Journée d’études du GRHAM : « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle ».

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York, Metropolitan Museum.

Type : Journée d’études.
Date et horaire : jeudi 15 juin 2017 à partir de 9h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.

Programme :

9h00 – 9h20 : Accueil des participants.

9h20 – 9h30 : Mot de bienvenue du GRHAM.

Session 1 :

Présidente de séance : Natacha Coquery (université Lumière Lyon 2).

9h30 – 10h30 : Chloé Perrot (université de Lille 3 et École du Louvre) : « La Nouvelle Iconologie Historique » de Jean-Charles Delafosse (1768), écrire l’histoire dans les arts décoratifs.

10h30 – 11h30 : Pascal-François Bertrand (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) : Hiérarchie des manufactures de tapisserie en France et typologie des sujets représentés.

11h30 – 12h30 : Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace) : Puissance maritime et économique dans les textiles à personnages : une démocratisation de l’histoire du XVIIIe siècle.

Session 2 :

Président de séance : Etienne Jollet (université Paris 1 Panthéon Sorbonne).

14h00 – 15h00 : Stéphane Castelluccio (université Paris IV Sorbonne) : Du cabinet à la commode : les supports de la gloire.

15h00 – 16h00 : Maël Tauziède-Espariat (université de Bourgogne-Franche-Comté) : Le « grand genre » à petit prix: la représentation de l’Histoire dans la tapisserie de peinture au XVIIIe siècle.

16h00 – 17h00 : Catherine Seux-Trouvet (université Paris IV Sorbonne): Peinture d’histoire à la manufacture de Sèvres pendant l’Empire.

17h00 – 19h00 : Pot de clôture de la journée.

Comité organisateur : Moïra Dato (university of Glasgow), Florence Fesneau (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), Barbara Jouves (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), Maxime Georges Métraux (université Paris IV Sorbonne), Marine Roberton (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), Maël Tauziède-Espariat (université de Bourgogne), Hadrien Volle (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne).