Archives de catégorie : Conférences

Cycle de cours : L’histoire de la céramique

Louis Martin Berthault, Pierre-Louis Micaud, Corbeille aux cygnes, 1823, Biscuit de pâte dure, H. 36 cm Diam. 40,6 cm, New York, The Metropolitan Museum of Art.

Type : Cycle de cours.
Date et horaire : Du lundi 25 septembre au lundi 4 décembre, de 18h à 19h15.
Lieu : Sèvres, Cité de la céramique, salle d’accueil du rez-de-chaussée du bâtiment de l’administration.

Droits d’inscription : 50 €
25 € pour les Amis du musée de Sèvres

Programme :

Lundi 25 septembre 2017, 18 h
La faïence de Marseille par Christine Germain-Donnat, directrice du département du patrimoine et des collections, Cité de la céramique.

Lundi 2 octobre 2017, 18 h
Sèvres à l’époque Empire par Catherine Trouvet, docteur en histoire de l’art.

Lundi 16 octobre 2017, 18 h
La participation de Sèvres aux expositions universelles par Brigitte Ducrot, historienne de l’art. Continuer la lecture

Journée d’études du GRHAM : « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle ».

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Journée d’études.
Date et horaire : jeudi 15 juin 2017 à partir de 9h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM.

Session 1 :

Présidente de séance : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2).

9h30 – 10h30 : Chloé Perrot (université de Lille 3 et École du Louvre) : « La Nouvelle Iconologie Historique » de Jean-Charles Delafosse (1768), écrire l’histoire dans les arts décoratifs.

10h30 – 11h30 : Pascal-François Bertrand (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) : Hiérarchie des manufactures de tapisserie en France et typologie des sujets représentés.

11h30 – 12h30 : Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace) : Puissance maritime et économique dans les textiles à personnages : une démocratisation de l’histoire du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Questions d’attribution » par Ambroise et Hubert Duchemin (Paris, 18 mai 2017).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 mai 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

A l’occasion de la dernière conférence de son cycle 2016-2017, le GRHAM invite la Galerie Hubert Duchemin pour une séance dédiée à un vaste débat sur l’attribution.

Ambroise Duchemin présentera une communication axée autour de la découverte d’un portrait de Fortuné Dufau (1770-1821). L’attribution à cet élève de Girodet d’un petit tableau longtemps resté anonyme a permis de redécouvrir un artiste oublié et de mettre un nom sur un des portraits les plus mystérieux du néo-classicisme français : La jeune fille au collier de jais du musée Magnin à Dijon.

Hubert Duchemin s’interrogera sur l’attribution de certaines œuvres célèbres présentées dans les musées. Il partagera avec le public son analyse sur des toiles de Caravage et Poussin mais aussi, plus brièvement, de Watteau et Chardin. Cette présentation sera l’occasion de mettre à l’épreuve de la discussion quelques-unes de ses interrogations. Partisan d’une approche singulière et transversale, Hubert Duchemin reviendra également sur sa méthode basée sur « la connaissance du langage des peintres » et la comparaison, le « paragone ».

Expert indépendant en tableaux et dessins, Hubert Duchemin exerce son regard depuis plus de trente ans au sein des collections privées, du marché de l’art mais également des musées. Il est notamment à l’origine de la redécouverte du Chat Mort de Géricault ainsi que des Esquisses de portraits de Fragonard (avec Lilas Sharifzadeh). Actuellement installé au 8 rue de Louvois à Paris, la Galerie Hubert Duchemin présente plusieurs expositions chaque année, basées sur ses récentes découvertes.

Diplômé de Sciences-Po Toulouse en 2013 (Master Culture et Production des savoirs), Ambroise Duchemin rejoint dans la foulée la galerie familiale puis créé en 2015 sa propre structure accompagnée d’un site internet. Passionné par l’art ancien et moderne, il a publié en mars 2017 son premier catalogue « Œuvres sur papier » qui couvre une période allant de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle.

Conférence du GRHAM : « Un laboratoire d’innovations architecturales et urbaines, la généralité de Champagne au XVIIIe siècle » par Dominique Massounie (Paris, 27 avril 2017).

Salle de la rue Talleyrand à Reims en 1785, gravure

Type : Conférence (entrée libre)
Date et horaire : jeudi 27 avril 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la généralité de Champagne était méthodiquement aménagée et embellie. Le réseau routier fut perfectionné par les ingénieurs des ponts et chaussée, les villes firent l’objet de plans d’alignement et un grand nombre d’édifices publics furent reconstruits. Les archives, heureusement bien conservées et accessibles, fournissent les informations précises sur les acteurs de cette transformation. Deux intendants se succédèrent pour l’accompagner, Henri-Louis de Barberie de Saint-Contest, entre 1751 et 1764, puis Gaspard-Louis Rouillé d’Orfeuil, entre 1764 et 1790. Les embellissements de Reims et de Châlons-en-Champagne sont relativement bien connus, en revanche, ceux, nombreux, qui furent exécutés dans les villes plus modestes n’ont pas suscité d’intérêt. Pourtant, la Champagne disposait durant cette période d’ingénieurs et d’architectes très compétents : Jean-François Legendre, ingénieur de la généralité à partir de 1744, inspecteur général des ponts et chaussées après 1763, en remplacement de Perronet, connu pour avoir donné les plans de la place royale de Reims ; Bochet de Coluel, ingénieur en chef de la généralité à partir de 1764, formé sur le chantier du pont de Moulins ; Nicolas Durand, architecte né à Paris, qui apprit auprès de Legendre ; Nicolas-François Lancret, architecte, dont le château de La Motte-Tilly fit la réputation ; Jean-Évangéliste Poterlet, également architecte. Le soin que ces hommes apportèrent à l’aménagement de l’espace public, à des constructions plus modestes, à des programmes nouveaux témoigne d’une conception de l’embellissement territorial et urbain qui comporte bien des nuances et des subtilités.

Dominique Massounie est maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Paris-Nanterre et membre de l’équipe de recherche H-Mod, composante du HAR. Elle est l’auteur d’un ouvrage sur les Monuments de l’eau publié aux éditions du Patrimoine et issu de sa thèse de doctorat récompensée par de Prix Nicole décerné par le Comité français d’histoire de l’art. Elle a codirigé plusieurs ouvrages Paris et ses fontaines de la Renaissance à nos Jours (1995), Archives, objets et images des constructions de l’eau du Moyen Age à l’ère industrielle (2001), Le cheval à Paris (2006), Claude-Nicolas Ledoux et le livre d’architecture en français. étienne-Louis Boullée. L’Utopie et la poésie de l’art (2006), Chalgrin 1739-1811. Architectes et architectures de l’Ancien Régime à l’Empire (2016). En 2016, elle a publié une monographie révisée de La saline royale d’Arc-et-Senans (éditions de Patrimoine) ; en 2017, paraîtra le catalogue du musée des maquettes de cet établissement (éditions H’Artpon). Depuis dix ans, ses recherches portent sur la notion d’embellissement des villes et du territoire, les travaux de modernisation des équipements urbains au XVIIIe siècle, l’architecture publique et celle des ingénieurs des ponts et chaussées.

Conférence du GRHAM : « Les Ateliers des Le Nain » par Olivier Bonfait (Paris, 20 mars 2017).

Légende traditionnelle: Antoine Le Nain, Portrait présumé des frères Le Nain, dit L’Atelier, XVIIe siècle, toile, Grande-Bretagne, collection privée.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : lundi 20 mars 2017 à 18h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

De la date de leur naissance aux circonstances de leurs décès, les frères Le Nain (Antoine, Louis, Matthieu) posent de nombreux problèmes, qui ne concernent pas uniquement la distinction des mains. L’historiographie a toujours souligné la concorde entre les trois frères, mais les témoignages anciens introduisent rapidement des singularités dans le groupe ; ils sont peintres dans le faubourg de Saint-Germain des Prés, mais font tout de suite partie de l’Académie royale.

Les deux représentations d’ateliers laissés par les trois frères (celle actuellement conservé dans la collection Bute, peinte vers 1645 ; celle du Vassar Collège, qui a servi de point de départ pour élaborer le catalogue de Matthieu, datant de 1655 environ) seront présentées à l’exposition Le Nain qui ouvre au Louvre Lens le mardi 21 mars. En les regardant intensément, en les analysant et en les situant dans différentes configurations, il devient possible de proposer à partir de ces deux tableaux des hypothèses tant sur la conception de la peinture des Le Nain que sur la stratégie familiale des trois frères et ses représentations. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Peinture et discours à Toulouse au XVIIe siècle » par Stéphanie Trouvé (Paris, 23 février 2017).

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Antoine Rivalz, Cassandre traînée hors du temple de Minerve, ca. 1700, toile, 97 × 137 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 23 février 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian (premier étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Toulouse est présentée depuis le XIXe siècle comme un des foyers artistiques provinciaux des plus féconds, mais sa production a aussi été perçue par l’historiographie comme un art utilisant de vielles formules stylistiques, ou comme une pâle réplique des grands chefs-d’œuvre italiens ou parisiens. A partir d’un corpus d’œuvres et d’écrits sur la peinture sans équivalent pour une ville de province, cette conférence vise à proposer des pistes méthodologiques pour comprendre les enjeux de la peinture toulousaine. Comment situer cette production dans le panorama de l’art français ? Il s’agit de s’interroger sur la construction de la notion d’école, sur le métier de peintre et de confronter peintures et discours afin de porter un nouveau regard sur le développement de l’art en dehors du domaine royal.

Stéphanie Trouvé est docteur en histoire de l’art moderne de l’Université de Paris X – Nanterre. Elle est l’auteur d’un livre intitulé : Peinture et Discours. La construction de l’école de peinture XVIIe-XVIIIe siècles (Presses universitaires de Rennes, 2016) et de plusieurs articles sur des écrits artistiques, sur des grands décors toulousains, et sur les Salons de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Toulouse. Elle a enseigné l’histoire de l’art dans les universités de Toulouse et de Bordeaux. Elle travaille dans le projet LexArt – Words for Art : The Rise of a Terminology (1600-1750) sélectionné par le Conseil Européen de la Recherche.

Conférence du GRHAM : « Aux origines de la normalisation des formats des tableaux à Paris : les « toiles de mesure » du XVIIe siècle », par Pascal Labreuche (Paris, 15 décembre 2016, 19h).

L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers sous la direction de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert ©Claude Yvel

L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers sous la direction de Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert ©Claude Yvel

Type : Conférence (entrée libre)
Date et horaire : jeudi 15 décembre 2016 à 19h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée)
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le GRHAM recevra Pascal Labreuche pour une conférence intitulée « Aux origines de la normalisation des formats des tableaux à Paris : les « toiles de mesure » du XVIIe siècle. »

On trouve les premières traces d’une standardisation des formats des toiles à peindre (et des bordures ou cadres), à Paris, dès la deuxième décennie du XVIIe siècle, selon les connaissances actuelles. Un phénomène de normalisation similaire est observable dans d’autres pays d’Europe à la même époque : Italie, Pays-Bas, Angleterre.

Tous ces systèmes nationaux sont différents entre eux et les listes de formats sont généralement associées à des désignations imagées, à l’instar des noms de formats de papiers en France (Petit-Jésus, Soleil, Grand-Aigle, etc.). La France semble constituer un cas unique dans l’histoire de ces différents systèmes de normalisation : à Paris, la nomenclature se fixe une fois pour toutes dès l’origine, et repose non sur des appellations mais sur des numéros (10, 25, 50, etc.) correspondant initialement à des prix fixes, exprimés en sols (sous), livres et écus.

Autre particularité frappante : à de rares ajouts et simplifications près, cette table de formats parisiens, étendue progressivement à l’ensemble du territoire français et largement adoptée comme système international, n’a pas connu de changements depuis l’origine jusqu’à nos jours, ni dans les dimensions ni dans les désignations par numéros. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « ‘On connaît femme à sa cornette’ : couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne » par Tiphaine Gaumy (Paris, 20 octobre 2016 à 19h).

boissard

Jean-Jacques Boissard, Recueil de costumes étrangers, gravure, après 1581, Paris, BnF.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 20 octobre 2016 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com.

Pour débuter ce nouveau cycle annuel de conférences, le GRHAM recevra Tiphaine Gaumy pour une conférence intitulée « On connaît femme à sa cornette :  couvre-chefs et identités dans la première moitié de l’époque moderne ».

Dans la société européenne de la première moitié de l’époque moderne, le couvre-chef est loin d’être un accessoire au sens où on l’entend aujourd’hui. Hommes et femmes, jeunes et vieux, riches et pauvres, urbains et ruraux; tous ont la tête couverte avec un chapeau, un bonnet, une coiffe, un chaperon, ou encore un béguin.

Plus qu’un élément esthétique ou protecteur face aux éléments, le couvre-chef joue un rôle incontournable dans le discours relatif à l’honneur et à l’identité des individus. On observe en effet au travers des archives, des récits et de l’iconographie un subtil langage du couvre-chef : ses mentions et représentations renvoient à la notion d’ordre ou de désordre social, à la hiérarchie qui structure la société, à un processus civilisant et au progrès de l’affirmation de l’autorité monarchique. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Réunion d’Artistes dans l’atelier d’Isabey de Louis-Léopold Boilly » par Claire Betelu (Paris, 21 juin 2016 à 18h30).

Louis Léopold Boilly, Réunion d'artistes dans l'atelier d'Isabey, 1798, huile sur toile, 71 x 111 cm, Paris, musée du Louvre.

Louis Léopold Boilly, Réunion d’artistes dans l’atelier d’Isabey, 1798, huile sur toile, 71 x 111 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 21 juin de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Réunion d’Artistes dans l’atelier d’Isabey, présenté au Salon de 1798, apparaît aujourd’hui comme une œuvre majeure de Louis-Léopold Boilly. Acclamé par le public, moqué par la critique, le tableau est la première représentation d’artistes d’une telle envergure dans la peinture française. L’étude des différentes étapes du processus créatif, des premiers dessins connus au choix du titre, fait état d’un processus complexe de conception et de réalisation. Son analyse, avec le soutien de la génétique et de l’examen matériel des œuvres notamment dans le cadre de la restauration, offre une lecture nouvelle des pratiques du peintre dans le contexte artistique du Directoire. Elle révèle également les liens et les ambitions d’une nouvelle communauté artistique ouverte à l’ensemble des acteurs des beaux-arts et des arts de la scène.

Claire Betelu est restauratrice de tableaux, elle est également docteur en Histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Conférence du GRHAM : « Les tabatières au XVIIIe siècle : deux faussaires démasqués » par Alexis Kugel (Paris, 10 mai 2016 à 18h30).

Dessins préparatoires pour une boîte de         style Louis XVI, Paris, vers 1900.

Dessins préparatoires pour une boîte de style Louis XVI, Paris, vers 1900.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 10 mai de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les tabatières, comme la plupart des objets précieux avidement collectionnés au XIXe siècle, ont été copiées par des faussaires de talents, mais jusqu’à présent aucun fond d’atelier de faussaire ne nous était parvenu. Alexis Kugel a découvert des éléments provenant de deux ateliers distincts. Leur étude lui a permis de reconsidérer l’authenticité de nombreuses tabatières au sein de collections publiques et privées. Cette découverte est similaire en importante à celles de Reinhold Vasters et Alfred André pour les bijoux Renaissance, et sera d’un grand intérêt pour tous les collectionneurs, conservateurs, marchands et amateurs de boîtes en or.

Alexis Kugel est galeriste, à la tête avec son frère Nicolas de la galerie J. Kugel à Paris.

Conférence du GRHAM : « Les interactions entre l’Espagne et l’Italie au tournant des XVIe et XVIIe siècles » par Guillaume Kientz (Paris, 21 avril 2016 à 18h30).

 

Guillaume Kientz

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 21 avril de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les décennies 1590 et 1630 correspondent aux arrivées respectives à Rome de deux des plus grands génies de l’histoire de l’art : Caravage (1592) et Velázquez (1629). Ces dates sont aussi celles d’un creuset qui en Europe voit l’émergence d’une nouvelle conception de la peinture, tant d’un point de vue esthétique (« naturalisme ») que rhétorique (« faire tableau »). Notre travail s’inscrit dans cet intervalle pour tâcher de comprendre les interactions entre Italie et Espagne au sein de ce processus de formalisation et de diffusion d’une « peinture de la réalité ». 

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Les Ambitions d’Elisabeth-Sophie Chéron (1648-1711), femme artiste au Grand Siècle ».

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l'artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Elisabeth-Sophie Chéron, Autoportrait de l’artiste, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 88 x 73 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 22 mars 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Peintre et miniaturiste spécialisée dans la pratique du portrait, graveur, musicienne, poétesse et traductrice, Élisabeth-Sophie Chéron (1648-1711) suscite l’admiration de ses contemporains en raison de ses nombreux talents. Bénéficiant de la protection de Charles Le Brun, elle est la quatrième femme à être reçue au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture; elle a également l’honneur d’être admise dans l’Académie des Ricovrati à Padoue.

Faisant preuve d’une curiosité intellectuelle inhabituelle pour une femme de son époque, elle expérimente des techniques diverses et passe pour une personnalité atypique dans le monde académique. Ses ambitions transparaissent notamment à travers l’élaboration de deux ouvrages qu’elle vient présenter à l’Académie royale : un Livre à dessiner composé de testes tirées des plus beaux ouvrages de Raphaël destiné à la formation des jeunes artistes et les Pierres antiques gravées, recueil destiné à un public d’amateurs, contenant des estampes exécutées d’après les plus célèbres pierres dures alors conservées dans les collections françaises.

Cette conférence sera l’occasion de renouveler sa biographie à la lumière de documents inédits et de lui ré-attribuer un certain nombre d’œuvres.

Docteur en histoire de l’art et chargée de cours à la Manufacture des Gobelins, Frédérique Lanoë travaille actuellement au catalogue raisonné de l’œuvre de Philippe et Jean-Baptiste de Champaigne. A l’occasion de l’exposition Trois Maîtres du dessin qui s’est tenue au musée de Port-Royal en 2009, elle a rédigé le catalogue raisonné des dessins de Philippe de Champaigne, de Jean-Baptiste de Champaigne et de Nicolas de Plattemontagne. Spécialisée dans l’étude de de la peinture et du dessin du XVIIe siècle, elle a été commissaire de l’exposition 1704, le Salon les arts et le roi (Sceaux, musée de l’Île-de-France, mars-juin 2013), et participe à l’organisation de l’exposition Le Nain qui se tiendra aux musées de Fort Worth, de San Francisco et au Louvre-Lens de mai 2016 à juin 2017. Elle fait partie des membres fondateurs de l’association Bella Maniera qui vise à promouvoir l’étude du dessin ancien.

Conférence du GRHAM : « Histoires d’enquêtes… Parcours d’un « amateur » autodidacte » par Antoine Tarantino (Paris, 16 février 2016).

 

Luigi Garzi (1638-1731) Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Luigi Garzi (1638-1731), Domine Quo Vadis ?, début du XVIIIe siècle, huile sur toile, 63 x 48 cm, Paris, galerie Antoine Tarantino.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 16 février 2016 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Après avoir commencé très jeune une carrière militaire qui le conduit à Paris, dans la Garde Républicaine, Antoine Tarantino se passionne pour les dessins et tableaux anciens, notamment à la suite de l’exposition « Seicento » au Grand Palais puis des premières éditions du « Salon du Dessin ». Il quitte l’armée afin de collaborer à la préparation de l’exposition « De Versailles à Paris, le destin des collections royales » organisée par Jacques Charles-Gaffiot pour la Mairie du Ve Arrondissement en 1989. Il commence un cursus à l’Ecole du Louvre qu’il interrompt peu de temps après, finalement plus attiré par le côté concret d’une collection et par le côté « enquête » des recherches. Il collabore pendant quelques années avec les marchands Jacques Fischer, spécialiste du XIXème siècle et Jean Philippe Mariaud de Serres, spécialisé en archéologie, avant d’ouvrir sa propre galerie en juin 2007. Il est entretemps admis au sein de la CEEA (Chambre Européenne des Experts d’Art) puis de IADAA (International Association of Dealers in Ancient Art).

La galerie, située au cœur du quartier de la Nouvelle Athènes, est adaptée à la fois aux tableaux de grand format et aux objets archéologiques tels que les sculptures en marbre, les vases grecs et les intailles.

Une petite salle est également consacrée aux arts graphiques et permet de présenter une sélection d’artistes essentiellement italiens du XVIe au XVIIIe siècle.

La Galerie Tarantino a régulièrement l’occasion de proposer des expositions thématiques qui favorisent la connaissance et la diffusion de l’archéologie classique comme de l’art italien Celles-ci sont toujours accompagnées par des catalogues auxquels participent les spécialistes concernés.

  • L’Antiquité Révélée, à la Galerie Daniel Greiner en février 2007.
  • Emilia Pittrice, tableaux et dessins bolonais du XVIe au XVIIIe siècle,du 10 décembre 2007 au 31 janvier 2008.
  • Rome 1660, l’Explosion Baroque, du 18 novembre 2008 au 31 janvier 2009.
  • Peindre à Rome, du 16 mars au 21 avril 2011.
  • Cabinet d’Antiques, du 16 novembre au 16 décembre 2016.
  • Rome, de Barocci à Fragonard, du 20 mars au 8 juin 2013.
  • Les Fastes du Pouvoir, du 25 mars au 28 mai 2014.
  • A venir : L’Art et la Manière, du 29 mars au 31 mai 2016.

Après une communication revenant sur les spécificités de son métier ainsi que sur son rapport à l’art des XVIIe et XVIIIe siècles, Antoine Tarantino échangera avec la salle sur ces diverses thématiques mais également sur les plus belles découvertes de sa carrière.

Conférence du GRHAM: « Charles Le Brun et la synthèse des arts. Retrouver la vie des grands décors” par Gaëlle Lafage (Paris, 8 décembre 2015).

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, huile sur toile, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 8 décembre 2015 de 18h30 à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’heure où l’on célèbre l’anniversaire de la mort de Louis XIV, à travers des expositions, des spectacles et de nombreuses publications, amplifiant encore l’image exceptionnelle du Roi Soleil, on ne peut que remarquer, par contraste, l’ombre dans laquelle est demeuré son Premier peintre. Toujours associé aux batailles d’Alexandre et à Versailles, Charles Le Brun est encore trop souvent perçu comme l’artisan de la propagande de l’absolutisme. La culture, le goût et la pensée qui présidèrent à ses créations ont disparu, et malgré la gloire qu’il réussit à atteindre de son vivant, le peintre a été quelque peu oublié.
L’étude menée sur les fêtes et les cérémonies dont Le Brun fut le décorateur, mais aussi l’ordonnateur, permet de porter un nouveau regard sur le peintre et sur son art. La volonté de Le Brun d’ordonner ces ouvrages coûteux sans commanditaire, le soin qu’il prit à les concevoir, afin de les accorder parfaitement aux lieux, aux spectacles et à la pompe déployée, montre tout l’intérêt qu’il prêtait à ces œuvres singulières. En véritable metteur en scène, Le Brun excellait dans les réalisations de grande envergure, mêlant les arts, métamorphosant le réel pour ravir les sens et l’esprit des spectateurs.
À partir des décors éphémères ordonnés par Le Brun, révélant le langage et les ambitions du peintre, cette conférence présentera de nouvelles clés de lecture afin de mieux comprendre les grands décors réalisés pour le roi.

Gaëlle Lafage est docteur de l’université Paris IV – Sorbonne. Elle vient de publier sa thèse aux Presses universitaires de Rennes sous le titre : Charles Le Brun décorateur de fêtes. Durant deux années, elle a enseigné à l’université de Rennes II. Ses recherches continuent de porter sur l’œuvre de Le Brun et s’étendent également, dans le domaine de l’éphémère, à l’étude des grandes fêtes et cérémonies royales en France durant les XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Compte rendu de la conférence de Guillaume Kazerouni (3 novembre 2015) : « Les tableaux de l’abbé Desjardins, une exposition impossible ? »

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l'enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l’enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis.

Dans le cadre d’une conférence qui s’est déroulée le 3 novembre 2015 à l’INHA, Guillaume Kazerouni a présenté le projet d’une exposition préparée par le Musée des Beaux-Arts de Rennes (MBAR), dont il est le responsable des collections anciennes, en partenariat avec le Musée National des Beaux-Arts du Québec (MNBAQ). Placé dans la continuité de l’exposition qu’il a consacré aux peintures des églises de Paris au XVIIe siècle (Musée Carnavalet, 2012-2013) [1], ce nouveau volet a pour but de révéler l’histoire et la composition d’un ensemble important de peintures provenant des églises parisiennes, peu à peu oublié depuis son transfert au Québec sous la Restauration par l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins (1753-1833).

Continuer la lecture