Publication : « Redécouvrir la porcelaine de Nyon (1781-1813) : Diffusion et réception d’un artisanat de luxe en Suisse et en Europe du XVIIIe siècle à nos jours ».

GONIN Grégoire, Redécouvrir la porcelaine de Nyon (1781-1813) : Diffusion et réception d’un artisanat de luxe en Suisse et en Europe du XVIIIe siècle à nos jours, Neuchâtel, Editions Alphil, juin 2017, 128 p.

Présentation de l’éditeur :

« Le Nyon! Oh! Je le connais bien; n’est-ce pas cette porcelaine à petits bleuets? » se demande un quidam en 1902. Cet ouvrage remet en question ce lieu commun et, en s’appuyant sur une iconographie et des archives inédites, renouvelle un regard longtemps tributaire de la stylistique tout en réhabilitant l’analyse économique de la manufacture.
Célèbre dans toute l’Europe du xviiie siècle, cette production de luxe de l’Ancien Régime helvétique tombe dans l’oubli avant de ressurgir dans l’espace public à partir des années 1860. À travers les expositions, les sociétés des beaux-arts ou le négoce des antiquités, l’« or blanc » nyonnais connaît un engouement sans précédent durant plus d’un siècle. Convoitées, les pièces sortent des maisons patriciennes pour rejoindre les vitrines des collectionneurs de la bourgeoisie triomphante. Manifestation tant d’une esthétique de la discrétion protestante que de la pureté néoclassique, la porcelaine de Nyon permet d’interroger le rapport conflictuel entre art et argent. Transgressant un « tabou », ce livre établit une mercuriale des prix de l’aube du xxe siècle à nos jours et dresse le profil psychosociologique du collectionneur.

Table des matières :

Introduction

La porcelaine de Nyon revisitée

Chapitre »1 : Un savoir lacunaire à prépondérance stylistique

Chapitre »2 : Structure et conjoncture de l’économie lémanique à la fin de l’Ancien Régime

Chapitre »3 : Dans les arcanes d’une entreprise du XVIIIe »siècle : le murmure des archives

Chapitre »4 : Objets anciens, regard neuf. Les médiations sociales de la redécouverte du « vieux » Nyon

Chapitre »5 : Collection, circulation des pièces, fluctuation des prix : éclat(s) posthume(s) d’une production

Conclusion

Fragile porcelaine, fébriles connaissances. Apologie du « fait historique total »

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.