Archives de catégorie : Etudes de cas

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens XVIIe siècle

image1

Vue d’ensemble de la face de l’œuvre avant restauration. ©Marine Andrieux

L’article de Marine Andrieux, étudiante en Master 2 Conservation-restauration des biens culturels, mention « Méthodologie et pratique de la conservation restauration », présente la restauration d’une Sainte Famille attribuée à l’école de Peter Paul Rubens (1577-1640). Ce panneau peint provient du Trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille et a été restauré dans le cadre des enseignements pratiques de la première année de Master CRBC, de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction d’Aurélie Nicolaus, maître de conférences associée et restauratrice de peinture. Les décisions relatives au traitement et au conditionnement de l’œuvre ont été prises en concertation avec Anne Da Rocha, responsable de la Commission diocésaine d’Art Sacré de Lille, et Julie Chantal, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du département du Nord.

Depuis la rentrée universitaire 2014, les étudiants de la spécialité peinture de troisième année de Licence Préservation des biens culturels et de première année de Master Conservation-restauration, sont chargés, individuellement ou en groupe, de la restauration d’une œuvre du diocèse de Lille, dans le cadre d’une convention de prêt instaurée entre les deux institutions.

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens (XVIIe siècle), trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la Treille, Lille, dans le cadre du Master de Conservation-restauration des biens culturels (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

La Sainte Famille, déposée dans la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille, est une peinture à l’huile sur bois. La scène s’inscrit dans un format portrait et cintré. Elle représente Joseph, en arrière-plan, la tête bordée par le feuillage, ainsi que Marie et l’Enfant au premier plan de la composition. L’identité du peintre, comme la date de mise en œuvre, sont inconnues. Toutefois, la composition et le traitement stylistique expliquent notamment son rattachement à l’art de la Contre-Réforme des Pays-Bas au début du XVIIe siècle, et plus précisément à l’école de Peter Paul Rubens. Le portrait de Marie présente notamment une forte ressemblance stylistique et morphologique avec certaines œuvres de Peter Paul Rubens, comme La Vierge à la pervenche (inv. 2850, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles), œuvre collective de Peter Paul Rubens et de Peter Brueghel, pour laquelle l’épouse de Rubens, Hélène Fourment, servit de modèle. Continuer la lecture

Le bureau du roi à Versailles : regards croisés entre histoire matérielle, « entretien, réparation et restauration » par Jean-Henri Riesener et ses suiveurs.

 

©Marc-André Paulin

Fig.1 : Jean-François Oeben, Jean-Henri Riesener, Bureau du roi, 1769, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ©Marc-André Paulin

Le bureau du roi pour le château de Versailles[1] (Fig. 1) est l’un des meubles les plus emblématiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est également l’une des pièces les plus coûteuses de son époque : 62 000 livres ont été dépensées par le Garde Meuble de la Couronne pour sa fabrication[2].

Il est réalisé par Jean-François Oeben (1721-1763), ébéniste du roi et terminé par son élève Jean-Henri Riesener[3] (1734-1806), qui le livre en 1769. L’achèvement du meuble, entre la commande passée à l’ébéniste et la livraison a demandé neuf années de réflexions et d’essais[4].

Si sa décoration en bronze doré et en marqueterie est d’une grande qualité, la prouesse est sans conteste l’exécution du mécanisme qui sert à ouvrir et à fermer le cylindre par un simple tour de clef, ce qui implique pour l’ébéniste de produire plusieurs mécaniques avant de réaliser celle qui fonctionne : « avoir fait différentes méchanique pour trouver le moien de faire monter et décendre le cilindre sans toucher avec la main ny monter de ressort. »[5]

Cette partie est celle qui nécessite probablement le plus de temps dans le processus créatif du bureau puisqu’il a fallu s’y reprendre à plusieurs fois pour Continuer la lecture