Sotheby’s en Janvier 2017.

François-Pierre Peyron (1744 – 1814), Bélisaire recevant l’hospitalité d’un paysan, 1811, huile sur toile, 49,3 x 62,3 cm.

Plusieurs ventes ont eu lieu à New York du 25 au 27 janvier, dont nous relevons quelques objets qui ont trouvé preneur … ou pas.

Lors de la vente de 27 janvier à 10h00, le lot 445 n’a pas trouvé preneur. Il s’agit d’un tableau de Jean-François-Pierre Peyron (1744 – 1814), Bélisaire recevant l’hospitalité d’un paysan, qui est la répétition de la commande passée par l’abbé François de Bernis, qui deviendra par la suite archevêque de Rouen. Ce dernier, alors en poste à Rome, expose l’original au Palais Mancini avant de le ramener à Albi, avec son pendant, Cornélia, mère des Gracques. Le tableau original, daté de 1779, est aujourd’hui conservé au Musée des Augustins de Toulouse. Les copies autographes de ce tableau (outre celle présentée par Sotheby’s, une autre composition du même artiste est conservée à la National Gallery de Londres) témoignent du durable succès populaire que remporte la nouvelle de Marmontel écrite en 1767, Bélisaire. Peyron se pose ici en rival de Jacques-Louis David qui donne sa version du même sujet en 1780, Bélisaire demandant l’aumône, conservé au Palais des beaux-arts de Lille.

ean-Frédéric Schall, Mademoiselle Duthé dansant, huile sur toile, 32.4 x 23.5 cm.

Le Lot 446 a été adjugé au prix de 2 500 $. Il s’agit d’un petit tableau Jean-Frédéric Schall (1752 – 1825), élève de Nicolas-Bernard Lépicié. Agréé par l’Académie Royale en 1772, il se spécialise dans la peinture de genre. Il représente ici Rosalie Gérard dite Mademoiselle Duthé (1752-1820), qui commence une carrière de danseuse à l’Opéra de Paris, avant qu’Hocquart de Montfermeil ne l’établisse dans un hôtel particulier à l’angle des rues de la Chaussée d’Antin et Saint-Lazare. Elle devient alors une courtisane célèbre qui fait tourner la tête à de nombreux financiers dont le banquier Jean-Frédéric Perregaux qui, selon une légende, se serait donné la mort dans son château de Chilly-Mazarin en contemplant son portrait peint en 1792 par Danloux.

Nicolas-René Jollain, Danaé, 1765, huile sur toile, 72,4 x 99,7 cm.

Lors de la vente du 26 janvier à 10h00, les rondeurs de Danaé dépeintes par Nicolas-René Jollain (1732 – 1804) – élève de Jean-Baptiste Marie Pierre, entré en 1765 à l’Académie Royale – ont été adjugées à 125 000 $ (Lot 218), tandis que le Lot 220 ne trouvait pas preneur.

Martin Drölling, Portrait de Mademoiselle de Saint Aubin déguisée en Michel le Savoyard, 1789, huile sur toile, 46 x 38 cm.

Il s’agit d’un tableau de Martin Drölling, Portrait de Mademoiselle de Saint Aubin (1764 – 1850), déguisé en Michel le Savoyard. La soprano interprète ce rôle dans la pièce de Nicolas Dalayrac, Les deux petits savoyards, dont la première est donnée à la Comédie Italienne le 14 janvier 1789 avec grand succès. Elle commence sa carrière à un âge précoce, s’installe à Lyon où elle épouse le ténor Augustin d’Herbe, dit Saint Aubin en 1782. Puis elle revient à Paris en 1786 pour y continuer une longue et brillante carrière.

Adam de Coster, Jeune femme tenant une quenouille devant sa bougie, huile sur toile, 134 x 94,9 cm.

Lors de la vente du 25 janvier à 18h, le Lot 23 a atteint la somme de 4 850 000 $. Ce portrait d’une Jeune femme tenant une quenouille devant sa bougie est l’œuvre du peintre brabançon Adam de Coster (1585 – 1643). On connaît peu de choses de la vie de ce peintre, et l’on ignore s’il a fait un séjour en Italie. Il apprécie les clairs obscurs caravagesques alors très à la mode dans toute l’Europe du début du XVIIe siècle et sa réputation de peintre de scènes nocturnes est bien établie autour des années 1630 car il est mentionné comme tel dans l’Iconographie d’Antoine van Dyck. On a néanmoins souvent confondu son œuvre avec celui de Gerrit von Honthorst ou de Matthias Stomer.

François Boucher, Vénus et Adonis, 1720 – 1730, huile sur toile, 72,7 x 130,2 cm.

Au Lot 48 on trouve une œuvre de jeunesse de François Boucher (1703 – 1770), probablement peinte dans les années 1720, alors que celui-ci était encore l’élève de Lemoyne. Elle a été adjugée à 492 500 $.

Ubaldo Gandolfi, Endymion, vers 1770, dessin, 21,8 x 17,3 cm,

Lors de la vente du 25 janvier à 10h00, on mentionnera le lot 45, adjugé pour la somme de 30 000 $. Selon Prisco Bagni ce dessin d’Ubaldo Gandolfi est une création artistique autonome et non une esquisse préparatoire à un tableau.

François Boucher, Le mariage de Jacob, vers 1750, dessin, 24,4 x 29,8 cm.

Au Lot 64, Le Mariage de Jacob de François Boucher a été acquis pour 87 500 $. Ce dessin est une découverte importante puisqu’il n’était pas répertorié jusqu’à présent dans l’œuvre de Boucher et que le corpus de dessins religieux de l’artiste reste à ce jour peu important. Selon Alastair Laing, il s’agit d’un dessin fait pour un collectionneur car il ne semble pas possible de le relier à une peinture connue sur le même thème.

Florence Fesneau