Colloque : « Décor et architecture (XVIe-XVIIe siècle) : entre union et séparation des arts ».

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

Type : colloque.
Date : 16-17 novembre 2017.
Lieu : Université de Lausanne, Quartier Centre, bâtiment Unithèque (Bibliothèque cantonale et universitaire), salle 511.

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au xxe siècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.

Organisation scientifique

Matthieu LETT (Université de Lausanne, Université Paris-Nanterre)

Carl MAGNUSSON (Université de Lausanne, The Getty Research Institute)

Léonie MARQUAILLE (Université de Lausanne)

Comité scientifique

Marianne COJANNOT-LE BLANC (Université Paris-Nanterre)

Alexandre GADY (Université Paris-Sorbonne)

Dave LÜTHI (Université de Lausanne)

Christian MICHEL (Université de Lausanne)

Werner OECHSLIN (Eidgenössische Technische Hochschule Zürich)

Antoine PICON (Harvard University)

Katie SCOTT (The Courtauld Institute of Art)

Marie Theres STAUFFER (université de Genève)

 

Programme

Jeudi 16 novembre 2017

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Matthieu Lett, Carl Magnusson, Léonie Marquaille (Université de Lausanne)

–––Introduction

Définir le décor (Président : Christian Michel, Université de Lausanne)

9h30 : Carl Magnusson (Université de Lausanne/Getty Research Institute)

––– Cerner le décor

10h15 : Catherine Titeux (École nationale supérieure d’architecture de Montpellier)

––– Ordonnances sans ordres. Les lieux du mur, autour de l’œuvre de Philibert De l’Orme

11h : Pause

11h30 : Federica Vermot (Université de Genève, Université de Lausanne)

––– Choisir l’architecture comme décor : à propos d’une intervention de Giacomo della Porta pour l’église San Bernardo alle Terme à Rome

12h15 : Caroline Heering (Université catholique de Louvain – FNRS)

––– Entre ornement, sculpture et peinture : l’architecture baroque et son décor dans les anciens Pays-Bas méridionaux au xviie siècle

13h : Déjeuner

L’organisation des chantiers et la répartition des compétences (Présidente : Marianne Cojannot-Le Blanc, Université Paris Nanterre)

14h30 : Pascal Dubourg-Glatigny (CNRS)

––– La question du sgraffito en Europe : planification des décors urbains dans la ville nouvelle de Zamość

15h15 : Sophie Fradier (Université Toulouse Jean-Jaurès)

––– Collaborer pour mieux orner : le cas des frères architectes Souffron (vers 1554-1649)

16h : Pause.

16h30 : Étienne Faisant (Labex Les passés dans le présent)

––– « The ordenanse therof came from us » : la part d’un sculpteur français dans le dessin des façades de Longleat

17h15 : Anne Le Pas de Sécheval (Université Paris Nanterre)

––– L’architecte ou le sculpteur ? Réflexions sur les monuments de cœur de Saint-Louis-des-Jésuites à Paris

 

Vendredi 17 novembre 2017

L’union des arts (Présidente : Marie Theres Stauffer, Université de Genève)

9h30 : Marianne Cojannot-Le Blanc (Université Paris Nanterre)

––– Le cabinet des Bains d’Anne d’Autriche au Louvre

10h15 : Gaëlle Lafage (Université catholique de l’Ouest, Angers)

––– Charles Le Brun et l’architecture éloquente

11h : Pause

11h30 : Frédérique Villemur (École nationale supérieure d’architecture de Montpellier)

––– L’architecte, le peintre et le perroquet : Palladio et Véronèse à la villa Barbaro, retour sur une énigme

12h15 : Ronan Bouttier (Université Paris Sorbonne)

––– Décors de fraîcheur : la conception des bains privés au xviie siècle, à la croisée de l’architecture et de la médecine

13h : Déjeuner

Topographies du décor (Présidente : Léonie Marquaille, Université de Lausanne)

14h30 : Michaël Decrossas (Laboratoire Saprat, Ecole pratique des hautes études)

––– Le « dehors » et le « dedans » : le décor selon Antoine Le Pautre

15h15 : Nicolas Courtin (Direction des Affaires culturelles, département Histoire de l’architecture et Archéologie de Paris – Secrétariat général de la Commission du Vieux Paris)

––– Dehors et dedans de quelques hôtels particuliers parisiens du xviie siècle : le décor au service d’une famille

16h : Pause

16h30 : Valérie Auclair (Université Paris-Est)

––– Décor et interprétations de l’architecture. Le Passage de la Mer Rouge et les fonctions du jubé de la cathédrale de Langres à la Renaissance

17h15 : Christian Michel (Université de Lausanne)

––– Conclusion

 

Université de Lausanne, Quartier Centre,

Bâtiment Unithèque (Bibliothèque cantonale et universitaire), salle 511

Le colloque est ouvert au public, dans la limite des places disponibles.