Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Appel à communication : « Many Antwerp Hands. Collaborations in Netherlandish Art, 1400-1750 ».

Pierre-Paul Rubens, Loth et ses filles, vers 1613 – 1614, huile sur toile, 190 x 225 cm.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 1 mars 2018.
Date de l’événement : 5 et 6 novembre 2018.
Lieu : Anvers.

In the early modern Low Countries, distinctive patterns of collaboration developed. Not only legal agreements but also relationships of trust fostered an artistic culture in which collaboration was a central practice – seemingly as important to the participating artists as to their works’ viewers. Quinten Metsijs and Joachim Patinir’s collaborative production of The Temptation of St. Anthony (Madrid, Prado), painted in Antwerp in about 1520-24, was still recognized half a century later and far from its geographical origins as a work produced by two painters in concert: a 1574 list of works King Philip II of Spain sent to the monastery of El Escorial expressly described the painting as having figures by Metsijs and a landscape by Patinir. Continuer la lecture

Conférence : « Iconographies du vêtement et de la mode, images de temporalité ».

Planche histoire de la mode en France du Moyen Âge et de la Renaissance, Larousse universel édition 1922

Type : Conférence
Date et heure : 16 Janvier 2018 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Isabelle Paresys, maîtresse de conférences en histoire culturelle à l’université de Lille SHS, laboratoire IRHiS / CNRS. Elle mène des recherches sur le vêtement et la mode à l’époque moderne ainsi que sur les représentations de ceux-ci par le cinéma français.

L’objectif de la conférence est de s’interroger sur la relation que les « images de mode » entretiennent avec le temps. Les études sur la mode insistent principalement sur la sémiotique des apparences ou analysent les esthétiques de leurs représentations visuelles. Pourtant, dans une perspective historique longue, on ne peut faire abstraction du rôle que les vêtements à la mode jouent comme marqueurs de temporalité dans notre culture visuelle. On abordera donc la naissance d’une iconographie spécifique du vêtement à partir de la Renaissance. On verra comment l’imagerie vestimentaire essaya de rendre compte de la temporalité de la mode présente et passé en s’enrichissant de nouveaux genres éditoriaux entre le XVIIe et le XIXe siècles, jusqu’à ce que le cinéma propose une rétrovision animée de la mode dans les films historiques ou dit « à costumes ».

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Workshop : « Typographia Linguarum Externarum – The Medici Oriental Press. Knowledge and Cultural Transfer around 1600 ».

Antonio Tempesta, La pêche aux perles aux Indes, ca. 1610, huile sur lapis collé sur ardoise, cadre en cuivre doré et argent émaillé, Paris, musée du Louvre.

Type : workshop.
Date et heure : 11 et 12 janvier 2018.
Lieu : Kunsthistorisches Institut in Florenz – Max-Planck-Institut, Palazzo Grifoni Budini Gattai, Via dei Servi 51, 50122 Florence / Italy.

Workshop organized by Eckhard Leuschner and Gerhard Wolf

within the framework of the project:
« Die Typographia Medicea im Kontext: Text und Bild als Medien des Kultur- und Wissenstransfers zwischen europäischen und orientalischen Kulturräumen um 1600 »

funded by the Deutsche Forschungsgemeinschaft

Programme

jeudi 11 janvier 2018
Continuer la lecture

Cycle de conférences de Victor Stoichita à Paris.

Victor Stoichita

Type : cycle de conférences.
Date et heure : du 02 février au 04 juin 2018.
Lieu : Collège de FranceAmphithéâtre Marguerite de Navarre, 11, place Marcelin-Berthelot, 75005 Paris.

Le professeur Victor Stoichita (Université de Fribourg) dispensera une série de conférences, suivies d’interventions de collègues européens dans le cadre du  programme de la Chaire Européenne du Collège de France de 2018. Continuer la lecture

Colloque : « Kunst und Katholizismus in der niederländischen Republik / Art and Catholicism in the Dutch Republic ».

Abraham Bloemaert, Adoration des bergers, XVIIe siècle, toile, 287 x 229 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : colloque.
Date et heure : 22 au 24 février 2018.
Lieu : Städel Museum, Schaumainkai 63, 60596 Frankfurt am Main.

Programme

jeudi 22 février 2018

13.30 Begrüßung / Welcome

Philipp Demandt (Direktor, Städel Museum, Frankfurt am Main), Barbara Welzel (TU Dortmund)

Einführung / Introduction
Almut Pollmer-Schmidt (Städel Museum, Frankfurt am Main), Esther Meier (TU Dortmund / Germanisches Nationalmuseum, Nürnberg)

14.00 Imagining Catholicism in the Dutch Republic
Judith Pollmann (Leiden University) Continuer la lecture

Colloque : « Global Encounters and the Archives : Britain’s Empire in the Long Eighteenth Century ».

Jean Suau, Allégorie de la France libérant l’Amérique, 1784, huile sur toile, 135 x 186 cm, Blérancourt, Musée national de la Coopération Franco-américaine.

Type : colloque.
Date et heure : 09 et 10 février 2018.
Lieu : The Graduate Club, New Haven.

As part of the Lewis Walpole Library’s celebration of Horace Walpole’s tercentenary and the 100th anniversary of W.S. Lewis’s Yale class of 1918, the library is working with Steve Pincus, Bradford Durfee Professor of History, Yale University, to organize a two-day conference on Friday and Saturday, February 9 and 10, 2018, to consider how current multi-disciplinary methodologies invite creative research in archival and special collections at the Lewis Walpole Library and beyond. Planned thematic sessions include “What is Empire?,” “Conceptualizing Political Economy,” “Slavery,” “Indigenous Peoples,” “Diplomacy,” and “Material Culture.” This conference is organized in association with the exhibition, Global Encounters and the Archives: Britain’s Empire during the Age of Horace Walpole. The conference will be held at The Graduate Club, 155 Elm Street, New Haven Connecticut 06511. Continuer la lecture

Conférence : « Pride, Prejudice, and Portraits : The Rice Portrait of Jane Austen ».

Ozias Humphry, Rice Portrait of Jane Austen, 1788, huile sur toile, collection particulière.

Type : conférence.
Date et heure : 14 avril 2018 à 15h30.
Lieu : Yale Center for British Art, New Haven.

Examining the controversial reception of the Rice Portrait of Jane Austen, by Ozias Humphry, this illustrated talk ponders the stakes of legitimacy in general as well as the unusual acrimony this portrait in particular has often inspired. Wednesday, April 4, 2018, 5:30pm, Yale Center for British Art Lecture Hall. Continuer la lecture

Appel à communication : « Représenter le conflit et le désordre au XVIIIe siècle (1715-1799) ».

Jan van Huchtenburg, La Bataille de Ramilies entre Français et Anglais le 23 mai 1706, 1706 – 1733, huile sur toile, 116 x 153 cm, Amsterdam, Rijksmuseum.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 janvier 2018.
Date de l’événement : 13 avril 2018.
Lieu : Paris, université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Depuis deux ans, l’équipe du Salon XVIIIe organise des séminaires et des Journées d’études consacrés à des thèmes variés liés à la recherche en histoire de l’art de l’époque moderne. Si, l’année dernière, le thème proposé était celui de la survivance d’un motif décoratif du XVIe au XVIIIe siècle, nous souhaitons à présent organiser une journée d’études consacrée au thème du conflit au XVIIIe siècle, et plus particulièrement sur ses représentations, ses significations et les manières de le mettre en scène. Nous avons choisi une borne chronologique allant de la mort de Louis XIV (1715) à la fin de la Révolution française (1799), en nous intéressant à tous les supports visuels (gravure, peinture, sculpture, architecture) afin de voir comment, mises en synergie, les différentes formes d’art expriment, de façon plus ou moins évidente, la notion de conflit, de trouble et de désordre. Concernant le XVIIe siècle, beaucoup d’études se sont portées sur les toiles de grand format montrant Louis XIV à cheval devant un champ de bataille au second-plan (Pierre Mignard, Van der Meulen, Joseph Parocel) ; les allégories du plafond de Versailles signifiant les conquêtes militaires du roi (comme les Salons de la Guerre et de la Paix par Charles Le Brun) ; les sculptures du jardin de Versailles faisant allusion à la Fronde (le Bassin de Latone par les frères Marsy) ou encore les médailles frappées lors des traités de paix ou illustrant l’ennemi vaincu (Jean Warin). Continuer la lecture

Journée d’études : « Bartolomé Esteban Murillo y la copia pictórica en el IV centenario de su nacimiento ».

Bartolomé Esteban Murillo, Le jeune mendiant, XVIIe siècle, huile sur toile, 134 x 100 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’études.
Date et heure : 14 décembre 2017.
Lieu : Granada (Spain), Faculty of Letters and Philosophy, Aula José Palanco.

In the context of the IV centenary of the birth of Bartolomé Esteban Murillo (Seville, 1617-1682), the research project « Copimonarch. La copia pictórica en la Monarquía Hispánica, siglos XVI-XVIII », and the Faculty of Letters and Philosophy, University of Granada, are celebrating the International Study Day « Bartolomé Esteban Murillo y la copia pictórica » next December 14th in Granada. The Study Day, coordinated by Rafael Japón, will consider the activity of Murillo as copyist, mainly during his early years, and also de phenomenon of copying his works from the XVIIth to the XXth centuries. This second fact was decisive, as will be argued, in the forge of the great reputation of Murillo in the European context from his own time to the present. Continuer la lecture

Conférence : « Savonnerie Carpets : Stages of Power ».

Manufacture de la Savonnerie d’après Pierre-Josse Perrot, tapis, ca. 1775-1800, laine, 955 x 535 cm, Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : conférence.
Date et heure : 06 février 2018.
Lieu : Bard Graduate Center, New York.

Wolf Burchard will deliver a Françoise and Georges Selz Lecture on Eighteenth- and Nineteenth-Century French Decorative Arts and Culture on Tuesday, February 6, at 6pm. His talk is entitled “Savonnerie Carpets: Stages of Power.”

Since the Second World War, every President of France has had one of Louis XIV’s famed Savonnerie carpets in his office at the Elysée Palace. Sumptuous stages on which key events of French history have unfolded, these spectacular weavings initially formed part of an unprecedented commission from the Sun King for no less than 93 carpets to cover the entire Long Gallery of the Louvre, spanning more than 442 meters. However, as Louis gradually lost interest in the Louvre Palace, instead choosing Versailles as the headquarters of the Bourbon monarchy, these magnificent carpets, originally intended to be laid out side to side, were largely separated and used singly as focal points in the lavishly decorated salons of Louis XIV and his successors. Continuer la lecture

Colloque : « Suspendre l’éphémère. L’art de la fête en Europe aux XVIe et XVIIe siècles ».

D’après Henri de Gissey, Le Grand Carrousel donné par Louis XIV dans la cour des Tuileries à Paris, XVIIe siècle, huile sur toile, 285 x 365 cm, Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date et heure : 18 et 19 décembre 2017.
Lieu : Rome, Accademia di San Luca.

Sous la direction de : Sabine FrommelJuliette FerdinandGiulia Cicali

Organisé par : EHPEPSL (équipe HISTARA), Accademia Nazionale di San Luca

L’art de l’éphémère présente par essence un paradoxe, si l’on compare les moyens qu’il mobilise – de la réalisation méticuleuse des objets à leurs coûts souvent exorbitants – avec son caractère absolument transitoire. Cette contradiction apparente doit être envisagée en tenant compte du rôle des fêtes pour lesquelles elles étaient destinées : un rôle fondamental dans la construction de l’image des maisons régnantes, des élites de gouvernement, ou encore des libres républiques qui les promouvaient. En outre, les créations mises en place le temps d’une entrée triomphale ou d’un festin de palais connaissaient souvent une seconde vie grâce aux gravures, récits et livrets qui les décrivaient minutieusement afin de « suspendre » l’éphémère dans le temps et l’espace. Un tel phénomène est particulièrement évident si l’on considère les fêtes italiennes et françaises des XVIe et XVIIe siècles, en les comparant avec le reste de l’Europe (par exemple l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne) ; thématique à laquelle nous entendons, justement, dédier cette rencontre. Continuer la lecture

Colloque : « Regards romantiques sur le Grand Siècle ».

Pierre Mignard, Louise Marie de Bourbon, duchesse d’Orléans, dite Mme de Tours, vers 1681 – 1682, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date et heure : 1er et 2 décembre.
Lieu : Montargis, musée Girodet.

Les artistes et auteurs du début du XIXe siècles n’ont eu de cesse de s’inspirer des modèles du XVIIe siècle. Rien de plus naturel pour la génération d’Anne-Louis Girodet-Trioson (1767-1824) et celle de ses élèves – ces maîtres du néoclassicisme et leurs élèves romantiques – que de puiser à des sources antérieures à ce XVIIIe siècle contre lequel ils s’étaient élevés. Considérées dans leurs forces classiques (une forme de beau immuable) ou pour leur potentiel novateur, les modèles tels Poussin, Le Brun, Rubens, Molière, Corneille, Racine, La Fontaine mais aussi des personnalités alors plus originales, telles Shakespeare, Boileau ou Cervantès, devinrent source d’innovation esthétique, iconographique et poétique. Continuer la lecture

Appel à communication : « Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités ».

Michelangelo Caravaggio, Les Musiciens, ca. 1595, huile sur toile, 92,1 x 118,4 cm, New York, The Metropolitan Museum of art.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 22 janvier 2018.
Date de l’événement : 14-16 mars 2018.
Lieu : Montréal, Universite du Québec.

XXVe Colloque International Interdisciplinaire de l’Association des Étudiant.e.s Dipômé.e.s du Département d’Histoire de l’Université de Montréal (AÉDDHUM)

Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités
14-15-16 mars 2018

Dans les dernières années, l’émergence de l’histoire des émotions a pu suscité un grand intérêt de la part des chercheur.e.s en sciences humaines. Puisant dans des notions liées aux domaines de la sociologie, de la psychologie, de l’anthropologie et des neurosciences, ce courant observe et qualifie les fluctuations émotionnelles et les espaces dans lesquelles celles-ci sont exprimées. Au fil du temps, les émotions s’inventent, se diversifient, se réinventent, s’expriment avec plus ou moins d’intensité, de liberté. Plusieurs les appréhendent comme tributaires d’une multitude de « régimes émotionnels »[1]. En outre, d’un point de vue méthodologique et épistémologique, l’historien.ne lui-même doit faire preuve d’humilité et admettre l’influence de ses propres émotions face à son objet d’étude. Pour ces diverses raisons, il apparait nécessaire aux chercheur.e.s de tous les champs disciplinaires (philosophie, science politique, arts visuels, arts plastiques, anthropologie, sociologie, etc.) d’affiner leur compréhension des émotions du passé et de critiquer les classifications émotionnelles contemporaines. Continuer la lecture

Appel à communication : « Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité ».

Nicolas-Bernard Lépicié, L’enfant en pénitence, XVIIIe siècle, huile sur toile, Lyon, musée des Beaux-Arts de Lyon.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 janvier 2018.
Date de l’événement : 25 et 26 octobre 2018.
Lieu : Montréal, Universite du Québec.

1er colloque international du CIREM 16-18,
sous la responsabilité du GRHS

En dépit de l’histoire des émotions qui constitue aujourd’hui l’un des chantiers les plus prolifiques de l’histoire médiévale, et de l’histoire des sensibilités qui permet d’explorer les différentes traces et discours des cultures sensorielles des XIXe et XXe siècles, la recherche sur l’époque moderne demeure toujours méfiante à l’égard des « émotions ». Depuis le déclin de l’histoire des mentalités, les chercheurs explorent les pratiques et les représentations, mais hésitent toujours à penser en termes d’affects, de sentiments ou d’émotions. La philosophie (Descartes, Spinoza, Hume), la rhétorique (Bernard Lamy), la poétique (Scaliger), l’esthétique (Leibniz, Kant, Burke), voire la peinture (Le Brun, Diderot, Lavater, Winckelmann) des passions, suscitent en revanche un intérêt fécond pour une réflexion commune. Plus que jamais, le dialogue interdisciplinaire devient nécessaire pour penser cet aspect fondamental de la première modernité. Continuer la lecture

Appel à communication : « Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe – fin XVIIIe s.) : l’artiste créateur ».

Anonyme, Philippe, duc d’Orléans et régent de France, dans son cabinet de travail, vers 1717, huile sur toile, 103 x 138 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 20 janvier 2018.
Date de l’événement : 31 mai 2018.
Lieu : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/Paris-Saclay – Centre de Recherches du Château de Versailles.

Cycle « Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe-fin XVIIIe siècle) »

Journée d’études I : L’artiste créateur
Château de Versailles, 31 mai 2018
Organisation : Delphine Carrangeot (UVSQ/DYPAC) delphine.carrangeot@uvsq.fr

Lorsque François Ier confie à Primatice, envoyé à Rome, la mission de rapporter des moulages d’antiques pour Fontainebleau, le roi de France entend bien enrichir sa collection, encore balbutiante, de sculptures témoignant de son goût pour les choses du passé, mais aussi de son rêve de voir Fontainebleau devenir « une nouvelle Rome », selon le mot complaisant de Vasari. Quand Louis XIV confie à Adam Van der Meulen la réalisation de quatre vues de résidences royales pour le décor de sa chambre à Saint-Germain-en-Laye, l’artiste n’aurait certainement pas imaginé que ses peintures seraient présentées, quelques années plus tard, avec les chefs-d’œuvre des collections versaillaises. Enfin dans les années 1770-1780 le comte d’Angiviller organise pour Louis XVI la commande de vastes compositions peintes ou sculptées sur le thème de l’histoire du royaume, afin de doter le futur museum royal de collections « patriotiques » mises à la disposition des artistes et du public par un souverain éclairé. Continuer la lecture