Archives de catégorie : Conservation-Restauration

Section Conservation-Restauration

Séminaire doctoral commun : « L’œuvre à l’épreuve du texte ».

Franciabigio, Portrait d’homme, Huile sur peuplier, Paris, musée du Louvre (INV. 517). Lumière réfléchie ©C2RMF

Type : séminaire doctoral commun.
Date et horaire :
 jeudi 8 juin à partir de 18h.
Lieu : 
Paris, INHA, salle Jullian (Galerie Colbert, 1er étage).

Séance 7 : Écriture et restauration

Discutante : Nabila Oulebsir, Maître de conférences HDR en Histoire de l’art contemporain – Université de Poitiers.

Barbara Jouves (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ,
Ecriture et restauration des peintures aux XVIIIe et XIXe siècles : la recherche d’une pérennité de l’objet ?

Entre 1750 et 1850, alors que les restaurations de tableaux connaissent d’importantes évolutions, la publication de textes – connus aujourd’hui en tant que « traités » de peinture et de restauration – se multiplie en Europe, et notamment en France. Dans une volonté de préserver l’œuvre de façon pérenne, ces auteurs se font les historiens d’un vocabulaire propre à la restauration des tableaux et des matériaux employés. Qui sont-ils ? A quels procédés font-ils référence en tant que modèles à suivre ou à éviter ? A travers l’histoire de ces écrits et le désir de ces auteurs de retrouver les techniques du passé, qu’apprenons-nous sur l’histoire matérielle des œuvres et plus particulièrement des peintures ? En quoi cet aspect de la recherche est-il fondamental pour l’histoire de l’art ?

Barbara Jouves est en deuxième année de doctorat en histoire de l’art et de la conservation-restaurationà l’Université Paris 1. Sa recherche, développée sous la direction de Thierry Lalot, porte sur la conservation et restauration des peintures des collections privées à Paris entre 1789 et 1870. Elle est chargée d’enseignements à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Continuer la lecture

Editions du GRHAM : « Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles : actes journée d’étude, 27 octobre 2016, Paris, Institut national d’histoire de l’art. Paris, Éditions du GRHAM, 2017 »

Ill. : William Hogarth, Time Smoking a Picture, ca. 1761, New York The Metropolitan Museum of Art (Public Domain Dedication)

Type : Actes journée d’étude – Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles
Publication & Diffusion : à partir du 1er juin 2017, Bibliothèques spécialisées en Histoire de l’art
Editeur : Paris, Editions du GRHAM

Réception critique de la restauration XVIIIe-XXe siècles : actes journée d’étude, 27 octobre 2016, Paris, Institut national d’histoire de l’art. Paris, Éditions du GRHAM, 2017 / isbn 978-2-9559546-0-7

Non commercialisé, liste de diffusion prochainement disponible sur le site du GRHAM.

Le thème de la Réception critique de la restauration du XVIIIe au XXe siècle interroge, à travers des sources manuscrites ou imprimées, différents regards portés sur une discipline, la restauration, domaine en constante mutation depuis le XVIIIe siècle. Essais et textes d’experts, de journalistes, d’écrivains, d’artistes et de restaurateurs sont ici mis en perspective par des chercheurs afin de mettre en avant plusieurs points de vue quant à l’évolution des interventions et des pratiques sur les œuvres d’art.

Comment les restaurations sont-elles appréciées depuis le XVIIIe siècle et quelle est la notoriété de leurs praticiens ? Sont-elles les conséquences d’observations contemporaines ou sont-elles postérieures aux interventions pratiquées tant sur des peintures et des œuvres d’art graphiques que sur des édifices architecturaux ? Cette approche permet de se demander si les critiques, dans leur récurrence positive ou négative, portent plutôt sur les restaurations ou sur les restaurateurs eux-mêmes. Continuer la lecture

Journée 2017 des doctorants : « Restauration et remploi »

Auteur inconnu, Mariage mystique de Sainte-Catherine, XVIIe s., , 72 x 99 cm, coll. particulière
© Aldo Peaucelle – Art et patrimoine Conseil SARL

Type : Journée d’étude
Date : 24 mai 2017
Lieu : École des chartes, au 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Léopold-Delisle)

Les doctorants de l’École (ed 188 et ed 472) et ceux de l’Ephe (ed 472) organisent une journée d’étude sur le thème « Restauration et remploi ».

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Continuer la lecture

Colloque : « Les nouvelles rencontres de la conservation préventive »

Type : Colloque

Date : 8-9 juin 2017

Lieu : Auditorium, Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine

A l’occasion des vingt ans d’existence de la formation en conservation préventive dispensée à l’université de Paris I-Sorbonne, APrévU organise un colloque, « Les nouvelles rencontres de la conservation préventive », les 8 et 9 juin 2017 aux Archives Nationales de Pierrefitte-sur-Seine.
Dans la droite ligne des journées-débats organisées dans le cadre du DESS de conservation préventive, ce colloque est l’occasion de réaliser un bilan de la conservation préventive en France à la suite d’un enseignement de plus de vingt ans et à l’heure où celui-ci connaît une importante réforme.

17 intervenants venant de France, mais également d’Angleterre, de Suisse, du Danemark, d’Espagne, de Serbie et du Canada, sont programmés pour ces deux journées.

Thèmes :

  • enseignement de la discipline et son évolution,
  • mise en place de méthodes d’évaluations,
  • approche relative au bâtiment,
  • pratique de la conservation préventive dans les institutions culturelles…

Une table-ronde clôturera ces rencontres et une visite du bâtiment des Archives Nationales construit par Fuksas en 2013, dans une logique alliant développement durable et conservation des collections, sera proposée aux participants du colloque.

Colloque ouvert à tous les professionnels, qu’ils aient un rapport proche ou lointain avec la conservation préventive.

Programme

Appel à contribution : « La conservation préventive dans les demeures historiques et les châteaux-musées »

Vue intérieure : appartement de la Reine : antichambre du grand couvert de la Reine, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon ©RMN

Type : colloque
Date limite: 30 mars 2017 / Date : 29 novembre – 1er décembre 2017
Lieu : Versailles, château, auditorium

L’objectif de ce colloque est d’apporter un regard nouveau sur la conservation préventive des collections exposées dans les demeures historiques, grâce à la présentation de différentes méthodologies d’évaluation des collections, leur efficacité et leur adaptabilité à la spécificité des demeures, focalisant également sur le rôle de plus en plus important des technologies de contrôle de l’environnement utilisées dans le contexte des collections exposées.

Si ces technologies s’intègrent difficilement à l’édifice et à son décor, lui-même œuvre d’art, les collections des demeures historiques entretiennent avec cet environnement une relation toute particulière : souvent exposées dans les salles pour lesquelles elles ont été conçues, elles nous révèlent plus facilement les causes qui engendrent l’altération de la matière. Un des axes de la conférence portera sur le rôle des sciences appliquées au patrimoine qui peuvent fournir un support important à la compréhension des phénomènes de dégradation et donc à la gestion de la conservation des biens dans le contexte spécifique des demeures.

Destinataires et enjeux

Le colloque s’adresse à tous les professionnels impliqués dans la conservation et la gestion des collections des châteaux-musées et des demeures historiques, ainsi qu’aux entreprises, aux décideurs politiques et aux acteurs chargés à différents niveaux de la conservation et de la mise en valeur de ce patrimoine. Une attention particulière sera ainsi portée aux scientifiques impliqués dans la recherche sur les collections exposées dans les résidences, leurs matériaux et processus de dégradation. Continuer la lecture

Séminaire doctoral de l’Ecole de Chaillot : « La culture des matériaux de l’architecture »

Valérie Nègre, L’Art et la matière : Les artisans, les architectes et la technique (1770-1830), Editions Classiques Garnier, Collection Histoire des Techniques, 2016, 324p.

Type : Séminaire doctoral
Date : 17 mars 2017, 16h-20h
Lieu : Paris, École de Chaillot

PROGRAMME
16h – 16h10 : Brève présentation, Catherine Graindorge
16h10-16h30 : La vogue du carton et le goût du factice par Valérie Nègre
16h30-16h50 : Controverses autour du ciment par Valérie Nègre
16h50-17h30 : Dialogue avec Elsa Ricaud à propos des deux matériaux présentés par Valérie Nègre dans L’art et la matière. Les artisans, les architectes et la technique (1770-1830)
17h30-18h10 : L’être ou le paraître : une histoire d’enduits par Frédéric Didier
18h10- 18h30 : Elsa Ricaud, échanges avec la salle
18h30-19h30 : Petite histoire des charpentes de Notre-Dame du Moyen-âge au 20e siècle : quelle exigence pour le matériau ? par Frédéric Martorello, Rémi Fromont et Cédric Trentesaux
19h30-20h00 : Elsa Ricaud, échanges avec la salle Continuer la lecture

Journées portes ouvertes : « Conservation Restauration des Biens Culturels », formation Paris 1

Formations Master CRBC, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Type : Journées portes ouvertes
Date : 10 et 11 mars 2017
Lieu : Paris, 17 rue de Tolbiac, 2e étage

Les journées portes ouvertes CRBC (Conservation-Restauration des Biens Culturels) 2017 auront lieu aux ateliers du 2e étage du 17 rue de Tolbiac :

– le 10 mars de 18h à 20h
– le 11 mars de 9h à 12h
Des étudiants des différentes spécialités, ainsi que des professeurs, assureront la permanence. Cela permettra à ceux intéressés par la conservation-restauration de les rencontrer, de leur poser les questions voulues, et de visiter nos ateliers.

L’association Icosaèdre (loi 1901) réunit des étudiants et anciens étudiants de Conservation-Restauration des Biens Culturels de Paris 1 Panthéon Sorbonne.

La Licence histoire de l’art et archéologie parcours Préservation des Biens Culturels débouche sur le Master Conservation-Restauration des biens culturels. Ce dernier s’ouvre sur trois parcours au choix, dont le parcours « méthodologie et pratique de la conservation-restauration ». Celle-ci a pour vocation de former des praticiens de la conservation-restauration des œuvres d’art, des objets archéologiques et ethnologiques. Continuer la lecture

Journée d’étude : « Restauration et remploi »

Main Guard, achevé en 1674, Clonmel (Ireland) (exemple de remplois d’éléments romans dans des édifices élevés au XVIIe siècle en Ireland selon la recherche menée par Rachel Moss)

Type : Journée d’étude
Date : mercredi 24 mai 2017
Lieu : Ecole nationale des chartes, salle L. Delisle

Journée d’étude des doctorants du centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) en collaboration avec l’École pratique des hautes études.

Le centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) organise, en partenariat avec l’École pratique des hautes études, une journée des doctorants le 24 mai 2017. Cette journée est destinée à rassembler des doctorants français et étrangers afin qu’ils partagent leurs idées et leurs recherches autour d’un thème général qui sera, cette année, « Restauration et remploi ».

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Dans la vie et la survie des objets, des documents, des idées, des œuvres du passé, on peut distinguer deux types d’intervention humaine. D’une part, l’homme a tenté, à plusieurs moments de son histoire, de retrouver et sauver les traces du passé qui subsistaient, que ce soit par des « fouilles archéologiques » ou par l’exploration d’archives, de manuscrits, de bibliothèques. Au sein de ces manœuvres de « sauvetage » des vestiges du passé, les opérations de restauration constituent un moment important et délicat, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue déontologique. Il n’en reste pas moins que la restauration a participé, dans la majeure partie des cas, à la survie, l’Überleben des objets du passé. D’autre part, nombreuses sont les traces (matérielles ou textuelles) du passé qui ont trouvé une nouvelle vie (une Nachleben) au cours de leur voyage à travers le temps, notamment grâce à la pratique du remploi. Bon nombre d’édifices anciens ont pu servir de « carrière de pierres » aux époques ultérieures. Il ne manque pas dans les écrits historiographiques d’exemples d’intégration de matière plus ancienne (servant quelques fois à la réécriture de l’histoire). Enfin, on ne connaît pas de littérature qui ne soit faite de remplois (qu’il s’agisse de citations, de plagiats, de réécritures, etc.).

Au cours de cette journée d’étude, nous aimerions réunir des doctorants de domaines différents (archéologues, historiens de l’art, historiens, philologues, littéraires) autour d’une réflexion concernant ces deux pratiques, restauration et remploi, et les produits qu’elles ont pu engendrer jusqu’à nos jours.

Continuer la lecture

Les changements de dimensions des tableaux de la collection du cabinet du Roi Louis XIV (1683-1709)

Les changements de dimensions des tableaux de la collection du cabinet du Roi Louis XIV (1683-1709)

Franciabigio, Portrait d’homme, Huile sur peuplier, Paris, musée du Louvre (INV. 517). Lumière réfléchie ©C2RMF

En octobre 1913, l’historien d’art italien Gustave Frizzoni corrobore la critique d’André-Charles Coppier, peintre et écrivain d’art :

« Ainsi, M. Coppier a très bien fait de signaler ces déplorables remaniements dans un des plus importants musées du monde, et il est à souhaiter vivement que la direction du Louvre, en tenant compte de ces observations, prenne à cœur la révision complète de tout ce qui a pu être altéré de cette manière et de rendre à ses toiles leurs justes proportions »[1].

L’auteur fait ici référence aux changements de dimensions de tableaux, réalisés par des peintres depuis leur création jusqu’au XIXe siècle, afin de répondre aux desiderata de leurs propriétaires. Ces modifications du format initial de l’œuvre – agrandissement, réduction ou changement de forme – peuvent intervenir à tout moment : pendant le temps de la création de l’œuvre, elles sont alors réalisées – ou du moins souhaitées – par l’artiste ; au cours de son parcours patrimonial, elles sont le fait alors de son propriétaire ou de son responsable juridique.

Nous nous intéresserons ici plus particulièrement aux changements de dimension des tableaux de la collection du Cabinet du Roi Louis XIV entre 1683 et 1709, dates auxquelles les inventaires des collections sont dressés par Charles Le Brun et Nicolas Bailly. Ces inventaires mentionnent le détail des œuvres composant la collection du Roi, accompagné des attributions et de leur format. Le travail de thèse d’Arnauld Brejon de Lavergnée sur l’Inventaire de Le Brun permet d’ajouter à ces informations la provenance, le lieu de conservation, et les dimensions actuelles des tableaux recensés[2]. L’interprétation des différences de dimensions d’un même tableau rapportées d’un inventaire à l’autre permet notamment de supposer un changement de format. Cependant, quantité de tableaux sont signalés « dans [leur] bordure dorée » dans chacun des deux inventaires. Restons donc prudents : d’autres explications à ces différences de format peuvent être avancées, comme la mesure du tableau avec ou sans son cadre, source d’erreurs dans l’appréciation des changements de dimensions. Continuer la lecture

Colloque : « 7e Journées professionnelles : Innover pour conserver »

Type : Colloque
Date de la manifestation : 23-24 mars 2017
Lieu : Paris, Cité de l’architecture et du patrimoine, Auditorium

Innover pour conserver. Recherche et développement en conservation-restauration des biens culturels

La direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication organise en partenariat avec l’Institut national du patrimoine et la Cité de l’architecture et du patrimoine les septièmes journées professionnelles de la conservation-restauration.

Centrées sur des « retours d’expérience », ces journées s’adressent à tous les professionnels de la conservation-restauration des biens culturels sur l’ensemble des champs patrimoniaux : archives, musées, bibliothèques, archéologie, monuments historiques…

Les journées 2017 ont pour objectif de mettre en lumière les principales thématiques de recherche en cours et les innovations récentes dans le domaine de la conservation-restauration.  Continuer la lecture

Publication : « The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality ».

ETIENNE Noémie, The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2017, 384 p.

ETIENNE Noémie, The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815 : Practice, Discourse, Materiality, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2017, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

The decades following the 1973 publication of Alessandro Conti’s Storia del Restauro have seen considerable scholarly interest in the development of restoration in France in the second half of the eighteenth century. A number of technical treatises and biographies of restorers have offered insight into restoration practice. The Restoration of Paintings in Paris, 1750–1815, however, is the first book to situate this work within the broader historical and philosophical contexts of the time. Drawing on previously unpublished primary material from archives in Paris, Berlin, Rome, and Venice, Noemie Etienne combines art history with anthropology and sociology to survey the waning decades of the Ancien Régime and early post- Revolution France. Initial chapters present the diversity of restoration practice, encompassing not only royal institutions and the Louvre museum but also private art dealers, artists, and craftsmen, and examine questions of trade secrecy and the changing role of the restorer. Following chapters address the influence of restoration and exhibition on the aesthetic understanding of paintings as material objects. The book closes with a discussion of the institutional and political uses of restoration, along with an art historical consideration of such key concepts as authenticity, originality, and stability of artworks, emphasizing the multilayered dimension of paintings by such important artists as Titian and Raphael. There is also a useful dictionary of the main restorers active in France between 1750 and 1815.

Noémie Étienne is currently a fellow at the Getty Research Institute. Beginning in September 2016 she will be a Swiss National Science Foundation Professor of Art History at the University of Bern.

Conférence du GRHAM : « Aux origines de la normalisation des formats des tableaux à Paris : les « toiles de mesure » du XVIIe siècle », par Pascal Labreuche (Paris, 15 décembre 2016, 19h).

L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers sous la direction de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert ©Claude Yvel

L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers sous la direction de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert ©Claude Yvel

Type : Conférence (entrée libre)
Date et horaire : jeudi 15 décembre 2016 à 19h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le GRHAM recevra Pascal Labreuche pour une conférence intitulée « Aux origines de la normalisation des formats des tableaux à Paris : les « toiles de mesure » du XVIIe siècle. »

On trouve les premières traces d’une standardisation des formats des toiles à peindre (et des bordures ou cadres), à Paris, dès la deuxième décennie du XVIIe siècle, selon les connaissances actuelles. Un phénomène de normalisation similaire est observable dans d’autres pays d’Europe à la même époque : Italie, Pays-Bas, Angleterre.

Tous ces systèmes nationaux sont différents entre eux et les listes de formats sont généralement associées à des désignations imagées, à l’instar des noms de formats de papiers en France (Petit-Jésus, Soleil, Grand-Aigle, etc.). La France semble constituer un cas unique dans l’histoire de ces différents systèmes de normalisation : à Paris, la nomenclature se fixe une fois pour toutes dès l’origine, et repose non sur des appellations mais sur des numéros (10, 25, 50, etc.) correspondant initialement à des prix fixes, exprimés en sols (sous), livres et écus.

Autre particularité frappante : à de rares ajouts et simplifications près, cette table de formats parisiens, étendue progressivement à l’ensemble du territoire français et largement adoptée comme système international, n’a pas connu de changements depuis l’origine jusqu’à nos jours, ni dans les dimensions ni dans les désignations par numéros. Continuer la lecture

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens XVIIe siècle

image1

Vue d’ensemble de la face de l’œuvre avant restauration. ©Marine Andrieux

L’article de Marine Andrieux, étudiante en Master 2 Conservation-restauration des biens culturels, mention « Méthodologie et pratique de la conservation restauration », présente la restauration d’une Sainte Famille attribuée à l’école de Peter Paul Rubens (1577-1640). Ce panneau peint provient du Trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille et a été restauré dans le cadre des enseignements pratiques de la première année de Master CRBC, de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction d’Aurélie Nicolaus, maître de conférences associée et restauratrice de peinture. Les décisions relatives au traitement et au conditionnement de l’œuvre ont été prises en concertation avec Anne Da Rocha, responsable de la Commission diocésaine d’Art Sacré de Lille, et Julie Chantal, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du département du Nord.

Depuis la rentrée universitaire 2014, les étudiants de la spécialité peinture de troisième année de Licence Préservation des biens culturels et de première année de Master Conservation-restauration, sont chargés, individuellement ou en groupe, de la restauration d’une œuvre du diocèse de Lille, dans le cadre d’une convention de prêt instaurée entre les deux institutions.

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens (XVIIe siècle), trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la Treille, Lille, dans le cadre du Master de Conservation-restauration des biens culturels (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

La Sainte Famille, déposée dans la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille, est une peinture à l’huile sur bois. La scène s’inscrit dans un format portrait et cintré. Elle représente Joseph, en arrière-plan, la tête bordée par le feuillage, ainsi que Marie et l’Enfant au premier plan de la composition. L’identité du peintre, comme la date de mise en œuvre, sont inconnues. Toutefois, la composition et le traitement stylistique expliquent notamment son rattachement à l’art de la Contre-Réforme des Pays-Bas au début du XVIIe siècle, et plus précisément à l’école de Peter Paul Rubens. Le portrait de Marie présente notamment une forte ressemblance stylistique et morphologique avec certaines œuvres de Peter Paul Rubens, comme La Vierge à la pervenche (inv. 2850, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles), œuvre collective de Peter Paul Rubens et de Peter Brueghel, pour laquelle l’épouse de Rubens, Hélène Fourment, servit de modèle. Continuer la lecture

Journée d’étude : « 7e édition de la Journée d’étude, de recherche et d’innovation en conservation-restauration »

Allain Manesson Mallet, "La pagode de porcelaine de Nankin" in Description de l'Univers, t. 2, Paris, Denys Thierry, 1683

Alain Manesson Mallet, « La pagode de porcelaine de Nankin » in Description de l’Univers, t. 2, Paris, Denys Thierry, 1683

Type : Journée d’étude
Date et horaire : vendredi 18 novembre
Lieu : Rennes, Archives départementales, Auditorium

Le projet JERI : «Journée Etude, Recherche et Innovation en conservation-restauration des biens culturels», est une manifestation annuelle concrétisée sous la forme de conférences de professionnels oeuvrant à la préservation du patrimoine. Elle a pour objet de proposer à 5 diplômés des quatre écoles de conservation-restauration (Ecole des Beaux-arts d’Avignon, de Tours, INP et CRBC), scientifiques et chercheurs, après sélection, de venir présenter leurs travaux de recherche innovants devant un public de professionnels, conservateurs-restaurateurs mais aussi conservateurs, régisseurs, chercheurs et plus largement, toutes personnes intéressées ou en lien avec la préservation du patrimoine.

Ce projet a été initialement créé par les délégations régionales de la FFCR Aquitaine (FFCR-2CRA) et Midi-Pyrénées. Il consiste en l’échange, la communication et la découverte de nouvelles recherches dans le domaine de la conservation-restauration des biens culturels. Après Bordeaux en 2010 et 2013, Toulouse en 2011 et 2015, Lyon en 2012 et Marseille en 2014, il s’agira alors de la septième édition à Rennes de cette manifestation annuelle. Continuer la lecture

Conférences et colloques : « Maisons d’écrivains, patrimoines littéraires : quelles collections, dans quelles conditions? »

Anonyme britnnaique, Les Charmettes. Maison de J.J. Rousseau à Chambéry, 1871, Londres, Tate Collection

Anonyme britannique, Les Charmettes. Maison de J.J. Rousseau à Chambéry, 1871, Londres, Tate Collection

Les XIVes Rencontres de Bourges auront lieu les 18, 19 et 20 novembre 2016, sur le thème :

Maisons d’écrivain, patrimoines littéraires : quelles collections, dans quelles conditions ?

Le constat : les collections des maisons d’écrivain sont variées et dépendent de diverses tutelles :

  • manuscrits : conservation « bibliothèque » ou « archive »,
  • objets : conservation « musée »,
  • bâtiments : conservation « architecture ».

d’où une grande diversité de questions posées sur la conservation de ces collections.

Le comité de pilotage a donc retenu les grands points suivants à traIter lors de ces Rencontres 2016 :

  • enjeux et objectifs : les statuts, tutelles et financements, les différents labels, les transferts de propriété…
  • conservation et transmission : le PSC et la politique d’acquisition, les réserves, la conservation préventive et la restauration. La question du public, les limites de la présentation…
  • sécurité des bâtiments et sûreté des collections.

Les Rencontres de Bourges 2016 seront inaugurées par Philippe Artières historien et philosophe, directeur de recherche au CNRS.

L’accueil à l’Abbaye de Noirlac, dont le projet culturel tourne autour de la pluralité des écritures artistiques, est une évidence depuis plusieurs années de partenariat. Le thème de la conservation la concerne aussi, comme tous les lieux patrimoniaux.

Programme à télécharger