Christie’s en octobre

Antoine van Dyck, Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans, vers 1634, huile sur toile, 135,6 x 99,7 cm.

Antoine van Dyck, Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans, vers 1634, huile sur toile, 135,6 x 99,7 cm.

Pour sa vente du 26 octobre 2016, Christie’s propose un Portrait de Marguerite de Lorraine, duchesse d’Orléans (1615 – 1672). Ce tableau (lot n° 70 estimé entre 400 000 et 600 000 $) récemment redécouvert est une des deux versions autographes peintes par Antoine van Dyck (1599 – 1641), l’autre version faisant partie de la collection du Duc de Bedford à l’abbaye de Woburn.

Ferdinand Bol, Portrait d’un jeune homme, vers 1640, huile sur toile, 67 x 53,7 cm

Ferdinand Bol, Portrait d’un jeune homme, vers 1640, huile sur toile, 67 x 53,7 cm.

Le lot n° 74 (estimé entre 150 000 et 250 000 $) propose un Portrait de jeune homme inédit de Ferdinand Bol (1616 – 1680). Ce tableau date probablement des années 1640 qui marqueront la fin de l’apprentissage de Ferdinand Bol auprès de son maître Rembrandt (1606 – 1669) et le début d’une carrière indépendante couronnée de succès et de nombreuses commandes officielles.

Jean-Honoré Fragonard, Le Billet doux, vers 1770, huile sur toile, 16,4 x 12,4 cm.

Jean-Honoré Fragonard, Le Billet doux, vers 1770, huile sur toile, 16,4 x 12,4 cm.

Le Billet Doux (Lot n° 100 estimé entre 120 000 et 160 000 $) est un petit tableau de Jean-Honoré Fragonard (1732 – 1806) récemment redécouvert. Il fait partie d’un ensemble de scènes de genre, toutes peintes au cours des années 1770, montrant des demi-figures accoudées à un rebord de pierre ou à une fenêtre ouverte. Parmi celles-ci, on compte les célèbres Curieuses conservées aujourd’hui au musée du Louvre. Un autre tableau de Fragonard qui dépeint un jeune homme implorant une jeune fille à sa fenêtre, conservé dans la collection Veil-Picard, est probablement le pendant du Lot n° 100. Les deux œuvres se complètent sur le thème de la rencontre amoureuse.

Jean-Baptiste Pater, Soldats et vivandières se reposant autour d’un feu, huile sur toile, 46,3 x 55,8 cm.

Jean-Baptiste Pater, Soldats et vivandières se reposant autour d’un feu, huile sur toile, 46,3 x 55,8 cm.

Au Lot n° 101 (estimé entre 100 000 et 150 000 $) on trouve un tableau de Jean-Baptiste Pater (1695 – 1736) qui, comme son maître Antoine Watteau (1684 – 1721), s’attache à représenter la vie des soldats pendant la Guerre de Succession d’Espagne (1701 – 1713). Le morceau de réception de Pater à l’académie royale de peinture en décembre 1728 sera d’ailleurs un tableau sur le thème de la vie militaire ; Une fête champêtre. Réjouissance de soldats, actuellement conservé au musée du Louvre. Les Soldats et vivandières se reposant autour du feu reprend le modèle établi par Watteau qui montre soldats et officiers loin de l’agitation du champ de bataille. Ces derniers sont dépeints dans leur quotidien, alors qu’ils se reposent, jouent aux cartes ou conversent en compagnie des femmes et enfants qui accompagnent la garnison de campement en campement. Chaque figure, étudiée séparément, a fait l’objet de dessins préparatoires dont certains sont identifiés dans les collections du musée J. Paul Getty ou de la Fondation Custodia.

Jean Restout II, Portrait de Pierre Vigné de Vigny, vers 1720, huile sur toile, 81,6 x 65 cm.

Jean Restout II, Portrait de Pierre Vigné de Vigny, vers 1720, huile sur toile, 81,6 x 65 cm.

Le Portrait de Pierre Vigné de Vigny (1690 – 1772) proposé au Lot n° 96 (estimé entre 100 000 et 150 000 $) dépeint un ami de Jean Restout. L’architecte et le peintre semblent avoir été proches : tous les deux membres de l’Académie royale, ils bénéficient régulièrement des commandes de l’église, du Régent et du Duc de Luynes. De plus, de nombreuses peintures de Restout apparaissent sur l’inventaire après décès établi à la mort de Vigné de Vigny. Ce dernier, élève de Robert de Cotte, admirateur de Borromini et d’Oppenordt, réalise au début de sa carrière parisienne un ensemble de logements pour le banquier Antoine Crozat (la Cour du Dragon) ainsi que l’hôtel Chenizot, avant de travailler pour le clergé et la noblesse. Pour son élection à la Royal Society de Londres, il écrit, en 1740, une Dissertation sur l’architecture, publiée en 1752.

Florence Fesneau