Archives de catégorie : Comptes rendus

Colloque : « Suspendre l’éphémère. L’art de la fête en Europe aux XVIe et XVIIe siècles ».

D’après Henri de Gissey, Le Grand Carrousel donné par Louis XIV dans la cour des Tuileries à Paris, XVIIe siècle, huile sur toile, 285 x 365 cm, Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date et heure : 18 et 19 décembre 2017.
Lieu : Rome, Accademia di San Luca.

Sous la direction de : Sabine FrommelJuliette FerdinandGiulia Cicali

Organisé par : EHPEPSL (équipe HISTARA), Accademia Nazionale di San Luca

L’art de l’éphémère présente par essence un paradoxe, si l’on compare les moyens qu’il mobilise – de la réalisation méticuleuse des objets à leurs coûts souvent exorbitants – avec son caractère absolument transitoire. Cette contradiction apparente doit être envisagée en tenant compte du rôle des fêtes pour lesquelles elles étaient destinées : un rôle fondamental dans la construction de l’image des maisons régnantes, des élites de gouvernement, ou encore des libres républiques qui les promouvaient. En outre, les créations mises en place le temps d’une entrée triomphale ou d’un festin de palais connaissaient souvent une seconde vie grâce aux gravures, récits et livrets qui les décrivaient minutieusement afin de « suspendre » l’éphémère dans le temps et l’espace. Un tel phénomène est particulièrement évident si l’on considère les fêtes italiennes et françaises des XVIe et XVIIe siècles, en les comparant avec le reste de l’Europe (par exemple l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne) ; thématique à laquelle nous entendons, justement, dédier cette rencontre. Continuer la lecture

Colloque : « Regards romantiques sur le Grand Siècle ».

Pierre Mignard, Louise Marie de Bourbon, duchesse d’Orléans, dite Mme de Tours, vers 1681 – 1682, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date et heure : 1er et 2 décembre.
Lieu : Montargis, musée Girodet.

Les artistes et auteurs du début du XIXe siècles n’ont eu de cesse de s’inspirer des modèles du XVIIe siècle. Rien de plus naturel pour la génération d’Anne-Louis Girodet-Trioson (1767-1824) et celle de ses élèves – ces maîtres du néoclassicisme et leurs élèves romantiques – que de puiser à des sources antérieures à ce XVIIIe siècle contre lequel ils s’étaient élevés. Considérées dans leurs forces classiques (une forme de beau immuable) ou pour leur potentiel novateur, les modèles tels Poussin, Le Brun, Rubens, Molière, Corneille, Racine, La Fontaine mais aussi des personnalités alors plus originales, telles Shakespeare, Boileau ou Cervantès, devinrent source d’innovation esthétique, iconographique et poétique. Continuer la lecture

Appel à communication : « Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités ».

Michelangelo Caravaggio, Les Musiciens, ca. 1595, huile sur toile, 92,1 x 118,4 cm, New York, The Metropolitan Museum of art.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 22 janvier 2018.
Date de l’événement : 14-16 mars 2018.
Lieu : Montréal, Universite du Québec.

XXVe Colloque International Interdisciplinaire de l’Association des Étudiant.e.s Dipômé.e.s du Département d’Histoire de l’Université de Montréal (AÉDDHUM)

Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités
14-15-16 mars 2018

Dans les dernières années, l’émergence de l’histoire des émotions a pu suscité un grand intérêt de la part des chercheur.e.s en sciences humaines. Puisant dans des notions liées aux domaines de la sociologie, de la psychologie, de l’anthropologie et des neurosciences, ce courant observe et qualifie les fluctuations émotionnelles et les espaces dans lesquelles celles-ci sont exprimées. Au fil du temps, les émotions s’inventent, se diversifient, se réinventent, s’expriment avec plus ou moins d’intensité, de liberté. Plusieurs les appréhendent comme tributaires d’une multitude de « régimes émotionnels »[1]. En outre, d’un point de vue méthodologique et épistémologique, l’historien.ne lui-même doit faire preuve d’humilité et admettre l’influence de ses propres émotions face à son objet d’étude. Pour ces diverses raisons, il apparait nécessaire aux chercheur.e.s de tous les champs disciplinaires (philosophie, science politique, arts visuels, arts plastiques, anthropologie, sociologie, etc.) d’affiner leur compréhension des émotions du passé et de critiquer les classifications émotionnelles contemporaines. Continuer la lecture

Appel à communication : « Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité ».

Nicolas-Bernard Lépicié, L’enfant en pénitence, XVIIIe siècle, huile sur toile, Lyon, musée des Beaux-Arts de Lyon.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 janvier 2018.
Date de l’événement : 25 et 26 octobre 2018.
Lieu : Montréal, Universite du Québec.

1er colloque international du CIREM 16-18,
sous la responsabilité du GRHS

En dépit de l’histoire des émotions qui constitue aujourd’hui l’un des chantiers les plus prolifiques de l’histoire médiévale, et de l’histoire des sensibilités qui permet d’explorer les différentes traces et discours des cultures sensorielles des XIXe et XXe siècles, la recherche sur l’époque moderne demeure toujours méfiante à l’égard des « émotions ». Depuis le déclin de l’histoire des mentalités, les chercheurs explorent les pratiques et les représentations, mais hésitent toujours à penser en termes d’affects, de sentiments ou d’émotions. La philosophie (Descartes, Spinoza, Hume), la rhétorique (Bernard Lamy), la poétique (Scaliger), l’esthétique (Leibniz, Kant, Burke), voire la peinture (Le Brun, Diderot, Lavater, Winckelmann) des passions, suscitent en revanche un intérêt fécond pour une réflexion commune. Plus que jamais, le dialogue interdisciplinaire devient nécessaire pour penser cet aspect fondamental de la première modernité. Continuer la lecture

Exhibition: « Rubens. Royal Portraits », Musée du Luxembourg, from the 4st of October 2017 to the 14st of January 2018

Peter Paul Rubens, Portrait of Anne d’Autriche, Queen of France, about 1622-1625, oil on canvas, 120 x 98.6 cm, Pasadena (California), The Norton Simon Foundation [© Poster of the Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

“Even if, by his birth, he couldn’t claim privileges from among the old and former nobility who made him feel his position, he was regarded with high esteem by sovereigns. Rubens lives and contributes to the enhancement of the art of painting. [1]

Until the 14th of January 2018, the Musée du Luxembourg presents a part of the European works of Peter Paul Rubens (1577-1640). Through about sixty paintings and eighty-nine items in total, the painter’s work is viewed from the perspective of portraits for the monarchs of the great royal courts, made during his journeys or in his workshop, during the first half of the 17th century. From Italy to France, via Brussels or Spain, the artist was commissioned by the greatest Kings represented in this display through the pictorial technique of portraiture, a genre constantly evolving at this period, due in part to Ruben’s influence.

Journeys through an Europe ruled by Princes

Italy: Patronage of Duke of Mantou

Peter Paul Rubens, Portrait of Ferdinand de Gonzague, about 1602-1603, oil on canvas, 81,2 x 56,5 cm, Priv. Coll., courtesy of Nicholas Hall (© courtesy of Christie’s)

Rubens came from a family of Antwerp merchants who fled the town for religious reasons before returning during the late 1580s. He was trained by Otto van Veen, known as Vaenius (1557-1629)[2], a philosopher and mannerist painter marked by Italian influences and who encouraged his pupil to follow his training there. Rubens arrived in Italy in 1600 and stayed there until 1608. Speaking several languages including Latin, and having received a humanist education, the young painter showed a great ease in the learning of his art and was soon hired by Vincent I de Gonzague, Duke of Mantou and Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture

Colloque : « ‘Num’rous Uses, Motions, Charms, and Arts’ : Fans as Images, Accessories, and Instruments of Gesture in the 17th and 18th Centuries ».

© Stéphane Piera / Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet

Type : colloque.
Date de l’évènement : du 29 novembre au 1er décembre 2017.
Lieu : Kunsthistorisches Institut, Universität Zürich, Zürich.

This interdisciplinary conference discusses the cultural role of European folding fans in art, fashion, and material culture in the seventeenth and eighteenth centuries. In eighteenth-century Europe, fans became important fashion accessories across social classes and were almost omnipresent in social interaction. Painted and printed fans presented a wide variety of social knowledge through fast and fleeting pictures, in this way conveying personal statements of those who carried them. Early modern fan depictions were often inspired by or based on Renaissance and contemporary paintings. In the course of the eighteenth century, fan leaves displayed an increasing variety of cultural themes, thereby also functioning as souvenirs as well as conveyors of political and social messages. Continuer la lecture

Colloque : « Das Münsteraner Schloss : Fürstbischöflicher Residenzbau am Ende des 18. Jahrhunderts ».

Fürstbischöfliches Schloss de Münster.

Type : colloque.
Date : 07 et 08 décembre 2017.
Lieu : Schloss zu Münster, Kapellenhörsaal.

Internationale Tagung organisiert vom Institut für Kunstgeschichte und der Zentralen Kustodie der Universität Münster

Am 26. August 2017 jährte sich die Grundsteinlegung des Fürstbischöflichen Residenzschlosses in Münster zum 250. Mal. Der bedeutende Bau, der seine Zweckbestimmung nur gut anderthalb Jahrzehnte erfüllen konnte und heute als Hauptgebäude der Westfälischen Wilhelms-Universität genutzt wird, ist vielfach Gegenstand kunsthistorischer Forschungen gewesen. Diese betrafen insbesondere die Klärung der Planungs- und Baugeschichte sowie die Stellung des Schlosses im Oeuvre seines Entwerfers, des fürstbischöflichen Architekten Johann Conrad Schlaun. Continuer la lecture

Colloque : « Circulating Crafts : Art, Agency, and the Making of Identities (1600-2000) ».

Jean-Baptiste Oudry, Les quatre parties du monde : l’Asie, 1724, huile sur toile, 92 x 116,5 cm, signé et daté, marché de l’art.

Type : colloque.
Date : 24 janvier et 21 février 2018.
Lieu : La Colonie, Paris et CAA 2-parts Session à Los Angeles.

Organized by Yaëlle Biro, Metropolitan Museum of Art; and Noémie Étienne, Bern Universität (Visiting Professor at Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

PART 1 Workshop « Circulating Crafts »
January 24th 2018, La Colonie, 178 boulevard Lafayette, 75010 Paris

9.00: Welcome and Introduction, Yaëlle Biro and Noémie Étienne

9.15: Ariane Fennetaux, Université Paris Diderot
From Coromandel with Love: The Glocalisation of Indian Cottons in the 17th and 18th Centuries Continuer la lecture

Exposition : « Rubens. Portraits princiers », au Musée du Luxembourg

Pierre Paul Rubens, Portrait d’Anne d’Autriche, reine de France, vers 1622-1625,  huile sur toile, 120 x 98,6, Pasadena (Californie), The Norton Simon Foundation [©Affiche de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

Type : Exposition
Dates : du 24 octobre 2017 au 14 janvier 2018
Lieu : Paris, Musée du Luxembourg

« Même si de par sa naissance il ne pouvait prétendre aux privilèges de l’ancienne et haute noblesse qui lui fit bien sentir sa position, il fut considéré par les souverains comme digne d’estime. Rubens vit et participe à l’anoblissement de l’art de peindre[1] ».

Jusqu’au 14 janvier 2018, le musée du Luxembourg présente, une partie du parcours européen effectué par Pierre Paul Rubens (1577-1640). À travers une soixantaine de peintures et quatre-vingt-neuf objets au total,  l’œuvre du peintre est abordée sous l’angle des portraits réalisés au cours de ses voyages ou en atelier pour les monarques des grandes cours de la première moitié du XVIIe siècle. De l’Italie à la France, en passant par Bruxelles ou l’Espagne, c’est un artiste demandé auprès des plus grands souverains qui est ici représenté par le biais de la technique picturale du portrait, genre en constante évolution à cette période, ce à quoi Rubens n’est pas étranger.

 

Les voyages à travers l’Europe des princes

Pierre Paul Rubens, Portrait de Ferdinand de Gonzague, vers 1602-1603, huile sur toile, 81,2 x 56,5 cm, Coll. part., courtoisie de Nicholas Hall (©courtesy of Christie’s)

Issu d’une famille de marchands originaire d’Anvers qui fuit la capitale pour des raisons religieuses avant de la regagner à la fin des années 1580, Rubens est notamment formé par Otto van Veen, dit Vaenius (1557-1629)[2], peintre érudit maniériste, marqué par l’Italie et encourageant son élève à y poursuivre sa formation. Rubens arrive en Italie en 1600 et y demeure jusqu’en 1608. Parlant plusieurs langues dont le latin et ayant reçu une éducation humaniste, le jeune peintre fait preuve d’une grande aisance dans l’apprentissage de son art et se voit rapidement engagé par Vincent Ier de Gonzague, duc de Mantoue et de Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture

Colloque : « Head and Body – Evidence of Power in the Ruler Portrait Between the 14th and 18th Centuries ».

Louis-Michel van Loo, Portrait de Louis XV (1710 – 1774), XVIIIe siècle, huile sur toile, 198,3 x 142,5 cm, Versailles, Châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date : 1er et 2 décembre 2017.
Lieu Zentralinstitut für Kunstgeschichte, Katharina-von-Bora-Straße 10, 80333 München, Vortragssaal Raum 242 (II. OG).

Programme

vendredi 1er décembre 2017

13:00 Uhr
Introduction

13:15 Uhr
I. Bildliche Körperkonzepte weiblicher Herrschaft
Figurative Body Concepts of Female Dominion

Sven Jakstat (Berlin): Die Inszenierung weiblicher Macht. Die Bildpolitik von Isabella der Katholischen
Sara Ayres (London): The Royal Subject Hunting: Anna of Denmark in Hunting Costume by Paul van Somer (1617)
Karin Schrader (Bad Nauheim): Körperlichkeit als dynastisches Legitimationskonzept – Die Porträts der englischen Königin Caroline von Ansbach (1683–1737) Continuer la lecture

Colloque : « Décor et architecture (XVIe-XVIIe siècle) : entre union et séparation des arts ».

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

Type : colloque.
Date : 16-17 novembre 2017.
Lieu : Université de Lausanne, Quartier Centre, bâtiment Unithèque (Bibliothèque cantonale et universitaire), salle 511.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. Continuer la lecture

Colloque : « La natura morta al tempo di Caravaggio ».

Michelangelo Merisi dit Caravage, Bacchus malade, 1593, huile sur toile, 67 x 53 cm, Rome, Museo e Galleria Borghese.

Type : colloque.
Date : 21-22 octobre 2017.
Lieu : Sala Francesco Maria Cardinal del Monte, Palazzo Museo Bourbon del Monte – Santa Maria Tiberina, Perugia.

Programme

samedi 21 octobre à partir de 15h

Saluti
Letizia Michelini (Sindaco di Monte Santa Maria Tiberina)

Paolo Nucci Pagliaro (Presidente Libera Accademia di Studi Caravaggeschi Francesco Maria cardinal del Monte)

ore 15.15
coordina Paolo Nucci Pagliaro Continuer la lecture

Colloque : « Moving Beyond Paris and London : Influences, Circulation, and Rivalries in Fashion and Textiles between France and England, 1700–1914 ».

Type : colloque.
Date : 13-14 octobre 2017.
Lieu : IHTP et Musée Cognacq Jay, Paris.

Co-organised by the LARCA/ Paris Diderot, the IHTP-CNRS and the Musée Cognacq Jay, the conference will take place in the IHTP 59/61 rue Pouchet, 75017 on the 13th and in the Musée Cognacq Jay, 8 rue Elzevir 75003 Paris on the 14th.

The keynote addresses will be given by Lesley Miller (Head of Textile and Dress at the V&A, London) and Zara Anishanslin (History, University of Delaware). The event is free and open to all, but registration is compulsory.

Programme

Vendredi 13 octobre 2017

9.00 Welcome and Coffee

9.30 Mapping Cross-Channel Textile Rivalries
• Fabrice Bensimon, Lace makers between Nottingham and Calais, 1816–1860
• Luc Rojas, Observer la fabrique de Coventry: Les rubaniers stéphanois à la recherche d’information
• Courtney Wilder, Band Apart: Printing ‘Rainbow’ Designs for Walls and Wardrobes in Alsace and Northern England, 1819–1851 Continuer la lecture

Colloque : « Landscape Now ».

Pierre-Henri de Valenciennes, Paysage avec ruine, ca. 1782-1785, 41,91 x 57,15 cm, Los Angeles, LACMA.

Type : colloque.
Date : 30 novembre et 1er décembre 2017.
Lieu : Paul Mellon Centre for Studies in British Art, Londres.

The pictorial representation of the landscape has long played an important role in the history of British art. It has been central to writers from Gilpin and Ruskin onwards, and was the subject of sustained scholarly attention in the 1980s and 1990s with the emergence of a social history of art. Writers such as John Barrell, Anne Bermingham, Stephen Daniels, Christiana Payne, Michael Rosenthal and David Solkin not only helped transform interpretations of British landscape painting, but made the study of such imagery seem essential to a proper understanding of British art itself.

Over the past two decades the centre of gravity of British art studies has shifted. An imperial turn has characterized some of the most ambitious scholarship in the field; a raft of powerful new voices have shifted attention to the Victorian and modern periods, and to the imagery of urban life; and there has been a dramatic growth of interest in such topics as print culture, exhibition culture, and the material culture of the work of art. With these developments, existing approaches to the study of landscape pictures lost some of their urgency and relevance. Continuer la lecture

Colloque : « Germain Boffrand (1667-1754). Un architecte, un réseau ? ».

Ill. 1. De La Marcade, « Décoration intérieure du sallon de l’hôtel d’Argenson », in BOFFRAND Germain, Livre d’Architecture, 1745, pl. XXXIV.

Type : colloque.
Date : 20 et 21 octobre 2017.
Lieu : château de Lunéville et musée des Beaux-Arts de Nancy.

Germain Boffrand est un génie aux talents multiples mais méconnu du grand public. Pour réparer cette injustice mais surtout pour faire partager au plus grand nombre ses exceptionnelles réalisations, au plan national, une association est née à l’initiative des deux adjoints à la culture de Nancy et Lunéville, Lucienne Redercher et Benoît Tallot, baptisée « Mission Boffrand 2017-2023 », elle a pour objectif l’organisation, dès 2017, de différents événements et manifestations autour des réalisations de Germain Boffrand, et d’œuvrer à la sauvegarde de bâtiments remarquables en péril. Les 20 et 21 Octobre 2017, notre association organise le premier colloque dédié à Germain Boffrand en partenariat avec l’Université de Lorraine et le soutien des villes de Nancy et de Lunéville, de la Métropole du Grand Nancy, du Pays Lunévillois, de la communauté de Commune du Territoire de Lunéville à Baccarat, du Conseil Départemental de Meurthe et Moselle, du Conseil Régional Grand Est, de la DRAC, de l’Inventaire Général du Patrimoine, du CNRS et de la Caisse des Dépôts. Continuer la lecture