Archives de catégorie : Histoire de la discipline

Editions du GRHAM : « Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles : actes journée d’étude, 27 octobre 2016, Paris, Institut national d’histoire de l’art. Paris, Éditions du GRHAM, 2017 »

Ill. : William Hogarth, Time Smoking a Picture, ca. 1761, New York The Metropolitan Museum of Art (Public Domain Dedication)

Type : Actes journée d’étude – Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles
Publication & Diffusion : à partir du 1er juin 2017, Bibliothèques spécialisées en Histoire de l’art
Editeur : Paris, Editions du GRHAM

Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles : actes journée d’étude, 27 octobre 2016, Paris, Institut national d’histoire de l’art. Paris, Éditions du GRHAM, 2017 / isbn 978-2-9559546-0-7

Non commercialisé, liste de diffusion prochainement disponible sur le site du GRHAM.

Le thème de la Réception critique de la restauration du XVIIIe au XXe siècle interroge, à travers des sources manuscrites ou imprimées, différents regards portés sur une discipline, la restauration, domaine en constante mutation depuis le XVIIIe siècle. Essais et textes d’experts, de journalistes, d’écrivains, d’artistes et de restaurateurs sont ici mis en perspective par des chercheurs afin de mettre en avant plusieurs points de vue quant à l’évolution des interventions et des pratiques sur les œuvres d’art.

Comment les restaurations sont-elles appréciées depuis le XVIIIe siècle et quelle est la notoriété de leurs praticiens ? Sont-elles les conséquences d’observations contemporaines ou sont-elles postérieures aux interventions pratiquées tant sur des peintures et des œuvres d’art graphiques que sur des édifices architecturaux ? Cette approche permet de se demander si les critiques, dans leur récurrence positive ou négative, portent plutôt sur les restaurations ou sur les restaurateurs eux-mêmes. Continuer la lecture

Les changements de dimensions des tableaux de la collection du cabinet du Roi Louis XIV (1683-1709)

Les changements de dimensions des tableaux de la collection du cabinet du Roi Louis XIV (1683-1709)

Franciabigio, Portrait d’homme, Huile sur peuplier, Paris, musée du Louvre (INV. 517). Lumière réfléchie ©C2RMF

En octobre 1913, l’historien d’art italien Gustave Frizzoni corrobore la critique d’André-Charles Coppier, peintre et écrivain d’art :

« Ainsi, M. Coppier a très bien fait de signaler ces déplorables remaniements dans un des plus importants musées du monde, et il est à souhaiter vivement que la direction du Louvre, en tenant compte de ces observations, prenne à cœur la révision complète de tout ce qui a pu être altéré de cette manière et de rendre à ses toiles leurs justes proportions »[1].

L’auteur fait ici référence aux changements de dimensions de tableaux, réalisés par des peintres depuis leur création jusqu’au XIXe siècle, afin de répondre aux desiderata de leurs propriétaires. Ces modifications du format initial de l’œuvre – agrandissement, réduction ou changement de forme – peuvent intervenir à tout moment : pendant le temps de la création de l’œuvre, elles sont alors réalisées – ou du moins souhaitées – par l’artiste ; au cours de son parcours patrimonial, elles sont le fait alors de son propriétaire ou de son responsable juridique.

Nous nous intéresserons ici plus particulièrement aux changements de dimension des tableaux de la collection du Cabinet du Roi Louis XIV entre 1683 et 1709, dates auxquelles les inventaires des collections sont dressés par Charles Le Brun et Nicolas Bailly. Ces inventaires mentionnent le détail des œuvres composant la collection du Roi, accompagné des attributions et de leur format. Le travail de thèse d’Arnauld Brejon de Lavergnée sur l’Inventaire de Le Brun permet d’ajouter à ces informations la provenance, le lieu de conservation, et les dimensions actuelles des tableaux recensés[2]. L’interprétation des différences de dimensions d’un même tableau rapportées d’un inventaire à l’autre permet notamment de supposer un changement de format. Cependant, quantité de tableaux sont signalés « dans [leur] bordure dorée » dans chacun des deux inventaires. Restons donc prudents : d’autres explications à ces différences de format peuvent être avancées, comme la mesure du tableau avec ou sans son cadre, source d’erreurs dans l’appréciation des changements de dimensions. Continuer la lecture

À la (re)découverte du Sloane Ms 2052 de la British Library (Londres)

after Sir Peter Paul Rubens, oil on canvas, (circa 1630)

Pierre Paul RUBENS (attribué à), Théodore de Mayerne, vers 1630, 141,3 x 108,9 cm, peinture à l’huile sur toile, Raleigh, North Carolina Museum of Art, inv 52.9.106.

Le manuscrit Sloane 2052 de la British Library[1], attribué à Théodore de Mayerne dit Théodore Turquet de Mayerne, est considéré depuis le XIXe siècle[2] comme un document de premier plan : une source originale capitale pour l’histoire des technologies artistiques. Il a plusieurs fois été transcrit, traduit et publié[3]. Historiens de l’art, conservateurs-restaurateurs et physiciens-chimistes ont puisé dans ses lignes des pistes de réflexion, des hypothèses ou des éléments de réponse à leurs recherches. Une nouvelle approche, fondée sur une étude du réseau de son auteur, de son contexte de création et de son contenu technologique, permet de redécouvrir ce manuscrit connu comme le manuscrit de Mayerne.

Continuer la lecture

« Est-il utile ou nuisible de restaurer ? » Réflexion sur l’acte de restauration et ses acteurs en 1796.

arrivée au Louvre des trésors d'art de la Grande Armée (RF6061-recto) 263 x 446 cm Paris Musée du Louvre (RMN)

Benjamin ZIX, Arrivée au Louvre des trésors d’art de la Grande Armée, (RF6061-recto), (263 x 446 cm), Paris, Musée du Louvre (RMN)

Souvent négligées, les restaurations de la période moderne et du XIXème siècle sont aujourd’hui l’objet de critiques et retirées lors de nouvelles restaurations le plus souvent sans considération historique ou simplement documentaire. Toutefois, la lecture des archives du Muséum et des publications de la fin du XVIIIème siècle, révèle une discipline en mutation dont les acteurs cherchent à démontrer la légitimité de leur travail en s’appuyant notamment sur leurs connaissances en matière de technologie artistique. Ces dernières années, la publication des travaux de Rosa Moreno[1], la compilation des études de Gilberte Émile-Mâle[2], et, plus récemment, l’ouvrage de Noémie Etienne[3] ont largement couvert le sujet s’attachant à étudier la structuration du métier de restaurateur de tableaux et son intégration dans la politique du Muséum. À ces travaux, s’ajoutent les mémoires de recherche, menés à l’école du Louvre, dont le numéro 27-28 de Techné, La restauration des œuvres d’art. Éléments d’une histoire oubliée, XVIIIème-XIXème siècle[4], nous offre un panel des sujets traités.

Nous nous proposons ici d’analyser le rapport de la Commission nommée par l’Assemblée le 11 nivôse de l’An V (31 décembre 1796) et composée de Joseph-Marie Vien, Jean-Baptiste Le Brun, Jean-Marie Picault, Jean-François Hue et François-André Vincent.[5] Si des éléments de cette archive ont notamment nourri des points de réflexion sur l’utilisation des vernis et les changements de format, elle n’a cependant jamais fait l’objet d’un dépouillement singulier et complet.[6] Le document présente pourtant une cohérence certaine et montre comment la Commission interroge le champ d’action de la restauration. Continuer la lecture

Philippe de La Hire (1640-1718) – Traité de la pratique de la peinture : un traité scientifique de peinture ?

Traité de la pratique de la peinture

 

Philippe de La Hire (1640-1718)

Traité de la pratique de la peinture[1] : un traité scientifique de peinture ?

« La peinture est un de ces Arts libéraux dont la principale partie est toute spéculative ; car pour la mécanique, qui ne consiste que dans l’exécution, elle ne demande qu’un exercice qui peut s’acquérir avec le tems, & la connoissance des matières & des instrumens qu’on y emploie. »[2]

L’année 2016 marque le 350e anniversaire de la naissance de l’Académie royale des sciences, occasion pour revenir sur le lien qui s’établit entre les sciences et les arts aux XVIIe et XVIIIe siècles. Occasion notamment pour aborder un texte concernant l’art de peindre et rédigé par Philippe de La Hire [ou La Hyre][3], ancien directeur de cette académie.

Continuer la lecture