Archives de catégorie : Appels à communication

Appel à communication : « Représenter le conflit et le désordre au XVIIIe siècle (1715-1799) ».

Jan van Huchtenburg, La Bataille de Ramilies entre Français et Anglais le 23 mai 1706, 1706 – 1733, huile sur toile, 116 x 153 cm, Amsterdam, Rijksmuseum.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 janvier 2018.
Date de l’événement : 13 avril 2018.
Lieu : Paris, université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Depuis deux ans, l’équipe du Salon XVIIIe organise des séminaires et des Journées d’études consacrés à des thèmes variés liés à la recherche en histoire de l’art de l’époque moderne. Si, l’année dernière, le thème proposé était celui de la survivance d’un motif décoratif du XVIe au XVIIIe siècle, nous souhaitons à présent organiser une journée d’études consacrée au thème du conflit au XVIIIe siècle, et plus particulièrement sur ses représentations, ses significations et les manières de le mettre en scène. Nous avons choisi une borne chronologique allant de la mort de Louis XIV (1715) à la fin de la Révolution française (1799), en nous intéressant à tous les supports visuels (gravure, peinture, sculpture, architecture) afin de voir comment, mises en synergie, les différentes formes d’art expriment, de façon plus ou moins évidente, la notion de conflit, de trouble et de désordre. Concernant le XVIIe siècle, beaucoup d’études se sont portées sur les toiles de grand format montrant Louis XIV à cheval devant un champ de bataille au second-plan (Pierre Mignard, Van der Meulen, Joseph Parocel) ; les allégories du plafond de Versailles signifiant les conquêtes militaires du roi (comme les Salons de la Guerre et de la Paix par Charles Le Brun) ; les sculptures du jardin de Versailles faisant allusion à la Fronde (le Bassin de Latone par les frères Marsy) ou encore les médailles frappées lors des traités de paix ou illustrant l’ennemi vaincu (Jean Warin). Continuer la lecture

Appel à contribution : Journal18, Issue #7 (Printemps 2019) — « Animal ».

Jean-Baptiste Oudry (French, 1686-1755): Indian Blackbuck, 1739, oil on canvas, 63 3/4 x 50 13/16 inches, Staatliches Museum Schwerin

Type : Appel à contribution.
Date limite de l’appel : 1er avril 2018.

Recently scholars across the humanities have been examining the role animals play in representations across media, cultures, and historical moments. While art historians have begun to turn their attention to animality, the most intensive efforts on the part of humanities scholars have been located in literary disciplines and have tended to embrace activist and theoretically-based approaches. Why has art history been slower than other humanities disciplines to contend with animality? Has art history’s traditional humanistic focus precluded critical and theoretical thinking about animals as more than just symbols and subject matter within visual representation, especially with regard to art made before the nineteenth century? In devising his theory of humanistic art history, for example, Erwin Panofsky enacted a series of exclusions and disavowals that celebrated the uniqueness of human object-making and ideation, with a sharp separation between nature and culture. In response to a history of art that has traditionally celebrated and elevated works of art as the highest of human achievements, animal studies presents a potentially destabilizing challenge: how do animals structure our understanding of what it is to be human? Continuer la lecture

Appel à communication : « Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités ».

Michelangelo Caravaggio, Les Musiciens, ca. 1595, huile sur toile, 92,1 x 118,4 cm, New York, The Metropolitan Museum of art.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 22 janvier 2018.
Date de l’événement : 14-16 mars 2018.
Lieu : Montréal, Universite du Québec.

XXVe Colloque International Interdisciplinaire de l’Association des Étudiant.e.s Dipômé.e.s du Département d’Histoire de l’Université de Montréal (AÉDDHUM)

Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités
14-15-16 mars 2018

Dans les dernières années, l’émergence de l’histoire des émotions a pu suscité un grand intérêt de la part des chercheur.e.s en sciences humaines. Puisant dans des notions liées aux domaines de la sociologie, de la psychologie, de l’anthropologie et des neurosciences, ce courant observe et qualifie les fluctuations émotionnelles et les espaces dans lesquelles celles-ci sont exprimées. Au fil du temps, les émotions s’inventent, se diversifient, se réinventent, s’expriment avec plus ou moins d’intensité, de liberté. Plusieurs les appréhendent comme tributaires d’une multitude de « régimes émotionnels »[1]. En outre, d’un point de vue méthodologique et épistémologique, l’historien.ne lui-même doit faire preuve d’humilité et admettre l’influence de ses propres émotions face à son objet d’étude. Pour ces diverses raisons, il apparait nécessaire aux chercheur.e.s de tous les champs disciplinaires (philosophie, science politique, arts visuels, arts plastiques, anthropologie, sociologie, etc.) d’affiner leur compréhension des émotions du passé et de critiquer les classifications émotionnelles contemporaines. Continuer la lecture

Appel à communication : « Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité ».

Nicolas-Bernard Lépicié, L’enfant en pénitence, XVIIIe siècle, huile sur toile, Lyon, musée des Beaux-Arts de Lyon.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 janvier 2018.
Date de l’événement : 25 et 26 octobre 2018.
Lieu : Montréal, Universite du Québec.

1er colloque international du CIREM 16-18,
sous la responsabilité du GRHS

En dépit de l’histoire des émotions qui constitue aujourd’hui l’un des chantiers les plus prolifiques de l’histoire médiévale, et de l’histoire des sensibilités qui permet d’explorer les différentes traces et discours des cultures sensorielles des XIXe et XXe siècles, la recherche sur l’époque moderne demeure toujours méfiante à l’égard des « émotions ». Depuis le déclin de l’histoire des mentalités, les chercheurs explorent les pratiques et les représentations, mais hésitent toujours à penser en termes d’affects, de sentiments ou d’émotions. La philosophie (Descartes, Spinoza, Hume), la rhétorique (Bernard Lamy), la poétique (Scaliger), l’esthétique (Leibniz, Kant, Burke), voire la peinture (Le Brun, Diderot, Lavater, Winckelmann) des passions, suscitent en revanche un intérêt fécond pour une réflexion commune. Plus que jamais, le dialogue interdisciplinaire devient nécessaire pour penser cet aspect fondamental de la première modernité. Continuer la lecture

Appel à communication : « Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe – fin XVIIIe s.) : l’artiste créateur ».

Anonyme, Philippe, duc d’Orléans et régent de France, dans son cabinet de travail, vers 1717, huile sur toile, 103 x 138 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 20 janvier 2018.
Date de l’événement : 31 mai 2018.
Lieu : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/Paris-Saclay – Centre de Recherches du Château de Versailles.

Cycle « Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe-fin XVIIIe siècle) »

Journée d’études I : L’artiste créateur
Château de Versailles, 31 mai 2018
Organisation : Delphine Carrangeot (UVSQ/DYPAC) delphine.carrangeot@uvsq.fr

Lorsque François Ier confie à Primatice, envoyé à Rome, la mission de rapporter des moulages d’antiques pour Fontainebleau, le roi de France entend bien enrichir sa collection, encore balbutiante, de sculptures témoignant de son goût pour les choses du passé, mais aussi de son rêve de voir Fontainebleau devenir « une nouvelle Rome », selon le mot complaisant de Vasari. Quand Louis XIV confie à Adam Van der Meulen la réalisation de quatre vues de résidences royales pour le décor de sa chambre à Saint-Germain-en-Laye, l’artiste n’aurait certainement pas imaginé que ses peintures seraient présentées, quelques années plus tard, avec les chefs-d’œuvre des collections versaillaises. Enfin dans les années 1770-1780 le comte d’Angiviller organise pour Louis XVI la commande de vastes compositions peintes ou sculptées sur le thème de l’histoire du royaume, afin de doter le futur museum royal de collections « patriotiques » mises à la disposition des artistes et du public par un souverain éclairé. Continuer la lecture

Appel à communication : Fourteenth Annual Yale University American Art Graduate Symposium, « [Un]making Empires ».

Jean Suau, Allégorie de la France libérant l’Amérique, 1784, huile sur toile, 135 x 186 cm, Blérancourt, Musée national de la Coopération Franco-américaine.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 26 janvier 2018.
Date de l’événement : 07 avril 2018.
Lieu : Yale University, New Haven.

The history and experience of immigration, colonization, and nation-building in the Americas have contributed to a complex artistic legacy. From Incan quero vessels to Kara Walker’s A Subtlety, or the Marvelous Sugar Baby, the arts of North, Central, and South America and the Caribbean have engaged and served different imperial visions. A means of both consolidating and challenging state power, material and visual cultures of empire have also shaped the identities of individuals, larger communities, and entire countries alike. Continuer la lecture

Atelier de recherche international : « Questions de techniques en histoire de l’art ».

Imprimerie en Lettres, Planche de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des métiers, 1751 – 1765.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 08 janvier 2018.
Date de l’événement : 19-23 mars 2018.
Lieu : Centre allemand d’histoire de l’art, Paris.

Organisé par le Centre allemand d’histoire de l’art Paris et l’École du Louvre, Paris, 19 – 23 mars 2018.

Depuis longtemps déjà, l’enseignement des matériaux employés en peinture, des techniques artistiques et des procédés de reproduction ne font plus partie, à quelques exceptions près, de la formation de l’historien d’art. Tout au long de sa carrière, celui-ci est néanmoins constamment confronté à ces connaissances supposément acquises, que ce soit sur les manières de dessiner, le papier, les couleurs ou leurs propriétés. Ceci vaut aussi pour la peinture à l’huile, le moulage du bronze ou l’estampe, pour ne citer que les procédés les plus usuels. Continuer la lecture

Appel à communication : « Frenemies : Friendship, Enmity, and Rivalry in British Art, 1769–2018 ».

Joshua Reynolds, Colonel Acland and Lord Sydney : The Archers, 1769, huile sur toile, 236 × 180 cm, Londres, collection of Tate.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 14 décembre 2017.
Date de l’événement : 19 et 20 juillet 2018.
Lieu : Paul Mellon Centre for Studies in British Art, Londres.

From the earliest histories of art, the friendships and rivalries of artists have been the subject of anecdote and gossip. For that reason they have been associated with the popular storylines of art, rather than with the scholarly discourse of art history. However, the wide-ranging re-evaluation of affect and emotion that is taking place in the humanities, and the increasing recognition of a synchronic, network model of understanding rather than a diachronic, emulative one in art history, have suggested that artistic friendships and rivalries are key agents in the production and reception of works of art. This methodological shift has helped art historians perceive the significance of interpersonal relationships to art-making. It has drawn attention to the sociability of artists, and to the entwining of their personal and professional networks. Meanwhile, across other disciplines, the impact of friendship, personal networks and communities of rivalry upon cultural production have been the subject of important studies. Furthermore, the idea of productive or inhibiting enmities (a more awkward but still profoundly important category of affective relationship) is also becoming a fruitful avenue of exploration. Continuer la lecture

Appel à communication : « Visual and Material Culture Exchange across the Baltic Sea Region, 1750–1850 ».

Jean-Louis Desprez, Vue de Stockholm, XVIIIe siècle, plume et encre sur papier, 41 x 90 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er décembre 2017.
Date de l’événement : 22-24 mars 2018.
Lieu : Berlin.

Although one of the world’s greatest cultural crossroads, the Baltic Sea has often been overlooked by scholars as a site of cultural exchange in favor of exploring national and regional identities. Since the 1990s, the concept of a Baltic Sea Region encompassing the sea and its surrounding land has fostered transnational thinking about the region, transcending Cold War binaries of ‘East’ and ‘West’ in an effort to view the area more holistically. Still, common terminology such as ‘Scandinavia’ and ‘the Baltic States’, suggests these cultures are mutually exclusive, or, as the case with ‘Central and Eastern Europe’, ambiguously monolithic.

While historians have been examining the Baltic Sea Region—present-day Denmark, Estonia, Finland, Germany, Latvia, Lithuania, Poland, Russia, and Sweden—as an important center of cross-cultural interaction, the area’s visual and material culture, one of the most important avenues of exchange, is often reduced to illustrative examples of historical phenomena. Art historical narratives continue to be tethered to national and ethnocentric approaches, a bias this conference seeks to complicate. Continuer la lecture

Appel à communication : « Rire et violence (XVIe-XVIIIe siècles) »

Georges de la Tour, Rixe des musiciens, c. 1630, huile sur toile, Getty Museum, Los Angeles.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 10 janvier 2018.
Date de l’événement : 22 mars 2018.
Lieu : Université de Lausanne, Suisse.

« Une douleur si pressante s’effleure dans les flancs, qu’il semble que les entrailles se déchirent et qu’elles se vont ouvrir […]. Quelque-fois cette agitation va à tel excès, qu’elle produit le même effet que les médicaments, qu’elle chasse les os de leurs jointures, qu’elle cause des syncopes, et qu’enfin elle donne la mort. […] Voilà les principaux traits qui ont accoutumé de former le ris véhément. »
Marin Cureau de La Chambre, Les charactères des passions, Paris, 1640, p. 226-227

À l’instar de ce célèbre traité du XVIIe siècle, de nombreux écrits de la période moderne associent rire et violence. Il en va de même dans les arts visuels : danses macabres, scènes de beuveries ou caricatures sanglantes, les représentations qui combinent ces deux aspects sont innombrables. Pourtant, dans l’historiographie, ils sont généralement abordés de manière distincte. Continuer la lecture

Appel à communication : « Women Inventors in Architecture, 1700–2000 – International Archive of Women in Architecture 2018 Symposium ».

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 décembre 2017.
Date de l’événement : 28-30 mars 2018.
Lieu : School of Architecture + Design, Virginia Tech, Blacksburg, Virginia.

For centuries, women in architecture have been involved in pushing the boundaries of architecture and architectural practice. Whether as registered architects, members and leaders of architectural firms, academics and scholars, or in any of the less conventional capacities, women have helped transform the discipline of architecture and the related design fields shaping the built environment. The 2018 IAWA Symposium invites abstracts that address specific women or gendered natures of architectural invention. We welcome papers that tackle subjects or inventions generated between the years 1700-2000, and that are international or domestic in scope. We seek papers that conceptualize architectural invention in its many guises, including (but not limited to) ideas, technology, form-making, modes of professional practice that present views into and histories of practices of women in architecture. We encourage abstracts that address how women’s practices have been expanded through invention, as well as how architectural practice has been expanded or impacted by inventions by women. Continuer la lecture

Appel à communication : « Public Agency in Private Spaces : Politics, Painting, and Patronage in the Long Eighteenth Century ».

Louis-Auguste Brun, Portrait équestre de la reine Marie-Antoinette, 1783, huile sur toile, 60 x 66 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 10 janvier 2018.
Date de l’événement : 26-27 juin 2018.
Lieu : New York, Christie’s.

Christie’s Education Symposium 2018: Celebrating Female Agency in the Arts.

Scholars across disciplines have long probed the relationship between politics and art in the public sphere in the long eighteenth century—the tumultuous, seminal historical period that saw the rise of the Enlightenment, modern systems of representative democracy, and, eventually, the Industrial Revolution. Yet, to date, scholarship of this period has largely failed to notice female artists and patrons, despite their omnipresence in public shows and frequent initiation of substantial commissions. Similarly, political history has overlooked non-royal women, despite their strong influence as the wives, mothers, and sisters of politicians. Continuer la lecture

Appel à communication : « Imagopapae. La figure du pape entre passé et présent ».

Pierre Hubert Subleyras, Portrait du pape Benoit XIV, 1741, huile sur toile, 133 x 96 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 04 décembre 2017.
Date de l’événement : 20-22 juin 2018.
Lieu : Liège.

Le congrès est consacré à la figure du pape entre passé et présent.

Le pape est l’évêque de Rome, le vicarius Christi, le successeur du prince des apôtres, le serviteur des serviteurs de Dieu, le souverain pontife de l’Eglise universelle, mais aussi le primat d’Italie et le souverain de la Cité du Vatican. Dans ces titres, énumérés par l’Annuaire pontifical 2017, on trouve condensés les résultats d’années de réflexion (pas toujours pacifiques) sur le rapport dialectique entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel. Continuer la lecture

Appel à communication : « Les marchés de la misère (XVIIIe-XXIe siècle) / The markets of misery (18th-21th) ».

Madame la Marquise de Pompadour d’après les pierres gravées de Guay graveur du Roi d’après François Boucher, Suite d’estampes : Les Petits Buveurs de lait, 1751, gravure, 18,6 x 14,8 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 janvier 2018.
Date de l’événement : 18 et 19 octobre 2018.
Lieu : Lyon.

Colloque organisé par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366) et le LARHRA (UMR 5190)

Coordinateurs : Alain Bonnet (Université de Bourgogne), Natacha Coquery (Université Lumière Lyon 2, IUF)

Jules Lermina, écrivain anarchiste, fit paraître à Paris, en 1869, une Histoire de la misère, sous-titrée Le prolétariat à travers les âges. Dans la conclusion de son récit, il affirmait l’universalité de cet état, le liait à la civilisation elle-même et annonçait sa disparition : Continuer la lecture

Appel à communication : « Femmes artistes à l’âge classique : arts du dessin – peinture, sculpture, gravure ».

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de la duchesse d’Orléans, née Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, 1789, huile sur panneau, 110 x 84 cm

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 20 décembre 2017.
Date de l’événement : 31 mai et 1er juin 2018.
Lieu : musée et école du Louvre, Paris.

L’art au féminin n’est plus regardé comme une anomalie. Plusieurs expositions ont récemment mis à l’honneur des peintres femmes du XVIIIe siècle. Une première rétrospective française consacrée à Élisabeth Louise Vigée-Le Brun a été présentée en 2015–2016 au Grand Palais à Paris, au Metropolitan Museum of Art de New York et au Musée des Beaux-Arts du Canada à Ottawa1 et ses Souvenirs ont été à cette occasion réédités2. Longtemps restée dans l’ombre de son maître et beau-frère Fragonard, Marguerite Gérard est aujourd’hui révélée, notamment grâce à une exposition tenue en 2009 au musée Cognacq-Jay3. La nouvelle acquisition par la Neue Pinakothek de Munich du tableau de Marie-Gabrielle Capet représentant Adélaïde Labille-Guiard dans son atelier (Salon de 1808), les recherches menées autour de cette œuvre ainsi qu’une exposition au musée des Beaux-Arts de Caen en 20144 ont attiré l’attention sur cette artiste méconnue. Elle apparaît pourtant avec Marie-Marguerite Carreaux de Rosemond dans L’Autoportrait avec deux élèves5 de Labille-Guiard dévoilé au Salon de 1785 et conservé aujourd’hui dans les collections du Metropolitan Museum of Art, tableau qui s’apparente à une véritable défense et illustration de la place des femmes en peinture. En 2015, le Portrait d’une violoniste, chef- d’œuvre d’Anne Vallayer-Coster, a été adjugé à 903 000 euros pour le Nationalmuseum de Stockholm, l’un des musées européens les plus actifs en matière d’acquisitions, en particulier pour l’art français du XVIIIe siècle6. Dans le sillage d’un accrochage thématique du Centre Pompidou, une exposition retraçait en 2011 le parcours des sculpteurs femmes du XVIIIe siècle à nos jours7. Continuer la lecture