Sotheby’s en avril

 

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d'amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

Jean-François Dubut, secrétaire en laque du Japon, 1750, bois de rose et d’amarante, montures de bronze doré, 122 x 64 x 32 cm.

La vente du 19 avril qui se tient à Paris (10h30) propose un bureau plat (80 x 182 x 89 cm) en marqueterie de cuivre et ébène et ornementation de bronze doré d’époque Régence, attribué à André-Charles Boulle (1642 – 1732), vers 1710-1720 (lot n° 139, entre 200 000 et 300 000 €), une paire de bergères (98 x 77 cm) en hêtre sculpté relaqué crème et rechampi bleu d’époque Louis XV, vers 1750, estampillée I.AVISSE (lot n° 212, entre 120 000 et 180 000 €). Le maître menuisier Jean Avisse (1723 – 1796) travailla essentiellement pour des marchands tapissiers et son estampille se trouve aussi bien sur des sièges rocaille que Louis XV ou Louis XVI. A noter aussi un secrétaire en laque du Japon (122 x 64 x 32 cm), placage de bois de rose et d’amarante et montures de bronze doré d’époque Louis XV, estampillé I.F. DUBUT, vers 1750 (lot n° 216, estimé entre 80 000 et 120 000 €). Il constitue l’exemple le plus abouti d’un ensemble de quatre secrétaires de dimensions similaires qui ont pour particularité de présenter une façade de forme violonnée combinée à un décor de panneaux de laque du Japon. L’un d’entre eux est conservé au musée des Arts Décoratifs à Paris (il porte l’estampille de Leleu probablement intervenu comme restaurateur).

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

Isaak van Nickelen, Intérieur de St Bavo à Haarlem, 1696, huile sur toile, 177 x 151,8 cm.

La vente du 27 avril à Londres (10h30) compte parmi les œuvres proposées un tableau d’Isaak van Nickelen (Haarlem 1632 – 1703 Kassel) représentant l’intérieur de St Bavo à Haarlem (lot n° 728 estimé entre 20 000 et 30 000 £) ainsi qu’un tableau de Pietro della Vecchia (Venise, 1603 – 1678) représentant Titien (lot n° 766, estimé entre 20 000 et 30 000 £). Longtemps considéré comme un autoportrait de Titien, il a été réattribué à della Vecchia qui a pu se servir soit d’une gravure de Giovanni Britto datant de 1550, soit d’un autoportrait de Titien (dont l’authenticité n’est néanmoins pas prouvée) aujourd’hui disparu, décrit par Marco Boschini dans une lettre de 1675 adressée au cardinal Léopold de Médicis.

Pietro della Vecchia, Portrait de Titien, huile sur toile, 114,9 x 92 cm.

Pietro della Vecchia, Portrait de Titien, XVIIe siècle, huile sur toile, 114,9 x 92 cm.

console Transition en fer forgé doré avec plateau en marbre rouge des Pyrénées, fin XVIIIe siècle, 88 x 137 x 51 cm.

console Transition en fer forgé doré avec plateau en marbre rouge des Pyrénées, fin XVIIIe siècle, 88 x 137 x 51 cm.

La vente du 28 avril à Londres (10h00) propose une console Transition en fer forgé doré avec plateau en marbre rouge des Pyrénées fin XVIIIe siècle (88 x 137 x 51 cm), lot n° 326 estimé entre 40 000 et 80 000 £. Réalisé par la corporation des serruriers, ce genre de console n’est en général pas signé. Seul le serrurier Pierre Deumier est aujourd’hui connu : son originalité lui attira des commandes prestigieuses puisque l’architecte Victor Louis (1731 – 1800), chargé de mettre au goût du jour le château royal de Varsovie, le choisit en 1766 pour orner l’une des pièces les plus riches de cette résidence, la Chambre des Portraits : il y réalise des consoles en acier poli sur la base de dessins fournis par Jean-Louis Prieur (1732 – 1795).

Volterrano, Bacchus entouré de putti, vers 1677 – 1682, huile sur toile, 144 x 231 cm.

Volterrano, Bacchus entouré de putti, vers 1677 – 1682, huile sur toile, 144 x 231 cm.

La vente du 4 mai à Paris (10h30) est consacrée à une « Collection particulière italienne (IIème partie) ». Parmi les œuvres présentées se trouve le lot n° 30 (estimé entre 80 000 et 120 000 €), Bacchus entouré de putti de Baldassarre Franceschini, dit Volterrano (Volterra 1611 – 1689 Florence). Apprenti de Cosimo Daddi à Volterra puis de Matteo Rosselli à Florence, il a pour mécène le cardinal Carlo de Médicis et réalise La gloire de Louis XIV triomphant du temps (1664 – 1665) à la demande de l’abbé Luigi Strozzi, résident pour le Roi à Florence et correspondant artistique de Mazarin, Colbert, Louvois et La Teulière. Ce tableau se trouve aujourd’hui à Versailles. La vente présente aussi La mort de Brutus de Matthias Stomer (ou Stom, Amersfoot 1600 – après 1652 en Italie), lot n° 35 estimé entre 130 000 et 150 000 €. Stomer s’est appuyé sur l’Histoire romaine d’Appien (IV.17) pour composer cette scène. Après avoir assassiné César, Brutus est poursuivi par Marc Antoine et Octave. Défait militairement en Macédoine, il choisit de se donner la mort, aidé en cela par son ami Straton qui est ici représenté avec un turban bleu, les bras écartés, dans une dernière tentative pour dissuader le fils de César de se donner la mort. Elève de Gerard van Honthorst, Stomer arrive à Rome en 1630 puis se rend à Naples et à Palerme, effectuant ainsi un parcours identique à celui de Caravage dont il est un des suiveurs.

Matthias Stomer, La mort de Brutus, huile sur toile, 131 x 213,5 cm.

Matthias Stomer, La mort de Brutus, XVIIe siècle, huile sur toile, 131 x 213,5 cm.

 Florence Fesneau