Le Grand Tour avec Sotheby’s

La vente du 28 janvier (New York, 14h) donne un aperçu des veduta réalisées par les peintres italiens – ou résidant en Italie – pour répondre aux demandes des commanditaires européens souhaitant garder un souvenir de leur Grand Tour. Rappelons que ce dernier venait parfaire, au XVIIIe siècle, l’éducation des jeunes gens de la haute société en leur permettant de découvrir l’Europe et, en tout premier lieu, l’Italie. Nombres d’artistes profitèrent ainsi des mannes financières offertes par ces amateurs novices ou collectionneurs confirmés en réalisant des vues pittoresques ou élégiaques de Venise, Rome, Naples et de leurs environs.

Pietro Fabri, Les Villageois partant pour le festival de la Madone de l’Arc, 1773, huile sur toile, 128 x 182,5 cm.

Pietro Fabri, Les Villageois partant pour le festival de la Madone de l’Arc, 1773, huile sur toile, 128 x 182,5 cm.

Pietro Fabri (actif à Naples entre 1768 et 1778) bénéficie tout au long de a carrière du patronage de Sir William Hamilton, ambassadeur de Grande Bretagne à la cour de Naples de 1764 à 1800, mais aussi archéologue et volcanologue. Le peintre aime à peindre des scènes de la vie courante et réalise ici Les Villageois partant pour le festival de la Madone de l’Arc (lot 309 estimé entre 300 000 et 400 000 $). Ce festival était un des événements les plus importants de la vie religieuse napolitaine et avait lieu tous les ans à Pâques au pied du Vésuve.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Rome. Le Château Saint Ange vu de Prati, 1736, huile sur toile, 42,5 x 67 cm.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Rome. Le Château Saint-Ange vu de Prati, 1736, huile sur toile, 42,5 x 67 cm.

Le lot 304 (estimé entre 150 000 et 200 000 $) offre une vue du Château Saint-Ange depuis la campagne romaine. Elle est l’œuvre de Gaspar van Wittel (Amersfoort, 1653 – 1736, Rome), peintre néerlandais qui s’installe à Rome en 1675 pour y faire toute sa carrière de védutiste.

Bernardo Bellotto, Capriccio, vers 1765, huile sur toile, 48,4 x 78,2 cm.

Bernardo Bellotto, Capriccio, vers 1765, huile sur toile, 48,4 x 78,2 cm.

Enfin le lot 333 (estimé entre 1 000 000 et 1 500 000 $) permet d’admirer un Capriccio réalisé par Bernardo Bellotto (Venise, 1722 – 1780, Varsovie) montrant sa maîtrise virtuose des détails architecturaux à l’instar de son oncle Canaletto. L’église figurant sur la gauche emprunte son architecture à la Frauenkirche de Dresde, mais aussi à la Karlkirche de Vienne et à la Salute de Venise, tandis qu’à l’arrière-plan, l’église et le château rappellent la Marienkirche et le château de Sonnenstein à Pirna.

Florence Fesneau