Christie’s en avril

Jean-Baptiste Pigalle, tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

Jean-Baptiste Pigalle, Tête d’enfant, 1770, terre cuite, 27,8 x 37,5 cm.

La vente de sculptures du 13 avril à New York propose une Tête d’enfant réalisée par Jean-Baptiste Pigalle (Paris, 1714 – 1785), lot n° 10 estimé à 70 000 – 100 000 $, un Buste d’homme en terre cuite de 1783 (64,3 cm), lot n° 13, estimé entre 20 000 et 30 000 $, de Gaetano Merchi (1747 – 1823). Ce sculpteur, aujourd’hui méconnu, quitte l’Italie pour s’installer à Paris en 1773 où il réalise plusieurs bustes de danseuses de l’Opéra dont celui de Marie-Madeleine Guimard. Aussi à la vente une Tête en terre cuite (38,1 x 45,1 cm) de Milon de Crotone d’après le modèle de Pierre Puget (Marseille, 1620 – 1694), lot n° 113, estimé entre 20 000 et 30 000 $.

 

 

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

Charles-Joseph Natoire, Scène de chasse, 1737, huile sur toile, 100,6 x 84,7 cm chacune.

La vente des « Maîtres Anciens, 1ère Partie » du 14 avril à New York (10h00) comporte de nombreuses œuvres qui arrivent pour la première fois sur le marché de l’art. On signalera deux tableaux de Gaetano Gandolfi (San Matteo della Decima 1734 – 1802 Bologne) ; le lot 115 estimé entre 2 500 000 et 3 500 000 $ ayant pour sujet La Naissance de Vénus (huile sur toile, 147,3 x 169,7 cm) et le lot n° 140 (estimé entre 500 000 et 700 000 $) qui représente Sainte Cécile et daté de 1791  (huile sur toile, 41,3 x 31,5 cm). La peinture française est représentée par plusieurs œuvres, dont deux tableaux en paire de François Boucher (Paris 1703 – 1770), Cupidon en génie de la Paix et de la Guerre, (1759, huile sur toile, 41,9 x 33, 7 cm chacun) qui compose le lot n° 146 (estimé entre 400 000 et 600 000 $). Au lot n° 148 (estimé entre 300 000 et 500 000 $) se trouve un tableau de Jean-Marc Nattier (Paris 1685 – 1766), Portrait de la Marquise de Pleumartin née Le Laÿ de Villemaré, (1738, huile sur toile, 32 x 25,7 cm). Une paire de Scène de chasse de Charles-Joseph Natoire (Nîmes 1700 – 1777 Castel Gandolfo) compose le lot n° 149 (estimé entre 3 000 000 et 5 000 000 $). Cette paire a été commandée en 1737 suite à la rénovation des petits appartements de Louis XV au Château de Fontainebleau, supervisée par Philippe Orry, directeur-général des bâtiments. Le lot n° 157 (estimé entre 700 000 et 900 000 $) est une Nature morte à la marmite de cuivre et au mortier (huile sur toile, 38,1 x 46,7 cm) de Jean Siméon Chardin (Paris 1699 – 1779).

Jean Siméon Chardin, Nature morte à la marmite de cuivre et au mortier, huile sur toile, 38,1 x 46,7 cm.

Jean Siméon Chardin, Nature morte à la marmite de cuivre et au mortier, huile sur toile, 38,1 x 46,7 cm.

Charles-François Grenier de Lacroix, dit Lacroix de Marseille, Un port méditerranéen, 1758, huile sur cuivre, 41,3 x 58,7 cm.

Charles-François Grenier de Lacroix, dit Lacroix de Marseille, Un port méditerranéen, 1758, huile sur cuivre, 41,3 x 58,7 cm.

La deuxième partie de la vente newyorkaise des « Maîtres Anciens » qui a lieu le 14 avril à 14h00. Elle comporte, entre autre : le lot n° 220 (estimé entre 120 000 et 180 000 $), tableau de Dirck de Bray (1651 – 1678), Nature morte au panier de fleurs, 1665, huile sur bois, 56 x 48,2 cm ; le lot n° 221 (estimé entre 150 000 et 250 000 $), tableau d’Isaak Jansz. Koedijk (Amsterdam 1617/18 – 1668), Intérieur avec un homme tenant un verre, huile sur bois, 66 x 55 cm ; le lot n° 252 (estimé entre 30 000 et 50 000 $), tableau de Charles-François Grenier de Lacroix, dit Lacroix de Marseille (Marseille vers 1700 – 1782 Berlin), Un port méditerranéen (1758) ; le lot 253 (estimé entre 50 000 et 70 000 €), tableau de Nicolas Colombel (Sotteville-lès-Rouen 1644-1717 Paris), Moïse sauvé des eaux, huile sur toile, 74,9 x 98,1 cm. Une version – disparue – de ce tableau aurait été peinte pour le château de Meudon. Enfin le lot 254 (estimé entre 150 000 et 250 000 $) est un tableau de Sébastien Bourdon (Montpellier 1616-1671 Paris), Bacchus et Ariane sur l’ile de Naxos réalisé vers 1630 dans laquelle l’influence de Poussin est encore forte.

Sébastien Bourdon, Bacchus et Ariane sur l’ile de Naxos, vers 1630, huile sur toile, 80,4 x 102,2 cm.

Sébastien Bourdon, Bacchus et Ariane sur l’ile de Naxos, vers 1630, huile sur toile, 80,4 x 102,2 cm.

La vente du 28 avril à Londres – South Kensington propose au lot 110 (estimé entre 15 000 et 25 000 £) le Portrait d’une femme (huile sur toile, 73,7 x 93,2 cm) de Jean-Baptiste Santerre (Magny-en-Vexin 1651 – 1717 Paris), aux lots 158 et 159 (estimé chacun entre 30 000 et 50 000 £), deux Natures mortes de Roses (huile sur toile, 172,4 x 112,3 cm) et de Fruits (huile sur toile, 199,5 x 143,4 cm) qui ont été commandées à Pierre-Nicolas Huilliot (Paris 1674 – 1751) par l’architecte François Debias-Aubry, pour Pierre René de Brisay, Marquis de Denonville, brigadier de l’Armée Royale. Au lot 160, on trouve deux tableaux de Jean-Baptiste Pater (Valenciennes 1695-1736 Paris), Le Concert champêtre et La Cueillette des Roses (huile sur toile, 52 x 65,4 cm). Le lot 199 (estimé entre 20 000 et 30 000 £) présente une Tentation du Christ au désert (huile sur toile, 86,3 x 74,5 cm) de Sebastiano Ricci (Belluno 1659 – 1734 Venise), le lot 201 (estimé entre 30 000 et 50 000 £) un Diane et Endymion (huile sur toile, 101,2 x 127 cm) de Giovanni Antonio Pellegrini (Venise 1675 – 1741).

Sebastiano Ricci, Tentation du Christ au désert, huile sur toile, 86,3 x 74,5 cm.

Sebastiano Ricci, La Tentation du Christ au désert, huile sur toile, 86,3 x 74,5 cm.

 Florence Fesneau