Archives de l’auteur : Maxime Georges Métraux

À propos Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l’art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150).

Appel à communication : « Représenter le conflit et le désordre au XVIIIe siècle (1715-1799) ».

Jan van Huchtenburg, La Bataille de Ramilies entre Français et Anglais le 23 mai 1706, 1706 – 1733, huile sur toile, 116 x 153 cm, Amsterdam, Rijksmuseum.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 janvier 2018.
Date de l’événement : 13 avril 2018.
Lieu : Paris, université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Depuis deux ans, l’équipe du Salon XVIIIe organise des séminaires et des Journées d’études consacrés à des thèmes variés liés à la recherche en histoire de l’art de l’époque moderne. Si, l’année dernière, le thème proposé était celui de la survivance d’un motif décoratif du XVIe au XVIIIe siècle, nous souhaitons à présent organiser une journée d’études consacrée au thème du conflit au XVIIIe siècle, et plus particulièrement sur ses représentations, ses significations et les manières de le mettre en scène. Nous avons choisi une borne chronologique allant de la mort de Louis XIV (1715) à la fin de la Révolution française (1799), en nous intéressant à tous les supports visuels (gravure, peinture, sculpture, architecture) afin de voir comment, mises en synergie, les différentes formes d’art expriment, de façon plus ou moins évidente, la notion de conflit, de trouble et de désordre. Concernant le XVIIe siècle, beaucoup d’études se sont portées sur les toiles de grand format montrant Louis XIV à cheval devant un champ de bataille au second-plan (Pierre Mignard, Van der Meulen, Joseph Parocel) ; les allégories du plafond de Versailles signifiant les conquêtes militaires du roi (comme les Salons de la Guerre et de la Paix par Charles Le Brun) ; les sculptures du jardin de Versailles faisant allusion à la Fronde (le Bassin de Latone par les frères Marsy) ou encore les médailles frappées lors des traités de paix ou illustrant l’ennemi vaincu (Jean Warin). Continuer la lecture

Publication : « Jean-Bernard Restout (1732-1796) : Peintre du roi et révolutionnaire ».

Wilk-Brocard Nicole, Jean-Bernard Restout (1732-1796) : Peintre du roi et révolutionnaire, Paris, Arthena, 2017, 260 p.

Présentation de l’éditeur :

Si l’étonnante personnalité de Jean-Bernard Restout reste très controversée en raison de sa rupture avec le milieu académique, son talent de peintre est parfaitement inconnu et ses oeuvres rares. Sa vie se déroula en deux temps. Le premier acte le prédestinait à une brillante carrière d’artiste. Descendant d’une illustre lignée de peintres écrivains, fils de Jean II Restout, grand peintre religieux du XVIIIe siècle et très estimé directeur et recteur de l’Académie royale de peinture et de sculpture, et de Marie-Anne Hallé, soeur de Noël Hallé, l’un des brillants artistes de sa génération, Jean-Bernard Restout disposa d’exceptionnels atouts pour réussir. Continuer la lecture

Appel à contribution : Journal18, Issue #7 (Printemps 2019) — « Animal ».

Jean-Baptiste Oudry (French, 1686-1755): Indian Blackbuck, 1739, oil on canvas, 63 3/4 x 50 13/16 inches, Staatliches Museum Schwerin

Type : Appel à contribution.
Date limite de l’appel : 1er avril 2018.

Recently scholars across the humanities have been examining the role animals play in representations across media, cultures, and historical moments. While art historians have begun to turn their attention to animality, the most intensive efforts on the part of humanities scholars have been located in literary disciplines and have tended to embrace activist and theoretically-based approaches. Why has art history been slower than other humanities disciplines to contend with animality? Has art history’s traditional humanistic focus precluded critical and theoretical thinking about animals as more than just symbols and subject matter within visual representation, especially with regard to art made before the nineteenth century? In devising his theory of humanistic art history, for example, Erwin Panofsky enacted a series of exclusions and disavowals that celebrated the uniqueness of human object-making and ideation, with a sharp separation between nature and culture. In response to a history of art that has traditionally celebrated and elevated works of art as the highest of human achievements, animal studies presents a potentially destabilizing challenge: how do animals structure our understanding of what it is to be human? Continuer la lecture

Publication : « Paris, ville de cour (XIIIe-XVIIIe siècle) ».

BOVE Boris (dirs.), GAUDE-FERRAGU Murielle (dirs.) et MICHON Cédric (dirs.), Paris, ville de cour (XIIIe-XVIIIe siècle), Rennes, PUR, 2017, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

Les historiens s’intéressant rarement au cadre urbain des séjours de la cour, ce livre vise à réconcilier l’histoire de la cour avec l’histoire urbaine en général, et avec Paris en particulier. Il s’agit d’un véritable livre collectif qui explore le problème de la présence physique du roi et de ses gens dans la ville, mais aussi celui des effets socio-économiques et politiques de la consommation curiale dans Paris. Comblant un angle mort de l’historiographie, ce livre montre comment Paris fut la ville de cour par excellence, de Philippe le Bel à la fin de l’Ancien Régime. Continuer la lecture

Journée d’études : « Bartolomé Esteban Murillo y la copia pictórica en el IV centenario de su nacimiento ».

Bartolomé Esteban Murillo, Le jeune mendiant, XVIIe siècle, huile sur toile, 134 x 100 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’études.
Date et heure : 14 décembre 2017.
Lieu : Granada (Spain), Faculty of Letters and Philosophy, Aula José Palanco.

In the context of the IV centenary of the birth of Bartolomé Esteban Murillo (Seville, 1617-1682), the research project « Copimonarch. La copia pictórica en la Monarquía Hispánica, siglos XVI-XVIII », and the Faculty of Letters and Philosophy, University of Granada, are celebrating the International Study Day « Bartolomé Esteban Murillo y la copia pictórica » next December 14th in Granada. The Study Day, coordinated by Rafael Japón, will consider the activity of Murillo as copyist, mainly during his early years, and also de phenomenon of copying his works from the XVIIth to the XXth centuries. This second fact was decisive, as will be argued, in the forge of the great reputation of Murillo in the European context from his own time to the present. Continuer la lecture

Conférence : « Savonnerie Carpets : Stages of Power ».

Manufacture de la Savonnerie d’après Pierre-Josse Perrot, tapis, ca. 1775-1800, laine, 955 x 535 cm, Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : conférence.
Date et heure : 06 février 2018.
Lieu : Bard Graduate Center, New York.

Wolf Burchard will deliver a Françoise and Georges Selz Lecture on Eighteenth- and Nineteenth-Century French Decorative Arts and Culture on Tuesday, February 6, at 6pm. His talk is entitled “Savonnerie Carpets: Stages of Power.”

Since the Second World War, every President of France has had one of Louis XIV’s famed Savonnerie carpets in his office at the Elysée Palace. Sumptuous stages on which key events of French history have unfolded, these spectacular weavings initially formed part of an unprecedented commission from the Sun King for no less than 93 carpets to cover the entire Long Gallery of the Louvre, spanning more than 442 meters. However, as Louis gradually lost interest in the Louvre Palace, instead choosing Versailles as the headquarters of the Bourbon monarchy, these magnificent carpets, originally intended to be laid out side to side, were largely separated and used singly as focal points in the lavishly decorated salons of Louis XIV and his successors. Continuer la lecture

Colloque : « Suspendre l’éphémère. L’art de la fête en Europe aux XVIe et XVIIe siècles ».

D’après Henri de Gissey, Le Grand Carrousel donné par Louis XIV dans la cour des Tuileries à Paris, XVIIe siècle, huile sur toile, 285 x 365 cm, Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date et heure : 18 et 19 décembre 2017.
Lieu : Rome, Accademia di San Luca.

Sous la direction de : Sabine FrommelJuliette FerdinandGiulia Cicali

Organisé par : EHPEPSL (équipe HISTARA), Accademia Nazionale di San Luca

L’art de l’éphémère présente par essence un paradoxe, si l’on compare les moyens qu’il mobilise – de la réalisation méticuleuse des objets à leurs coûts souvent exorbitants – avec son caractère absolument transitoire. Cette contradiction apparente doit être envisagée en tenant compte du rôle des fêtes pour lesquelles elles étaient destinées : un rôle fondamental dans la construction de l’image des maisons régnantes, des élites de gouvernement, ou encore des libres républiques qui les promouvaient. En outre, les créations mises en place le temps d’une entrée triomphale ou d’un festin de palais connaissaient souvent une seconde vie grâce aux gravures, récits et livrets qui les décrivaient minutieusement afin de « suspendre » l’éphémère dans le temps et l’espace. Un tel phénomène est particulièrement évident si l’on considère les fêtes italiennes et françaises des XVIe et XVIIe siècles, en les comparant avec le reste de l’Europe (par exemple l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne) ; thématique à laquelle nous entendons, justement, dédier cette rencontre. Continuer la lecture

Publication : « L’expérience du regard au siècle des Lumières ».

ARASSE Daniel, L’expérience du regard au siècle des Lumières, textes réunis par BEDARD-ARASSE Catherine, édités et présentés par COHN Danièle, Paris, Editions du regard, 2017, 223 p.

Présentation de l’éditeur :

Parmi les nombreux sujets auxquels s’est intéressé Daniel Arasse, il en est un auquel il convient d’accorder une attention particulière, car c’est sans conteste le plus méconnu. Il concerne le siècle des Lumières à travers des écrits qui à ce jour ne sont plus disponibles ou très difficiles d’accès. Ce recueil constitue en quelque sorte le deuxième volet, et la part plus sombre, du dyptique amorcé avec Désir sacré et profane. Le corps dans la peinture de la Renaissance italienne (2015), ce dyptique proposant, de part et d’autre du Grand Siècle, une réflexion sur l’objet et le sujet du regard ancrée aux enjeux historiques de la représentation du corps. Continuer la lecture

Publication : « Exiles in a Global City : The Irish and Early Modern Rome, 1609–1783 ».

CAROLL Clare Lois, Exiles in a Global City : The Irish and Early Modern Rome, 1609–1783, Leiden, Brill, 2017, 342 p.

Présentation de l’éditeur :

In Exiles in a Global City, Clare Carroll explores Irish migrants’ experiences in early modern Rome and interprets representations of their cultural identities in relation to their interaction with world-wide Spanish and Roman institutions. This study focuses on some sources in Roman archives not previously considered by Irish historians. The book examines a wide array of cultural productions—Ó Cianáin’s account of O’Neill’s progress from Ireland to Rome, Luke Wadding’s history of the Franciscan order, the portraits at S. Isidoro, the first printed Irish grammar, the letters of Oliver Plunkett, the records of a hospice for converts, Charles Wogan’s memoir, and reports on the national college—for how they transformed emerging senses of an Irish nation. Continuer la lecture

Colloque : « Regards romantiques sur le Grand Siècle ».

Pierre Mignard, Louise Marie de Bourbon, duchesse d’Orléans, dite Mme de Tours, vers 1681 – 1682, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date et heure : 1er et 2 décembre.
Lieu : Montargis, musée Girodet.

Les artistes et auteurs du début du XIXe siècles n’ont eu de cesse de s’inspirer des modèles du XVIIe siècle. Rien de plus naturel pour la génération d’Anne-Louis Girodet-Trioson (1767-1824) et celle de ses élèves – ces maîtres du néoclassicisme et leurs élèves romantiques – que de puiser à des sources antérieures à ce XVIIIe siècle contre lequel ils s’étaient élevés. Considérées dans leurs forces classiques (une forme de beau immuable) ou pour leur potentiel novateur, les modèles tels Poussin, Le Brun, Rubens, Molière, Corneille, Racine, La Fontaine mais aussi des personnalités alors plus originales, telles Shakespeare, Boileau ou Cervantès, devinrent source d’innovation esthétique, iconographique et poétique. Continuer la lecture

Appel à communication : « Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités ».

Michelangelo Caravaggio, Les Musiciens, ca. 1595, huile sur toile, 92,1 x 118,4 cm, New York, The Metropolitan Museum of art.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 22 janvier 2018.
Date de l’événement : 14-16 mars 2018.
Lieu : Montréal, Universite du Québec.

XXVe Colloque International Interdisciplinaire de l’Association des Étudiant.e.s Dipômé.e.s du Département d’Histoire de l’Université de Montréal (AÉDDHUM)

Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités
14-15-16 mars 2018

Dans les dernières années, l’émergence de l’histoire des émotions a pu suscité un grand intérêt de la part des chercheur.e.s en sciences humaines. Puisant dans des notions liées aux domaines de la sociologie, de la psychologie, de l’anthropologie et des neurosciences, ce courant observe et qualifie les fluctuations émotionnelles et les espaces dans lesquelles celles-ci sont exprimées. Au fil du temps, les émotions s’inventent, se diversifient, se réinventent, s’expriment avec plus ou moins d’intensité, de liberté. Plusieurs les appréhendent comme tributaires d’une multitude de « régimes émotionnels »[1]. En outre, d’un point de vue méthodologique et épistémologique, l’historien.ne lui-même doit faire preuve d’humilité et admettre l’influence de ses propres émotions face à son objet d’étude. Pour ces diverses raisons, il apparait nécessaire aux chercheur.e.s de tous les champs disciplinaires (philosophie, science politique, arts visuels, arts plastiques, anthropologie, sociologie, etc.) d’affiner leur compréhension des émotions du passé et de critiquer les classifications émotionnelles contemporaines. Continuer la lecture

Appel à communication : « Émotions en bataille, XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité ».

Nicolas-Bernard Lépicié, L’enfant en pénitence, XVIIIe siècle, huile sur toile, Lyon, musée des Beaux-Arts de Lyon.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 janvier 2018.
Date de l’événement : 25 et 26 octobre 2018.
Lieu : Montréal, Universite du Québec.

1er colloque international du CIREM 16-18,
sous la responsabilité du GRHS

En dépit de l’histoire des émotions qui constitue aujourd’hui l’un des chantiers les plus prolifiques de l’histoire médiévale, et de l’histoire des sensibilités qui permet d’explorer les différentes traces et discours des cultures sensorielles des XIXe et XXe siècles, la recherche sur l’époque moderne demeure toujours méfiante à l’égard des « émotions ». Depuis le déclin de l’histoire des mentalités, les chercheurs explorent les pratiques et les représentations, mais hésitent toujours à penser en termes d’affects, de sentiments ou d’émotions. La philosophie (Descartes, Spinoza, Hume), la rhétorique (Bernard Lamy), la poétique (Scaliger), l’esthétique (Leibniz, Kant, Burke), voire la peinture (Le Brun, Diderot, Lavater, Winckelmann) des passions, suscitent en revanche un intérêt fécond pour une réflexion commune. Plus que jamais, le dialogue interdisciplinaire devient nécessaire pour penser cet aspect fondamental de la première modernité. Continuer la lecture

Publication : « François Boucher : Sociability, Mondanité, and the Academy in the Age of Louis XV ».

VOGTHERR Christoph (dirs.) et COSENTINO Leda (dirs.), François Boucher : Sociability, Mondanité, and the Academy in the Age of Louis XV, Oakville, Mosaic Press, 2017, 360 p.

Présentation de l’éditeur :

This volume assembles a group of interrelated thought-provoking essays from leading international scholars originally presented at the conference Boucher and the Enlightenment, held at the Wallace Collection in London in 2005. The conference was one of a series of extraordinary events celebrating the tercentenary of the artist’s birth: exhibitions were held in Paris, Dijon, London, and New York, a conference was dedicated to the artist’s work at The Getty Research Institute in Los Angeles, and a number of associated ground-breaking publications were published. All were agreed on the significance of Boucher’s achievement, his contemporary success, and the startlingly rapid critical decline. Yet, although much valuable new research was presented elsewhere regarding the connoisseurship, interpretation, and critical reception of Boucher’s work, the Wallace Collection conference was outstanding in its emphasis on the essentially social nature of Boucher’s artistic enterprise, the seriousness of his artistic ambition, and how the artistic relationships he forged both influenced his artistic practice and affected his critical reputation for both good and bad. Continuer la lecture

Appel à communication : « Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe – fin XVIIIe s.) : l’artiste créateur ».

Anonyme, Philippe, duc d’Orléans et régent de France, dans son cabinet de travail, vers 1717, huile sur toile, 103 x 138 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 20 janvier 2018.
Date de l’événement : 31 mai 2018.
Lieu : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/Paris-Saclay – Centre de Recherches du Château de Versailles.

Cycle « Artistes et collections royales et princières (France, fin XVe-fin XVIIIe siècle) »

Journée d’études I : L’artiste créateur
Château de Versailles, 31 mai 2018
Organisation : Delphine Carrangeot (UVSQ/DYPAC) delphine.carrangeot@uvsq.fr

Lorsque François Ier confie à Primatice, envoyé à Rome, la mission de rapporter des moulages d’antiques pour Fontainebleau, le roi de France entend bien enrichir sa collection, encore balbutiante, de sculptures témoignant de son goût pour les choses du passé, mais aussi de son rêve de voir Fontainebleau devenir « une nouvelle Rome », selon le mot complaisant de Vasari. Quand Louis XIV confie à Adam Van der Meulen la réalisation de quatre vues de résidences royales pour le décor de sa chambre à Saint-Germain-en-Laye, l’artiste n’aurait certainement pas imaginé que ses peintures seraient présentées, quelques années plus tard, avec les chefs-d’œuvre des collections versaillaises. Enfin dans les années 1770-1780 le comte d’Angiviller organise pour Louis XVI la commande de vastes compositions peintes ou sculptées sur le thème de l’histoire du royaume, afin de doter le futur museum royal de collections « patriotiques » mises à la disposition des artistes et du public par un souverain éclairé. Continuer la lecture

Appel à communication : Fourteenth Annual Yale University American Art Graduate Symposium, « [Un]making Empires ».

Jean Suau, Allégorie de la France libérant l’Amérique, 1784, huile sur toile, 135 x 186 cm, Blérancourt, Musée national de la Coopération Franco-américaine.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 26 janvier 2018.
Date de l’événement : 07 avril 2018.
Lieu : Yale University, New Haven.

The history and experience of immigration, colonization, and nation-building in the Americas have contributed to a complex artistic legacy. From Incan quero vessels to Kara Walker’s A Subtlety, or the Marvelous Sugar Baby, the arts of North, Central, and South America and the Caribbean have engaged and served different imperial visions. A means of both consolidating and challenging state power, material and visual cultures of empire have also shaped the identities of individuals, larger communities, and entire countries alike. Continuer la lecture