parnasse, & en tombant fut par Apollon changé en faucon.[2] ». Poussin traduit fidèlement ce drame en image lors de son séjour à Lyon, répondant sans doute à la commande du père Bernardin, Silvio I (1613 – 1686). L’œuvre constitue un des rares témoignages du travail réalisé par l’artiste à Lyon, avant son départ pour Rome début 1624 où il trouvera le succès.

Florence Fesneau

——————————————————————————————————

[1] L’œuvre a été achetée auprès d’une galerie londonienne pour un montant de 3 750 000 €. Ont contribué à son acquisition : le Club du musée Saint-Pierre, l’État au travers du Fonds du Patrimoine, la Ville de Lyon et la Région Rhône-Alpes.

[2] Nicolas RENOUARD, Les métamorphoses d’Ovide, traduites en prose françoise, Paris, Vve Langelier, 1637, (1619), VIIIe Fable du XIe Livre, p. 313 – 314.

Sotheby’s : Vente du 29 janvier à New York (11h).

Gebrand van den Eeckhout, Ruth et Booz, 1672, huile sur toile, 148 x 167,5 cm.

Gebrand van den Eeckhout, Ruth et Booz, 1672, huile sur toile, 148 x 167,5 cm.

La vente newyorkaise de Sotheby’s permet d’admirer un tableau de Gebrand van den Eeckhout (1621 – 1674), un des élèves favoris de Rembrandt illustrant un épisode de l’Ancien Testament relaté dans le Livre de Ruth qui montre comment la moabite Ruth parvient à épouser Booz de Bethléem. De cette union naîtra la lignée de David et, selon le Nouveau Testament, de Jésus de Nazareth.

Jacques Stella, La Charité, 1640 – 1650, huile sur toile, 128 x 101 cm.

Jacques Stella, La Charité, 1640 – 1650, huile sur toile, 128 x 101 cm.

Le lot 497 (estimé entre 150 000 et 200 000 $) présente une Charité de Jacques Stella (Lyon, 1596 – 1657, Paris). Elle a été peinte au retour d’Italie du peintre, alors que Stella collabore, avec Poussin et Simon Vouet, à de nombreuses commandes royales.

Pietro Antonio Rotari, Rencontre d’Alexandre le Grand et de Roxane, derrière un rideau en trompe l’œil, 1753 – 1754, huile sur toile, 83,1 x 68 cm.

Pietro Antonio Rotari, Rencontre d’Alexandre le Grand et de Roxane, derrière un rideau en trompe l’œil, 1753 – 1754, huile sur toile, 83,1 x 68 cm.

Durant son séjour à Dresde, à la cour du roi Frédéric Auguste II, le peintre Pietro Rotari (Vérone, 1707 – 1762, Saint-Pétersbourg) peint cette Rencontre d’Alexandre et de Roxane cachée au spectateur par un fin rideau brodé. Ce tableau (lot 533 estimé entre 150 000 et 200 000 $) est à mettre en parallèle avec celui que Rotari réalisera pour le Palais d’Oranienbaum de Catherine II dans lequel la rencontre n’est pas voilée.

Pietro Antonio Rotari, Alexandre le Grand et Roxanne, 1756, huile sur toile, 243 x 202 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage.

Pietro Antonio Rotari, Alexandre le Grand et Roxanne, 1756, huile sur toile, 243 x 202 cm, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage.

Florence Fesneau

Le Grand Tour avec Sotheby’s

La vente du 28 janvier (New York, 14h) donne un aperçu des veduta réalisées par les peintres italiens – ou résidant en Italie – pour répondre aux demandes des commanditaires européens souhaitant garder un souvenir de leur Grand Tour. Rappelons que ce dernier venait parfaire, au XVIIIe siècle, l’éducation des jeunes gens de la haute société en leur permettant de découvrir l’Europe et, en tout premier lieu, l’Italie. Nombres d’artistes profitèrent ainsi des mannes financières offertes par ces amateurs novices ou collectionneurs confirmés en réalisant des vues pittoresques ou élégiaques de Venise, Rome, Naples et de leurs environs.

Pietro Fabri, Les Villageois partant pour le festival de la Madone de l’Arc, 1773, huile sur toile, 128 x 182,5 cm.

Pietro Fabri, Les Villageois partant pour le festival de la Madone de l’Arc, 1773, huile sur toile, 128 x 182,5 cm.

Pietro Fabri (actif à Naples entre 1768 et 1778) bénéficie tout au long de a carrière du patronage de Sir William Hamilton, ambassadeur de Grande Bretagne à la cour de Naples de 1764 à 1800, mais aussi archéologue et volcanologue. Le peintre aime à peindre des scènes de la vie courante et réalise ici Les Villageois partant pour le festival de la Madone de l’Arc (lot 309 estimé entre 300 000 et 400 000 $). Ce festival était un des événements les plus importants de la vie religieuse napolitaine et avait lieu tous les ans à Pâques au pied du Vésuve.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Rome. Le Château Saint Ange vu de Prati, 1736, huile sur toile, 42,5 x 67 cm.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Rome. Le Château Saint-Ange vu de Prati, 1736, huile sur toile, 42,5 x 67 cm.

Le lot 304 (estimé entre 150 000 et 200 000 $) offre une vue du Château Saint-Ange depuis la campagne romaine. Elle est l’œuvre de Gaspar van Wittel (Amersfoort, 1653 – 1736, Rome), peintre néerlandais qui s’installe à Rome en 1675 pour y faire toute sa carrière de védutiste.

Bernardo Bellotto, Capriccio, vers 1765, huile sur toile, 48,4 x 78,2 cm.

Bernardo Bellotto, Capriccio, vers 1765, huile sur toile, 48,4 x 78,2 cm.

Enfin le lot 333 (estimé entre 1 000 000 et 1 500 000 $) permet d’admirer un Capriccio réalisé par Bernardo Bellotto (Venise, 1722 – 1780, Varsovie) montrant sa maîtrise virtuose des détails architecturaux à l’instar de son oncle Canaletto. L’église figurant sur la gauche emprunte son architecture à la Frauenkirche de Dresde, mais aussi à la Karlkirche de Vienne et à la Salute de Venise, tandis qu’à l’arrière-plan, l’église et le château rappellent la Marienkirche et le château de Sonnenstein à Pirna.

Florence Fesneau