Archives de l’auteur : Moïra Dato

À propos Moïra Dato

Doctorante à l’Institut Universitaire Européen de Florence.

Conférence du GRHAM : « L’objet comme gageure : pour une approche matérielle de l’histoire du vêtement » par Ariane Fennetaux (Paris, 16 novembre 2017).

 

Type : Conférence (entrée libre)
Date et horaire : jeudi 16 novembre 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’intervention se fonde sur une monographie à paraître, The Artful Pockets: Social and Cultural History of an Everyday Object 17th-19th century, qui se propose de faire une histoire sociale et culturelle d’un accessoire méconnu du vestiaire féminin, la poche. Entre la fin du XVIIe siècle et la fin du XIXe siècle, celle-ci se présente en effet sous une forme spécifique; un accessoire indépendant et détaché du vêtement. Il s’agit d’un ou deux sacs oblongs qu’un lien permet de nouer autour de la taille sous le jupon. Là où les hommes disposent depuis le XVIe siècle de poches dans les différentes pièces de leur tenue, que ce soit le pourpoint ou les hauts de chausses, les femmes n’ont pas de poches. Lorsque celles-ci apparaissent dans le vestiaire féminin, à la fin du XVIIe siècle, ce sont des poches qui sont séparées du vêtement et auxquelles les femmes accèdent par des fentes ménagées dans leurs jupes et leurs robes. Loin d’être une histoire de « la mode », c’est bien une histoire des pratiques vestimentaires qui est conduite dans l’ouvrage, et au-delà, une histoire des pratiques culturelles et sociales auxquelles les poches donnent lieu. Continuer la lecture

Symposium : « Graphic satire and the UK in the long nineteenth century », University of Nottingham

 

James Gillray (artist), Hannah Humphrey (publisher), A Hackney Meeting, 1796, etching, London, Victoria and Albert Museum
© Victoria and Albert Museum, London

Type : Conférence
Date : 5 septembre 2017, 9h-18h30
Lieu :  A30 Lecture Theatre, Lakeside Arts, University of Nottingham, UK.

A one-day symposium convened by Professor Fintan Cullen and Dr Richard A Gaunt, University of Nottingham. Keynote speaker: Professor Brian Maidment (Liverpool John Moores University).

This one-day international symposium seeks to interrogate the nature of the United Kingdom’s status as a global power in the long nineteenth century (c.1780-1920) by considering the varied ways in which it was viewed, and represented, in graphic satire during this period. The years from c.1780- 1920 encompassed events with widely-felt repercussions, generating interest and commentary well outside the countries in which they occurred. In turn, these events required the United Kingdom – which came into existence with the union between Great Britain and Ireland in 1801 – to consider its reach, role and reputation on a global scale. In the period up to 1815, for example, the American Wars of Independence (1775-83), the French Revolution of 1789, the wars against Revolutionary and Napoleonic France (1793-1815) and the Battle of Waterloo (1815), all made the United Kingdom think outside its purely domestic political situation. The establishment of peace terms in 1815 ushered in what historians once described as the ‘Pax Britannica’ or century of ‘British’ peace. Over the course of the next century, the United Kingdom became increasingly defined by the range of its global interests, both in terms of its formal and informal empire, its diplomatic activity and its continuing participation in naval and military conflict. By the end of the period, the United Kingdom’s global status was challenged by the repercussions of World War One (1914-18) and the impending dissolution of
the Union with Ireland (1922).

The symposium provides an opportunity to explore the United Kingdom’s global relationships in this period in graphic political and personal satires. It builds on a growing body of work which explores the subject from the perspective of individual satirists such as Gillray, Rowlandson, Cruikshank and Doyle, as well as studies of well-known satirical print titles like Punch and personifications of ‘Britishness’ such as John Bull. Papers which consider the United Kingdom’s global relationships from the perspective of the constituent parts of the United Kingdom (England, Scotland, Wales  and Ireland) and from overseas will be presented, as will papers which reflect upon issues of race, gender, nationhood and ethnicity across the period in question.

For more information on the speakers and programme, see: http://www.nottingham.ac.uk/conference/fac-arts/humanities/history/graphic-satire/graphic-satire.aspx

Appel à communication : “Courts and their records in Scotland, from the earliest times to the present day”, The annual conference of the Scottish Records Association

Thomas Gainsborough, John Campbell, 4th Duke of Argyll, about 1693 – 1770. Soldier, 1767, Edinburgh, Scottish National Gallery

Type : appel à communication

Date limite : 20 août 2017

Date de l’évènement : 10th November 2017

Lieu : New Register House, Edinburgh

This one day conference will explore the subject of court records in Scotland. We welcome proposals for twenty – minute papers focused on courts, their processes of recording and record production, and legal records in Scotland. Papers can cover any aspect of the topic on any period, although we are seeking broad overall chronological coverage combined with a close focus on the records themselves in individual papers: what survives, where and when does it survive from, the processes behind record keeping and how these factors affect research today.

Proposals from scholars at any stage in their career addressing the following themes are especially welcome:

  • The central civil and criminal courts – the Session, the Justiciary Court, Justice Ayres
  • Local courts – burgh courts, sheriff courts
  • Military Courts, the Admiralty and police courts
  • Ecclesiastical courts (pre and post Reformation) and other religious courts
  • Legal Registers – deeds, testaments, sasines, and the land registry
  • Heraldic courts
  • Large-scale projects (completed, ongoing, planned) related to the digitisation or editing of court and legal records

Please send abstracts of 200-400 words, with a brief biography and (if applicable) current institutional affiliation and status to sraconference2017@gmail.com by Sunday 20th August 2017.

http://www.scottishrecordsassociation.org/conference

Journée d’études : “Connections in Commerce and Consumption: Production, Distribution and Consumption in Britain and Europe, 1500-1800”

Jean Lepautre (d’après Jean Berain), La boutique du brodeur, 1678, Paris, BnF

Type : journée d’études

Dates : 15 September, 12:00 – 16 September, 17:00

Lieu : 38 Mappin street, Workroom 2 (Friday) and The Diamond, Workroom 1 (Saturday), Sheffield, United Kingdom

 

Keynotes: Evan Jones (Bristol) and Jon Stobart (Manchester Metropolitan)

Call for papers are now closed.

This two-day conference hosts postgraduate students, ECRs and academics working on the production, distribution and consumption of goods and materials in early modern Britain and Europe, broadly defined as 1500-1800 (see below for full programme details).

The conference will forge discussion between different historical approaches to production, distribution and consumption. On the one hand, continued growth and interest in material culture studies has fostered a wide-ranging field in which the cultural reception of goods and meanings of consumption have been discussed under prisms of intimacy, interaction and representation. On the other, economic and political histories have understood with increasing depth and precision the complex series of networks, transactions and communications which facilitated the production of materials and goods and brought them within the access of consumers. Each field foregrounds more long-standing social questions: what were the normative attitudes shaping the behaviour and responsibilities which dictated how, when and what individuals consumed? What were the material realities of the act of consumption? How were individual’s lives shaped by their access to materials and their duties to production? How did the ‘world of work’ intersect with the home?

This conference therefore follows trends of more recent historiography by promoting an inclusive historical approach that traces the links between production, distribution and consumption in early modern history. Ultimately, it seeks to identify where and how the interrelationships between these three substantive fields were realized and manifested, and what impacts these connections had on the historical actors who produced, distributed and consumed.

Registration for the conference is open to non-speakers. Register for the conference here. For more information about the conference, as well as to request a pdf of the draft programme, please email Alex Taylor and Tom Rusbridge at: connections@sheffield.ac.uk

Draft programme (STC):

Friday, September 15th
(Venue: Workroom 2, 38 Mappin Street)

12:00-13:00  Arrival, registration and coffee

13:00-14:30 Cosmopolitan Colonies

Michelle Fitzgerald (Delaware), ‘“The Best House in Annapolis”: Designing a Castle for the Colonial Public’

Elisabeth Meir (Delaware), ‘Colonial City Views and the British Print Market’

Lan Morgan (Delaware), ‘Kinship and Commerce: James Earl and the Business of Portraiture in the Atlantic World’

14:45-16:15 The Everyday

David Postles (Hertfordshire), ‘Rivers of Jordan: the metaphor of the pisspot’

Jessica Davidson (Oxford), ‘Goods of almost every description: the English provincial fair revisited’

Tom Rusbridge (Birmingham), ‘Making Production Public: Tanning and its Innovations in the Seventeenth and Eighteenth Centuries’

16:30-18:00 Keynote Lecture 1: Evan Jones (Bristol)

18:00 Pub followed by dinner

Saturday, September 16th

(Venue: Workroom 1, The Diamond)

09:00-09:30 Arrival and coffee

09:30-11:00 Monopoly and Intoxicants

Peter Taylor (Liverpool), ‘The Relationship between the Stuart Monopolies on raw materials and finished products – Pipeclay and Clay Pipes; A Case study’

Lila O’Leary Chambers (New York), ‘“So long as rumm held”: The Royal African Company and Alcohol Diplomacy on the Gold Coast, 1672-1712’

Alex Taylor (Sheffield), ‘Tobacco and Monopoly in Early Modern England’

11:15-12:30 Luxury Goods

Artemis Yagou (LuxFaSS Project/Deutsches Museum, Bucharest/Munich), ‘Popular Luxury Between East and West: A Case-study of Italian ceramics and Ottoman Greeks in the Long Eighteenth Century’

Michael Pearce (Dundee), ‘Making arrangements for luxury in Scotland, 1605-1650’

Serena Dyer (Museum of Domestic Design and Architecture, Middlesex University/University of Warwick), ‘Stitching and Shopping: Material Literacy and the Female Consumer of Dress, 1750-1820’

12:45-13:30 Lunch (provided)

13:30-15:00 English Merchants, Foreign Exports

Mabel Winter (Sheffield), ‘Politics, Commerce, and Banking in Seventeenth- Century England: The Case of Thompson and Company’

Tom Leng (Sheffield), ‘Such poer younge ould men caesses as myne’: frustrated transitions to independence within the Company of Merchant Adventurers’

Edmond Smith (Kent), ‘A Cloth for All the World: Global connections for Kentish textile producers, 1580-1620’

15:15-16:45 Keynote Lecture 2: Jon Stobart (Manchester Metropolitan), ‘Sites of consumption: shops, streets and houses, c.1700-1850’

16 :45-17 :00 Closing remarks

Publication : « Penser le « petit » de l’Antiquité au premier XXe siècle. Approches textuelles et pratiques de la miniaturisation artistique ».

Sophie Duhem, Estelle Galbois et Anne Perrin Khelissa (dir.), Penser le « petit » de l’Antiquité au premier XXe siècle. Approches textuelles et pratiques de la miniaturisation artistique, Actes du colloque international de l’Université Toulouse Jean Jaurès, 1-2 octobre 2015, Lyon, Fage, Collection Varia, 2017.

 

Sophie Duhem, Estelle Galbois et Anne Perrin Khelissa (dir.), Penser le « petit » de l’Antiquité au premier XXe siècle. Approches textuelles et pratiques de la miniaturisation artistique, Actes du colloque international de l’Université Toulouse Jean Jaurès, 1-2 octobre 2015, Lyon, Fage, Collection Varia, 2017. EAN 13 978 2 84975 430 6, 224 p, 25 €.

Les manifestations matérielles d’une fascination séculaire pour les formes, les images et les objets minuscules sont nombreuses : des statuettes tanagréennes aux gravures en petit de Stefano della Bella, des microarchitectures sculptées des édifices gothiques aux objets de vertu de la bonne société du xviiie siècle, des créatures lilliputiennes de la littérature enfantine aux automates scientifiques que généralise le siècle industriel, etc. Mais rares sont les sources historiques qui permettent d’en comprendre les fondements culturels. Continuer la lecture

Conférence : « The reception of antiquity in Early Modern Times: Historiography and Antiquarianism in Britain and Germany compared »

Joseph Mallord William Turner, Dido building Carthage, or The Rise of the Carthaginian Empire, 1815, oil on canvas, 155.5 x 230 cm, London, National Gallery.

 

Type : Conférence
Dates : 31 août – 2 septembre 2017
Lieu : University of Bayreuth, History Department/Prinz-Albert-Society, Coburg, Germany

The different views of antiquity, of one’s own, regional or local classical history and of ‘antique‘ remains in various parts of Europe – and, in a comparative perspective, beyond – have received a growing interest both in Britain and on the continent in recent years. And while it seems fair to say that overarching narratives of European Renaissance and Humanism, of transnational Baroque scholarship and Enlightenment remain dominant, we have come to a much more refined view of the different attitudes to « Antiquities“ and « the Antique“ in various parts of Early Modern Europe.

And it is not only those attitudes that were remarkably varied: behind them, different political and social conditions of scholarship in general and of individual historians and antiquaries in particular deserve close study. However, a comparison between Britain and Germany has rarely been sought, and in filling this – to our minds, substantial – gap, our conference intends to contribute to such a study.

Speakers include: Vittoria Feola (Padua/Oxford/Rome), Richard Hingley (Durham), Kelsey Jackson Williams (Stirling), Marian Nebelin (Chemnitz), Ronny Kaiser (Berlin), William Stenhouse (New York), Silvia Pfister (Coburg); keynote speaker will be Caspar Hirschi (St. Gallen).

The Prince-Albert-Society (Patron: HRH The Duke of Edinburgh) is a scholarly society founded in 1981 and devoted to research on scientific, cultural and political aspects of Anglo-German relations. Since ist beginnings, the society has organized annual conferences on a wide range of relevant topics. A joint foundation of the town of Coburg and the University of Bayreuth, the society is based in Coburg, an historic town of 40.000 inhabitants in the north of Bavaria and former seat of the dukes of Saxe-Coburg and Gotha.

In Arcueil’s Leafy Groves

Jean-Baptiste Oudry, Les Jardins d’Arcueil, 1744, dessin, 31,3 x 52,1 cm, New York, Metropolitan Museum.

The exhibition “A l’ombre des frondaisons d’Arcueil[1] proposes to revive the gardens through the drawings made by Jean-Baptiste Oudry (1686 – 1755), Charles-Joseph Natoire (1700 – 1777), François Boucher (1703 – 1770) and Jacques-André Portail (1695 – 1759). As reminded by Xavier Salmon in the introduction of the exhibition’s catalogue,[2] the domain was developed as soon as the 16th century to enjoy the picturesque slopes of the site. But it is at the instigation of the Princes of Guise at the 18th century that the land gained its main expansion (20 hectares). It was embellished by the architects Germain Boffrand (1667 – 1754), and thereafter Jean-Michel Chevotet (1698 – 1772), before being neglected and dismantled from 1752 on. Around 1744, Arcueil’s gardens were among artists’ favourite excursion sites: hereby Oudry produced a number of drawings of unknown destination. Afterwards, Natoire, Boucher and Portail visited the gardens as well. Today their drawings allow a reconstruction of the estate’s topography.

Jacques de Lajoüe, Scène de jardin, vers 1745, huile sur toile, 54,6 x 64,8 cm, San francisco, Fine Arts Museum.

In her essay,[3] Monique Mosser points out that if rocaille has been part of artificial grottos since Renaissance, its use intensified during the 18th century, with patterns such as the shell becoming ubiquitous. Similarly, trelliswork of vegetal ornaments multiplied, natural or artificial, invading domestic life such as depicted in Lajoüe’s gardens. Have these gardens, as well as the background decors of Watteau’s fêtes galantes, ever actually existed under such form? Are they the witnesses of a particular Regency or Rococo style? These questions call to mind the Parisian gardens of the hôtel de Rouillé or the sculpted decoration of the financier Joseph Bonnier de la Mosson’s (1702 – 1744) park near Montpellier, which have now both disappeared. An entire chapter of the history of Rococo and rocaille gardens of the first half of the 18th century is therefore missing, showing the transition between the 17th-century formal jardins à la française designed by Le Notre and the jardins à l’anglaise, fashionable in France from the 1770s. Ernest de Ganay noted as soon as 1943: “L’on pourrait dire du parc du XVIIe siècle que c’est un grand seigneur, et du jardin du XVIIIe que c’est une jolie femme, car il en a tout le charme, l’imprévu, le caprice.”[4] In the 1980s, two German historians[5] examined, through the study of theorists such as Dezallier d’Argenville[6] and Jacques-François Blondel,[7] the possible existence of a « rococo garden ». However, they did not take into account the in situ reality of the gardens, introduced only by recent research and specialised inventories. On a stylistic point of view, gardens between 1715 and 1760 are characterised by complex geometrical lines and stone structures using rocaille patterns extensively. The architects Jean-Charles Garnier d’Isle (1697 – 1755), Pierre Contant d’Ivry (1698 – 1777) and Jean-Michel Chevotet were among the creators of such gardens. Oudry’s drawings of Arcueil evoke Marly with their many lattices, while the diagonal lines arranged in a theatrical effect remind us of Blondel’ plans, and the English-styled lawns recall Dezallier d’Argenville’s treaty. Arcueil’s gardens therefore lead the walker through a skilfully organized stroll, far from the uncertain roaming of the abandoned preromantic gardens. Continuer la lecture

Publication : « Fonder les institutions artistiques : l’individu, la communauté et leurs réseaux en question », actes des journées d’étude ACA-RES (8-9 décembre 2016)

 

 

Programme ACA-RES

Université Toulouse Jean Jaurès, Laboratoire FRAMESPA UMR5136

Les premières journées d’étude du programme ACA-RES (Les académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle) se sont tenues les 8-9 décembre 2016 au Centre allemand d’histoire de l’art Paris, autour du thème :

« Fonder les institutions artistiques : l’individu, la communauté et leurs réseaux en question »

Première rencontre d’une série de trois préparant la tenue d’un colloque de synthèse en 2019, les discussions font aujourd’hui l’objet d’une diffusion sur la page Hypothèses du programme de recherche, dans la rubrique Les papiers d’ACA-RES. Ces actes sont un point d’étape dans la réflexion : ils rendent compte des questionnements soulevés et offrent un matériel documentaire qui pourra être complété et réinterrogé par la suite. Au présent compte-rendu s’adjoignent donc les « Brefs historiques » des écoles de chaque ville traitée, et les articles issus des communications. Laissés volontairement in progress, ils sont une invitation à rejoindre et prolonger la discussion.

https://acares.hypotheses.org/les-papiers-daca-res/actes-des-journees-detude

Sur la page Hypothèses, retrouvez également l’appel à stage « Documentation et recherche appliquée » et les autres actualités.

Journées d’étude : « Norwich and the Medieval Parish Church c.900-2017: the Making of a Fine City »

Anglican Cathedral of the Most Holy Trinity, Norwich, county of Norfolk, UK

Type : Journées d’étude
Date : 17, 18 et 19 juin 2017
Lieu : The Weston Room, Norwich Cathedral Hostry, Norwich, United Kingdom

A conference hosted by The Medieval Parish Churches of Norwich Research Project (undertaken at the University of East Anglia and funded by The Leverhulme Trust). All 58 churches, whether existing, ruined or lost, are included in the scope of the project, which seeks insight into how the medieval city developed topographically, architecturally and socially. The Project is intended to reveal the interdependent relationship between city, community and architecture showing how people and places shaped each other during the middle ages. The conference (supported by the Paul Mellon Centre for British Art and Purcell) will present the medieval parish churches of Norwich in their immediate local context and in the broader framework of urban churches in Britain and northern Europe. The subject range will include documentary history, the architectural fabric of the buildings themselves and their place in the topography of Norwich, the development of the churches’ architecture and furnishings, the representation of the churches and their post-Reformation history. Continuer la lecture

Symposium : « Fantasy in Reality: Architecture, Representation, Reproduction »

Dirck van Delen, An Architectural Fantasy, 1634, 46.7 x 60.5 cm, Oil on mahogany, London, The National Gallery.

Type : Symposium.
Date : 15-16 juin 2017.
Lieu : Kenneth Clark Lecture Theatre, The Courtauld Institute of Art, Somerset House, Strand, London

From the capriccios of Piranesi and Canaletto to Vladimir Tatlin’s Monument to the Third International, Archigram’s drawings in the 1970s, and contemporary video game architecture, architectural fantasies have been produced and reproduced for centuries. On the one hand, architectural fantasies stir the imagination, represent future possibilities, and utopian dreams, on the other, they reflect and reproduce political ideologies, societal aspirations and anxieties. Though by definition, fantasy relates to that outside reality, or beyond possibility, the examples listed above engage directly with reality and they exist as realised projects in the form of architectural representations – on paper, as models, as reproductions or as digital files.

This symposium aims to consider the intersection of fantasy and reality by examining a broad range of architectural production from the Renaissance to the present day across different cultures and media. It includes papers that explore the blurred lines, or tensions, between fantasy and reality in architecture and its representation. Architectural fantasies created in drawings, paintings, computer renders, photographs and films, and three dimensional examples in built projects, exhibition pavilions, doll houses, interiors and garden features will be considered as vital forms of architectural production that both reflect and produce reality.

How does the production of architectural fantasies relate to reality and attempt to shape it? How do representations of architecture construct or perpetuate fantasies of the built environment? How have architects, city planners and/or politicians and rulers used architecture to reinforce fantastical notions of reality? What is the role of the mass media in the production and dissemination of architectural fantasies in popular culture? In what ways do representations of built or soon to be built projects contribute to the construction of fantasy? The conference seeks to address these questions and more. Continuer la lecture

Colloque : « Fashioning Dress: Sewing and Skill, 1500-1850 »

François-Alexandre-Pierre de Garsault, Art du tailleur : contenant le tailleur d’habits d’hommes, les culottes de peau, le tailleur de corps de femmes & enfants, la couturière & la marchande de modes, imp. de Delatour (Paris), 1769 (np).

Type : colloque.
Date : 19 mai 2017, 9h-18h.
Lieu : University of Warwick, Coventry, UK.

Milliners, mantua-makers, tailors, stay-makers, dressmakers, and embroiderers – both professional and domestic – made up an a diverse, knowledgeable, and skilled workforce. Their handiwork lay behind the creation of magnificent court robes and elaborate embroidery, as well as shirts, shifts, aprons and petticoats. This conference aims to investigate the skills, techniques, and methods involved in manufacturing clothing – both for men and women. It also engages with the innovative methodology of garment reproduction, and will investigate questions around the usefulness of this approach, and how to present and disseminate such research findings.

The keynote and conference papers will be followed by an interactive workshop, during which participants will have the opportunity to examine reproduction garments at various stages in the making process, and to try their hand at contemporary sewing skills.

This conference is organised by Dr Serena Dyer (Associate Fellow, Institute of Advanced Studies, University of Warwick and Curator of the Museum of Domestic Design and Architecture). For enquiries, please email s.f.c.dyer@warwick.ac.uk or fashioningdress@gmail.com. Continuer la lecture

Journée d’étude : « Spanish Royal Geographies in Early Modern Europe and America: Re-thinking the Royal Sites / Geographies of Habsburg Politics and Religion »

Ferdinand VI and Barbara of Braganza in the Gardens of Aranjuez, 1756. Oil on canvas, 68 x 112 cm, Madrid, Museo del Prado.

Type : journée d’étude.
Date : 4 – 5 mai 2017.
Lieu : Berrick Saul Lecture Theatre, University of York, Heslington, York, UK.

Spanish royal sites were a diverse and global network in early modern World making royal power visible and effectual. They expanded to other territory intermittently under Spanish rule beyond the Iberian Peninsula such as the Duchy of Milan, the Kingdom of Naples and Sicily, the ten southernmost provinces of the Netherlands and the viceroyalties in America. They consisted of royal palaces and their affiliated landscapes such as forests, gardens, rural and urban centres, farms and factories. They were not only centres of administration, but also centres of innovation in culture, taste and technology. In this way, they were points for the transfer of knowledge, people and goods affording expansion and growth of the market place.

This symposium will investigate these centres as international geographies. The term ‘geography’ manifests our interest in the way the physicality of spaces and landscapes was acted upon and produced through cultural practices. This interlacing of physical and human agency is naturally wide-ranking and encompasses image-making, architectural, agricultural and administrative processes. Moreover, the religious geographies in Habsburg territories were particularly complex given that courtly forms of piety were coloured by local customs and traditions.

How were these royal geographies imagined and described? In what way do they activate histories and memories thus constructing loci of myth? How do they challenge existing interpretations of the boundaries between confessional identities and political solidarities? How do they help us to re-think the divisions between centres and peripheries of Habsburg power as kinetic and embodied spaces? For example, royal geographies beyond the kingdom of Castille within the Iberian Peninsula were ever more tightly interlinked with Madrid under Philip III and Philip IV when their respective favourites, the First Duke of Lerma and the Count-Duke of Olivares, were appointed as governors of the royal palaces in Castille and Andalusia and assumed authority over the Junta de Obras y Bosques, a committee set up by Philip II to manage the construction program of royal residences and palaces.

This workshop aims to reunite experts in this field, all from different disciplines (History of Art, History, History of Architecture, and Political Thought), with the objective of developing a comparative perspective on the complexities of royal geographies in a trans-national context.

This symposium is a collaboration of the History of Art Department and CREMS (Centre for Renaissance and Early Modern Studies) at the University of York, the University of Rey Juan Carlos, Madrid (URJC), and the University Institute ‘La Corte en Europa’ (IULCE ) of the Autonomous University of Madrid (UAM).

For registration and see the full programme: spanishroyalspirituality.wordpress.com

Appel à communication : « Understanding Material Loss Across Time and Space » Conference

Hubert Robert, Ruines romaines avec le Colisée, 1798, 0,50 x 0,59 m, Paris, musée du Louvre

Hubert Robert, Ruines romaines avec le Colisée, 1798, 50 x 59 cm, Paris, musée du Louvre

Type : Appel à communication
Date du colloque : 17 et 18 février 2017
Date limite d’envoi des propositions : 14 octobre 2016
Lieu : Université de Birmingham, Royaume-Uni

Understanding Material Loss intends to examine the usefulness of ‘loss’ as an analytical framework across different disciplines and subfields, but principally within historical studies. Loss and absence are slowly being recognized as significant factors in historical processes, particularly in relation to the material world. Archaeologists, anthropologists, philosophers, literary scholars, sociologists and historians have increasingly come to understand the material world as an active and shaping force. Nevertheless, while significant, such studies have consistently privileged material presence as the basis for understanding how and why the material world has played an increasingly important role in the lives of humans. In contrast, Understanding Material Loss suggests that instances of absence, as much as presence, provide important means of understanding how and why the material world has shaped human life and historical processes.

Continuer la lecture

L’Europe du Nord en peintures au Kelvingrove Art Gallery and Museum de Glasgow

Le Kelvingrove Art Gallery and Museum de Glasgow est une institution muséales aux collections variées : peintures, sculptures, objets d’art, d’histoire naturelle et archéologiques datant de la préhistoire au XXe siècle sont exposés dans ses différentes galeries. Le musée, construit sur les rives de la rivière Kelvin par les architectes John W. Simpson et E.J. Milner Allen, est ouvert en 1901 sous le nom de « Palais des Beaux-Arts » (Palace of Fine Arts) pour l’Exposition Internationale tenue à Glasgow cette année-là. Il présente aujourd’hui plus de huit mille objets déployés dans vingt-deux galeries. La plupart des peintures que l’on peut y admirer aujourd’hui ont été données à la ville de Glasgow par le collectionneur Archibald McLellan en 1854.

L’une de ces galeries est dédiée aux œuvres d’artistes néerlandais et flamands du XVIIe siècle. Les différentes peintures y sont regroupées de façon thématique, évoquant les diverses caractéristiques inhérentes à la peinture nordique de cette époque que nous allons alors aborder ici : Allégorie, Nature Morte, Marine, Paysage et Scène de genre.

Jacob Jordaens, Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux, vers 1630-1635, huile sur toile, 1197 x 1565 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 1. Jacob Jordaens, Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux, vers 1630-1635, huile sur toile, 119.7 x 156.5 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

L’art flamand apparait tout d’abord tel une entité distincte, regroupé dans une partie de la galerie. L’influence des peintres de la Renaissance italienne est évidente, rendue avec des œuvres aux compositions foisonnantes et colorées. Sculpture et architecture classique s’y déploient, parfois ornées de décors végétaux savamment disposés autour de figures aux muscles puissants ou aux formes rondes et charnues. La Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux de Jacob Jordaens (1593-1678) attire notamment l’attention par sa composition étonnante : deux amoureux dissimulés sous une architecture richement sculptée, dans une pénombre à peine éclairée d’une bougie, sont dépeints auprès d’une servante à la figure quant à elle lumineuse, chargée d’un panier débordant de fruits (fig. 1).

Gerard Lairesse, Les Cinq Sens, 1668, huile sur toile, 1372 x 1829 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 2. Gerard Lairesse, Les Cinq Sens, 1668, huile sur toile, 137.2 x 182.9 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Continuer la lecture

« Napoléon et Paris » au musée Carnavalet

    Les membres du GRHAM ont eu la chance, le 24 juin, de pouvoir visiter l’exposition « Napoléon et Paris » au musée Carnavalet, guidés par Philippe de Carbonnières, attaché de conservation et conseiller scientifique de l’exposition, et Charlotte Duvette, commissaire associée. L’objectif de cette exposition, à travers la présentation d’environ trois-cent œuvres, est de rappeler comment Napoléon a sans cesse cherché à développer la ville, à la faire rayonner et à en faire le siège éclatant de son règne. Peintures, gravures, sculptures et objets sont ainsi au rendez-vous, tous tournés vers la réminiscence d’un Paris napoléonien. Sont présentées de nombreuses œuvres du musée Carnavalet, mais également des prêts d’institutions telles que le musée de Malmaison, du Louvre, les châteaux de Fontainebleau, de Versailles ou le Palais Galliera entre autres. Cette exposition permet donc aussi de rassembler en un même lieu de nombreuses œuvres se rattachant toutes au souvenir de cet homme et à son empreinte sur la capitale. Le parcours est découpé en cinq grandes parties, élaborées comme des reconstitutions d’ambiances et de thèmes, dans une présentation à but également pédagogique – notamment avec la présence d’un certain nombre de dispositifs multimédia.

Armand de Polignac, Exécution de Georges Cadoudal et de ses complices, place de Greve, le 28 juin 1803, aquarelle, 56,1 x 64 cm, Paris, musée Carnavalet. © RMN-Grand Palais / Agence Bulloz

Armand de Polignac, Exécution de Georges Cadoudal et de ses complices, place de Greve, le 28 juin 1803, aquarelle, 56,1 x 64 cm, Paris, musée Carnavalet. © RMN-Grand Palais / Agence Bulloz

    La première partie, intitulée « Chronique parisienne de Napoléon », est consacrée à l’histoire commune de ce dernier et de la capitale. Paris est en effet le théâtre des évènements marquants qui jalonnent son existence, autant du point de sa vie personnelle que de sa carrière politique. Plusieurs peintures et gravures témoignent du coup d’état du 18 brumaire an VIII, de l’obtention de son titre de consul à vie le 2 août 1801, ainsi que des premiers attentats perpétrés contre sa personne. Le plus marquant est celui dit de la « machine infernale », au cours duquel une bombe explose sur son passage rue Saint-Nicaise le 24 décembre 1800. On peut aussi voir la conspiration de Cadoudal, guillotiné avec douze de ses complices le 28 juin 1803[1]. Enfin, alors que Napoléon est absent de Paris, le général Malet tente en 1812 de prendre le pouvoir avec l’aide d’opposants, mais sans succès. Ces différentes formes d’opposition démontrent donc la relation ambiguë existant entre Napoléon et Paris, siège de son pouvoir mais également lieu de contestations et de conspirations. Il n’est d’ailleurs que peu présent dans la capitale, menant sans cesse ses armées en campagne à travers l’Europe[2].

Louis-Pierre Deseine, Buste du pape Pie VII, 1805, plâtre, terre cuite, 47 x 35 cm, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / André Martin

Louis-Pierre Deseine, Buste du pape Pie VII,    1805, plâtre, terre cuite, 47 x 35 cm, Rueil-    Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-    Préau. © RMN-Grand Palais (musée des  châteaux  de Malmaison et de Bois-Préau) /  André Martin

    Par la suite, l’accent est mis sur le sacre qui se déroule le 2 décembre 1804 dans la cathédrale de Notre-Dame. En choisissant Paris comme lieu du couronnement, Napoléon cherche non seulement à rompre avec la traditionnelle cérémonie monarchique qui se déroulait à Reims, mais également à se légitimer face au peuple parisien et à s’inscrire comme fils de la Révolution, dont la capitale fut le théâtre des principaux évènements. Pour parfaire la mise en scène, l’empereur invite même le pape Pie VII en personne, dont le buste réalisé par Louis-Pierre Deseine en 1805 est ici visible. L’évènement est de nombreuses fois représenté par divers artistes : Jacques-Louis David, bien entendu, mais aussi Pierre Fontaine avec ses Scènes de la cérémonie du sacre et de la distribution des aigles[3]. Une partie de la carrière militaire de Napoléon se déroule aussi à Paris, en particulier avec les retours de ses armées victorieuses, ce qu’illustre notamment Nicolas-Antoine Taunay.

Nicolas-Antoine Taunay, Entrée de la Garde impériale à Paris par la barrière de Pantin, 25 novembre 1807, huile sur toile, 157 x 223 cm, Versailles, château de Versailles. © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux

Nicolas-Antoine Taunay, Entrée de la Garde impériale à Paris par la barrière de Pantin, 25 novembre 1807, huile sur toile, 157 x 223 cm, Versailles, château de Versailles. © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux

Anonyme, Les Parisiens volontaires ou qui l’aime me suit, 1814, eau-forte, 31 x 39,5 cm, Fontainebleau, château de Fontainebleau. © RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Anonyme, Les Parisiens volontaires ou qui l’aime me         suit, 1814, eau-forte, 31 x 39,5 cm, Fontainebleau,             château de Fontainebleau. © RMN-Grand Palais               (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

  Le 31 mars 1814, les Alliés attaquent Paris et entrent dans la ville qui connaît alors sa première occupation militaire par une puissance étrangère ; l’évènement, qui a comme protagonistes la capitale française et ses habitants, est l’une des principales batailles de l’Empire, et ce malgré l’absence de Napoléon. Certaines représentations illustrent alors le rôle qu’ont pu tenir les Parisiens lors de ce combat. Cet épisode des Cent-Jours nous montre un autre aspect de l’histoire napoléonienne de Paris : la propagande pro-bonapartiste, avec de nombreuses caricatures visibles ici, telles que L’Enjambée impériale[4] ou le Glorieux règne de 19 ans / comme il gouverne depuis 15 ans.

Anonyme, Glorieux Règne de 19 ans / Comme il gouverne depuis 15 ans, vers 1819, eau-forte coloriée, 20,9 x 30,3 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France. © BnF, Dist. RMN-Grand Palais / image BnF

Anonyme, Glorieux Règne de 19 ans / Comme il gouverne depuis 15 ans, vers 1819, eau-forte coloriée, 20,9 x 30,3 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France. © BnF, Dist. RMN-Grand Palais / image BnF

    Enfin, la vie personnelle de Napoléon à Paris est aussi abordée à travers son mariage avec Marie-Louise qui se déroule au Louvre et donne lieu à de grandes festivités, comme l’illustre le Banquet donné au château des Tuileries de Dufray. Par la suite, à l’occasion de la naissance aux Tuileries de son fils le roi de Rome le 20 mars 1811, cent un coups de canons sont tirés pour annoncer aux Parisiens qu’il s’agit d’un garçon.

Alexandre-Benoît-Jean Dufay dit Casanova, Banquet donné au château des Tuileries pour le mariage de Napoléon Ier et de Marie-Louise le 2 avril 1810, 1812, huile sur toile, 149 m x 236 cm, Fontainebleau, château de Fontainebleau. © RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Alexandre-Benoît-Jean Dufay dit Casanova, Banquet donné au château des Tuileries pour le mariage de Napoléon Ier et de Marie-Louise le 2 avril 1810, 1812, huile sur toile, 149 m x 236 cm, Fontainebleau, château de Fontainebleau. © RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Anonyme, Les musards de la rue du Coq ou La boutique du marchand d'estampe Martinet, vers 1810, eau-forte coloriée, 21,9 x 37 cm, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Anonyme, Les musards de la rue du Coq ou La boutique     du marchand d’estampe Martinet, vers 1810, eau-forte         coloriée, 21,9 x 37 cm, Paris, musée Carnavalet. ©                 Musée Carnavalet / Roger-Viollet

    La deuxième partie de l’exposition est consacrée à l’administration de la ville par Napoléon. On peut y voir des portraits de ses différents ministres, avec des personnages mis en valeur tels que Nicolas Frochot, préfet-ministre de Paris. Napoléon décide de confier l’administration de la ville au préfet de la Seine et au préfet de la police. Il tient en effet à exercer un contrôle poussé sur la ville, notamment grâce à la mise en place de nombreux services de police et d’ordre : « pour la seule surveillance de l’ordre public, il disposait du bulletin quotidien du ministre de la Police, de celui du préfet de la police, de celui de la police militaire […] et des rapports adressés par une “petite police”, rétribuée sur sa cassette, qui recueillait “les propos des places publiques, de ponts, des quais et des estaminets” »[5]. Une frise de gravures, faisant partie pour la plupart d’une série intitulée Caricatures parisiennes, dépeint alors divers moments de la vie quotidienne des Parisiens sous le régime napoléonien, des sorties au parc aux promenades dans les rues de la ville. Font face à ces portraits du quotidien les « masses de granit », ces institutions créées par l’empereur qui inscrit véritablement dans la pierre l’organisation de Paris, et ce de manière durable. Plusieurs de ses créations existent encore aujourd’hui, telles que les préfets, la Légion d’honneur, mais aussi la numérotation rationnelle des maisons. La fondation de ces établissements – académies, lycées, hôpitaux et organismes – structure ainsi la vie parisienne.

Alexandre-Paul-Joseph Véron-Bellecourt, Napoléon visitant l’infirmerie des Invalides le 11 février 1808, 1809, huile sur toile, 183 x 248 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. © Château de Versailles

Alexandre-Paul-Joseph Véron-Bellecourt, Napoléon visitant l’infirmerie des Invalides le 11 février 1808, 1809, huile sur toile, 183 x 248 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon. © Château de Versailles

    Un Buste colossal de Napoléon Ier, réalisé par François Damerart en 1805, est symboliquement placé au centre de la pièce, entre bribes du quotidien et entreprises immuables, parfaitement représentatif de l’omniprésence de l’empereur dans la gestion et l’évolution de la ville.

Lorenzo Bartolini, François Rémond et François Damerart, Buste colossal de Napoléon Ier, 1805, bronze, 155 x 9,1 x 76 cm, Paris, musée du Louvre. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

Lorenzo Bartolini, François Rémond et François Damerart, Buste colossal de Napoléon Ier, 1805, bronze, 155 x 9,1 x 76 cm, Paris, musée du Louvre. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter, Fauteuil tournant du Grand Cabinet de l’Empereur aux Tuileries, 1814, velours brodé sur bois doré, 102 x 68 x 62 cm, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / André Martin

François-Honoré-Georges Jacob-Desmalter, Fauteuil tournant du Grand Cabinet de l’Empereur aux Tuileries, 1814, velours brodé sur bois doré, 102 x 68 x 62 cm, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / André Martin

    Par la suite, l’exposition se consacre à la cour parisienne de l’empereur, qu’il installe, pour faire de la capitale le centre de la vie politique mondaine, au palais des Tuileries. Son but est notamment d’y rassembler et fusionner les élites d’Ancien Régime et du nouvel Empire. Une vie de cour renaît alors : les premiers courtisans sont les membres de la famille impériale, les grands dignitaires et les grands officiers civils et militaires ; aux autres hauts fonctionnaires et membres des grands corps d’État s’ajoutent ensuite les princes et corps diplomatiques étrangers[6]. L’entourage de Napoléon est ici évoqué avec des portraits de Joséphine, de Marie-Louise, d’Eugène de Beauharnais ou des sœurs de l’empereur. Afin d’accueillir la cour aux Tuileries, un grand nombre de commandes est passé aux artisans parisiens et aux soyeux lyonnais, ainsi qu’aux manufactures d’État des Gobelins, de Beauvais, de la Savonnerie et de Sèvres, démontrant que la cour impériale apporte un soutien important à l’artisanat français. Ses fournisseurs sont ainsi mis à l’honneur, avec comme exemple de leur production le mobilier du duc et de la duchesse de Gaëte[7]. Est dévoilé dans cette exposition, à travers commandes et œuvres réalisées, esquisses et factures, le monde de l’artisanat parisien et des boutiques de luxe. Une section est aussi consacrée aux costumes de cour, aux uniformes civils et aux accessoires de mode, monde qui illustre la persistance des traditions de cour d’Ancien-Régime dans ses usages protocolaires et la place prépondérante du statut social[8]. Ainsi, le luxe de la cour est ici évoqué avec portraits, meubles et vêtements, reflets du style Empire, du goût et de l’élégance de ce monde de courtisans à la fois parisiens et napoléoniens.

Costume de Conseiller d’Etat de Pierre-Louis Roeder, 1800-1802, velours brodé, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / Daniel Arnaudet

Costume de Conseiller d’Etat de Pierre-Louis Roeder, 1800-1802, velours brodé, Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. © RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / Daniel Arnaudet

Jean-Antoine Alavoine Le Chevalier, Projet pour la fontaine de l’éléphant place de la Bastille, vers 1809-1819, aquarelle, 36 x 57 cm, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Jean-Antoine Alavoine Le Chevalier, Projet pour la fontaine de l’éléphant place de la Bastille, vers 1809-1819, aquarelle, 36 x 57 cm, Paris, musée Carnavalet.    © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

    « La ville rêvée de Napoléon » constitue la quatrième partie de cette exposition. On peut y voir la politique d’urbanisation de l’empereur qui, après la nationalisation des biens et une phase de destructions, lance de grands projets et campagnes de constructions et de réaménagements. Il tente sans cesse de remodeler Paris avec la volonté d’en faire la première ville d’Europe, parée de grands monuments dont les projets, réalisés ou non, sont nombreux. On retrouve ainsi, pour ne donner qu’un aperçu, la colonne Vendôme, le palais de la Bourse, les arcs de triomphe du Carrousel et de l’Étoile, ou l’extravagant éléphant de la place de la Bastille. Si Napoléon fait travailler de nombreux architectes, on le voit s’adresser surtout à des ingénieurs, et ce dans un souci prioritaire d’économie, mais également d’évolution : de nouveaux types de constructions sont réalisés, tel que le Pont des Arts, entièrement métallisé. L’esprit des boutiques de la rue de Rivoli, dont le réaménagement initié par Napoléon ne connut de succès qu’avec la Restauration, nous est donné par la seule trace subsistante de ces lieux : la maquette d’un jeu de construction fabriqué pour les princes de la famille d’Orléans vers 1820.

« La rue de Rivoli », jeu de construction des princes de la famille d'Orléans, vers 1820, bois découpé, peint et assemblé, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet

« La rue de Rivoli », jeu de construction des princes de la famille d’Orléans, vers 1820, bois découpé, peint et assemblé, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet

    Enfin, embellir la ville signifie aussi la rendre plus propre, plus praticable, avec la construction d’édifices utilitaires. Ainsi, fontaines, canaux, halles et ponts sont aménagés. Le processus de commandes publiques renaît : maquettes, dessins et plans rappellent les différents projets soumis à Napoléon, ou imaginés par l’empereur lui-même. On retrouve l’atmosphère de la ville avec les paysages d’Hubert Robert, de Boilly et de Bouhot. Tous ces aménagements, réalisés ou seulement rêvés par Napoléon, constituent ainsi une étape importante vers le Paris haussmannien.

Auguste-Bruno Braquehais (attribué à), La Commune. Groupe devant les débris de la colonne Vendôme, statue de Napoléon abattue, 1871, Paris, Bibliothèque nationale de France. (C) BnF, Dist. RMN-Grand Palais / image BnF

Auguste-Bruno Braquehais (attribué à), La Commune.           Groupe devant les débris de la colonne Vendôme, statue       de   Napoléon abattue, 1871, Paris, Bibliothèque nationale   de     France. (C) BnF, Dist. RMN-Grand Palais / image BnF

    L’exposition se termine sur « La légende napoléonienne à Paris », illustrant ce qui reste de l’homme et de l’empereur dans l’esprit collectif, réalité ou légende : aujourd’hui perçu comme un homme de petite taille mais grand stratège, exilé et mort à Sainte-Hélène dans des circonstances qui ne firent qu’encourager l’édification du mythe, Napoléon était surtout un habile propagandiste qui sut forger l’image d’un homme proche de ses armées. L’accent est ici mis sur la colonne Vendôme, surmontée de la statue de l’empereur, détruite puis reconstruite et inaugurée le 28 juillet 1833. L’un des derniers grands évènements emblématiques qui témoigne de l’impact de Napoléon sur Paris est le « Retour des Cendres », lorsque sa dépouille y entre le 15 décembre 1840, scellant définitivement l’union entre la ville et l’empereur.

    Faisant suite  à l’ardeur révolutionnaire, Paris est à la recherche d’un calme que Napoléon lui apporte, l’instaurant comme capitale de son règne, haut lieu symbolique de son parcours politique et de sa vie personnelle. Cette exposition au musée Carnavalet montre ainsi qu’entre grandes célébrations, cohabitation et désaveux, les relations entre l’empereur et la ville sont en un sens presque toujours celles d’une entente respectueuse avec, de façon respective, une crainte mêlée de fascination. Son règne a laissé une forte impression sur les habitants de la ville, et ce encore aujourd’hui, car « il est certain que cette destinée hors du commun, aux succès achevés et aux malheurs exemplaires, avait de quoi séduire et faire rêver un peuple épris de gloire »[9].

[1] SARMAND Thierry, MEUNIER Florian, DUVETTE Charlotte et CARBONNIÈRES Philippe (de) (dir.), « Napoléon et Paris : rêves d’une capitale » [exposition], Paris, Paris-Musées, 2015, p. 22.

[2] JESSENNE Jean-Pierre, Histoire de la France : Révolution et Empire 1783-1815, Paris, Hachette, 2002, p. 218.

[3] Pierre-François-Léonard Fontaine, Scènes de la cérémonie du sacre et de la distribution des aigles, après 1804, aquarelle, Paris, musée du Louvre.

[4] Anonyme, L’Enjambée Impériale, 1815, eau-forte coloriée, 18,8 x 27,2 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

[5] SARMAND Th., MEUNIER F., DUVETTE Ch. et CARBONNIÈRES Ph. (de) (dir.), « Napoléon et Paris : rêves d’une capitale » [exposition], Paris, Paris-Musées, 2015, p. 87-88.

[6] Ibid., p. 137-138.

[7] Mobilier de Charles Gaudin, duc de Gaëte, provenant de l’hôtel situé au 98 rue du Faubourg Saint-Honoré, vers 1800-1820, acajou et bronze doré, Paris, musée Carnavalet.

[8] SARMAND Th., MEUNIER F., DUVETTE Ch. et CARBONNIERES Ph. (de) (dir.), « Napoléon et Paris : rêves d’une capitale », Op. Cit., p. 157.

[9] Ibid., p. 247.