Archives de catégorie : Conservation-Restauration

Section Conservation-Restauration

Publication : « The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality ».

ETIENNE Noémie, The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2017, 384 p.

ETIENNE Noémie, The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2017, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

The decades following the 1973 publication of Alessandro Conti’s Storia del Restauro have seen considerable scholarly interest in the development of restoration in France in the second half of the eighteenth century. A number of technical treatises and biographies of restorers have offered insight into restoration practice. The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815, however, is the first book to situate this work within the broader historical and philosophical contexts of the time. Drawing on previously unpublished primary material from archives in Paris, Berlin, Rome, and Venice, Noemie Etienne combines art history with anthropology and sociology to survey the waning decades of the Ancien Régime and early post- Revolution France. Initial chapters present the diversity of restoration practice, encompassing not only royal institutions and the Louvre museum but also private art dealers, artists, and craftsmen, and examine questions of trade secrecy and the changing role of the restorer. Following chapters address the influence of restoration and exhibition on the aesthetic understanding of paintings as material objects. The book closes with a discussion of the institutional and political uses of restoration, along with an art historical consideration of such key concepts as authenticity, originality, and stability of artworks, emphasizing the multilayered dimension of paintings by such important artists as Titian and Raphael. There is also a useful dictionary of the main restorers active in France between 1750 and 1815.

Noémie Étienne is currently a fellow at the Getty Research Institute. Beginning in September 2016 she will be a Swiss National Science Foundation Professor of Art History at the University of Bern.

Conférence du GRHAM : « Aux origines de la normalisation des formats des tableaux à Paris : les « toiles de mesure » du XVIIe siècle », par Pascal Labreuche (Paris, 15 décembre 2016, 19h).

L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers sous la direction de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert ©Claude Yvel

L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers sous la direction de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert ©Claude Yvel

Type : Conférence (entrée libre)
Date et horaire : jeudi 15 décembre 2016 à 19h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le GRHAM recevra Pascal Labreuche pour une conférence intitulée « Aux origines de la normalisation des formats des tableaux à Paris : les « toiles de mesure » du XVIIe siècle. »

On trouve les premières traces d’une standardisation des formats des toiles à peindre (et des bordures ou cadres), à Paris, dès la deuxième décennie du XVIIe siècle, selon les connaissances actuelles. Un phénomène de normalisation similaire est observable dans d’autres pays d’Europe à la même époque : Italie, Pays-Bas, Angleterre.

Tous ces systèmes nationaux sont différents entre eux et les listes de formats sont généralement associées à des désignations imagées, à l’instar des noms de formats de papiers en France (Petit-Jésus, Soleil, Grand-Aigle, etc.). La France semble constituer un cas unique dans l’histoire de ces différents systèmes de normalisation : à Paris, la nomenclature se fixe une fois pour toutes dès l’origine, et repose non sur des appellations mais sur des numéros (10, 25, 50, etc.) correspondant initialement à des prix fixes, exprimés en sols (sous), livres et écus.

Autre particularité frappante : à de rares ajouts et simplifications près, cette table de formats parisiens, étendue progressivement à l’ensemble du territoire français et largement adoptée comme système international, n’a pas connu de changements depuis l’origine jusqu’à nos jours, ni dans les dimensions ni dans les désignations par numéros. Continuer la lecture

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens XVIIe siècle

image1

Vue d’ensemble de la face de l’œuvre avant restauration. ©Marine Andrieux

L’article de Marine Andrieux, étudiante en Master 2 Conservation-restauration des biens culturels, mention « Méthodologie et pratique de la conservation restauration », présente la restauration d’une Sainte Famille attribuée à l’école de Peter Paul Rubens (1577-1640). Ce panneau peint provient du Trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille et a été restauré dans le cadre des enseignements pratiques de la première année de Master CRBC, de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction d’Aurélie Nicolaus, maître de conférences associée et restauratrice de peinture. Les décisions relatives au traitement et au conditionnement de l’œuvre ont été prises en concertation avec Anne Da Rocha, responsable de la Commission diocésaine d’Art Sacré de Lille, et Julie Chantal, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du département du Nord.

Depuis la rentrée universitaire 2014, les étudiants de la spécialité peinture de troisième année de Licence Préservation des biens culturels et de première année de Master Conservation-restauration, sont chargés, individuellement ou en groupe, de la restauration d’une œuvre du diocèse de Lille, dans le cadre d’une convention de prêt instaurée entre les deux institutions.

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens (XVIIe siècle), trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la Treille, Lille, dans le cadre du Master de Conservation-restauration des biens culturels (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

La Sainte Famille, déposée dans la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille, est une peinture à l’huile sur bois. La scène s’inscrit dans un format portrait et cintré. Elle représente Joseph, en arrière-plan, la tête bordée par le feuillage, ainsi que Marie et l’Enfant au premier plan de la composition. L’identité du peintre, comme la date de mise en œuvre, sont inconnues. Toutefois, la composition et le traitement stylistique expliquent notamment son rattachement à l’art de la Contre-Réforme des Pays-Bas au début du XVIIe siècle, et plus précisément à l’école de Peter Paul Rubens. Le portrait de Marie présente notamment une forte ressemblance stylistique et morphologique avec certaines œuvres de Peter Paul Rubens, comme La Vierge à la pervenche (inv. 2850, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles), œuvre collective de Peter Paul Rubens et de Peter Brueghel, pour laquelle l’épouse de Rubens, Hélène Fourment, servit de modèle. Continuer la lecture

Journée d’étude : « 7e édition de la Journée d’étude, de recherche et d’innovation en conservation-restauration »

Allain Manesson Mallet, "La pagode de porcelaine de Nankin" in Description de l'Univers, t. 2, Paris, Denys Thierry, 1683

Alain Manesson Mallet, « La pagode de porcelaine de Nankin » in Description de l’Univers, t. 2, Paris, Denys Thierry, 1683

Type : Journée d’étude
Date et horaire : vendredi 18 novembre
Lieu : Rennes, Archives départementales, Auditorium

Le projet JERI : «Journée Etude, Recherche et Innovation en conservation-restauration des biens culturels», est une manifestation annuelle concrétisée sous la forme de conférences de professionnels oeuvrant à la préservation du patrimoine. Elle a pour objet de proposer à 5 diplômés des quatre écoles de conservation-restauration (Ecole des Beaux-arts d’Avignon, de Tours, INP et CRBC), scientifiques et chercheurs, après sélection, de venir présenter leurs travaux de recherche innovants devant un public de professionnels, conservateurs-restaurateurs mais aussi conservateurs, régisseurs, chercheurs et plus largement, toutes personnes intéressées ou en lien avec la préservation du patrimoine.

Ce projet a été initialement créé par les délégations régionales de la FFCR Aquitaine (FFCR-2CRA) et Midi-Pyrénées. Il consiste en l’échange, la communication et la découverte de nouvelles recherches dans le domaine de la conservation-restauration des biens culturels. Après Bordeaux en 2010 et 2013, Toulouse en 2011 et 2015, Lyon en 2012 et Marseille en 2014, il s’agira alors de la septième édition à Rennes de cette manifestation annuelle. Continuer la lecture

Conférences et colloques : « Maisons d’écrivains, patrimoines littéraires : quelles collections, dans quelles conditions? »

Anonyme britnnaique, Les Charmettes. Maison de J.J. Rousseau à Chambéry, 1871, Londres, Tate Collection

Anonyme britannique, Les Charmettes. Maison de J.J. Rousseau à Chambéry, 1871, Londres, Tate Collection

Les XIVes Rencontres de Bourges auront lieu les 18, 19 et 20 novembre 2016, sur le thème :

Maisons d’écrivain, patrimoines littéraires : quelles collections, dans quelles conditions ?

Le constat : les collections des maisons d’écrivain sont variées et dépendent de diverses tutelles :

  • manuscrits : conservation « bibliothèque » ou « archive »,
  • objets : conservation « musée »,
  • bâtiments : conservation « architecture ».

d’où une grande diversité de questions posées sur la conservation de ces collections.

Le comité de pilotage a donc retenu les grands points suivants à traIter lors de ces Rencontres 2016 :

  • enjeux et objectifs : les statuts, tutelles et financements, les différents labels, les transferts de propriété…
  • conservation et transmission : le PSC et la politique d’acquisition, les réserves, la conservation préventive et la restauration. La question du public, les limites de la présentation…
  • sécurité des bâtiments et sûreté des collections.

Les Rencontres de Bourges 2016 seront inaugurées par Philippe Artières historien et philosophe, directeur de recherche au CNRS.

L’accueil à l’Abbaye de Noirlac, dont le projet culturel tourne autour de la pluralité des écritures artistiques, est une évidence depuis plusieurs années de partenariat. Le thème de la conservation la concerne aussi, comme tous les lieux patrimoniaux.

Programme à télécharger

Conférences : « 2nd European Conference on Biodeterioration of Stone Monuments »

image5-960x1024

Type : conférences
Date de la manifestation : 17 et 18 novembre 2016
Lieu : Université de Cergy-Pontoise

The meeting is organized to provide an overview of the hot topics related to monument colonisation and biodeterioration by microorganisms.

ECBSM2016 is an opportunity to bring together academic and industrial experts working on biodeterioration of historical monuments.

 The presentations will cover the following topics:

  • Biofilm formation on monuments
  • Biodeterioration and climate change
  • Innovative cleaning techniques
  • Nanocoatings for preserving surfaces of monuments

Programme :

Thursday November 17
14h30 – 15h30. Welcome of participants. Upload of the presentations.
15h30 – 16h15. Opening lecture 1. Heather VILES. ARCHITECTURAL CONTROLS ON THE BIORECEPTIVITY OF SANDSTONE TO GREEN ALGAL COLONIZATION.
16h20 – 17h05. Opening lecture 2. Anna GORBUSHINA. BARE ROCK BIOFILMS – MODEL SYSTEMS IN BIODETERIORATION SCIENCES

Friday November 18
08h45 – 9h15. Welcome of participants. Upload of the presentations.
09h15 – 9h30. Introduction. Francesca CAPPITELLI and Patrick DI MARTINO.

Session 1. BIOFILM FORMATION ON MONUMENTS.
Chairwoman Anna GORBUSHINA, Chairman Patrick DI MARTINO.
09h30 – 9h55. Romain BRIANDET. BIOFILM AS A PROTECTIVE HABITAT FOR MICROBES.
10h00 – 10h15. Francesca CAPPITELLI. BIOFILM VS. TYPE OF STONE AND BIOFILM VS. ENVIRONMENTAL CONDITIONS AND BIOCIDES: THE MONZA CATHEDRAL CASE STUDY.
10h20 – 10h35. Judith M. JACOB. OBSERVATIONS OF LICHENS AND BIOFILMS ON MARBLE MONUMENTS IN 18TH- AND 19TH-CENTURY LITERATURE. Continuer la lecture

Journée d’étude : « Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles ».

© Guillaume Hann.

© graphisme : Guillaume Hann.

Type : journée d’étude
Date de la manifestation : 
27 octobre 2016.
Lieu : 
salle Vasari, INHA, Paris.

Cette journée d’étude s’intéressera, à travers des sources manuscrites ou imprimées, aux regards portés sur une discipline, la restauration, constamment en évolution depuis le XVIIIe siècle. Regards d’experts, de journalistes, d’écrivains, d’artistes et de restaurateurs seront confrontés afin de mettre en avant différents points de vue quant à l’évolution des interventions et des pratiques sur les œuvres d’art.

Il   s’agira   de   se   demander   comment   les   restaurations   des   œuvres   d’art   sont appréciées depuis le XVIIIe   siècle et quelle est la notoriété de leurs praticiens ? Est-il nécessairement question de regards contemporains ou ceux-ci sont-ils postérieurs aux interventions pratiquées tant sur des peintures, des œuvres d’arts graphiques, des sculptures que sur des édifices architecturaux ? À travers cette approche, nous nous demanderons si les éléments récurrents dans ces observations, positives ou négatives, sont les restaurations ou les restaurateurs eux-mêmes.

Les réflexions quant au domaine de la restauration se concentrent généralement sur la définition de la discipline et du métier. Nous tenterons ici d’adopter une démarche différente : alors qu’il est d’une part possible d’isoler la figure du restaurateur, les pratiques, les œuvres restaurées et la notion même de restauration, il est d’autre part important de mettre en exergue les figures qui commentent ces points et de s’intéresser aux domaines dont ces auteurs sont issus. Considérée par certains comme à l’origine de nombreuses destructions et par d’autres comme garante de la survie du patrimoine, la restauration est également porteuse de réponses et se dote d’une signification sociale et culturelle. Continuer la lecture

Colloque : « Peintures murales de Bretagne. Nouvelles images, nouveaux regards. »

affiche-colloque-rennes-pontivy-2016-r

Type : colloque international
Date de la manifestation : 
6, 7 et 8 octobre 2016.
Lieu : 
Rennes, Pontivy

Site de référence / Programme complet

Ce colloque international a pour objectif l’étude de la peinture monumentale en Bretagne de la fin de l’antiquité jusqu’à nos jours. Il réunira des chercheurs débutants ou confirmés en histoire de l’art, histoire et archéologie, des architectes, des professionnels de la conservation, de la restauration et de la valorisation.

Depuis bientôt un demi-siècle, les découvertes de peintures murales se multiplient en France, grâce à une meilleure attention portée à l’épiderme de l’architecture, les découvertes fortuites cédant le pas aux mises au jour « programmées » lors des travaux de restauration. Ce mouvement a provoqué un profond changement dans la connaissance de cet art monumental de la couleur. Si la présence de peintures murales, médiévales ou de l’époque moderne, à travers l’ensemble du territoire français est désormais acquise, leur émergence dans certaines régions doit être considérée comme un fait de première importance. Ainsi les nombreuses découvertes et restaurations effectuées depuis une décennie en Bretagne révèlent une peinture monumentale de qualité.

Continuer la lecture

Le bureau du roi à Versailles : regards croisés entre histoire matérielle, « entretien, réparation et restauration » par Jean-Henri Riesener et ses suiveurs.

 

©Marc-André Paulin

Fig.1 : Jean-François Oeben, Jean-Henri Riesener, Bureau du roi, 1769, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ©Marc-André Paulin

Le bureau du roi pour le château de Versailles[1] (Fig. 1) est l’un des meubles les plus emblématiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est également l’une des pièces les plus coûteuses de son époque : 62 000 livres ont été dépensées par le Garde Meuble de la Couronne pour sa fabrication[2].

Il est réalisé par Jean-François Oeben (1721-1763), ébéniste du roi et terminé par son élève Jean-Henri Riesener[3] (1734-1806), qui le livre en 1769. L’achèvement du meuble, entre la commande passée à l’ébéniste et la livraison a demandé neuf années de réflexions et d’essais[4].

Si sa décoration en bronze doré et en marqueterie est d’une grande qualité, la prouesse est sans conteste l’exécution du mécanisme qui sert à ouvrir et à fermer le cylindre par un simple tour de clef, ce qui implique pour l’ébéniste de produire plusieurs mécaniques avant de réaliser celle qui fonctionne : « avoir fait différentes méchanique pour trouver le moien de faire monter et décendre le cilindre sans toucher avec la main ny monter de ressort. »[5]

Cette partie est celle qui nécessite probablement le plus de temps dans le processus créatif du bureau puisqu’il a fallu s’y reprendre à plusieurs fois pour Continuer la lecture

Compte-rendu : visite du GRHAM au musée du Louvre-Lens

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661,  huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661, huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre  

Le GRHAM s’est rendu au musée du Louvre-Lens le lundi 6 juin 2016 pour visiter l’exposition consacrée à « Charles Le Brun (1619-1690), le peintre du Roi-Soleil », ainsi que les collections semi-permanentes installées dans la Galerie du temps. A cette occasion, il a également été possible de découvrir les réserves et les œuvres actuellement en cours de restauration. L’association remercie chaleureusement l’accueil qui a été réservé à ses membres par Fabien Dufoulon, responsable du Centre de ressources du musée, et Caroline Chenu, régisseur des œuvres du musée.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Réunion d’Artistes dans l’atelier d’Isabey de Louis-Léopold Boilly » par Claire Betelu (Paris, 21 juin 2016 à 18h30).

Louis Léopold Boilly, Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey, 1798, huile sur toile, 71 x 111 cm, Paris, musée du Louvre.

Louis Léopold Boilly, Réunion d’artistes dans l’atelier d’Isabey, 1798, huile sur toile, 71 x 111 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 21 juin de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Réunion d’Artistes dans l’atelier d’Isabey, présenté au Salon de 1798, apparaît aujourd’hui comme une œuvre majeure de Louis-Léopold Boilly. Acclamé par le public, moqué par la critique, le tableau est la première représentation d’artistes d’une telle envergure dans la peinture française. L’étude des différentes étapes du processus créatif, des premiers dessins connus au choix du titre, fait état d’un processus complexe de conception et de réalisation. Son analyse, avec le soutien de la génétique et de l’examen matériel des œuvres notamment dans le cadre de la restauration, offre une lecture nouvelle des pratiques du peintre dans le contexte artistique du Directoire. Elle révèle également les liens et les ambitions d’une nouvelle communauté artistique ouverte à l’ensemble des acteurs des beaux-arts et des arts de la scène.

Claire Betelu est restauratrice de tableaux, elle est également docteur en Histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Rencontres : ICOM-CC Interim Meeting of the Graphic Documents Working Group – « Experience and Evidence »

Samuel Holland's 1765 Survey and Map of St. John's Island (Prince Edward Island)

Samuel Holland’s 1765 Survey and Map of St. John’s Island (Prince Edward Island)

Type : Rencontres / Conférences
Date du colloque : du 1er au 3 juin 2016.
Lieu : Paris, Bibliothèque nationale de France – Site François Mitterand

Lien de référence

Two days of lectures, 1 – 2 June, are dedicated to the topic of Experience and Evidence. Conservation departments, schools and research institutions in Paris offer tours on Friday 3 June.

The Interim Meeting provides a forum for exchange of experience gathered in assessments, treatments, reflection on former interventions and research. We want to discuss the evidence gained through evaluation of conservation actions or through conservation research. Experience is a cherished value in the conservation community. In which ways are conservation decisions in practical life influenced by scientific evidence and how do conservators transfer their experience into evidence? How do we use this evidence in discussions between conservators, curators and decisions makers?

Continuer la lecture

Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes : Vernis, enduits, objets de consommation au XVIIIe-XIXe siècle. Reconstruire les techniques et les savoir-faire

Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes

Vernis, enduits, objets de consommation au XVIIIe-XIXe siècle.Reconstruire les techniques et les savoir faire

Type : Séminaire / table ronde
Date et horaire :
jeudi 12 mai de 14 à 17h
Lieu :
Centre Alexandre Koyré. 5e étage, salle de séminaire – 27, rue Damesme. Paris (75013)
Intervenant : 
Anne Solenn Le Hô (C2RMF/IRCP)

Lien de référence : Les techniques au centre Alexandre Koyré

Télécharger le programme en PDF

Séminaire mensuel du groupe TaK – Histoire des Techniques à Koyré :

« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation » Ce séminaire s’inscrit dans le sillage des renouvellements actuels que connaît l’histoire des techniques et l’histoire de la chimie à partir de l’étude des lieux, des acteurs et de leur circulation.

On se propose d’analyser les enjeux majeurs qui se sont noués autour des savoirs opératoires de la chimie, dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production, mettant en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples qui ont conduit à expérimenter, explorer, transformer, maîtriser la matière, par divers dispositifs techniques. On soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations que ceux-ci génèrent : il s’agira donc d’explorer la diversité des pratiques et des savoir-faire impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière, et qui ont accompagné les processus d’innovation, d’industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

 

À la (re)découverte du Sloane Ms 2052 de la British Library (Londres)

after Sir Peter Paul Rubens, oil on canvas, (circa 1630)

Pierre Paul RUBENS (attribué à), Théodore de Mayerne, vers 1630, 141,3 x 108,9 cm, peinture à l’huile sur toile, Raleigh, North Carolina Museum of Art, inv 52.9.106.

Le manuscrit Sloane 2052 de la British Library[1], attribué à Théodore de Mayerne dit Théodore Turquet de Mayerne, est considéré depuis le XIXe siècle[2] comme un document de premier plan : une source originale capitale pour l’histoire des technologies artistiques. Il a plusieurs fois été transcrit, traduit et publié[3]. Historiens de l’art, conservateurs-restaurateurs et physiciens-chimistes ont puisé dans ses lignes des pistes de réflexion, des hypothèses ou des éléments de réponse à leurs recherches. Une nouvelle approche, fondée sur une étude du réseau de son auteur, de son contexte de création et de son contenu technologique, permet de redécouvrir ce manuscrit connu comme le manuscrit de Mayerne.

Continuer la lecture

« Est-il utile ou nuisible de restaurer ? » Réflexion sur l’acte de restauration et ses acteurs en 1796.

arrivée au Louvre des trésors d'art de la Grande Armée (RF6061-recto) 263 x 446 cm Paris Musée du Louvre (RMN)

Benjamin ZIX, Arrivée au Louvre des trésors d’art de la Grande Armée, (RF6061-recto), (263 x 446 cm), Paris, Musée du Louvre (RMN)

Souvent négligées, les restaurations de la période moderne et du XIXème siècle sont aujourd’hui l’objet de critiques et retirées lors de nouvelles restaurations le plus souvent sans considération historique ou simplement documentaire. Toutefois, la lecture des archives du Muséum et des publications de la fin du XVIIIème siècle, révèle une discipline en mutation dont les acteurs cherchent à démontrer la légitimité de leur travail en s’appuyant notamment sur leurs connaissances en matière de technologie artistique. Ces dernières années, la publication des travaux de Rosa Moreno[1], la compilation des études de Gilberte Émile-Mâle[2], et, plus récemment, l’ouvrage de Noémie Etienne[3] ont largement couvert le sujet s’attachant à étudier la structuration du métier de restaurateur de tableaux et son intégration dans la politique du Muséum. À ces travaux, s’ajoutent les mémoires de recherche, menés à l’école du Louvre, dont le numéro 27-28 de Techné, La restauration des œuvres d’art. Éléments d’une histoire oubliée, XVIIIème-XIXème siècle[4], nous offre un panel des sujets traités.

Nous nous proposons ici d’analyser le rapport de la Commission nommée par l’Assemblée le 11 nivôse de l’An V (31 décembre 1796) et composée de Joseph-Marie Vien, Jean-Baptiste Le Brun, Jean-Marie Picault, Jean-François Hue et François-André Vincent.[5] Si des éléments de cette archive ont notamment nourri des points de réflexion sur l’utilisation des vernis et les changements de format, elle n’a cependant jamais fait l’objet d’un dépouillement singulier et complet.[6] Le document présente pourtant une cohérence certaine et montre comment la Commission interroge le champ d’action de la restauration. Continuer la lecture