Séminaire doctoral commun : « L’œuvre à l’épreuve du texte ».

Franciabigio, Portrait d’homme, Huile sur peuplier, Paris, musée du Louvre (INV. 517). Lumière réfléchie ©C2RMF

Type : séminaire doctoral commun.
Date et horaire :
 jeudi 8 juin à partir de 18h.
Lieu : 
Paris, INHA, salle Jullian (Galerie Colbert, 1er étage).

Séance 7 : Écriture et restauration

Discutante : Nabila Oulebsir, Maître de conférences HDR en Histoire de l’art contemporain – Université de Poitiers.

Barbara Jouves (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ,
Ecriture et restauration des peintures aux XVIIIe et XIXe siècles : la recherche d’une pérennité de l’objet ?

Entre 1750 et 1850, alors que les restaurations de tableaux connaissent d’importantes évolutions, la publication de textes – connus aujourd’hui en tant que « traités » de peinture et de restauration – se multiplie en Europe, et notamment en France. Dans une volonté de préserver l’œuvre de façon pérenne, ces auteurs se font les historiens d’un vocabulaire propre à la restauration des tableaux et des matériaux employés. Qui sont-ils ? A quels procédés font-ils référence en tant que modèles à suivre ou à éviter ? A travers l’histoire de ces écrits et le désir de ces auteurs de retrouver les techniques du passé, qu’apprenons-nous sur l’histoire matérielle des œuvres et plus particulièrement des peintures ? En quoi cet aspect de la recherche est-il fondamental pour l’histoire de l’art ?

Barbara Jouves est en deuxième année de doctorat en histoire de l’art et de la conservation-restaurationà l’Université Paris 1. Sa recherche, développée sous la direction de Thierry Lalot, porte sur la conservation et restauration des peintures des collections privées à Paris entre 1789 et 1870. Elle est chargée d’enseignements à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Laëtitia Picheau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
L’écriture pour une restauration fantasmée de la galerie François Ier.

Nous proposons d’interroger un des rapports possibles entre l’oeuvre transmise par l’écrit et celle transmise par ses matériaux. L’écrit semble plus inspirer confiance que la matière, mais ne permet-il pas aussi plus de fantasme ? Nous chercherons nos outils d’analyse en littérature,mais aussi du côté de la restauration pour comprendre cet aspect de la réception de l’œuvre.

Laëtitia Picheau est en cinquième année de doctorat en histoire de l’art à l’Université Paris 1. Sa recherche, développée sous la direction de Thierry Lalot, porte sur La réception de la galerie François Ier aux XIXe et XXe siècles : quels liens existe-t-il entre modifications matérielles et réception de l’œuvre d’art ?, sous la direction de Thierry Lalot.