Archives de l’auteur : Maxime Georges Métraux

À propos Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150).

Publication : « Malleable Anatomies. Models, Makers, and Material Culture in Eighteenth-Century Italy ».

DACOME Lucia, Malleable Anatomies. Models, Makers, and Material Culture in Eighteenth-Century Italy, Oxford, Oxford university press, juin 2017, 336 p.

Présentation de l’éditeur :

Malleable Anatomies offers an account of the early stages of the practice of anatomical modelling in mid-eighteenth-century Italy. It investigates the ‘mania’ for anatomical displays that swept the Italian peninsula, and traces the fashioning of anatomical models as important social, cultural, and political as well as medical tools. Over the course of the eighteenth century, anatomical specimens offered particularly accurate insights into the inner body. Being coloured, soft, malleable, and often life-size, they promised to foster anatomical knowledge for different audiences in a delightful way. But how did anatomical models and preparations inscribe and mediate bodily knowledge? How did they change the way in which anatomical knowledge was created and communicated? And how did they affect the lives of those involved in their production, display, viewing, and handling ? Continuer la lecture

Publication : « Dans l’œil du connaisseur. Pierre-Jean Mariette (1694-1774) et la construction des savoirs en histoire de l’art ».

  KOBI Valérie, Dans l’œil du connaisseur. Pierre-Jean Mariette (1694-1774) et la construction des savoirs en histoire de l’art, Rennes, PUR, 2017, 322 p.

 

Présentation de l’éditeur :

En partant du cas singulier du collectionneur Pierre-Jean Mariette (1694-1774), cet ouvrage vise à mieux définir les étapes qui jalonnent la formation des connaissances en histoire de l’art au XVIIIe siècle et, plus largement, à questionner le rôle joué par la figure du connaisseur dans cette dynamique. En somme, il s’agit de répondre aux interrogations suivantes : sur quels éléments repose la réputation de l’amateur et comment s’organise la reconnaissance de son autorité par ses pairs ? Quels sont les instruments, matériels ou intellectuels, déployés par l’expert ? Et, finalement, sous quelles formes se présente son savoir lorsqu’il se matérialise par l’écrit ?

Dans ce but, l’identité et l’activité de Mariette se trouvent ici interrogées à travers six chapitres thématiques scindés en deux parties. La première, intitulée La naissance d’un amateur, analyse l’émergence de la figure de l’amateur à travers trois moments-clés : la constitution d’une identité, le voyage d’Italie et l’insertion de l’érudit dans la République des Lettres. La seconde, dévouée aux Savoirs mis en œuvre, examine les modalités de la divulgation scientifique, de ses modèles théoriques à ses représentations visuelles. Continuer la lecture

Appel à communication : « Printing Colour, 1700–1830 : Discoveries, Rediscoveries, and Innovations ».

 

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er octobre 2017.
Date de l’événement : 10-11 avril 2018.
Lieu : Londres, Senate House. 

Eighteenth-century book and print cultures are considered to be black and white (with a little red). Colour-printed material, like William Blake’s visionary books and French decorative art, is considered rare and exceptional. However, recent discoveries in archives, libraries and museums are revealing that bright inks were not extraordinary. Artistic and commercial possibilities were transformed between rapid technical advances around 1700 (when Johannes Teyler and Jacob Christoff Le Blon invented new colour printing techniques) and 1830 (when the Industrial Revolution mechanised printing and chromolithography was patented). These innovations added commercial value and didactic meaning to material including advertising, books, brocade paper, cartography, decorative art, fashion, fine art, illustrations, medicine, trade cards, scientific imagery, texts, textiles and wallpaper.

The saturation of some markets with colour may have contributed to the conclusion that only black-and-white was suitable for fine books and artistic prints. As a result, this printed colour has been traditionally recorded only for well-known ‘rarities’. The rest remains largely invisible to scholarship. Thus, some producers are known as elite ‘artists’ in one field but prolific ‘mere illustrators’ in another, and antecedents of celebrated ‘experiments’ and ‘inventions’ are rarely acknowledged. When these artworks, books, domestic objects and ephemera are considered together, alongside the materials and techniques that enabled their production, the implications overturn assumptions from the historical humanities to conservation science. A new, interdisciplinary approach is now required. Continuer la lecture

Publication : « Arachné : Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie ».

BERTRAND Pascal-François (dirs.) et NASSIEU MAUPAS Audrey (dirs.), Arachné : Un regard critique sur l’histoire de la tapisserie, Rennes, PUR, 2017, 304 p.

Présentation de l’éditeur :

Médium polysémique, la tapisserie touche des domaines variés comme l’histoire politique, économique ou sociale. Médium complexe dans son élaboration, elle permet, en histoire de l’art à proprement parler, d’aborder des questions essentielles, comme celles de l’invention, de la reproduction ou de la réception, à travers notamment l’étude toujours renouvelée des rôles respectifs des différents intervenants dans son processus de création. Continuer la lecture

Appel à communication : « Une maison, un palais : approches des architectures domestiques et résidentielles ».

Anonyme, Vue de palais de l’Escorial, XVIIe siècle, toile, 189 x 241 cm, Paris, musée du Louvre.

Journée d’études doctorales : « Une maison, un palais : approches des architectures domestiques et résidentielles ».

Organisée par : Antoine Lacaille et Laurent Cathiard (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA/ED441, école de Chaillot).

Sous la responsabilité : Jean-Philippe Garric (Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Philippe Plagnieux (Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA).

Institutions partenaires : HiCSA (Équipe d’accueil 4100, Histoire culturelle et sociale de l’art, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Cité de l’Architecture et du Patrimoine.

Date : Jeudi 7 décembre 2017. Lieu : INHA – Galerie Colbert (salle Vasari) – 2 rue Vivienne / 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris.

Date limite d’envoi : 7 juillet 2017.

Dans la continuité des journées doctorales en histoire de l’architecture organisées par l’HiCSA à l’automne 2015 et à l’automne 2016 et consacrées respectivement au renouveau des recherches sur la période 1770- 1830 et à la notion de modèle en architecture, cette manifestation scientifique réservée aux jeunes chercheurs se propose de rendre compte de la diversité des approches de l’architecture domestique et résidentielle, du Moyen Âge à nos jours.

Ce domaine de la production des espaces bâtis et de la théorie de l’architecture est marqué par de fortes spécificités qui orientent les études historiques, comme les démarches patrimoniales le concernant. La distribution des espaces domestiques et leurs expressions formelles en conséquence sont déterminées par des valeurs d’usage et des pratiques sociales justifiant des emprunts nombreux à la sociologie ou à l’anthropologie historiques. Parfois hybride, la fonction d’habitation associée à une seconde destination, dans un environnement urbain ou rural, soulève des problématiques propres, en rapport avec le cadre urbanistique et socio-économique. Continuer la lecture

Soutenance de thèse : « Luctor et Emergo. Développement et réception de la scène de corps de garde dans l’art néerlandais du XVIIe siècle ».

Frans Hals, Schutters van wijk XI onder leiding van kapitein Reynier Reael, bekend als ‘De magere compagnie’, 1637, toile, 209 x 429 cm, Amsterdam, Rijksmuseum.

Type : soutenance de thèse.
Date : vendredi 23 juin 2017 à 14h.
Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA), 4-6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris (Entrée par la Galerie Colbert) Salle Ingres, 2e étage.

Soutenance de thèse de M. Léonard Pouy le vendredi 23 juin 2017, à l’Institut national d’histoire de l’art, 14h00, salle Ingres.

Dans un climat de réforme globale, touchant l’ensemble de la société hollandaise, émerge un certain nombre de compositions picturales nouvelles, peintes, au cours la première moitié du XVIIe siècle, par de jeunes artistes amstellodamois avides de reconnaissance. Prenant généralement pour sujet le repos de soldats, retranchés dans de sombres intérieurs, ces scènes se diffusent rapidement dans les Pays-Bas de l’époque. Les différents experts et théoriciens de l’époque les identifient alors comme des scènes de cortegaerd, terme issu du français « corps de garde ». Renvoyant dans un premier temps à la brûlante actualité de la guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648), de telles œuvres s’en éloignent néanmoins rapidement au gré d’une transformation, aussi subtile que radicale, opérée par ces peintres sur l’iconographie du mercenaire pillard : celui-ci quitte, en effet, peu à peu, dans ces scènes, les tristes oripeaux du maraudeur pour revêtir les luxueux atours de l’officier éclairé et raffiné. En miroir de cette progressive assimilation de la figure de l’officier à celle de l’amateur, doit également être perçue celle du peintre à l’officier, régnant en maître sur son atelier. Initiée dans les années 1630, cette double mutation croisée des images du soldat et de l’artiste témoigne de la mise en place d’un intense mouvement de légitimation. Si une guerre de l’art a bien eu lieu en Hollande au cours de la première moitié du siècle, il s’agit avant tout d’une guerre de conquête de marchés et de statuts, menée par d’ambitieux artistes s’identifiant eux-mêmes comme les membres d’un corps moderne et indépendant de la peinture, portant haut les couleurs d’un discours théorique nouveau. Continuer la lecture

Publication : « Early Professional Women in Northern Europe, c. 1650–1850 ».

ILMAKUNNAS Johanna (dirs.), RAHIKAINEN Marjatta (dirs.) et VAINIO-KORHONEN Kirsi (dirs.), Early Professional Women in Northern Europe, c. 1650–1850, New York, Routledge, 2017, 312 p.

Présentation de l’éditeur :

This book focuses on early examples of women who may be said to have anticipated, in one way or another, modern professional and/or career-oriented women. The contributors to the book discuss women who may at least in some respect be seen as professionally ambitious, unlike the great majority of working women in the past. In order to improve their positions or to find better business opportunities, the women discussed in this book invested in developing their qualifications and professional skills, took economic or other kinds of risks, or moved to other countries. Socially, they range from elite women to women of middle-class and lower middle-class origin.

In terms of theory, the book brings fresh insights into issues that have been long discussed in the field of women’s history and are also debated today. However, despite its focus on women, the book is conceptually not so much focused on gender as it is on profession, business, career, qualifications, skills, and work. By applying such concepts to analyzing women’s endeavours, the book aims at challenging the conventional ideas about them. Continuer la lecture

Journée d’études : « Art et démocratie ».

Jacques Bertaux, Prise du palais des Tuileries, cour du Carrousel, 10 août 1792, 1793, huile sur toile, 124 x 192 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : journée d’études.
Date : 8 juin 2017.
Lieu : Lausanne, université de Lausanne.

Programme :

9 h. 30 Christian Michel : Introduction.

10 h. 10 Dominique Poulot : La Révolution française et le premier débat sur la démocratisation des arts.

Pause café

11 h 10 Jacqueline Lichtenstein : Critique politique ou critique artistique.

11 h 50 François-René Martin : Académie et assemblée. Quelques pistes d’analyse sur la question de la souveraineté de l’artiste ». Continuer la lecture

Publication : « Redécouvrir la porcelaine de Nyon (1781-1813) : Diffusion et réception d’un artisanat de luxe en Suisse et en Europe du XVIIIe siècle à nos jours ».

GONIN Grégoire, Redécouvrir la porcelaine de Nyon (1781-1813) : Diffusion et réception d’un artisanat de luxe en Suisse et en Europe du XVIIIe siècle à nos jours, Neuchâtel, Editions Alphil, juin 2017, 128 p.

Présentation de l’éditeur :

« Le Nyon! Oh! Je le connais bien; n’est-ce pas cette porcelaine à petits bleuets? » se demande un quidam en 1902. Cet ouvrage remet en question ce lieu commun et, en s’appuyant sur une iconographie et des archives inédites, renouvelle un regard longtemps tributaire de la stylistique tout en réhabilitant l’analyse économique de la manufacture.
Célèbre dans toute l’Europe du xviiie siècle, cette production de luxe de l’Ancien Régime helvétique tombe dans l’oubli avant de ressurgir dans l’espace public à partir des années 1860. À travers les expositions, les sociétés des beaux-arts ou le négoce des antiquités, l’« or blanc » nyonnais connaît un engouement sans précédent durant plus d’un siècle. Convoitées, les pièces sortent des maisons patriciennes pour rejoindre les vitrines des collectionneurs de la bourgeoisie triomphante. Manifestation tant d’une esthétique de la discrétion protestante que de la pureté néoclassique, la porcelaine de Nyon permet d’interroger le rapport conflictuel entre art et argent. Transgressant un « tabou », ce livre établit une mercuriale des prix de l’aube du xxe siècle à nos jours et dresse le profil psychosociologique du collectionneur. Continuer la lecture

Séminaire doctoral commun : « L’œuvre à l’épreuve du texte ».

Franciabigio, Portrait d’homme, Huile sur peuplier, Paris, musée du Louvre (INV. 517). Lumière réfléchie ©C2RMF

Type : séminaire doctoral commun.
Date et horaire :
 jeudi 8 juin à partir de 18h.
Lieu : 
Paris, INHA, salle Jullian (Galerie Colbert, 1er étage).

Séance 7 : Écriture et restauration

Discutante : Nabila Oulebsir, Maître de conférences HDR en Histoire de l’art contemporain – Université de Poitiers.

Barbara Jouves (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ,
Ecriture et restauration des peintures aux XVIIIe et XIXe siècles : la recherche d’une pérennité de l’objet ?

Entre 1750 et 1850, alors que les restaurations de tableaux connaissent d’importantes évolutions, la publication de textes – connus aujourd’hui en tant que « traités » de peinture et de restauration – se multiplie en Europe, et notamment en France. Dans une volonté de préserver l’œuvre de façon pérenne, ces auteurs se font les historiens d’un vocabulaire propre à la restauration des tableaux et des matériaux employés. Qui sont-ils ? A quels procédés font-ils référence en tant que modèles à suivre ou à éviter ? A travers l’histoire de ces écrits et le désir de ces auteurs de retrouver les techniques du passé, qu’apprenons-nous sur l’histoire matérielle des œuvres et plus particulièrement des peintures ? En quoi cet aspect de la recherche est-il fondamental pour l’histoire de l’art ?

Barbara Jouves est en deuxième année de doctorat en histoire de l’art et de la conservation-restaurationà l’Université Paris 1. Sa recherche, développée sous la direction de Thierry Lalot, porte sur la conservation et restauration des peintures des collections privées à Paris entre 1789 et 1870. Elle est chargée d’enseignements à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Continuer la lecture

Colloque : « Maria Sibylla Merian Conference 2017 : Changing the Nature of Art and Science Intersections with Maria Sibylla Merian ».

Maria Sibylla Merian, Cédrat et arlequin de Cayenne, ca. 1701-1705, aquarelle gouachée sur vélin 36 x 27 cm, Londres, British Museum.

Type : colloque.
Date et horaire : du 7 au 9 juin 2017.
Lieu : Amsterdam.

Maria Sibylla Merian (1647–1717) is one of the more intriguing figures of scientific, artistic, and commercial culture of the early modern period. Born in Frankfurt and later based in Nuremberg, Wieuwerd, and Amsterdam, her scientific interest in entomology led her eventually to Surinam, where, as in Europe, she studied the metamorphoses of insects in their natural habitat. She translated her minute observations into powerful artistic representations that still attract the attention of many scholars, such as biologists, art historians, and science historians. Modern artists and novelists also find inspiration in her work and life.

The aim of the conference is to bring together new research and projects relating to Maria Sibylla Merian. With her life and work as a focal point this conference will also explore topics that relate to Merian from a broader perspective, such as the religious context of her work, early modern book production, Merian’s social network, Surinam as a colony, and entomological research.

Programme :

Mercredi 7 juin 2017

12.00  Registration and coffee.

12.50  Introduction.

13.00  Welcome from Karen Maex, Rector Magnificus, University of Amsterdam (TBC).

13.10  Redmond O’Hanlon, Maria, the Jungle and Bird-Eating Spiders. Continuer la lecture

Journée d’études du GRHAM : « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle ».

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Journée d’études.
Date et horaire : jeudi 15 juin 2017 à partir de 9h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM.

Session 1 :

Présidente de séance : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2).

9h30 – 10h30 : Chloé Perrot (université de Lille 3 et École du Louvre) : « La Nouvelle Iconologie Historique » de Jean-Charles Delafosse (1768), écrire l’histoire dans les arts décoratifs.

10h30 – 11h30 : Pascal-François Bertrand (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) : Hiérarchie des manufactures de tapisserie en France et typologie des sujets représentés.

11h30 – 12h30 : Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace) : Puissance maritime et économique dans les textiles à personnages : une démocratisation de l’histoire du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Journée d’études : « Architecture et arts décoratifs au temps de Percier et Fontaine ».

Type : Journée d’études.
Date et horaire :
mercredi 31 mai 2017 à partir de 9h15.
Lieu :
Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, Auditorium de la Galerie Colbert.

Programme :

9h15

Accueil des participants

9h30

Introduction

Charlotte Duvette (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA), Maxime Georges Métraux (Université Paris-Sorbonne, centre André Chastel) et Saskia Wallig (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, HiCSA)

Session 1/ Du Directoire à l’Empire : collaborations et interprétations dans la production des arts décoratifs

Présidente de séance : Nina Stritzler-Levine (Bard Graduate Center, New-York)

9h45

Jean-François Belhoste (École Pratique des Hautes Etudes)

La participation des Jacob aux premiers chantiers de décoration de Charles Percier : de la salle de la Convention aux hôtels particuliers du Directoire (1793-1799).

10h15

Anne Dion-Tenenbaum (Musée du Louvre, département des objets d’art)

Biennais, parfait interprète du style Percier ?

10h45

Vincent Cochet (Château de Fontainebleau)

Siéger en majesté : Percier et Fontaine et la conception des trônes impériaux. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Questions d’attribution » par Ambroise et Hubert Duchemin (Paris, 18 mai 2017).

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 mai 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

A l’occasion de la dernière conférence de son cycle 2016-2017, le GRHAM invite la Galerie Hubert Duchemin pour une séance dédiée à un vaste débat sur l’attribution.

Ambroise Duchemin présentera une communication axée autour de la découverte d’un portrait de Fortuné Dufau (1770-1821). L’attribution à cet élève de Girodet d’un petit tableau longtemps resté anonyme a permis de redécouvrir un artiste oublié et de mettre un nom sur un des portraits les plus mystérieux du néo-classicisme français : La jeune fille au collier de jais du musée Magnin à Dijon.

Hubert Duchemin s’interrogera sur l’attribution de certaines œuvres célèbres présentées dans les musées. Il partagera avec le public son analyse sur des toiles de Caravage et Poussin mais aussi, plus brièvement, de Watteau et Chardin. Cette présentation sera l’occasion de mettre à l’épreuve de la discussion quelques-unes de ses interrogations. Partisan d’une approche singulière et transversale, Hubert Duchemin reviendra également sur sa méthode basée sur « la connaissance du langage des peintres » et la comparaison, le « paragone ».

Expert indépendant en tableaux et dessins, Hubert Duchemin exerce son regard depuis plus de trente ans au sein des collections privées, du marché de l’art mais également des musées. Il est notamment à l’origine de la redécouverte du Chat Mort de Géricault ainsi que des Esquisses de portraits de Fragonard (avec Lilas Sharifzadeh). Actuellement installé au 8 rue de Louvois à Paris, la Galerie Hubert Duchemin présente plusieurs expositions chaque année, basées sur ses récentes découvertes.

Diplômé de Sciences-Po Toulouse en 2013 (Master Culture et Production des savoirs), Ambroise Duchemin rejoint dans la foulée la galerie familiale puis créé en 2015 sa propre structure accompagnée d’un site internet. Passionné par l’art ancien et moderne, il a publié en mars 2017 son premier catalogue « Œuvres sur papier » qui couvre une période allant de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle.

Publication : « Oxford Botanic Garden and Arboretum : A Brief History ».

HARRIS Stephen, Oxford Botanic Garden and Arboretum : A Brief History, Oxford: Bodleian Library, 2017, 144 p.

Oxford Botanic Garden is the oldest surviving botanic garden in Britain and has occupied its site in central Oxford since 1621. Conceived as a place to grow medicinal plants, born in the turmoil of civil war and nurtured during the restoration of the monarchy, the garden has, unsurprisingly, a curious past.

By tracing the work and priorities of each of the garden’s keepers, this book explores its importance as one of the world’s oldest scientific plant collections. It tells the story of the planting of the garden by its first keeper, Jacob Bobart, and his son, together with how they changed the garden to suit their own needs. The story develops during the eighteenth century as the garden grew exotic plants under glass and acquired a fine succulent collection but then experienced a downturn under the stewardship of the eccentric Professor Humphrey Sibthorp (famous for giving just one lecture in thirty-seven years). Finally, the narrative throws light on the partnership of gardener William Baxter and academic Charles Daubeny in the early nineteenth century, which gave the garden its glasshouses and ponds and contributed to its survival to the present day. Continuer la lecture